Concours commun Mines-Ponts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Concours commun Mines-Ponts
Histoire et statut
Fondation
Dates-clés
2019, 2021
Type
Concours commun d'entrée en école d'ingénieurs
Forme juridique
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
16062 candidats (2020)
1544 places (2021)
Localisation
Ville
Pays

Le Concours Commun Mines-Ponts[1] est, avec ceux de Polytechnique-ESPCI-ENS, Centrale-Supélec, du concours communs polytechniques, et du concours e3a, l’un des concours pour l'entrée dans les écoles d'ingénieurs françaises (habituellement surnommées « Grandes Écoles »). Il a été créé en 1969. Il est ouvert aux élèves de Classe préparatoire aux grandes écoles.

Écoles[modifier | modifier le code]

Les écoles suivantes recrutent par la voie de ce concours :

En 2019, l'école Chimie Paristech intègre le concours.

Banques de notes[modifier | modifier le code]

Les épreuves du concours Mines-Ponts sont également utilisées comme banque de notes par d'autres concours :

On notera le cas particulier de Mines Saint-Etienne cycle ISMIN : il s'agit d'une formation de l'École nationale supérieure des mines de Saint-Étienne différente du cycle ICM (qui recrute sur le concours Mines-Télecom - écrit de Mines-Ponts et oraux spécifiques).

Depuis 2021, le concours TPE/EIVP est intégré au concours Mines-Télécom.

Inscription[modifier | modifier le code]

  • L'inscription au concours commun Mines-Ponts entraine automatiquement l'inscription à toutes les écoles de la banque Mines-Ponts (tarif global de 320  pour la session 2021). À l'issue des épreuves écrites, les candidats sont admissibles à toutes ces écoles s'ils franchissent une barre scientifique (la somme pondérée des notes obtenues dans les matières scientifiques doit dépasser un certain seuil) et une barre générale (idem pour toutes les notes), fixées par le jury (environ un tiers d'admissibles). Ils sont alors autorisés à passer les épreuves orales communes à l'issue desquelles ils pourront être admis dans l'une de ces écoles.
  • L'inscription en banque de notes Mines-Télécom est optionnelle et induit un coût supplémentaire (pour 2021 : 285  en filière MP-PC-PSI). Les concours fixent, par banque, leurs propres barres à partir des notes obtenues par les candidats aux épreuves communes. La suite de l'admission est ainsi totalement indépendante de celle des écoles du concours commun.

Déroulement des épreuves[modifier | modifier le code]

Les épreuves écrites d'admissibilité se déroulent pendant trois jours en Avril ou Mai dans les centres d'écrits répartis dans toute la France. Les épreuves orales d'admission sont réparties sur une semaine, durant les mois de juin et juillet en fonction des séries[3]et sont centralisées à Paris.

Nature des épreuves[modifier | modifier le code]

Épreuves écrites[modifier | modifier le code]

Les épreuves écrites passées par les candidats et leurs coefficients dépendent de leur filière d'inscription (MP, PC ou PSI). Le concours se compose de deux épreuves de mathématiques, deux épreuves de physique, une épreuve de chimie, une épreuve de langue vivante, une épreuve de français, une épreuve d'informatique et d'une épreuve supplémentaire de sciences industrielles ou d'informatique pour les filières MP et PSI.

Épreuves orales[modifier | modifier le code]

Lors des épreuves orales, les candidats de toutes les filières sont convoqués à une épreuve de Mathématiques, une épreuve de Physique, une épreuve de Français et une épreuve d'Anglais. À cela s'ajoute, pour les filières PC et PSI, un TP de physique chimie ou de sciences industrielles[4]. Les candidats peuvent passer une épreuve de langue vivante optionnelle, qui s'ajoutera à l'épreuve d'Anglais (obligatoire).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Concours Commun Mines Ponts - Page d'accueil », sur concoursminesponts.fr (consulté le )
  2. « Concours Mines Telecom » (consulté le )
  3. « Page d'accueil du site de consultation », sur mines-ponts.fr (consulté le )
  4. Sophie Blitman, « La banque Mines-Ponts », L'Étudiant,‎ (lire en ligne, consulté le ).