Crédit suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Crédit suisse
logo de Crédit suisse
illustration de Crédit suisse
Le siège du Crédit suisse à Zurich, en Suisse.

Création 5 juillet 1856
Dates clés 19 mars 2023 : rachat par UBS
Fondateurs Alfred Escher[1]
Forme juridique Société anonyme
Action SIX : CSGN
NYSE : CS
Siège social ZurichVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau de la Suisse Suisse
Direction Axel Lehmann (PCA)
Ulrich Körner (DG)
Francesca McDonagh (DOP)
Actionnaires Saudi National Bank : 9,88%
Qatar Holding : 5,03%
Activité Finance
Produits Banque d'investissement, Banque privée, Banque de détail
Société mère UBS Group AG
Effectif 45 680 ETP[2] (2018)
Site web www.credit-suisse.com

Chiffre d'affaires 22,48 milliards de francs suisses (2019)[3]
Actifs sous gestion 1 521 G$ ()[5]Voir et modifier les données sur Wikidata
Résultat net 3,42 milliards de francs suisses (2019)[4]
en augmentation +69% (vs 2018)[4]
Société précédente Banque populaire suisse et Crédit suisse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Le Crédit suisse, devenu Credit Suisse Group AG (selon les changements de statut et de raison sociale intervenus en 1989 puis en 1993), est un groupe bancaire dont le siège social est basé à Zurich, en Suisse[6]. Sa clientèle englobe des particuliers, des entreprises et des organismes gouvernementaux. Les actions nominatives de Credit Suisse Group AG (CSGN) sont cotées en Suisse, ainsi qu'à la bourse de New York. Le groupe emploie environ quarante-sept mille personnes dans le monde entier. En 2016, les actifs gérés s’élèvent à 1 251 milliards de francs suisses[7]. La banque est régulièrement listée parmi les Bulge Brackets, le groupe comprenant les banques d'investissement les plus rentables ainsi que les plus importantes pour le système financier mondial[8].

Le , UBS rachète le Crédit suisse pour 3 milliards de francs suisses, alors que la banque est dans une situation difficile[9],[10]. Dans ce cadre, Crédit Suisse fusionne avec UBS, une opération dont la finalisation est prévue dans le courant de l'année 2024[11], et le Président d'UBS annonce la disparition à terme de la marque Crédit Suisse[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le siège du Crédit suisse sur la Paradeplatz à Zurich (1895).
L'action de la Schweizerische Kreditanstalt, datée du .
L'agence bancaire du Crédit suisse à Zermatt (2007).
Le logo du Crédit suisse à la succursale d'Oerlikon à Zurich (2019).
Le logo du Crédit suisse et le Palais fédéral sur la place Fédérale en arrière-plan à Berne (2023).

La Schweizerische Kreditanstalt (SKA) est créée à Zurich en 1856 par des industriels et des politiciens avec l’aide d’Alfred Escher[13],[14]. Elle devient rapidement la première banque commerciale de Suisse, travaillant principalement dans le crédit (clients commerciaux), elle finance ainsi une part importante du transport ferroviaire en Suisse. Une réorganisation est effectuée dans les années 1860, à la suite de pertes et de mauvaises spéculations. SKA participe en 1879 à la création de la Banque suisse des chemins de fer, en 1890 à celle de la Banque des chemins de fer orientaux et en 1895 à celle de la banque d’entreprises électriques. À partir de 1905, avec l’ouverture d’une succursale à Bâle, la banque commence à créer son réseau de succursales dans le pays. Le premier conflit mondial fait souffrir la banque en ce qui concerne ses opérations internationales. Les années 1930, puis la Seconde Guerre mondiale lui permettent de financer un contingent de 12 000 anciens nazis en Argentine via un compte estimé à 35 milliards d'€, spoliés à des familles juives[15].

La première succursale à l’extérieur de la Suisse est ouverte en 1940 à New York. S’ensuit une longue période de croissance et développement, pendant laquelle de nombreuses succursales voient le jour à travers le monde. En 1977, le scandale de Chiasso survient ; la banque y perd 1,4 milliard de francs suisses. En 1988, le Crédit suisse acquiert une participation de 44,5 % dans First Boston, par la fusion de First Boston et Credit Suisse-First Boston[16],[17], une coentreprise entre les deux groupes datant de 1978[18]. La nouvelle entité après cette opération, prend le nom de Credit Suisse First Boston[18]. En 1989, le Crédit suisse change de statut pour devenir une holding nommée Credit Suisse Holding AG. En 1990, le Crédit suisse monte sa participation dans First Boston, de 44,5 % à 60 %[19]. En 1990, il acquiert une participation majoritaire dans Bank Leu, la plus vieille banque de Suisse[20]. En 1993, le Crédit suisse acquiert la Banque populaire suisse (BPS), pour 1,6 milliard de francs suisses[21]. L'année suivante, il acquiert la nouvelle banque d'Argovie pour 900 millions de francs suisses[21].

En 1997, la CS Holding change de statut pour devenir le Credit Suisse Group[13]. La même année, le groupe fusionne ses activités avec Winterthur assurances, créant un ensemble ayant une capitalisation de 21 milliards de livres[13],[22],[23]. Toujours en 1997, il rachète les activités françaises de la banque Hottinguer à Paris. En 1998, il acquiert Banco Garantia, une banque brésilienne spécialisée dans la banque d'affaires, pour un milliard de francs suisses[24]. En 2000, le groupe emploie environ quatre-vingt mille personnes dans le monde, pour vingt-huit mille en Suisse.

En 2000, le Crédit suisse reprend pour 12,8 milliards de dollars Donaldson, Lufkin & Jenrette (DLJ), une banque américaine d'investissement détenue à 70 % par Axa[25],[26]. En 2003, il vend Pershing, une filiale de Credit Suisse First Boston, pour 2 milliards de dollars à Bank of New York[27]. La même année, il cède les sociétés de la Winterthur Republic aux États-Unis, pour 127 millions d'euros[28] ; il cède également Winterthur Italie pour 1,47 milliard d'euros à Unipol Assicurazioni, ainsi que Churchill Insurance Group, filiale spécialisée dans l'assurance au Royaume-Uni[29]. En 2006, il cède Winterthur à Axa pour 6,2 milliards de livres[30]. En , le Crédit suisse est touché par la crise des subprimes du marché hypothécaire américain.

En 2006, le Crédit suisse annonce la fusion de ses activités dans la banque privée en fusionnant Credit Suisse Fides, Clariden Bank, BGP Banca di Gestione Patrimoniale, Bank Hofman et Bank Leu regroupées dans une nouvelle entité nommée Clariden Leu[31]. À la fin de 2006, la fusion des activités banque privée et Leasing et de l'intégration City Bank SA forme sa filiale Bank-now, spécialisée dans la banque privée et le leasing, qui dispose de vingt-quatre succursales réparties dans toute la Suisse et emploie plus de trois cents collaborateurs.

En , le Crédit suisse paie une amende de 2,6 milliards de dollars aux États-Unis pour son aide à l'évasion fiscale de ressortissants américains[32]. En , il annonce la réduction de la taille de ses activités dans la banque d'investissement avec la suppression de deux mille postes dans cette branche. Au total, six mille suppressions de postes sont prévues pour 2016[33]. En décembre de la même année, le Crédit suisse annonce avoir conclu un accord avec le ministère de la Justice américain sur la crise des subprimes contre le paiement de 5,28 milliards de dollars[34]. En , il doit payer une nouvelle amende de quatre cents millions de dollars pour mettre fin aux poursuites engagées par le régulateur américain des caisses d'épargnes dans le cadre de la crise des subprimes[35]. En , le Crédit suisse annonce l'acquisition de 17 % dans sa filiale chinoise Credit Suisse Founder Securities pour faire monter sa participation dans cette dernière à 51 %[36]. En , le Crédit suisse annonce une réorganisation de ses activités en Suisse, qui passe entre autres par la fusion des activités de la filiale régionale Neue Aargauer Bank avec celles exploitées sous la marque Crédit suisse, par une suppression de 500 postes et par un développement des services numériques[37].

En 2021, l'effet de la débâcle du fonds d'investissement Archegos Capital sur les comptes de la banque est estimé 4,4 milliards de francs suisses (environ 4 milliards d'euros)[38].

En , le Crédit suisse annonce une perte avant impôt susceptible d'atteindre 1,5 milliard de francs au quatrième trimestre et informe que des clients fortunés avaient effectué d'importants retraits de fonds. L'action Crédit suisse tombe à un plus bas historique, à moins de trois francs suisses, après le très mauvais accueil réservé au droit de souscription de la banque déficitaire. Le Crédit suisse, affaibli par une série de scandales et de pertes financières, s'efforce alors de financer sa restructuration notamment en procédant à une augmentation de capital de quatre milliards de francs[39].

Le , le cours de l'action Crédit suisse chute de plus de 30 % après que l'actionnaire saoudien a déclaré ne pas vouloir augmenter sa participation. Le Crédit suisse étant une banque considérée comme systémique, elle entraîne dans sa chute des mouvements de forte baisse des actions bancaires et plus généralement des bourses mondiales pendant les jours qui suivent[40],[41].

Rachat et fusion avec UBS[modifier | modifier le code]

Le , le Financial Times annonce le rachat du Crédit suisse par UBS[10]. L'information est confirmée par la suite par le gouvernement fédéral suisse. Le Crédit suisse annonce qu'un accord de fusion a été conclu dont UBS sera l'entité survivante après la clôture de la transaction de fusion, qui sera finalisée dans le courant de l'année 2024[11]. Ce rachat a pour but d’éviter un mouvement de panique à la réouverture des marchés. La transaction s’élève à 3 milliards de francs suisses[42],[43]. En retour, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter annonce que UBS va bénéficier d'une garantie de 9 milliards de francs suisses de la part du gouvernement suisse. Pour soutenir financièrement UBS dans la réalisation de l'opération, la Banque nationale suisse (BNS) a accepté de prêter jusqu'à 100 milliards de francs suisses[44]. Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), salue « l'action rapide » des autorités suisses[9].

Le , le rachat du Crédit suisse par UBS provoque initialement une baisse du secteur bancaire européen avant que les cours remontent fortement pour terminer la séance en hausse[45],[46],[47]. Le , Ammar al-Khudairy, le président de la Saudi National Bank (SNB) qui est le premier actionnaire du Crédit suisse avant son rachat au début du mois, démissionne après le rachat du Crédit suisse[48],[49],[50]. Le conseil d'administration de la banque nationale saoudienne « a accepté la démission » d'Ammar al-Khudairy « pour des raisons personnelles », selon le communiqué[51],[52].

Le , le Crédit suisse est accusé d'avoir caché 100 millions de dollars au fisc américain à la suite d'un rapport du Sénat des États-Unis[53],[54]. Ce rapport est la conclusion de deux années d'enquête menée afin de s'assurer que le Crédit suisse avait bien modifié ses pratiques en la matière, après avoir accepté en 2014 de payer une amende de 2,6 milliards de dollars pour mettre fin à des poursuites face aux mêmes accusations[55].

Le , l’hebdomadaire zurichois SonntagsZeitung avance, en citant des sources internes anonymes, que 25 000 à 36 000 postes, soit de 20 % à 30 % de l'effectif, pourraient être supprimés à la suite de la fusion des deux groupes bancaires[56],[57]. Crédit suisse prévoyait déjà 9 000 suppressions de postes d'ici 2025 avant l’opération[58],[59].

Le , le gouvernement suisse supprime primes et bonus des dirigeants du Crédit suisse. Un millier d'employés sont concernés, l'opération réduit les coûts de personnel de 50 à 60 millions d'euros[60].

Le 31 octobre 2023, le Président d'UBS Sergio Ermotti confirme que la marque Crédit Suisse ne sera pas conservée et est vouée à disparaître[61].

Réactions politiques[modifier | modifier le code]

Le conseiller national et président du groupe socialiste à l'Assemblée fédérale Roger Nordmann, déclare le 19 mars dans le cadre de cette opération de rachat, que le peuple suisse et la Banque nationale suisse (BNS) risquent au total 209 milliards. Il condamne l'échec de la politique de surveillance du secteur bancaire, pointant le laxisme de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA), et le peu de marge de manœuvre que lui donne la loi pour exercer son devoir de surveillance des banques systémiques. Il rappelle que la gauche avait demandé de séparer les activités bancaires des activités spéculatives, ainsi que la fin des bonus dans les banques systémiques qui offre ce type de risque. Il note que la majorité de droite, UDC, PLR et Le Centre (anciennement PDC et PBD), avaient refusé ces propositions[62].

Le , l’UDC déclare considérer que la crise du Crédit suisse est la conséquence d’une « mauvaise gestion » et du copinage des dirigeants avec le PLR. Thierry Burkart, président du PLR réplique en accusant l’UDC de faire du populisme à bon marché, et demande que les responsabilités soient clarifiées, afin notamment de déterminer si l’FINMA a fait son travail ou non. Il ajoute : « Dans ce contexte, il convient de rappeler que le Département fédéral des finances a été dirigé jusqu’à récemment par un ténor de l’UDC », ciblant directement l’ex-conseiller fédéral Ueli Maurer. Le PLR, à la suite de ce rachat, veut également éviter la création d’une mégabanque[63].

Le , plus d’un quart des membres du Conseil national demande la convocation d’une session extraordinaire du Parlement. Celle-ci a lieu des 11 au [64].

Commission d'enquête parlementaire en Suisse[modifier | modifier le code]

En juin 2023, une commission d'enquête parlementaire est avalisée par le Conseil national et le Conseil des États sur le rachat de Crédit suisse par UBS. La commission comptera quatorze membres, sept issus du Conseil national et sept issus du Conseil des États, selon la répartition suivante : 3 PLR, 3 UDC, 3 du Centre, 2 du PS, 2 des Verts et 1 membre vert’libéral. Onze membres proviennent de la Suisse alémanique et trois de la Suisse romande[65].

Actionnaires[modifier | modifier le code]

En août 2022, le premier actionnaire du Crédit suisse est la société de gestion américaine Harris Associates. Harris Associates détient plus de 10 % du capital-action, soit l’équivalent de 1,2 milliard de francs au cours du jour. Elle est elle-même contrôlée par le groupe bancaire français Natixis[66]. L'ensemble de cette participation est ensuite vendue début mars 2023[67]. Le premier actionnaire devient alors la Saudi National Bank avec 9,88 % du capital[68]. Celle-ci déclare début mars 2023 ne pas vouloir soutenir le Crédit suisse en augmentant sa participation.

Faits et chiffres[modifier | modifier le code]

Les actions nominatives de Credit Suisse Group sont cotées à la bourse suisse à Zurich, dans l'indice principal SMI, ainsi qu’au New York Stock Exchange (NYSE), sous la forme d’American depositary receipts (ADR)[69].

Au  :

  • au premier trimestre 2005, le groupe a réalisé un bénéfice net de 1 910 millions de francs suisses ;
  • le groupe a enregistré des actifs gérés de 1 271,6 milliards de francs suisses ;
  • le groupe a affiché un total de bilan de 1 159 711 millions de francs suisses ;
  • le ratio BRI cat. 1 du groupe s’est situé à 12,1 %.

En 2016 :

  • le groupe gère des actifs d'un montant de 1 251 milliards de francs suisses[70] ;
  • au , les notations de long terme de l'entité Credit Suisse AG sont A1 pour Moody's, A pour Standard & Poor's et A pour Fitch Ratings[71] ;
  • le groupe opère dans une cinquantaine de pays et emploie 47 170 personnes[70] originaires de plus de cent nations ;
  • au , les actionnaires enregistrés sont au nombre de 118 019, dont 86 % d'investisseurs institutionnels, 10 % d'investisseurs privés et 4 % d'autres investisseurs[70].

Au premier trimestre de 2021 :

  • Le groupe gère des actifs d'un montant de 1 600 milliards de francs suisses[72].

Organisation[modifier | modifier le code]

La banque est légalement organisée en deux organismes nommés officiellement Credit Suisse Group AG et Credit Suisse AG, dont dépendent des filiales regroupées en quatre divisions intitulées[73] :

  • Global Markets and IB&CM Divisions (marchés mondiaux, banque d'investissement, marchés de capitaux) : 14 620 employés en 2016[70] ;
  • Asia Pacific Division (Asie et Pacifique) : 6 980 employés ;
  • International Wealth Management Division (gestion de patrimoine internationale) : 10 300 employés ;
  • Swiss Universal Bank Division (banque universelle en Suisse) : 13 140 employés.

Directeurs généraux[modifier | modifier le code]

Directeurs généraux du Crédit suisse depuis 1963[74],[75],[76],[77],[78],[79],[80],[81],[82]
Noms Dates Commentaires
Ulrich Körner depuis juillet 2022
Thomas Gottstein février 2020 – juillet 2022
Tidjane Thiam 2015 – 2020
Brady Dougan 2007 – 2015
Oswald Grübel 2004 – 2007 a aussi été directeur général de l'UBS de 2009 à 2011
Oswald Grübel et John Mack 2002 – 2004 direction bicéphale
Lukas Mühlemann 1997 – 2002
Josef Ackermann 1993 – 1996
Robert A. Jeker 1983 – 1993
Rainer E. Gut 1977 – 1982 devenu par la suite de 1983 à 2000, président du conseil d'administration et depuis 2000 président d'honneur du Crédit suisse[83]
Heinz R. Wuffli 1973 – 1977 donnera sa démission à la suite du scandale de Chiasso[84]
Eberhard Ernst Reinhardt 1963 – 1973

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Le premier signe SKA de 1856 - le lettrage SKA - a été suivi en 1930 d'une pièce de monnaie de 20 étoiles pour les succursales et le siège social. La nouvelle marque de 1952 contenait pour la première fois une image ; elle montre une ancre comme symbole de confiance, entourée par Anchored in Trust au-dessus et Schweizerische Kreditanstalt au-dessous.

En 1967, la banque lance sa première campagne publicitaire systématique. En 1968, la croix de Wermelinger a été choisie comme nouveau logo à la suite d'un large concours.

En 1976, SKA a de nouveau introduit un nouveau logo en rouge, blanc et bleu. En 1997, le logo a été révisé et modernisé. En 2006, le Crédit suisse lance un nouveau logo à l'occasion de son cent cinquantième anniversaire. En 2022, la banque retouche légèrement son logo ; les initiales « C » et « S » ont désormais la même taille que les autres lettres.

Produits financiers[modifier | modifier le code]

Le Crédit suisse soutient une stratégie appelée bancassurance qui consiste à essayer d'être une entreprise unique qui offre tous les produits de services financiers communs[85],[86]. La banque d'investissement s'adresse aux entreprises et aux particuliers fortunés de plus de cinquante mille euros[Information douteuse][87].

Le Crédit suisse a développé le modèle « CreditRisk+ » d'évaluation des risques dans les prêts, qui se concentre exclusivement sur la probabilité de défaut sur la base de la méthode exogène de Poisson[88]. En 2002, environ 20 % des revenus du Crédit suisse provenaient des activités d'assurance qu'il avait acquises lors de l'acquisition de l’assurance Winterthur en 1997[89]. Les produits d'assurance de la banque d'investissement sont principalement populaires sur le marché intérieur et comprennent, entre autres, des produits d'assurance automobile, incendie, habitation, vie, invalidité et retraite[90]. Historiquement, 20 à 40 % des revenus de la banque proviennent des services bancaires privés, l'une de ses divisions à marge bénéficiaire plus élevée[91].

Le Crédit suisse produit l'un des six hedge funds qui suivent les indices boursiers européens utilisés pour évaluer la performance des marchés[92],[93]. La banque d'investissement détient également une participation de 30 % dans la société d'investissement de fonds de couverture York Capital Management. York vend des hedge funds de manière indépendante à ses propres clients, tandis que le Crédit suisse les offre également à des clients de sa banque privée[94]. Le Crédit suisse gère les instruments financiers de l'indice Dow Jones Credit Suisse long/short equity (initialement appelé Credit Suisse/Tremont Hedge Fund Indexes)[95].

Selon un article paru en 2011 dans SeekingAlpha, les gestionnaires de placement du Crédit suisse privilégient les valeurs financières, technologiques et énergétiques[96]. Le responsable des investissements en actions de la banque en Europe a déclaré que l'équipe se concentre sur « la valeur avec un accent sur les flux de trésorerie disponibles ». Elle s'intéresse également aux sociétés qui subissent des changements de gestion susceptibles d'influencer le cours des actions. Selon un article paru dans le Wall Street Journal, le responsable du International Focus Fund du Crédit suisse ne conserve qu'un portefeuille de 40 à 50 actions au lieu de la norme sectorielle de plus de 100[97]. Le Crédit suisse publie ses conseils en placement dans quatre publications : Compass, Viewpoints, Research et le Credit Suisse Investment Committee Report[98].

Pris à partie en par des militants pour le climat qui ont joué au tennis dans les agences de Lausanne, Genève et Bâle pour protester contre les investissements de la banque dans les énergies fossiles, le Crédit suisse a rejeté le désinvestissement complet des combustibles fossiles mais a déclaré qu'il « cherche à aligner ses portefeuilles de prêts sur les objectifs de l'accord de Paris » et « n'investira plus dans de nouvelles centrales à charbon »[99]. Le thème du tennis a été choisi pour inciter Roger Federer à rompre son lien avec ce sponsor[100].

Condamnations et controverses[modifier | modifier le code]

Violation des sanctions américaines[modifier | modifier le code]

En , le Crédit suisse a accepté de payer 536 millions de dollars aux autorités américaines pour mettre fin aux poursuites pour violation des sanctions économiques américaines visant plusieurs pays, dont l’Iran et le Soudan[101],[102].

Évasion fiscale[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

En , le Crédit suisse a été condamné à payer 2,6 milliards de dollars (amendes et remboursements) à différentes autorités américaines pour avoir aidé des citoyens américains à dissimuler à l’étranger des comptes bancaires[103],[104]. Cette condamnation fait notamment suite à l'audition le 26 février 2014 devant le Sénat des États-Unis, du directeur général Brady Dougan. Il est questionné notamment par les sénateurs Carl Levin, John McCain, Tom Coburn, sur la base d'un rapport de 200 pages, qui indique notamment que la banque aurait servi plus de 22 000 clients totalisant une fortune de 12 milliards de francs, à l’époque de grande activité offshore avec les États-Unis. La plus grande partie de cette somme, soit entre 85 et 95%, aurait échappé à l’impôt[105].

En France[modifier | modifier le code]

En 2016, le Parquet national financier (PNF) reçoit des signalements dans le cadre d’une entraide financière pour blanchiment de fraude fiscale et de démarchage bancaire illégal. Son enquête montre que 5 000 clients français disposaient de comptes au Crédit suisse non déclarés à l’administration fiscale française, pour un total de 2 milliards d’euros dissimulés[106].

En octobre 2022, par une Convention judiciaire d'intérêt public (CJIP), l'entreprise accepte de payer 238 millions en échange de l'abandon des poursuites pour démarchage illégal de clients et blanchiment aggravé de fraude fiscale en France. Le Crédit suisse accepte une CJIP avec le Parquet national financier (PNF). Elle évite ainsi un procès en France et solde son litige tant avec l’administration fiscale française (115 millions d’euros de dommages et intérêts) et avec le PNF (amende de 123 millions d’euros)[107].

Corruption[modifier | modifier le code]

En , la filiale hongkongaise du Crédit suisse a payé près de 77 millions de dollars d'amende au département de la Justice américain et à la Securities and Exchange Commission (SEC) pour des faits de corruption en Chine[108],[109]. Elle était accusée d'avoir embauché, de 2007 à 2013, des proches de responsables politiques chinois afin de gagner les faveurs de ces derniers et générer ainsi davantage de revenus.

Argent sale et blanchiment[modifier | modifier le code]

En février 2022, le Crédit suisse est au centre de la fuite d'information « Suisse Secrets » dévoilée par le Organized Crime and Corruption Reporting Project[110].

Liens avec les oligarques russes[modifier | modifier le code]

En mars 2022, dans les suites de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022, le Crédit suisse a possiblement demandé aux investisseurs de détruire les documents liés aux prêts aux oligarques russes pour achats de yachts, de jets privés, de biens immobiliers et d'actifs financiers. Selon le Financial Times, le Crédit suisse a utilisé des produits dérivés pour se décharger de risques liés à 2 milliards de dollars de prêts aux oligarques russes[111].

Autres scandales[112][modifier | modifier le code]

Depuis mars 2021, le Crédit suisse a connu plusieurs scandales[113] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Escher: The Founder of Modern Switzerland », sur credit-suisse.com (consulté le ).
  2. (en) « Annual Earningd 2018 » [PDF], sur credit-suisse.com, Zürich, Credit Suisse Group AG.
  3. « Credit Suisse: bénéfice net en hausse de 69% en 2019, à 3,4 milliards CHF », sur lefigaro.fr (consulté le ).
  4. a et b « Le bénéfice de Credit Suisse a bondi en 2019 », sur tdg.ch (consulté le ).
  5. « https://www.advratings.com/top-asset-management-firms »
  6. (en) « Credit Suisse, Zurich »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur schweizer-banken.info (consulté le ).
  7. « Company Profile 2016 » [PDF], sur credit-suisse.com.
  8. (en-US) « Bulge Bracket Investment Banks - List of Top Global Banks », sur corporatefinanceinstitute.com, (consulté le ).
  9. a et b « Credit Suisse racheté en urgence par UBS « pour rétablir la confiance » », sur Le Monde, (consulté le ).
  10. a et b (en) Arash Massoudi, Stephen Morris, James Fontanella-Khan, Laura Noonan, Owen Walker et Sam Jones, « UBS agrees $3.25bn rescue deal for rival Credit Suisse », sur Financial Times, (consulté le ).
  11. a et b « UBS et Credit Suisse officialisent la fusion », sur Agefi.com (consulté le ).
  12. https://www.leparisien.fr/economie/le-patron-dubs-annonce-la-disparition-a-terme-de-la-marque-credit-suisse-31-10-2023-WW2ZYMLNPFCUXFO2FS5ZSKLQVU.php
  13. a b et c Jan-Henning Baumann, « Crédit suisse » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du ..
  14. « Journal de Genève » Accès libre, sur Le Temps Archives, .
  15. L'incroyable fichier découvert en Argentine sur l'argent des nazis, franceinfo
  16. James Sterngold, « Conflict Over First Boston Merger », sur nytimes.com, .
  17. Cal Mankowski, « First Boston deal expands Credit Suisse Presence », sur washingtonpost.com, .
  18. a et b « First Boston and Affiliate of Swiss Bank to Merge », sur latimes.com, Los Angeles Times, .
  19. « Le bénéfice de CS First Boston a atteint 215 millions de dollars », sur lesechos.fr, .
  20. « Credit Suisse Parent to Buy Stake in Oldest Swiss Bank », sur nytimes.com, The New York Times, .
  21. a et b « Le Crédit Suisse rachète la plus grosse des banques régionales helvétiques », sur lesechos.fr, .
  22. Tom Stevenson, « Credit Suisse and Winterthur merger creates pounds 21bn giant », sur independent.co.uk, .
  23. « Merger of Winterthur and Credit Suisse Group », sur credit-suisse.com, .
  24. Robin Bleeker, « Credit Suisse Group reprend Banco Garantia pour 1 milliard de francs »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur letemps.ch, Le Temps, Lausanne, .
  25. Patrick Mcgeehan, « Credit Suisse Deal for Donaldson, Lufkin Seen », sur nytimes.com, The New York Times, .
  26. « Avec l'acquis de Donaldson, Lufkin & Jenrette, Credit Suisse First Boston change d'échelle à Paris », sur lesechos.fr, .
  27. « Bank of New York rachète Pershing à Credit Suisse First Boston », sur lesechos.fr, .
  28. « Winterthur vend sa filiale américaine Republic », sur lesechos.fr, .
  29. Heather Timmons, « Credit Suisse Sells Another Insurance Unit », sur nytimes.com, The New York Times, .
  30. Phillip Inman, « Axa pays Credit Suisse £6.2bn for Winterthur », sur theguardian.com, The Guardian, .
  31. Helen Thomas, « Credit Suisse to merge private banks », sur ft.com, The Financial Times, .
  32. « Les États-Unis, spécialiste des amendes records pour les banques », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  33. Jade Grandin de l'Eprevier, « Credit suisse supprime 2 000 emplois supplémentaires », sur lemonde.fr, Le Monde, .
  34. « Credit Suisse et la justice américaine trouvent un accord dans l’affaire des subprimes », sur lemonde.fr, Le Monde, .
  35. « « Subprime » : une nouvelle amende de 400 millions pour Credit Suisse »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur letemps.ch, .
  36. « Credit Suisse aims to take control of China securities venture », sur Reuters, .
  37. « La deuxième banque suisse annonce des licenciements », sur La Tribune (consulté le ).
  38. Anne Drif, « La débâcle d'Archegos coûte très cher à Credit Suisse », sur lesechos.fr, .
  39. Credit Suisse au plus bas, forte baisse de son droit de souscription, lesechos.fr, 29 novembre 2022
  40. « Credit Suisse : le premier actionnaire ne veut « absolument pas » monter davantage au capital », sur lefigaro.fr, .
  41. « Credit Suisse : les raisons d'une incroyable descente aux enfers », sur challenges.fr, .
  42. « Crise des banques : UBS rachète Crédit Suisse pour "rétablir la confiance" », sur France Info, (consulté le ).
  43. Jeanne Bulant, « Crise bancaire : UBS rachète son concurrent Crédit suisse pour plus de 3 milliards d'euros », sur BFM Business, (consulté le ).
  44. (en-US) Michael J. de la Merced, Maureen Farrell et Andrew Ross Sorkin, « UBS Agrees to Buy Rival Credit Suisse », sur The New York Times, (consulté le ).
  45. « Bourse : le secteur bancaire européen chute après le rachat de Crédit Suisse par UBS », sur France Info, (consulté le ).
  46. « Pourquoi le sauvetage de Credit Suisse par UBS provoque une chute des autres banques », sur BFM Bourse, (consulté le ).
  47. « Acalmie boursière pour les banques, la Fed doit reprendre la main », .
  48. « Le président de la Saudi National Bank démissionne après le rachat de Credit Suisse », sur Le Figaro, (consulté le ).
  49. « Le président de la Saudi National Bank démissionne après le rachat de Credit Suisse », sur BFM Business, (consulté le ).
  50. « Le président de la Saudi National Bank démissionne après le rachat de Credit Suisse », sur RTS, (consulté le ).
  51. « Arabie saoudite : après le rachat de Credit suisse, le n°1 de la Saudi National Bank démissionne », sur Capital, (consulté le ).
  52. « Débâcle de Credit Suisse : le président de la Saudi National Bank démissionne », sur La Tribune, (consulté le ).
  53. « Credit Suisse accusé de complicité d'évasion fiscale par un rapport du Sénat américain », sur Capital, (consulté le ).
  54. « Selon une commission sénatoriale américaine, le Credit Suisse continue d'aider les riches à échapper à l'impôt aux États-Unis - Actualités Bourse | Zonebourse », sur Zonebourse.com, (consulté le ).
  55. « Credit Suisse accusé d'avoir caché 100 millions de dollars au fisc américain », sur Challenges, (consulté le ).
  56. Jean-Michel Bezat, « Credit Suisse-UBS : « la fusion va accroître la saignée dans les effectifs, en faisant apparaître des redondances » », sur Le Monde, (consulté le ).
  57. « Crédit Suisse racheté par UBS: entre 20 et 30% des emplois pourraient être supprimés », sur BFM Business, (consulté le ).
  58. « Casse sociale chez Credit Suisse/UBS : 25.000 à 36.000 emplois menacés », sur Challenges, (consulté le ).
  59. « La mégabanque née du rachat de Credit Suisse par UBS envisage de tailler fortement dans ses effectifs », sur La Tribune, (consulté le ).
  60. Le gouvernement suisse supprime primes et bonus des dirigeants de Credit Suisse, lefigaro.fr, 5 avril 2023
  61. https://www.letemps.ch/economie/sergio-ermotti-la-marque-credit-suisse-va-disparaitre#:~:text=A%20terme%2C%20%C2%ABla%20marque%20Credit,%C3%A0%20venir%20durant%20cette%20p%C3%A9riode
  62. Téléjournal 19h30, du 19 mars 2023, Radio télévision suisse
  63. Le PLR s’en prend à Ueli Maurer et veut empêcher une mégabanque, Le Matin, 20 mars 2023
  64. « Le Parlement va se réunir pour parler du rachat de Credit Suisse », sur Blick, (consulté le ).
  65. La Fribourgeoise Isabelle Chassot présidera la CEP sur Credit Suisse, 20 Minutes, 13 juin 2023
  66. Mathilde Farine, Américain, le premier actionnaire de Credit Suisse a-t-il doublé ses parts?, letemps.ch, 11 août 2022
  67. « Former top Credit Suisse shareholder Harris Associates sells out of bank », Financial Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  68. « La chute de Credit Suisse fait trembler les marchés », sur BOURSE, (consulté le ).
  69. (en) « Share Information », sur credit-suisse.com (consulté le ).
  70. a b c et d (en) « Company profile 2016 » [PDF], sur credit-suisse.com (consulté le ).
  71. (en) « Ratings & Reports », sur credit-suisse.com (consulté le ).
  72. credit suisse, « Resultats financiers du credit suisse », sur credit-suisse.com, (consulté le ).
  73. (en) « Credit Suisse Group AG - Principal Entites Overview » [PDF], sur credit-suisse.com, .
  74. Credit Suisse change une nouvelle fois de directeur général, Radio télévision suisse, 27 juillet 2022
  75. Brady Dougan, ou le déclin des banquiers «made in Wall Street» Bilan, 10 mars 2015
  76. L'ex-patron de l'UBS et de CS Oswald Grübel «La BNS aurait dû acheter Credit Suisse», Blick, 21 mars 2023
  77. Oswald Grübel dispose des pleins pouvoirs au sein d'un Credit Suisse Group réorganisé, Le Temps, 26 juin 2004
  78. Lukas Mühlemann met fin au scandale autour de ses indemnités, Le Temps, 19 décembre 2002
  79. Josef Ackermann. Un boss suisse pour la Deutsche Bank, Swissinfo, 20 mai 2002
  80. Le patron du Crédit Suisse passe chez Schmidheiny, 24 Heures (page 43), 8 décembre 1992. Archive Scriptorium de la BCU
  81. Analyse. Rainer Gut, visionnaire, Le Temps, 8 octobre 2007
  82. Eberhard ErnstReinhardt, Dictionnaire historique de la Suisse
  83. Rainer E.Gut, Dictionnaire historique de la Suisse
  84. Scandale bancaire du Crédit suisse. Démissions au sommet, 24 heures, page 11, 11 mai 1977. Archive Scriptorium de la BCU
  85. (en) Alison Langley, « Credit Suisse To Prop Up Insurer Unit », sur nytimes, The New York Times, .
  86. David Maude, Global Private Banking and Wealth Management : The New Realities, John Wiley & Sons, , 360 p. (ISBN 978-0-470-03053-0, lire en ligne).
  87. Oonagh McDonald et Kevin Keasey, The Future of Retail Banking in Europe : A View from the Top, John Wiley & Sons, , 208 p. (ISBN 978-0-470-85574-4, lire en ligne), p. 176.
  88. Michel Crouhy, Dan Galai et Robert Mark, « A comparative analysis of current credit risk models », Journal of Banking & Finance, vol. 24, nos 1–2,‎ , p. 59–117 (DOI 10.1016/S0378-4266(99)00053-9).
  89. Sam Jones, « Credit Suisse fund plans London float », sur ft.com, Financial Times, .
  90. Jack W. Plunkett, Plunkett's Banking, Mortgages and Credit Industry Almanac 2006, Plunkett Research, (ISBN 978-1-59392-381-5, lire en ligne), p. 222.
  91. Excellence in Practice : Innovation and Excellence in Workflow and Business Process Management, vol. 5, Future Strategies, , 252 p. (ISBN 978-0-9703509-5-4, lire en ligne), p. 171.
  92. Sam Jones, « Credit Suisse offers trades for eurozone shorting », sur ft.com, Financial Times, .
  93. Sam Jones, « Investors grapple with sector's multiple choices », sur ft.com, Financial Times, .
  94. Jenny Strasburg, « Credit Suisse Adds Heft in Hedge Fund as Rivals Exit », sur wsj.com, The Wall Street Journal, (consulté le ).
  95. Paul Darbyshire et David Hampton, Hedge Fund Modeling and Analysis Using Excel and VBA, John Wiley & Sons, , 288 p. (ISBN 978-1-119-94563-5, lire en ligne), p. 250.
  96. « Credit Suisse's Top Holdings: A Brief Analysis », sur seekingalpha.com, (consulté le ).
  97. Gaston Ceron, « Credit Suisse Fund Manager Tries to Do More With Less », The Wall Street Journal,‎ , p. C27.
  98. « Investment Strategy » [archive du ], Credit Suisse (consulté le ).
  99. Dominique Choffat et Agence télégraphique suisse, « Le « procès climatique » hors norme de douze activistes romands a débuté », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  100. « Épinglé, Roger Federer dit prendre au sérieux le changement climatique », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  101. « Credit Suisse: 536 millions de dollars d’amende pour avoir fait des affaires en Iran », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  102. (en) « Credit Suisse Agrees to Forfeit $536 Million in Connection with Violations of the International Emergency Economic Powers Act and New York State Law », sur justice.gov, (consulté le ).
  103. « Évasion fiscale : Credit Suisse paiera une amende record aux États-Unis », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  104. (en) « Credit Suisse Sentenced for Conspiracy to Help U.S. Taxpayers Hide Offshore Accounts from Internal Revenue Service », sur justice.gov, (consulté le ).
  105. Carl Levin: «Donc vous ne coopérez pas avec nous.», Le Temps, 26 février 2014
  106. « Des clients du Credit suisse soupçonnés d’évasion fiscale », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  107. a b c et d « Credit Suisse paie 238 millions d’euros pour éviter un procès en France pour blanchiment de fraude fiscale », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  108. (en) « Credit Suisse’s Investment Bank in Hong Kong Agrees to Pay $47 Million Criminal Penalty for Corrupt Hiring Scheme that Violated the FCPA », sur justice.gov, (consulté le ).
  109. « SEC.gov | SEC Charges Credit Suisse With FCPA Violations », sur sec.gov (consulté le ).
  110. (en) « Historic Leak of Swiss Banking Records Reveals Unsavory Clients », Organized Crime and Corruption Reporting Project,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  111. Prêts aux oligarques: le Crédit Suisse demande à des investisseurs de détruire certains documents compromettants, Libération, 2 mars 2022
  112. « Archegos, Greensill, espionnage… la banque Credit Suisse accumule les déboires », sur Les Echos, (consulté le ).
  113. Nouvelles révélations des «Suisse Secrets»: l’opacité de la finance helvétique mise à l’épreuve, Libération, 21 février 2022
  114. « Affaire Greensill : le conflit entre Credit Suisse et SoftBank s'envenime », sur Les Echos, (consulté le ).
  115. « La débâcle d'Archegos coûte très cher à Credit Suisse », sur Les Echos, (consulté le ).
  116. (en-GB) Kalyeena Makortoff et Kalyeena Makortoff Banking correspondent, « Credit Suisse fined £350m over Mozambique ‘tuna bonds’ loan scandal », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Martin Esslinger, Geschichte der Schweizerischen kreditanstalt während der ersten 50 jahre bestehens, verfasst und hrsg. mit ermächtigung des verwaltungsrates, Orell Füssli, , 190 p.
  • (de) Walter Adolph Jöhr, Schweizerische Kreditanstalt, 1856-1956, Zurich, , 564 p.
  • (en) Joseph Jung, From Schweizerische Kreditanstalt to Credit Suisse Group : the history of a bank, Zurich, Neue Zürcher Zeitung, , 447 p. (ISBN 3-85823-891-0).
  • (en) Joseph Jung, Credit Suisse Group banks in the Second World War : a critical review, Zurich, Neue Zürcher Zeitung, (ISBN 3-85823-994-1).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]