IPAG Business School

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
IPAG Business School
Image illustrative de l'article IPAG Business School
Devise Révélateur d’Excellence
Nom original Institut de préparation à l’administration et à la gestion
Informations
Fondation 1965
Fondateur Jacques Rueff
Type Grande école de commerce (établissement privé)
Localisation
Coordonnées 48° 51′ 18″ nord, 2° 19′ 52″ est
Ville Paris (184, bd Saint-Germain) Nice (4, bd Carabacel)
Pays Drapeau de la France France
Campus Paris, Nice (France); Kunming (Chine), Riverside (USA)
Direction
Président Thierry Tron Lozai
Directeur Guillaume Bigot
Chiffres clés
Étudiants 3000
Diplômés/an 650
Divers
Affiliation CGE, UGEI, Erasmus, Campus France,
Site web [ https://www.ipag.fr ]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
IPAG Business School

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
IPAG Business School

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
IPAG Business School

L’IPAG Business School (Institut de préparation à l’administration et à la gestion) est une école de commerce française privée post-bac fondée en 1965 par Jacques Rueff. L’IPAG délivre un diplôme de l’enseignement supérieur visé par l’État (grade de Master) et comprend quatre campus à Paris, Nice, Kunming (Chine) et Los Angeles (États-Unis). L’enseignement dispensé vise à former des cadres dirigeants et des créateurs d’entreprises. L'IPAG est membre de la Conférence des grandes écoles.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’IPAG Business School est située dans le même immeuble que la société de géographie, au 184 boulevard Saint-Germain à Paris.

En 1965, l’économiste Jacques Rueff crée l'école, dénommée alors Centre de formation supérieure des cadres du commerce et de l’industrie[1]. L’école devient en 1969 l’Institut de préparation à l’administration et à la gestion (IPAG) et en 1970, elle est reconnue par l’État.

En 1985, l’IPAG est habilitée à délivrer un diplôme visé par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche[2]. En 1989, elle ouvre un nouvel établissement à Nice. En 2006, l’IPAG est habilitée à délivrer un diplôme Bac + 5 visé par le ministère, et en 2011, elle est habilitée à délivrer un diplôme avec le grade de master[3],[4],[5].

En 2012, l’IPAG devient l’Ipag Business School, et ouvre deux campus hors de France : Kunming et Los Angeles[6]. En 2013, elle est membre créateur du concours Ambitions+[7]. En 2014, elle devient membre du concours SESAME[8],[9] .

En 2016, elle rejoint la Conférence des grandes écoles (CGE)[10].

Gouvernance[modifier | modifier le code]

L’IPAG est une école privée ayant le statut d’association loi de 1901. Son directeur général est, depuis 2008, Guillaume Bigot[4],[11],[12], et son conseil d’administration est présidé par Thierry Tron Lozai (remplaçant François Delachaux). Entrepreneur (directeur général du Carré des entrepreneurs et administrateur de 16 sociétés), il a également eu plusieurs engagements (président du CA du logement social du Val d’Oise, délégué général du MEDEF Hauts-de-Seine de 1990 à 2011, président de l’association Saint Benoît à Caen ou du foyer de jeunes filles Oasis à Paris).

L'appartenance de cet établissement au secteur privé explique un coût de formation significatif, malgré une importance donnée très tôt aux stages en entreprise. Le journal Le Monde relevait ainsi, dès les années 1990, que le cursus inclut soixante-douze semaines de stage, à comparer aux quatre-vingt-deux semaines de formation[1].

Formations[modifier | modifier le code]

Le programme « Grande École » (bac+5, grade de Master)[13] de l'IPAG vise l’apprentissage des fondamentaux du management et de la gestion et l’expérience de l’expatriation et propose des spécialisations en Finance, Contrôle de Gestion, Droit, en Commerce International, Marketing et Communication, Gestion des Ressources Humaines ou dans des filières plus spécifiques comme le Master 2 Global Supply Chain Management[14].

Il est également possible, dans le cadre de ce programme, d’obtenir des doubles diplômes internationaux en partenariat avec des universités étrangères comme l'Université Napier d'Édimbourg, l'Université de Newcastle (Australie) ou encore l'École polytechnique de Turin[15].

Des diplômes en trois années post-bac (« Bachelors » ) sont également proposés : Marketing et Communication Digitale, Bachelor of Business Administration, Management du luxe, Commerce International, Entrepreneuriat et innovation ou encore Professions immobilières.

L'organisme IPAG Executive Education propose enfin des programmes en formation continue destinés aux cadres et non cadres, dans des domaines divers tels que le Management, la Relation Client ou la Finance.

Recherche[modifier | modifier le code]

L'IPAG Lab, créé en 2009 par Frédéric Teulon, est le centre de recherche de l’IPAG Business School et figure parmi les meilleurs laboratoires français en économie d'après le classement RePEc. Pour se faire connaître, ce centre a clairement une stratégie de publication d'articles : « Nous avons un fixe pour nos enseignants-chercheurs qui n'est pas mirobolant et même en dessous de la moyenne du marché. Mais notre système de primes est très attractif en ce qui concerne la publication des articles ». Cette stratégie lui fait également gravir les échelons dans les classements comparatifs. Et Guillaume Bigot de préciser : « À partir du moment où les règles ont été écrites par d'autres et nous sont imposées, nous nous sommes mis à jouer avec elles. » La revue américaine Journal of Applied Business Research a ainsi publié 14 articles en 2013 signés ou cosignés par des enseignants-chercheurs permanents de l'IPAG[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'exemple de l'IPAG », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « Enquête : La ruée vers le privé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. « IPAG Business School », sur parisetudiant.com, site du quotidien Le Parisien
  4. a et b Olivier Rollot, « Une école de commerce et de management, avec ou sans prépa ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Cécile Peltier, « Grade master : l’IPAG et l’EBS renouvelés, l’ESC Pau seulement prolongé », sur www.letudiant.fr/educpros,
  6. Kira Mitrofanoff, « Classement 2016 des écoles de commerce post-bac en 5 ans: IPAG, Paris, Nice, Kunming, Los Angeles », Challenges,‎ (lire en ligne)
  7. Diane Galbaud, « Écoles de commerce : postbac, après une prépa ou via les admissions parallèles », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. « L’IPAG rejoint le concours Sésame », sur etudiant.lefigaro.fr/
  9. « Ces écoles qui recrutent hors Admission postbac », L'Express,‎ (lire en ligne)
  10. « CA du 15 mars 2016 : adhésion de trois nouvelles écoles à la CGE », sur http://www.cge.asso.fr/,
  11. « Guillaume Bigot nouveau directeur général du groupe IPAG », EducPros.fr,‎ (lire en ligne)
  12. a et b Étienne Gless, « IPAG : les secrets d’une progression "fulgurante" en recherche », EducPros.fr,‎ (lire en ligne)
  13. Bulletin officiel de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, « Établissements d'enseignement supérieur technique privés et consulaires autorisés à délivrer un diplôme visé par le ministre chargé de l'enseignement supérieur et pouvant conférer le grade de master à leurs titulaires », sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr, (consulté le 2 avril 2017)
  14. « Mastères spécialisés contre MBA : le match se resserre », sur lenouveleconomiste.fr
  15. « Ecoles de commerce post bac : une rentrée 2011 riche en nouveauté », sur etudiant.aujourdhui.fr