Crédit suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SKA.
Crédit suisse
logo de Crédit suisse
Création 1856
Fondateurs Alfred Escher (1819-1882)[1]
Forme juridique Société anonyme
Action SWX : CSGN
NYSE : CS
Siège social Drapeau : Suisse Zurich
Direction Urs Rohner, Président
Tidjane Thiam, CEO[2]
Activité finance
Produits Banque d'investissement, Banque privée, Banque de détail
Filiales CSFB, CSAM
Effectif 48 200 ETP[3] (2015)
Site web [1] (Site officiel)
Capitalisation en augmentation 42,456 mns CHF[3] (2015)
Bilan comptable en diminution 820,805 mds CHF[3] (2015)
Résultat net en diminution -2,944 mds CHF[3] (2015)
1,875 mds CHF[3] (2014)

Le Crédit suisse est un groupe bancaire dont le siège est à Zurich[4]. Sa clientèle englobe des particuliers, des petites et moyennes entreprises et des organismes gouvernementaux. Les actions nominatives de Credit Suisse Group AG (CSGN) sont cotées en Suisse, ainsi qu'à la bourse de New York. Le groupe emploie environ 60 000 personnes dans le monde entier. Au 31 mars 2005, les actifs gérés s’élevaient à 1 271,6 milliards de francs suisses (environ 820 milliards d’euros)[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Siège du Crédit suisse à Zurich en 1895.

La Schweizerische Kreditanstalt (SKA), devenant plus tard le Crédit suisse, est créé à Zurich en 1856 par des industriels et des politiciens avec l’aide d’Alfred Escher[6]. Elle devient rapidement la première banque commerciale de Suisse, travaillant principalement dans le crédit (clients commerciaux), elle finance ainsi une part importante du chemin de fer. Une réorganisation est effectuée dans les années 1860, à la suite de pertes et de mauvaises spéculations. Le Crédit suisse participe en 1879 à la création de la Banque suisse des chemins de fer, en 1890 à celle de la Banque des chemins de fer orientaux et en 1895 à celle de la Banque d’entreprises électriques. À partir de 1905, avec l’ouverture d’une succursale à Bâle, la banque commence à créer son réseau de succursale dans le pays. Le premier conflit mondial fait souffrir la banque en ce qui concerne ses opérations internationales. La crise des années 1930, puis la Seconde Guerre mondiale ne mettent pas trop en difficulté la banque.

La première succursale à l’extérieur de la Suisse est ouverte en 1940 à New York. S’ensuit une longue période de croissance et développement, pendant laquelle de nombreuses succursales voient le jour à travers le monde. En 1977, le scandale de Chiasso survient ; la banque y perd 1,4 milliard de francs suisses. En 1989, le Crédit suisse devint une filiale de la holding Credit Suisse Holding AG. Cette holding possède également CS First Boston, Fides, Electrowatt, CS Life, la Banque Leu et la Banque populaire suisse (BPS) depuis 1993.

En 1997, le Crédit suisse est intégré dans le Credit Suisse Group, année de la fusion avec Winterthur Assurances ; il rachète les activités françaises de la banque Hottinguer à Paris. En 2000, le groupe occupe environ 80 000 personnes dans le monde, pour 28 000 en Suisse.

En 2000, le Crédit suisse reprend Donaldson, Lufkin & Jenrette (DLJ). En 2003, le Crédit suisse vend Pershing, une filiale du Crédit suisse First Boston, ainsi que des sociétés de la Winterthur Republic aux États-Unis, Churchill au Royaume-Uni et Winterthur Italie. En 2006, le Crédit suisse cède Winterthur à AXA pour 8 milliards d’euros. En septembre 2007, le Crédit suisse est touché par la crise des subprimes du marché hypothécaire américain.

À la fin de 2006, la fusion des anciens secteurs d'activité du Crédit suisse Crédit privé et Leasing et de l'intégration de la City Bank SA forme sa filiale Bank-now spécialisée dans le crédit privé et le leasing qui dispose de 24 succursales réparties dans toute la Suisse et emploie plus de 300 collaborateurs.

L’importance croissante des thèmes liés à la soutenabilité, les engagements et responsabilités par rapport aux standards internationaux comme le UNGC, dont la banque est membre, ont abouti, dans les dernières années, à la création d’une gestion des risques de plus en plus sophistiqué et ambitieuse. Depuis 2007, le Crédit suisse dispose d'un procédé qui utilise RepRisk, une société suisse fournissant des données sur les risques ESG[Quoi ?], pour trier et évaluer les risques enviromentaux et sociaux liés aux transactions risquées[7].

En mai 2014, le Crédit suisse paie une amende de 2,6 milliards de dollars aux États-Unis pour son aide à l'évasion fiscale à des ressortissants américains[8]. En mars 216, le Crédit suisse annonce la réduction de la taille de ses activités dans la banque d'investissement avec la suppression de 2 000 postes dans cette branche. Au total 6 000 suppressions de postes sont prévus pour 2016[9].

Faits et chiffres[modifier | modifier le code]

  • Les actions nominatives du Crédit suisse (CSGN) sont cotées à la bourse suisse, dans l'indice principal SMI, ainsi qu’à New York, sous la forme d’American Depository Receipts.
  • Au premier trimestre 2005, le groupe a réalisé un bénéfice net de 1 910 millions de francs suisses.
  • Au 31 mars 2005, le groupe a enregistré des actifs gérés de 1 271,6 milliards de francs suisses.
  • Au 31 mars 2005, le groupe a affiché un total de bilan de 1 159 711 millions de francs suisses.
  • Au 31 mars 2005, le ratio BRI cat. 1 du groupe s’est situé à 12,1 %.
  • Les notations long terme du groupe sont[Quand ?] Moody's Aa3, Standard & Poor's A, Fitch Ratings AA-.
  • Le groupe opère dans plus de 50 pays et emploie environ 60 000 personnes originaires de plus de 100 nations.

Organisation[modifier | modifier le code]

La division Crédit suisse comprend deux segments de reporting distincts :

Crédit suisse Banque privée propose à sa clientèle de particuliers en Suisse et sur un certain nombre de marchés dans le monde des produits et des services de gestion de fortune.

Crédit Suisse Corporate & Retail Banking fournit des produits et des services bancaires aux entreprises et aux particuliers en Suisse. Deuxième prestataire du marché suisse par son importance.

Agence du Crédit suisse à Zermatt en 2007.

Private Banking[modifier | modifier le code]

  • Plus de 640 000 clients dans le monde
  • 12 555 collaborateurs dans le monde (au 31 mars 2005)
  • Actifs gérés de 564,3 milliards de francs suisses (au 31 mars 2005)
  • Bénéfice net de 685 millions de francs suisses au premier trimestre 2005

Corporate & Retail Banking[modifier | modifier le code]

  • Près de 2 millions de clients
  • 8 297 collaborateurs (au 31 mars 2005)
  • Actifs gérés de 54,5 milliards de francs suisses (au 31 mars 2005)
  • Bénéfice net de 274 millions de francs suisses au premier trimestre 2005

Identité de la marque[modifier | modifier le code]

Slogan[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Escher: The Founder of Modern Switzerland » (consulté le 27 août 2015)
  2. « Brady W. Dougan quitte le Credit Suisse après huit années en tant que CEO − Tidjane Thiam nouveau Chief Executive Officer » (consulté le 27 août 2015)
  3. a, b, c, d et e (en) Annual Report 2015, Zürich, Credit Suisse Group AG, , 434 p. (lire en ligne), p. 2
  4. (en) « Credit Suisse, Zurich », sur schweizer-banken.info (consulté le 17 février 2016)
  5. [PDF] (en) « Success Story: Credit Suisse », sur sendmail.com (consulté le 17 février 2016).
  6. Jan-Henning Baumann, « Crédit suisse » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  7. (en) « Corporate Citizenship Report 2007 »
  8. « Les États-Unis, spécialiste des amendes records pour les banques », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 17 février 2016).
  9. Credit suisse supprime 2 000 emplois supplémentaires, Jade Grandin de l'Eprevier, Le Monde, 23 mars 2016

Sources[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]