Greenpeace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Greenpeace
upright=Article à illustrer Organisation
Greenpeace worldwide.svg
Greenpeace dans le monde.
Greenpeace Climate March 2015 Madrid.jpg
Marche pour le climat, à Madrid, un jour avant la COP21
Histoire
Fondation
Prédécesseur
Cadre
Zone d'activité
Type
Domaines d'activité
Mouvement
Siège social
Amsterdam (1066 AZ)Voir et modifier les données sur Wikidata
Organisation
Membres
105 450 000 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Volontaires
47 000 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif
2 900Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs
Direction
Anissa Naouai (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Récompenses
Site web
Identifiants
OpenCorporates

Greenpeace (litt. « paix verte ») est une organisation non gouvernementale internationale (ONGI) de protection de l'environnement présente dans plus de 55 pays à travers le monde[1]. Fondée en 1971, par Jim Bohlen et Irving Stowe, après le mouvement Don't Make a Wave Committee visant à s'opposer aux essais nucléaires aux États-Unis, l’organisation Greenpeace est un groupe de plaidoyer luttant contre ce qu'elle estime être les plus grandes menaces pour l'environnement et la biodiversité sur la planète.

Historique[modifier | modifier le code]

Action de Greenpeace contre le siège britannique d'Esso le 6 mars 2003.

Greenpeace naît à Vancouver en 1971 quand un groupe de quatorze militants pacifistes et écologistes (David McTaggart, John Cormack, Jim Bohlen, Paul Watson, Bill Darnell, Patrick Moore, Lyle Thurston, Dave Birmingham, Terry Simmons, Richard Fineberg, Bob Hunter, Ben Metcalfe, Bob Cummings et Bob Keziere) renomment leur association « Don't Make a Wave Committee » fondée à Vancouver en 1969. Cherchant un nom évocateur de sa double préoccupation, environnement et pacifisme[2], ces hommes issus du monde des quakers, des hippies, des journalistes et des déserteurs de la guerre du Vietnam[3], choisissent les termes green (vert) et peace (paix) qui selon eux résument le mieux leur démarche. En , ils embarquent à bord d'un vieux chalutier, le Phyllis Cormack (avec inscrit en grande lettre sur la voile le mot « GREENPEACE »)[4], pour empêcher les essais nucléaires américains sur le site d'Amchitka en Alaska[5]. Dès 1972, les États-Unis cessent leurs essais nucléaires atmosphériques[6].

Le bureau provincial des sociétés à Victoria enregistre le le nom de Greenpeace Foundation[7].

En 1979, Greenpeace devient une organisation internationale quand les bureaux d’Europe, du Pacifique et d’Amérique se réunissent pour constituer Greenpeace International[8]. Depuis 1989, l'organisation a son siège à Amsterdam (Pays-Bas)[9], d'où sont définies et coordonnées les campagnes de l'ONG.

Adhérents[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, Greenpeace International dispose de trente-huit antennes dans le monde entier, 1 400 employés (deux cents en Asie comme en Amérique du Nord, cent en Amérique latine, six cents en Europe, dont deux cents à son siège à Amsterdam) et dix mille volontaires. Son financement (150 millions d'euros) est assuré par 2,8 millions de donateurs[10]. À la même époque, le WWF, autre organisation non gouvernementale internationale dédiée à la protection de l'environnement, est fort de cinq millions de membres, mais son budget est quatre fois moindre[10]. En 2014, l'ONG internationale emploie plus de 2 000 personnes, réparties dans des bureaux dispersés dans une trentaine de pays. À son apogée, elle rassemblait environ trois millions d'adhérents, à travers le monde[11],[12]. La branche allemande, l'une des plus actives et des plus importantes, comptait 120 membres salariés à plein temps et disposait de plus d'un tiers du budget de l'organisation (55 M$)[11].

Financement[modifier | modifier le code]

Ses recettes, pour un budget global d'environ 342 millions d'euros, proviennent exclusivement des dons de ses adhérents (notamment à travers des campagnes dites de street fundraising)[13].

Méthodes[modifier | modifier le code]

La méthode de Greenpeace repose en partie sur des actions directes[14] non-violentes parfois très médiatisées, qui ont fait sa renommée. S'appuyant sur les retombées de ces actions pour informer les médias et le public, l'organisation agit aussi en tant que lobby auprès des autorités politiques et des dirigeants d'entreprises afin de promouvoir les changements appropriés. L'organisation s'est également spécialisée dans l'expertise écologique[15].

Greenpeace utilise plusieurs méthodes, afin de mener à bien ses campagnes. Il est possible de déconstruire la façon dont elle les conçoit en quatre étapes.

Premièrement, elle procède à une « cueillette d’infos » pour se procurer des informations sur une cause, étudier le marché qu’elle veut attaquer, faire de la recherche et écouter ce que les communautés ont à lui dire[16]. Parfois, les témoignages des différentes communautés peuvent être à l’origine d’une campagne. Par exemple, lors de la campagne sur la forêt du Grand Ours[17], les communautés amérindiennes de la région sont elles-mêmes venues contacter Greenpeace, en 1994, pour lui demander de les soutenir dans la lutte contre les compagnies forestières qui pratiquent de la déforestation massive sur leur territoire traditionnel[18]. En plus, pour mener à bien ses campagnes, Greenpeace possède de nombreux spécialistes dans plusieurs domaines tels que des environnementalistes, des chimistes, des biologistes, etc. Donc elle peut effectuer ses propres recherches et se fonder sur les informations que ses chercheurs recueillent. Par exemple, à la suite des témoignages des communautés amérindiennes, elle a investi 100 000 dollars canadiens dans une étude qui a duré plus de deux ans[19].

Deuxièmement, Greenpeace effectue de « l’éducation et de la sensibilisation auprès des citoyens », afin de faire comprendre à ceux-ci qu’un problème existe bel et bien, et que les revendications de Greenpeace sont essentielles[20]. Afin de sensibiliser la population, cette organisation utilise des images choquantes montrant des coupes rases des forêts et des images de la fonte de glaciers, etc. Par exemple, lors de sa campagne pour la protection de la forêt du Grand Ours[21] et contre l'exploitation arboricole de celle-ci, Greenpeace Canada a utilisé des images de différentes espèces d’ours, de loups et de caribous qui seraient menacées si la forêt devait être rasée, afin de montrer que la déforestation affecte l’écosystème tout entier[22]. Donc, Greenpeace utilise les médias afin de faire prendre conscience à la population des enjeux environnementaux en montrant des images qui vont l'atteindre aux sentiments[23].

Ainsi, Greenpeace se doit de bien manier les médias, dont la télévision, afin de diffuser ses idées et une des manières dont elle les diffuse est en créant des « stunts », qui peuvent être définis comme étant une action qui est préparée à l’avance et créée de toutes pièces[24]. Par exemple, des blocages de rues vont être préparés à l’avance avec un message qui est fait pour respecter les contraintes que la télévision impose, telles que la durée d’une présentation[25]. De plus, elle a compris que les médias aimaient les touches de drame, ainsi parfois, des arrestations de manifestants de l’ONG sont organisées avec la police et filmées avec une durée adéquate permettant de rentrer dans le cadre télévisuel[24]. Aussi, elle travaille avec des chaines télévisées en filmant elle-même, grâce à ses propres caméras et à ses studios, toutes les actions qui se sont déroulées lors des manifestations et en les apportant à des chaines télévisées qui ne pouvaient pas être présentes à l’évènement, afin qu’elles diffusent leurs vidéos[26]. De plus, elle a su utiliser la télévision, afin de diffuser des images qui suscitaient des émotions et ainsi rallier plus de gens à sa cause. Par exemple, pour récolter des fonds pour ses campagnes, elle a publié des images de bébés phoques tués, tandis qu’elle n’a pas diffusé de l’information sur les dermaptères, qui sont des insectes qui risquaient de disparaitre de l’île de Sainte Hélène[27]. Ainsi, en diffusant des scénarios et ce genre d’images, Greenpeace a pu augmenter le financement qu’elle recevait de la population, notamment celle qui est plus passive et qui ne souhaite pas prendre part à des manifestations, mais qui souhaite quand même faire des donations depuis son téléviseur[28].

Cependant, la télévision n’est pas la seule méthode que Greenpeace utilise pour ses campagnes. En effet, elle dispose d’un autobus et d’un bateau qui lui permettent d’effectuer des actions marines, telles que de mesurer la radioactivité dans les eaux, en plus de servir de point d’information et de propagande[29]. D’ailleurs, dans les pays non maritimes, c’est l’autobus de Greenpeace qui va servir de moyen de propagande[30]. Puis, en 1996, en Autriche, est créé un modèle nommé : « direct dialogue », qui a été implanté en 1998[31]. Celui-ci se traduit par l’embauche de professionnels du marketing qui sont rémunérés sur une base fixe et avec une commission s’ils atteignent le quota d’adhérents fixé. Ces professionnels ne sont pas recrutés par Greenpeace pour leur dévouement, mais pour leurs compétences communicationnelles et pour leurs compétences liées au marketing[31]. La nouveauté de ce modèle était que des recruteurs se rendent dans la rue et demandent aux passants de soutenir Greenpeace au moyen de contributions monétaires qui seront prélevées du compte du donneur suivant un montant fixe[31]. Ce nouveau programme était le synonyme d’un succès financier pour l’ONG, si bien, qu’elle a décidé d’abandonner tous ses autres moyens de collecte. Ainsi en 1998, Greenpeace France comptait sept salariés, un million d’euros de ressources et 1 800 adhérents, cependant à la fin de l’année 2004, elle avait un budget de 4,8 millions d’euros, 8 600 adhérents et 45 salariés permanents[32]. Ce programme avait été créé dans le but d’amener plus d’adhérents, mais surtout de toucher les jeunes, car il avait été observé que la population ciblée par les ONG en général, était de 60 ans et plus, et Greenpeace souhaitait obtenir le soutien financier d’une autre tranche d’âge qui n’avait pas encore été sollicitée[32].

Pour ce qui est du budget, puisque Greenpeace se veut être une ONG neutre, elle refuse les subventions gouvernementales, ainsi que les dons des entreprises, donc elle a besoin de trouver du financement dans d’autres domaines[33]. Ainsi, elle dépensait en 1997, 22% de son budget en communication[33]. Ainsi, Greenpeace userait de ses qualités en communication pour créer des liens avec des partenaires et des alliés, comme Ikea[34]. De plus, elle s’est aussi associée avec un constructeur allemand afin de vendre un réfrigérateur qui serait écologique, nommé « Greenfreeze »[33]. Elle possède aussi des fermes sans engrais chimiques[35]. Elle présente aussi en 1995, dans un palace de Berlin, une voiture écologique nommée : la Gringo[36]. Son implication dans le marché a mené à de la controverse à l’intérieur même de l’organisation entre ceux qui prônaient les valeurs de base de Greenpeace qui étaient anti-productivistes, et ceux qui voulaient lui rapporter plus de profits grâce au marketing communicationnel[37].

Ensuite, la troisième étape du modèle est celle où elle effectue « des revendications par la pression envers les cibles » en utilisant des moyens de pression tels que le boycott des produits par les clients, le lobbying ou en attaquant l’image des cibles avec des actions directes et avec l’aide d’alliés puissants tels que des actionnaires[38]. En effet, si les groupes ne veulent pas changer leurs pratiques, Greenpeace s’attaquera à leur image de marque en montrant leur manque de collaboration, afin de gagner des alliés tels que des clients ou des actionnaires, qui vont eux-aussi mettre de la pression sur les cibles, ce qui leur causera des pertes financières[39].  

La dernière étape représente les « négociations ». Cette étape n’a lieu que lorsque les pressions de l’ONG ont fait effet. Le but de cette étape est de trouver des solutions qui vont faire un consensus entre les communautés, les entreprises et le gouvernement afin de protéger les écosystèmes[40].

Greenpeace est très connue pour l'utilisation de bateaux lors de ses campagnes de protestation et d'intervention directe. L'un d'entre eux, le Rainbow Warrior I, est devenu célèbre en 1985 dans ce qui a été appelé en France « l'affaire du Rainbow Warrior » ou « l'affaire Greenpeace » : les services secrets français l'ont fait couler avec deux mines magnétiques placées sous sa coque par des plongeurs de l'armée française dans le port d'Auckland alors que le bateau se préparait à une croisière de protestation contre les essais nucléaires français de Mururoa. Au cours de cet attentat organisé par le gouvernement français, le photographe Fernando Pereira a été tué par l'explosion de la seconde mine magnétique.

Navires arc-en-ciel[modifier | modifier le code]

Le MV Arctic Sunrise, un navire de Greenpeace.

Dès sa création, l'organisation a utilisé des navires pour mener des campagnes à travers toutes les mers du globe. S'il lui arrive d'affréter des bateaux, elle en a également acheté qu'elle transforme pour mener à bien ses missions. Le plus emblématique est certainement le Rainbow Warrior coulé en 1985 lors d'un attentat, organisé dans le cadre des opérations des services secrets français visant à éviter la déstabilisation d'essais nucléaires.

La flotte de Greenpeace comprend actuellement trois navires[41] :

Anciens navires de la flotte :

Revendications[modifier | modifier le code]

Membres de Greenpeace.

Après avoir consacré ses premières années à la lutte contre les essais nucléaires et à la défense des espèces (en particulier contre l'extinction des baleines), Greenpeace se consacre à de nombreux thèmes. Elle demande :

Principales campagnes et actions[modifier | modifier le code]

Action de protestation dénonçant l’impact du Barrage de Belo Monte.

Greenpeace soutient les énergies renouvelables et relaie les campagnes de sensibilisation sur l'application du protocole de Kyoto, en particulier aux États-Unis. Elle milite également pour la sauvegarde de la biodiversité, contre les rejets toxiques et les organismes génétiquement modifiés. Elle soutient le Chef Raoni dans son combat contre le Barrage de Belo Monte au Brésil. Elle s'est également opposé à la filière nucléaire des réacteurs à neutrons rapides : voir à ce sujet Superphénix, réacteur en démantèlement sur le site nucléaire de Creys-Malville.

  • 1971 : à la suite de la première action de Greenpeace, les États-Unis mettent fin à leur campagne d'essais nucléaires à Amchitka, en Alaska[45].
  • 1978 : les actions de Greenpeace mettent fin au massacre des phoques, chassés pour leurs peaux, dans les Orcades, en Écosse[réf. nécessaire].
  • 1982 : à la suite des actions directes menées en mer contre les baleiniers, la Commission Baleinière Internationale adopte un moratoire sur la chasse commerciale[réf. nécessaire].
  • 1983 : Moratoire sur le rejet en mer de déchets radioactifs voté par la convention de Londres[réf. nécessaire].
  • 1989 : Adoption par les Nations unies d’un moratoire sur l'utilisation des filets dérivants. Greenpeace avait révélé le caractère destructif de cette méthode de pêche[réf. nécessaire].
  • 1991 : Signature du traité de l'Antarctique interdisant l'exploitation minière pour cinquante ans[réf. nécessaire].
  • 1994 : la convention de Bâle interdit l’exportation de déchets toxiques, des pays OCDE vers des pays non OCDE[réf. nécessaire].
  • 1995 : Shell se résigne à ne pas couler la plateforme pétrolière de Brent Spar en Atlantique après les actions de Greenpeace[réf. nécessaire].
  • 1997 : après une longue campagne initiée en 1988 avec d'autres ONG, les ministres des pays industrialisés adoptent le Protocole de Kyoto qui doit permettre de limiter les émissions de gaz à effet de serre[réf. nécessaire].
  • 2000 : après plusieurs années de pression, le groupe Lapeyre s’approvisionnera à 100 % fin 2005 en produits certifiés FSC[46],[10].
  • 2002 : à la suite de dix années de campagne en Amazonie, l'exploitation de l'acajou fait enfin l'objet d'un moratoire, et est inscrit à la CITES (la convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction). Cette inscription permettra d'assurer la survie de cet arbre, son commerce étant mieux contrôlé[10].
  • 2001-2006 : en , à la suite des actions de Greenpeace, un accord est conclu avec le gouvernement de Colombie-Britannique et les exploitants forestiers pour protéger 20 vallées de forêts primaires et suspendre temporairement les coupes dans 68 autres vallées. Début 2006, ce sont plus de 2 millions d’hectares de forêts primaires qui sont enfin protégées.
  • 2006 :
    • première publication du Guide pour une électronique plus verte, destiné à évaluer les impacts environnementaux des principales entreprises des secteurs de l'électronique et de l'informatique[réf. nécessaire] ;
    • les multinationales du soja ont adopté un moratoire de deux ans sur l’achat de soja provenant de zones nouvellement déforestées en Amazonie[47].
  • 2007 : Apple accepte de retirer la plupart des substances toxiques contenues dans ses ordinateurs[réf. nécessaire].
  • 2010 :
    • la multinationale suisse Nestlé rompt son partenariat avec PT Smart, auprès duquel il s'approvisionnait en huile de palme[48] ;
    • l'association des produits forestiers du Canada (FPAC) et neuf organisations environnementales, dont Greenpeace, ont annoncé la signature d’un accord sans précédent sur la conservation de la forêt boréale canadienne. Cet accord porte sur 72 millions d’hectares de forêts publiques, actuellement sous concession des membres de la FPAC. Une fois pleinement mis en œuvre, il permettra de préserver une grande partie de l’immense forêt boréale canadienne, de protéger le caribou des bois (espèce en voie d’extinction) et de fournir un avantage compétitif aux entreprises signataires[49]. Mais en 2012, Greenpeace Canada se retire de l'Entente sur la Forêt Boréale Canadienne, mettant en cause les Produits forestiers Résolu (ex-Abitibi Bowater) d'avoir violé l'accord[50]. Ce sera le point de départ à un conflit juridique de 2013 à 2017.
  • 2013 : le , de nombreuses ONG dont Greenpeace et le WWF annoncent qu'elles quittent la conférence sur le changement climatique de Varsovie, au motif que celle-ci ne « débouche sur rien »[51].
  • 2014 : le Greenpeace crée une micronation au Chili, la République glaciaire (de son nom officiel República Glaciar en espagnol)[52], en prétendant que l'appropriation des glaciers est possible car la constitution chilienne ne les mentionne pas comme bien public devant être protégé[53].
  • 2019 : Production d'un film d'animation en partenariat avec les studios Aardman, réalisateur de Wallace & Gromit - Portant sur les océans, " Le voyage des Tortues " retrace le voyage d'une famille de tortues cherchant à rentrer chez elle dans un océan tant menacé que dévasté[54].
  • 2020 : Dénonciation de l'inaction climatique. Le , des militants de l'ONG escaladent la grue de rénovation de Notre-Dame de Paris afin de mettre en avant l'inaction climatique des États et appeler à agir dans la lutte contre le réchauffement climatique[55].

Réseaux[modifier | modifier le code]

Greenpeace a rejoint le collectif « Stop EPR » qui s'oppose aux projets d'un réacteur pressurisé européen à Olkiluoto (Finlande) et à Flamanville (Manche).

Personnalités[modifier | modifier le code]

Greenpeace Europe[modifier | modifier le code]

Greenpeace International dispose d’un réseau d’organisations nationales (une seule par pays) dont certaines créées avant la création du regroupement international. L'unité européenne, Greenpeace European Unit, est créée en 1989, la même année que la création du bureau européen des politiques publiques de WWF. Cette unité est étroitement reliée à Greenpeace international (unité politique et scientifique), qui au lancement a délocalisé une partie de son équipe de lobbyistes à Bruxelles[56].

Depuis 1991, le bureau européen de Greenpeace est membre d’une coalition avec neuf autres ONG, nommée le Green 10 ou G 10, pour représenter les intérêts environnementaux et peser sur le processus européen de décision[56],[57].

La dotation financière du bureau relève de Greenpeace international. Cette dotation a une influence directe sur les effectifs des salariés du bureau à Bruxelles : ils étaient 10 au départ, pour descendre à deux fin 2002 et remonter à 10 l’année suivante[56].

Au-delà de l’union européenne au sens strict, son champ d’action recouvre l’ensemble des pays scandinaves ainsi que la Turquie[56].

Greenpeace France[modifier | modifier le code]

Greenpeace France
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Organisation
Organisation mère
GreenpeaceVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Identifiants
data.gouv.fr

Greenpeace France est une association loi 1901. Elle est issue de la fondation en 1977 d'un bureau français de Greenpeace, qui avait dû fermer entre 1987 et 1989[58], après la polémique consécutive à l'affaire du Rainbow Warrior. Elle compte plus de 220 000 adhérents en 2018 et une centaine de salariés. Son budget annuel est d'environ 23 millions d'euros en 2018, et ses ressources proviennent intégralement et exclusivement de donateurs privés. Elle ne perçoit donc aucune subvention ni de l'État, ni d'entreprise.

Un rapport de la Cour des comptes consacré à l’emploi des fonds collectés par l’association Greenpeace France rapporte que 35 % des fonds collectés sont consacrés à la collecte des fonds. Ce rapport indique également que 20 % des fonds collectés sont reversés à Greenpeace international, sans imputation des fonds versés ce qui ne permet pas un contrôle par la Cour des comptes[59][source insuffisante].

Greenpeace France indique que le nombre de ses donateurs privés est passé de 23 000 en 1998 à 140 000 en 2011, 180 000 en 2016 et 220 000 en 2018.

Actions[modifier | modifier le code]

En , Greenpeace s'introduit dans l'enceinte de l'Assemblée nationale pour peser sur les débats des députés à quelques jours du lancement du sommet de Copenhague[60].

Prise de position[modifier | modifier le code]

Dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle de 2017 qui oppose Marine Le Pen et Emmanuel Macron, Greenpeace appelle implicitement dans une tribune avec soixante autres associations à faire barrage à la candidate FN[61].

Directeurs généraux[modifier | modifier le code]

Le directeur général de Greenpeace France a été Pascal Husting entre 2005 et 2011. Robert Lion a succédé en à Katia Kanas à la présidence de l'association. Il quitta ses fonctions un an plus tard pour rejoindre Europe Écologie. Greenpeace France a été présidée par Céline Rodriguez, puis par Sylvain Breuzard depuis début 2012. Jean-François Julliard devient le directeur général de Greenpeace France le [62].

Année Nom
1997-2003 Bruno Rebelle
2003-2004 Michèle Rivasi
2005-2011 Pascal Husting
Depuis 2012 Jean-Francois Julliard

Représentation d'intérêts[modifier | modifier le code]

Pour le deuxième semestre de l’année 2017, Greenpeace France déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des actions de représentation d'intérêts pour un montant compris entre 700 000 et 800 000 euros et avoir employé dix personnes dans ce cadre[63].

Groupes locaux[modifier | modifier le code]

Greenpeace est présent dans les grandes villes françaises à travers ses trente groupes locaux. Leur objectif est d'informer et sensibiliser les citoyens au niveau local en relayant les campagnes nationales et internationales de l'ONG[64],[65].

Fournisseur d'énergie[modifier | modifier le code]

Greenpeace est membre fondateur et partenaire associé du fournisseur d'énergie Enercoop[66].

Greenpeace Suisse[modifier | modifier le code]

La section suisse de Greenpeace a été fondée en 1984 ; elle compte 145 000 donateurs, soixante-dix collaborateurs et un budget de 23 millions de francs en 2018[67].

Critiques[modifier | modifier le code]

En 1976, l’écologiste canadien Patrick Moore, un des membres fondateurs de Greenpeace, se prononça en faveur de l’emploi de l’énergie nucléaire[68] après s’y être opposé[69],[70]. Selon lui, elle est indispensable pour réduire l’utilisation des combustibles fossiles et l’émission des gaz à effet de serre[71],[69].

Dans son livre Qui a tué l’écologie ?[72], Fabrice Nicolino dénonce l'évolution de Greenpeace vers une organisation capitaliste dirigée essentiellement par des professionnels et non plus par des militants. Il donne l'exemple de l'ancien directeur général de Greenpeace France, Pascal Husting[73], qui a longtemps travaillé dans le monde de la finance.

Greenpeace est aussi accusée d'exagérer et manipuler des chiffres qu'elle utilise pour dénoncer des faits. Un exemple peut être le communiqué de presse du dans lequel Greenpeace annonce que la calotte glaciaire aurait disparu en 2030, ce qui fut critiqué et mis en doute. Devant l'indignation de certains scientifiques, Gerd Leipold, dirigeant de Greenpeace, a finalement été obligé d'admettre qu'« Il n'y a aucun moyen pour que la calotte glaciaire disparaisse » ainsi qu'il « ne pense pas qu’elle sera fondue en 2030… Cela pourrait avoir été une erreur »[74].

Une autre affaire est celle de Brent Spar où le groupe de pression avait affirmé que près de 5 500 tonnes d'huiles restaient dans les soutes de cette station offshore que le groupe Shell envisageait de couler. Démenti par les faits, Greenpeace s'est s'excusé publiquement auprès de Shell dans un communiqué le [75].

Greenpeace a lancé dans les années 1990 « cette étonnante histoire des moutons aveugles de Patagonie », selon laquelle les bergers de Patagonie et leurs moutons perdaient la vue en raison du fameux « trou » de la couche d’ozone. Un reporter américain mena alors son enquête en 1992 et ne trouva qu’un seul et unique ranch où se trouvaient des moutons aveugles. En outre, seuls 2 % du troupeau étaient touchés et non pas en raison de la couche d’ozone mais d’une maladie parasitaire[76].

À la suite de la sortie du documentaire Bulb fiction de Christoph Mayr en 2012, la presse relaye les contradictions de Greenpeace concernant les ampoules basse consommation. L'association aurait enterré un rapport mettant en lumière les risques de ces ampoules, notamment dus à la présence de mercure[77].

En juin 2014, le journal The Guardian révèle qu'un haut responsable de Greenpeace prend l'avion pour faire le trajet entre son domicile au Luxembourg et son lieu de travail à Amsterdam[78], alors même que l'ONG estime que la réduction des émissions de CO2 passe par une baisse des voyages en avion. L'intéressé a reconnu qu'il avait fait « une erreur »[79].

En 2016 le directeur Arctique Jon Burgwald s’exhibait en fourrure de phoque et s’exprimait sur ses comptes Twitter et Facebook depuis un défilé de mode organisé par l’entreprise danoise The Great Greenland Fur Tannery comme suit « La fourrure de phoque, c’est cool ! ». Face à la polémique, Greenpeace a expliqué que l'objet de la visite était de soutenir les communautés locales, qui se nourrissent de la chasse aux phoques traditionnelle, et a réitéré son opposition farouche à toute forme de commercialisation et d'industrialisation de la chasse aux phoques. De plus, en 2013, les États-Unis et la Russie proposent de faire passer l’ours polaire, espèce menacée en Annexe I de la CITES (ce qui aurait tout juste permis de rendre illégale la chasse au trophée). Greenpeace a refusé de soutenir la proposition pour des raisons de cohérence avec les activités commerciales de ces deux pays[80].

Opération coup de poing à Nazca[modifier | modifier le code]

En décembre 2014, alors que se tenait la conférence de Lima sur les changements climatiques, des activistes de Greenpeace se sont introduits illégalement sur le site archéologique de Nazca pour y déployer une banderole visant à sensibiliser à l'impact du réchauffement climatique[81].

Selon les autorités locales, les activistes de Greenpeace auraient commis des dégradations sur le site en y entrant en simples chaussures de sport alors que des chaussures spéciales doivent être normalement utilisées pour ne pas endommager le site, très fragile[81]. Ils auraient notamment détruit en partie un animal gravé vieux de 2 000 ans[82]. Le ministère de la culture péruvien a parlé d'un « attentat » contre le patrimoine culturel[81]. Face au tollé, Greenpeace a finalement présenté ses excuses[83].

Le gouvernement péruvien a déclaré que des poursuites judiciaires seraient engagées contre l'ONG[84]. En février 2015, le Pérou a fait auprès de l'Argentine une première demande d'extradition d'un des activistes impliqués pour qu'il y soit jugé[85].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Site officiel Greenpeace
  2. (en) Marc Montgomery, « History: Sept 15, 1971, the Canadian origins of Greenpeace », Radio Canada International,‎ (lire en ligne).
  3. Dominique Bourg, Alain Papaux, Dictionnaire de la pensée écologique, Presses Universitaires de France, , p. 368.
  4. (en) Paul Watson, « What I learned the day a dying whale spared my life », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  5. (en) Alex Hannaford, « Greenpeace turns 40: The story of its beginnings is one of idealism, in-fighting and drama on the high seas », Independant,‎ (lire en ligne).
  6. (en) Char Miller, The Atlas of U.S. and Canadian Environmental History, Routledge, , p. 121.
  7. (en) Rex Weyler, Greenpeace. How a Group of Ecologists, Journalists, and Visionaries Changed the World, Rodale, , p. 137.
  8. Dominique Lapointe, « Greenpeace conquiert le monde grâce à David McTaggart (Vidéo) 6 min », Radio Canada,‎ (lire en ligne).
  9. (en-US) Clark Norton, « Green giant », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le 31 janvier 2018).
  10. a b c et d Antoine de Ravignan, « Greenpeace, entre contestation et négociation », L'Économie politique, Alternatives économiques, vol. 2, no 18,‎ , p. 86-96 (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2019).
  11. a et b (en) Mark L. Robinson, Marketing big oil : brand lessons from the world's largest companies, New York, Palgrave Macmillan, (1re éd. 2014), 153 p. (ISBN 978-1-349-48226-9, OCLC 951521494), p. 58.
  12. (en) Adam Vaughan, « Greenpeace losses: leaked documents reveal extent of financial disarray », The Guardian, (consulté le 11 décembre 2019).
  13. [PDF] Sylvain Lefèvre, Mobiliser les gens, mobiliser l’argent: les ONG auprisme du modèle entrepreneurial, université Lille-II, mars 2009.
  14. (en) The Britannica Guide to Political Science and Social Movements - That Changed the Modern World, Britannica Educational Publishing, 2009, p. 361.
  15. Rémi Barroux et Pierre Le Hir, « Greenpeace présente sa contre-expertise sur le nucléaire français », Le Monde, (consulté le 11 avril 2015).
  16. Jacinthe lauzon, « Les réseaux, les stratégies et les tactiques des organisations transnationales non gouvernementales : le cas des campagnes de Greenpeace, Université de Montréal, , 261 p. (lire en ligne), p. 105
  17. Radio-Canada, « Un accord historique pour la protection des forêts canadienne », 1re février 2016
  18. Jacinthe Lauzon, « Les réseaux, les stratégies et les tactiques des organisations transnationales non gouvernementales : le cas des campagnes de Greenpeace, Université de Montréal, , 261 p. (lire en ligne), p. 110
  19. Jacinthe Lauzon, Les réseaux, les stratégies et les tactiques des organisations transnationales non gouvernementales : le cas des campagnes de Greenpeace, Université de Montréal, , 261 p. (lire en ligne), p. 111
  20. Jacinthe Lauzon, Les réseaux, les stratégies et les tactiques des organisations transnationales non gouvernementales : le cas des campagnes de Greenpeace, Université de Montréal, , 261 p. (lire en ligne), p. 106
  21. Radio-Canada, « Un accord historique pour la protection des forêts canadienne », 1re février 2016
  22. Jacinthe Lauzon, Les réseaux, les stratégies et les tactiques des organisations transnationales non gouvernementales : le cas des campagnes de Greenpeace, Université de Montréal, , 261 p. (lire en ligne), p. 113
  23. Jacinthe Lauzon, Les réseaux, les stratégies et les tactiques des organisations transnationales non gouvernementales : le cas des campagnes de Greenpeace, Université de Montréal, , 261 p. (lire en ligne), p. 115
  24. a et b Greg Martin, Understanding Social Movements, London, 1st edition, , 322 p. (lire en ligne), p. 196
  25. Greg Martin, Understanding Social Movements, London, 1st edition, , 322 p. (lire en ligne), p. 196
  26. Greg martin, Understanding Social Movements, London, 1ste edition, , 322 p. (lire en ligne), p. 196
  27. Greg Martin, Understanding Social Movements, London, 1ste edition, , 322 p. (lire en ligne), p. 197
  28. Greg Martin, Understanding Social Movements, London, 1st edition, , 322 p. (lire en ligne), p. 197
  29. Philippe Lequenne, Dans les coulisses de Greenpeace, France, L'Harmattan, , 204 p., p. 62
  30. « Dans les coulisses de Greenpeace », Nature Sciences Sociétés, vol. 5, no 4,‎ , p. 62 (ISSN 1240-1307, DOI 10.1016/s1240-1307(97)87707-2, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2019)
  31. a b et c Sylvain Lefèvre (dir.), Vendre une cause à quel prix? La mise en œuvre controversée du streetfundraising par Greenpeace France, Canada, Presses internationales polytechnique, , 270 p., p. 66
  32. a et b Sylvain Lefèvre (dir.), Vendre une cause à quel prix? La mise en œuvre controversée du streetfundraising par Greenpeace France, Canada, Presses internationales polytechnique, , 270 p., p. 67
  33. a b et c Éric Dacheux, « Greenpeace : entre médias, espace public et marché, quelle logique communicationnelle? », Hermès, no 21,‎ , p. 196 (ISSN 1963-1006 et 0767-9513, DOI 10.4267/2042/15054, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2019)
  34. Éric Dacheux, « Greenpeace : entre médias, espace public et marché, quelle logique communicationnelle? », Hermès,‎ , p. 196 (lire en ligne)
  35. Éric Dacheux, « Greenpeace : entre médias, espace public et marché, quelle logique communicationnelle? », article, no 21,‎ , p. 196 (ISSN 1963-1006 et 0767-9513, DOI 10.4267/2042/15054, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2019)
  36. Éric Dacheux, « Greenpeace : entre médias, espace public et marché, quelle logique communicationnelle? », Hermès, no 21,‎ , p. 196 (ISSN 1963-1006 et 0767-9513, DOI 10.4267/2042/15054, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2019)
  37. Éric Dacheux, « Greenpeace : entre médias, espace public et marché, quelle logique communicationnelle? », Hermès,‎ , p. 197 (lire en ligne)
  38. Éric Dacheux, « Greenpeace : entre médias, espace public et marché, quelle logique communicationnelle? », Hermès,‎ , p. 107 (lire en ligne)
  39. Philippe Lequenne, Dans les coulisses de Greenpeace, France, L'Harmattan, , 204 p., p. 111
  40. Éric Dacheux, « Greenpeace : entre médias, espace public et marché, quelle logique communicationnelle? », Hermès,‎ , p. 107 (lire en ligne)
  41. https://sailing-with-greenpeace.com/fr/boats
  42. Farewell to the Rainbow Warrior II, greenpeace.org, August 16, 2011
  43. « Amazonie: nos poumons brûlent », sur Greenpeace,
  44. [vidéo] Face à l'urgence climatique, les discours ne suffisent pas sur YouTube
  45. (en) « Greenpeace sails to Amchitka 36 years after controversial nuclear bomb test - Alaska Public Media », sur Alaska Public Media, (consulté le 26 juin 2020).
  46. « Préserver les forêts d'Amazonie », sur regardelemondechanger.com (consulté le 15 février 2018).
  47. « Amazonie : Greenpeace obtient un moratoire sur la commercialisation du soja », sur novethic.fr, (consulté le 15 février 2018).
  48. « Sous pression de Greenpeace, Nestlé rompt avec un fournisseur », (article avec lien sur la fausse pub, Kit-Kat, dénonçant la disparition des orang-outans, avec les déforestations indonésiennes), sur letemps.ch, (consulté le 15 février 2018).
  49. « Greenpeace et l'Entente historique sur la forêt boréale », sur greenpeace.org (consulté le 15 février 2018).
  50. « Greenpeace se retire de l'Entente sur la forêt boréale canadienne », sur lesoleil.com, (consulté le 15 février 2018).
  51. AFP, « Climat : Greenpeace et WWF claquent la porte à Varsovie », La Libre Belgique, .
  52. Mathieu Dejean, « Greenpeace crée un nouveau pays : la République Glaciaire », Les Inrockuptibles, (consulté le 9 décembre 2019).
  53. (es) « Greenpeace aprovecha vacío legal y "crea" un país en los glaciares del territorio chileno », El Mercurio,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2020).
  54. Joseph Martin, « Greenpeace : un film d'animation par les créateurs de Wallace et Gromit », sur RSE Magazine (consulté le 17 janvier 2020).
  55. Joseph Martin, « Greenpeace : des militants escaladent ND de Paris pour dénoncer "l'inaction climatique" », sur RSE Magazine (consulté le 22 juillet 2020).
  56. a b c et d Nathalie Berny, « Le lobbying des ONG internationales d'environnement à Bruxelles. Les ressources de réseau et d'information, conditions et facteurs de changement de l'action collective », Revue française de science politique,‎ , pp. 97-121 (lire en ligne)
  57. (en-US) mathilde, « GREEN 10 les ONG vertes à Bruxelles », sur Master Europe (consulté le 18 août 2020)
  58. « Le bureau français, lui, ouvre en 1977. Mais en 1987, deux ans après l'attentat contre le Rainbow Warrior et à la suite de la campagne de désinformation orchestrée par la France, il doit fermer ses portes. Greenpeace France rouvre finalement deux ans plus tard, en 1989. » : « Notre histoire » (consulté le 27 octobre 2017).
  59. « L’emploi des fonds collectés par l’association Greenpeace France », sur Cour des comptes (consulté le 19 août 2020)
  60. Maud Descamps, « Greenpeace à l'Assemblée ou l'échec d'une opération coup de poing », 20 minutes, (consulté le 15 février 2018).
  61. « "Le pire est malheureusement possible!" : l’appel de 61 associations et ONG avant le second tour », Le Journal du dimanche, .
  62. AFP, « Jean-François Julliard prend la tête de Greenpeace », L'Obs,
  63. Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, « Fiche organisation : Greenpeace France », sur hatvp.fr, (consulté le 9 décembre 2019).
  64. « Reims : Création d'un groupe local Greenpeace », L'Union, (consulté le 11 février 2019).
  65. Rémi Barroux, « Les hors-la-loi de Greenpeace », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 11 février 2019).
  66. « Nos partenaires », sur www.enercoop.fr, (consulté le 27 février 2020)
  67. Sébastien Roux et Cyprien Caddeo, « La galaxie verte qui a porté la vague », Le temps,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2019).
  68. (en) [PDF] Patrick Moore, Assault on Future Generations, Greenpeace report, 1976, p. 47-49.
  69. a et b (en) Patrick Moore, « Going Nuclear », The Washington Post,‎ (lire en ligne).
  70. (en) Nuclear energy? Yes please!, The Independent.
  71. (en) Patrick Moore, Greenpeace is wrong — we must consider nuclear power, The Age, .
  72. « Qui a tué l'écologie? », Les Liens qui libèrent.
  73. « Pascal Husting ».
  74. Greenpeace reconnait avoir menti sur le réchauffement climatique.... - pecqror sur LePost.fr (16:12).
  75. (en) Nicholas Schoon, « Greenpeace's Brent Spar apology », The Independent, (consulté le 9 décembre 2019).
  76. La désinformation de Greenpeace, Alerte environnement, , document archivé sur Archive.is.
  77. Samuel Gontier, « L’obscure et terrifiante clarté des ampoules basse consommation », Télérama, (consulté le 9 décembre 2019).
  78. « Greenpeace : un haut responsable allait au bureau... en avion », sur Le Parisien, .
  79. AFP, « Greenpeace: plus d'avion pour un responsable », Le Figaro, .
  80. « Chasse aux "putains de phoques" :Greenpeace passe du côté obscur - Sea Shepherd FR », sur www.seashepherd.fr (consulté le 4 mai 2017).
  81. a b et c « Le Pérou accuse Greenpeace d'avoir dégradé un site archéologique », BFM TV, .
  82. Vincent Noce, « Greenpeace gribouille des vestiges indiens ? », Libération, .
  83. AFP, « Greenpeace aurait abîmé un site historique », 20 minutes, (consulté le 9 décembre 2019).
  84. AFP, « Une action de Greenpeace a détérioré les lignes de Nazca, au Pérou », RTS Info, .
  85. (en) « Peru seeks extradition of Greenpeace activist over Nazca damage », Reuters, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]