Aller au contenu

IPAG Business School

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
IPAG Business School
Histoire
Fondation
1965
Statut
Type
Forme juridique
Association déclarée (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom officiel
Institut de préparation à l’administration et à la gestion
Fondateur
Président
Robert Fonck
Directeur
Olivier Maillard
Devise
Going Beyond Together
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
3000
Localisation
Pays
Ville
Paris (184, bd Saint-Germain), Nice (4, bd Carabacel)
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris

L’IPAG Business School (Institut de préparation à l’administration et à la gestion) est une grande école de commerce française privée post-bac fondée en 1965 par Jacques Rueff. Elle est titulaire du label d'Etat EESPIG, lui attribuant la qualification d'établissement d'enseignement supérieur privé d'intérêt général.

L’IPAG Business School comprend cinq campus : Paris, Nice, Kunming (Chine), Los Angeles (États-Unis) et Abidjan (Côte d'Ivoire).

Histoire[modifier | modifier le code]

L’IPAG Business School est située dans le même immeuble que la société de géographie, au 184 boulevard Saint-Germain à Paris.

En 1965, l’économiste, haut fonctionnaire et académicien Jacques Rueff crée l'école, dénommée alors Centre de formation supérieure des cadres du commerce et de l’industrie[1]. L’école devient en 1969 l’Institut de préparation à l’administration et à la gestion (IPAG) et en 1970, elle est reconnue par l’État.

En 1985, l’IPAG est habilitée à délivrer un diplôme visé par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche[2]. En 1989, elle ouvre un nouvel établissement à Nice. En 2006, l’IPAG est habilitée à délivrer un diplôme Bac + 5 visé par le ministère, et en 2011, elle est habilitée à délivrer un diplôme avec le grade de master[3],[4],[5].

En 2012, l’IPAG devient l’Ipag Business School, et ouvre deux campus hors de France : Kunming et Los Angeles[6]. En 2013, elle est membre créateur du concours Ambitions+[7]. En 2014, elle devient membre du concours SESAME[8],[9].

En 2016, elle rejoint la Conférence des grandes écoles (CGE)[10].

En , l’EFMD (European Foundation for Management Development), principale agence européenne en matière d’audit stratégique et d’accréditation, décerne le label EPAS[11] au programme Grande Ecole de l’IPAG Business School.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

L’IPAG Business School est une école privée ayant le statut d’association loi de 1901. Son directeur général est, depuis 2023, Olivier Maillard[4],[12], et son conseil d’administration est présidé par Robert Fonck (ancien secrétaire général du Crédit Foncier)[13].

L'appartenance de cet établissement au secteur privé explique un coût de formation significatif, malgré une importance donnée très tôt aux stages en entreprise. Le journal Le Monde relevait ainsi, dès les années 1990, que le cursus inclut soixante-douze semaines de stage, à comparer aux quatre-vingt-deux semaines de formation[1].

Formations[modifier | modifier le code]

Le programme « Grande École » (bac+5, grade de Master)[14] de l'IPAG vise l’apprentissage des fondamentaux du management et de la gestion et l’expérience de l’expatriation et propose des spécialisations en Finance, Contrôle de Gestion, Droit, en Commerce International, Marketing et Communication, Gestion des Ressources Humaines ou dans des filières plus spécifiques comme le Master 2 Global Supply Chain Management[15].

Il est également possible, dans le cadre de ce programme, d’obtenir des doubles diplômes internationaux en partenariat avec des universités étrangères comme l'Université Napier d'Édimbourg, l'Université de Newcastle (Australie) ou encore l'École polytechnique de Turin[16].

Recherche[modifier | modifier le code]

En 2014, un article de l'Etudiant s'intéresse à la politique de recherche de l'IPAG et la polémique autour de celle-ci dans le milieu des enseignants-chercheurs en gestion[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'exemple de l'IPAG », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « Enquête : La ruée vers le privé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. « IPAG Business School », sur parisetudiant.com, site du quotidien Le Parisien.
  4. a et b « Écoles de commerce: Olivier Maillard va prendre la direction de l’Ipag », Le Figaro Etudiant,‎ (lire en ligne)
  5. Cécile Peltier, « Grade master : l’IPAG et l’EBS renouvelés, l’ESC Pau seulement prolongé », sur letudiant.fr, .
  6. Kira Mitrofanoff, « Classement 2016 des écoles de commerce post-bac en 5 ans: IPAG, Paris, Nice, Kunming, Los Angeles », Challenges,‎ (lire en ligne)
  7. Diane Galbaud, « Écoles de commerce : postbac, après une prépa ou via les admissions parallèles », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. « L’IPAG rejoint le concours Sésame », sur etudiant.lefigaro.fr/.
  9. « Ces écoles qui recrutent hors Admission postbac », L'Express,‎ (lire en ligne)
  10. « CA du 15 mars 2016 : adhésion de trois nouvelles écoles à la CGE »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur cge.asso.fr, .
  11. « Programmes accrédités EPAS », sur efmd.org.
  12. « L’IPAG Business School annonce la nomination de Olivier Maillard au poste de Directeur Général. », Monde des Grandes Ecoles,‎ (lire en ligne)
  13. Baptiste Gardair, « Robert Fonck nommé nouveau président de l'IPAG », sur Business Cool, (consulté le ).
  14. Bulletin officiel de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, « Établissements d'enseignement supérieur technique privés et consulaires autorisés à délivrer un diplôme visé par le ministre chargé de l'enseignement supérieur et pouvant conférer le grade de master à leurs titulaires », sur enseignementsup-recherche.gouv.fr, (consulté le ).
  15. « Mastères spécialisés contre MBA : le match se resserre », sur lenouveleconomiste.fr.
  16. « Ecoles de commerce post bac : une rentrée 2011 riche en nouveauté », sur etudiant.aujourdhui.fr.
  17. « Olivier Maillard », L'Essentiel du SUP,‎ (lire en ligne)