École nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques
Image illustrative de l'article École nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques
Informations
Fondation 2001
(fusion de l'ENSCT et de l'ENSIGC)
Fondateur Paul Sabatier et Joseph Cathala
Type École d'ingénieurs publique (école interne de l’INPT)
Localisation
Coordonnées 43° 33′ 19″ nord, 1° 30′ 14″ est
Ville Toulouse-Labège
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Direction
Directeur Laurent Prat [1]
Chiffres clés
Enseignants-chercheurs 105
Étudiants 750
Doctorants 125
Divers
Affiliation Toulouse Tech, CGE, CDEFI, Agrimip Innovation, Fédération Gay-Lussac, Aerospace Valley, Université fédérale de Toulouse-Midi-Pyrénées[2]
Site web www.ensiacet.fr

Géolocalisation sur la carte : Toulouse

(Voir situation sur carte : Toulouse)
École nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

(Voir situation sur carte : Haute-Garonne)
École nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

(Voir situation sur carte : Occitanie)
École nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques

L’école nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques, désignée plus communément sous l'acronyme ENSIACET, aussi appelée « A7 », est l'une des 210 écoles d'ingénieurs françaises habilitées à délivrer un diplôme d'ingénieur.

Intégrée à l'institut national polytechnique de Toulouse (INPT) et à l'université fédérale de Toulouse-Midi-Pyrénées, elle est un pôle de formation d’ingénieurs dans le domaine de la transformation de la matière et de l’énergie. Elle fait partie de la conférence des grandes écoles (CGE) ainsi que de la fédération Gay-Lussac qui regroupe 20 écoles d'ingénieurs françaises en chimie, génie chimique et génie des procédés.

Elle est située à Labège, au sud-est de Toulouse, dans le département de Haute-Garonne, en région Occitanie.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’école nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques est née le 1er janvier 2001 de la fusion entre l’école nationale supérieure de chimie de Toulouse (ENSCT) et l’école nationale supérieure des ingénieurs en génie chimique (ENSIGC) [3].

L'ENSCT a été créée le 4 avril 1906 par Paul Sabatier sous le nom d'institut de chimie de Toulouse (ICT). Elle change de nom pour école nationale supérieure de chimie de Toulouse le 23 mars 1953. L'ENSIGC est créée le 11 avril 1949 par Joseph Cathala sous le nom d'institut de génie chimique (IGC). Les deux écoles intègrent l'institut national polytechnique de Toulouse à sa création en 1969 [4]. En 1985, l'IGC change de nom pour école nationale supérieure des ingénieurs en génie chimique [5].

Ces deux écoles ont contribué, par les travaux qui y ont été menés, à faire de Toulouse un pôle d'enseignement et de recherche français compétitif et attractif pour les entreprises [6].

Implantation géographique[modifier | modifier le code]

La construction de l’école en 2007.
Le bâtiment de l'école en 2012.

Depuis la catastrophe de l'usine AZF le 21 septembre 2001, qui a provoqué la destruction des infrastructures de l'école sur l'île du Ramier, une nouvelle école a été construite au sud-est de Toulouse à Labège, à proximité de bâtiments appartenant à l'INPT. En attendant la fin des travaux en 2009, l'école s'installe sur le campus de Rangueil. La nouvelle école est desservie par la ligne 79, accessible depuis le terminus de la ligne B du métro toulousain [7].

Formations[modifier | modifier le code]

Diplôme d'ingénieur[modifier | modifier le code]

L'école prépare ses diplômés à imaginer et concevoir les procédés de demain, conduire les usines du futur et relever les défis technologiques qui s'annoncent, dans des secteurs aussi variés que la pétrochimie, l'aéronautique, la cosmétique ou encore la pharmacie. Le cursus de formation initiale (FISE) est organisé en six semestres, soit 3 ans après bac+2. Le diplôme d’ingénieur ENSIACET est habilité par la commission des titres d'ingénieur (CTI) : il est aux normes européennes et confère le grade de master (attribution de 300 crédits ECTS) [8]. La formation à l'ENSIACET peut également se faire par alternance, sous statut d'apprenti (FISA) ou par formation continue professionnelle. Enfin l'ENSIACET, en tant qu'établissement habilité par le ministère de l'éducation, de l'enseignement supérieur et de la recherche, peut organiser des épreuves d'examen pour le titre d'ingénieur diplômé par l'État (IDPE). Ces examens consistent en un entretien et une soutenance de mémoire, et concernent des personnes ayant une expérience de cinq ans de « pratique professionnelle dans des fonctions communément confiées à des ingénieurs » [9][10].

Contenu de la formation[modifier | modifier le code]

Les cours dispensés à l’ENSIACET abordent toutes les phases du processus de transformation de la matière et de l’énergie. Lors du 1er semestre de leur scolarité, les étudiants suivent un tronc commun, qui a pour but de leur procurer une vision globale de ces processus, de la phase de recherche pure à la phase d’industrialisation d’un produit. Par la suite, au cours du 2nd semestre de la 1re année, les étudiants sont divisés en cinq départements dans lesquels ils aborderont plus en profondeur la partie du processus de transformation de la matière correspondant à leur spécialité. Ces départements sont au nombre de cinq [11] :

  • Département Chimie (CH), où sont enseignées la synthèse et les applications de molécules complexes, de produits naturels ou synthétiques,
  • Département Matériaux (IMAT), où l’étudiant apprend la science et la technique des différents matériaux et leurs composites,
  • Département Génie chimique (GC), où l’étudiant apprend à maîtriser le développement d’un produit, de l’acte chimique jusqu’à son industrialisation,
  • Département Génie Des Procédés et Informatique (GPI), où l’étudiant apprend à concevoir et à conduire un processus de transformation de matière ou d’énergie sur les plans scientifiques, techniques et économiques,
  • Département Génie Industriel (GI), où l’étudiant apprend à gérer et développer un procédé industriel sur les plans technique, économique et humain.

Les options IMAT, GC et GPI peuvent être suivis par les étudiants en contrat d'apprentissage [12].

L'offre de 3e année[modifier | modifier le code]

En 3e année, les étudiants A7 doivent ensuite se spécialiser en choisissant un pôle et un parcours parmi les suivants [13] :

  • Pôle Matériaux innovants :
    • Parcours Durabilité,
    • Parcours Fonctionnalités,
  • Pôle Ingénierie pour la chimie verte, l'environnement, les bio-procédés :
    • Parcours Chimie verte et biosourcée,
    • Parcours Chimie fine et bio-procédés,
  • Pôle énergie et procédés industriels :
    • Parcours Efficacité et logistique énergétique des systèmes industriels,
    • Parcours Conception et analyse des procédés intensifiés,
  • Pôle Systèmes industriels, ingénierie de projets et d'affaires :
    • Parcours Ingénierie des systèmes industriels,
    • Parcours Ingénierie des systèmes industriels complexes,
  • Pôle qualité, sécurité, management environnemental, ingénierie analytique:
    • Parcours Qualité, sécurité, environnement,
    • Parcours Ingénierie analytique,
  • Parcours transversaux INP Toulouse :
    • Eco-énergie,
    • Ingénierie du développement durable,
    • Génie de l'environnement,
    • Fluides, énergétique et procédés.

Ces options répondent à la demande industrielle, et est ouverte sur la recherche et l'innovation. Après ce semestre de spécialisation, s'en suit le projet de fin d'études (PFE) [11].

Stages[modifier | modifier le code]

En plus des cours, l’étudiant A7 doit effectuer trois stages obligatoires au cours de sa scolarité : un stage ouvrier de 1 à 2 mois à l’issue de la 1re année, un stage technicien de 4 à 5 mois en fin de 2e année et le projet de fin d'études de niveau ingénieur de 6 mois pour conclure sa 3e et dernière année. Ces stages ont pour but la découverte progressive du monde de travail et du monde de l’entreprise et l’utilisation concrète des connaissances acquises en cours [14].

Masters[modifier | modifier le code]

L'ENSIACET propose en plus du diplôme d'ingénieur des masters (bac+5 - 300 crédits ECTS) à finalité recherche un professionnelle dans le domaine « Sciences, Technologie, Santé », en partenariat avec d'autres écoles d'ingénieurs et des universités [15] :

  • Master de recherche « Matériaux : Élaboration, caractérisation et traitements de surface multimatériaux » (M2R MECTS), co-accrédité avec l'ENIT et l'UPS,
  • Master de recherche « Matériaux et structures pour l'aéronautique et le spatial » (M2R MSAS), co-accrédité avec l'école des Mines d'Albi, l'INSA Toulouse et l'UPS,
  • Master de recherche « Génie des Procédés et Bioprocédés » (M2R GPB) co-accrédité avec l'UPS et l'INPT,
  • Master de recherche « Chimie verte » co-accrédité avec l'UPS,
  • Master professionnel « Procédés de Production, Qualité et Contrôle des Produits de Santé » (M2P PPQCPS) co-accrédité avec l'UPS,
  • Master « Eau, environnement, océanographie » avec l'université des sciences et des technologies de Hanoï.

Les masters II de recherche ouvrent la voie de la préparation d'un doctorat. Ils permettent aux élèves-ingénieurs ENSIACET d'obtenir un double diplôme ingénieur ENSIACET + master [16].

Masters internationaux[modifier | modifier le code]

L'école permet aussi aux étudiants d'obtenir un master international ou master of science. Ces formations de deux ans s'adressent en priorité aux étudiants étrangers titulaires d'un bachelor, mais peuvent aussi être suivies par des élèves français souhaitant s'orienter vers l'international. Elles correspondent au grade de master (bac+5), et confèrent 300 crédits ECTS. Les trois masters internationaux de l'ENSIACET sont les suivants [17] :

  • Master international « Mécanique des Fluides et Procédés Industriels », avec l'INSA Toulouse, l'IMFT et l'INPT,
  • Master international « Chimie et Procédés verts pour la biomasse » avec l'INPT,
  • Master international « Ingénierie du Risque dans les Systèmes Industriels » avec l'INSA Toulouse et l'INPT.

Mastères spécialisés[modifier | modifier le code]

L'ENSIACET propose cinq mastères spécialisés, qui sont des formations à visée professionnelle d'une année et conférant le niveau bac+6 [18] :

  • MS « Gestion Globale des Risques Technologiques et Environnementaux » avec l'INSA Toulouse,
  • MS « Gestion des Risques Milieu de Soins » avec l'université d'Angers,
  • MS « Nouvelles Technologies de l’Energie » avec l'ENSEEIHT,
  • MS « Safety engineering and management » avec l'INSA Toulouse et l'INPT,
  • MS « Eco-ingénierie » avec l'INPT.

DHET[modifier | modifier le code]

Enfin, l'école propose six diplômes des hautes études technologiques (DHET). Il s'agit de formations de un an et conférant le niveau bac+5 (300 crédits ECTS) [19] :

  • DHET « Echantillonnage et Analyses Physico-Chimiques »,
  • DHET « Gestion globale des RIsques Technologiques et Environnementaux »,
  • DHET « Qualité, Sécurité, Environnement »,
  • DHET « Gestion des Risques Milieu de Soins »,
  • DHET « Nouvelles Technologies de l’Energie »,
  • DHET « Génie des Systèmes Industriels ».

Recherche[modifier | modifier le code]

Quatre laboratoires reconnus sont hébergés dans les locaux de l’ENSIACET. Ils sont impliqués dans les pôles de compétitivité Cancer-Bio-Santé, Aerospace Valley, Agrimip Innovation et « dans le réseau thématique de recherche avancée Sciences et Technologies pour l’Aéronautique et l’Espace ». Bénéficiant de la reconnaissance du CNRS et de l'INRA et du soutien de nombreux industriels, la recherche y est à la fois académique, attachée à l'avancement des connaissances et soucieuse d'applications industrielles. Ces quatre laboratoires sont [20] :

  • Le CIRIMAT, centre interuniversitaire de recherche et d'ingénierie des matériaux,
  • Le LGC, laboratoire de Génie Chimique,
  • Le LCA, laboratoire de Chimie Agro-industrielle,
  • Le LCC, laboratoire de Chimie de Coordination.

Environ 125 doctorants travaillent dans ces laboratoires. Ils sont encadrés par une centaine d'enseignants-chercheurs de l'ENSIACET et effectuent des recherches sur divers sujets liés à la chimie. 50% de ces recherches sont liées à des contrats industriels.

Par ailleurs, l'ENSIACET participe à 22 programmes de l'agence nationale de la recherche et à 9 programmes européens du 6e PCRD (Programme Cadre de Recherche et Développement), dont 2 en tant que coordinateur.

Relations avec l'international[modifier | modifier le code]

L'ENSIACET dispose d'un réseau d'universités et d'écoles partenaires : environ 70 en Europe et environ 60 dans le reste du monde. Ces partenariats peuvent être faits dans le cadre des programmes Erasmus, FITEC, CREPUQ [21]. Les étudiants peuvent partir à l'étranger en 2e ou 3e années d'études. S'ils partent en 3e année, ils peuvent effectuer un double-diplôme dans l'université partenaire [16].

Admissions[modifier | modifier le code]

La rentrée 2007 à l'ENSIACET.

Les admissions à l'ENSIACET peuvent se faire à bac+2 ou bac+3. La majorité des admis viennent de classe préparatoire aux grandes écoles PC, MP, PSI ou TPC et ont passé les concours communs polytechniques (CCP). L’entrée à l’ENSIACET est alors fonction du degré de réussite au CCP et du département choisi (CH, IMAT, GC, GPI ou GI). Ensuite, les autres étudiants proviennent de la prépa des INP, de la classe préparatoire intégrée Gay-Lussac, de DUT, de BTS, de DEUG/L2, de L3, de licence professionnelle, de CPGE ATS ou encore de M1 [22].

Campus[modifier | modifier le code]

Bureaux[modifier | modifier le code]

Les bureaux sont élus démocratiquement par les cotisants à l'association des élèves de l'A7, au terme de deux semaines de campagne qui ont lieu au mois de février. Pour chaque bureau, plusieurs listes de 15-20 personnes doivent alors être départagées [23] :

  • Le Bureau des élèves (BDE) s'occupe de l'intégration des premières années, gère l'ensemble des clubs de l'école, etc,
  • Le Bureau du foyer (BDF) s'occupe en journée de la cafétéria (Kfet), en vendant des viennoiseries, sandwichs et boissons. C'est également lui qui s'occupe de l'organisation des soirées qui ont habituellement lieu chaque mois,
  • Le Bureau des sports (BDS) propose de participer aux différents tournois sportifs et aux compétitions universitaires de la FFSU,
  • Le Bureau des Arts (BDA) est chargé de l'activité culturelle de l'école en proposant des entrées pour des concerts, spectacles, séances de cinéma, etc. Il organise aussi des week-ends culturels (week-end à Barcelone, randonnée à vélo Toulouse - Carcassonne le long du Canal du Midi…).

Associations et clubs[modifier | modifier le code]

Le club escalade.

Les étudiants de l'ENSIACET ont la possibilité d'intégrer de nombreux clubs : club glisse (ÇaFart'A7), club théâtre, ciné, impro, rando, plongée, voile, photo, BD, jeux de rôle, danse, musique, cuisine (club Arts de la table), bière (abbaye de l'A7), pom-pom, etc [24].

FA7 Junior-Études[modifier | modifier le code]

FA7 Junior-Études existe depuis 2002 et appartient à la Confédération Nationale des Junior-Entreprises.

Elle fonctionne sous la forme d’un cabinet d’étude et a pour objectif de faire réaliser des études pour des entreprises par les élèves ingénieurs de l’A7 (appelés intervenants). La structure est totalement gérée par des étudiants de l'Ecole (les administrateurs), qui vont pouvoir développer des compétences comme le management d'équipe, le développement commercial, la communication, la qualité ou encore la trésorerie, au sein d'une vraie mini-entreprise.

Investie d’une mission pédagogique, FA7 Junior-Études permet aux élèves-ingénieurs de mobiliser les compétences acquises à l’ENSIACET et d’enrichir leur expérience professionnelle, tout en étant rémunérés [25].

Événements[modifier | modifier le code]

Logo de l'A7 sur la place du Capitole lors du rallye dans toulouse 2006.

L'année scolaire est rythmée par de nombreux événements. En voici une liste non exhaustive [26] :

  • Le mois d'intégration a lieu au cours du mois de septembre et prépare les étudiants de première année fraichement arrivés à la vie festive de l'école. Il est marqué par le fameux Rallye dans Toulouse au cours duquel les étudiants - déguisés - doivent suivre un parcours prédéfini. C'est également au cours du mois d'intégration qu'ont lieu le barathon, le rallye des apparts, la soirée parrainage.
  • Le WEI ou Week-end d'intégration, ce sont les trois derniers jours (vendredi, samedi, dimanche) qui concluent le mois d'intégration. Il a lieu au bord de la mer (mer Méditerranée ou océan Atlantique).
  • Le week-end à Barcelone, organisé par le BDA au cours du mois de novembre, il s'agit d'un week-end culturel organisé conjointement avec les autres écoles de l'INPT. C'est pourquoi le nombre de places y est assez limité.
  • Le Gala, c'est LA soirée de l'année au cours de laquelle une tenue de soirée est obligatoire.
  • Les week-ends sportifs jalonnent l'année (INPiades, TIC, challenge de la Garonne, tournoi du Midi). C'est l'occasion d'affronter les autres écoles de l'INPT, les écoles de chimie de France.
  • Les soirées organisées tout au long de l'année par le BDF (Halloween, Noël, fin d'année, etc), elles sont réputées dans toute la ville de Toulouse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent PRAT
  2. ÉTABLISSEMENTS MEMBRES
  3. Décret n° 2000-1158 du 24 novembre 2000 modifiant le décret n° 85-1243 du 26 novembre 1985 portant création d'instituts et d'écoles internes dans les universités et les instituts nationaux polytechniques
  4. Décret n°69-930 du 14 octobre 1969 PORTANT APPLICATION AUX INSTITUTS DE FACULTES OU D'UNIVERSITE PREPARANT A UN DIPLOME D'INGENIEUR DE LA LOI 68978 DU 12-11-1968
  5. L'ENSIACET : toute une histoire Une demarche scientifique pionnière inspirée par des valeurs humaines (lire en ligne)
  6. Laurent Marcaillou, « Un nouveau campus pour l'école d'ingénieurs Ensiacet de Toulouse », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  7. Laurent Conreur, « Labège. ENSIACET : la chimie logée dans un hôtel cinq étoiles », La Dépêche,‎ (lire en ligne)
  8. Commission des titres d'ingénieurs, Avis n° 2014/03-02 relatif à l’accréditation de l’Institut national polytechnique de Toulouse (INPT) - Ecole nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques (ENSIACET) à délivrer des titres d’ingénieur diplômé, , 4 p. (lire en ligne)
  9. Article L642-9 du code de l’éducation
  10. Décret n°2001-274 du 30 mars 2001 relatif au titre d’ingénieur diplômé par l’État
  11. a et b « Cursus ENSIACET », sur http://www.ensiacet.fr/ (consulté le 24 septembre 2017)
  12. « Ingénieur ENSIACET par l'apprentissage », sur http://www.ensiacet.fr (consulté le 24 septembre 2017)
  13. « L'offre de 3e année à l'INP-ENSIACET », sur http://www.ensiacet.fr/ (consulté le 24 septembre 2017)
  14. « Stages - ENSIACET », sur http://www.ensiacet.fr/ (consulté le 24 septembre 2017)
  15. « Master - ENSIACET », sur http://www.ensiacet.fr/ (consulté le 24 septembre 2017)
  16. a et b « Echanges et autres diplômes », sur http://www.ensiacet.fr/ (consulté le 24 septembre 2017)
  17. « Master international - ENSIACET », sur http://www.ensiacet.fr/ (consulté le 24 septembre 2017)
  18. « Mastère spécialisé - ENSIACET », sur http://www.ensiacet.fr/ (consulté le 24 septembre 2017)
  19. « DHET - ENSIACET », sur http://www.ensiacet.fr/ (consulté le 24 septembre 2017)
  20. « Recherche - ENSIACET », sur http://www.ensiacet.fr/ (consulté le 24 septembre 2017)
  21. « Les programmes de mobilité - ENSIACET », sur http://www.ensiacet.fr/ (consulté le 24 septembre 2017)
  22. « Admission - ENSIACET », sur http://www.ensiacet.fr (consulté le 24 septembre 2017)
  23. « Les bureaux - BDE ENSIACET », sur https://www.bde.ensiacet.fr (consulté le 24 septembre 2017)
  24. « Tous les clubs - BDE ENSIACET », sur https://www.bde.ensiacet.fr (consulté le 24 septembre 2017)
  25. « FA7 - ENSIACET », sur http://www.ensiacet.fr (consulté le 24 septembre 2017)
  26. « Calendrier des événements - ENSIACET », sur http://www.ensiacet.fr/ (consulté le 24 septembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]