Institut national des sciences et techniques nucléaires

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN)
Entrée INSTN, CEA Paris-Saclay (crédit : S.Renard/CEA)
Entrée INSTN, CEA Paris-Saclay (crédit : S.Renard/CEA)
Informations
Fondation 1956
Type Établissement public administratif d'enseignement supérieur
Localisation
Coordonnées 48° 42′ 42″ nord, 2° 10′ 17″ est
Ville Saclay
Pays Drapeau de la France France
Direction
Directeur Philippe Corréa
Chiffres clés
Enseignants 1 150 enseignants et experts
Étudiants 1 100 par an dont
300 apprentis (30 % d'étrangers)
Doctorants 1 500 doctorants en cours de thèse dans les laboratoires du CEA
Niveau 6 600 stagiaires par an
Divers
Affiliation Commissariat à l'énergie atomique
Site web http://www-instn.cea.fr/

L’Institut national des sciences et techniques nucléaires (INSTN) est un établissement d’enseignement supérieur et un organisme national de formation. Son statut est celui d’un établissement public administratif (article D741.12 CE)[1]. Son administration a été confiée au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), depuis sa création en 1956. L’INSTN est placé sous la double autorité du ministre chargé de l’industrie et du ministre chargé des universités.

Depuis 1956, l’INSTN accompagne le développement scientifique et industriel de la filière nucléaire française en transmettant ses connaissances et compétences. L’Institut délivre des enseignements et des formations de haute spécificité, à tous les niveaux de qualification post-bac – de l’opérateur au chercheur en passant par l’ingénieur. Ces enseignements portent sur les sciences et les techniques mises en œuvre dans les domaines de l’énergie nucléaire et de ses applications industrielles et également médicales.

Fort de ses missions au niveau national, l’INSTN déploie également sa stratégie localement avec la présence d’unités d’enseignement très impliquées dans l’écosystème académique et industriel de plusieurs régions françaises. Actuellement, l’INSTN est implanté sur cinq sites en France :

Histoire[modifier | modifier le code]

L’INSTN a été créé en 1956 à l'initiative de Georges Guille, à l'époque où la France se lance dans un vaste programme nucléaire civil et militaire. La vocation de l’institut est de former des ingénieurs et chercheurs dans des disciplines scientifiques et technologiques de pointe jusqu’alors non dispensées par les universités et écoles d’ingénieurs.

Formation[modifier | modifier le code]

L’INSTN a pour mission d’organiser, piloter et réaliser des formations (en français et en anglais) en soutien au CEA et à la filière nucléaire française. Des formations diplômantes pour les étudiants aux formations professionnelles continues pour les salariés du secteur de l’énergie, l’Institut couvre un large spectre de formations professionnalisantes et certifiantes qui répondent aux besoins de la filière et de ses clients.

En formation initiale, l’INSTN délivre des diplômes de type master et spécialisations (ingénieurs), des diplômes d’enseignement supérieur de niveau licence et des diplômes de niveau post-BAC. Actuellement, l’Institut est impliqué par collaboration ou partenariat dans la réalisation de 31 masters et de nombreux autres diplômes dans le domaine de l’énergie nucléaire et de ses applications, en santé notamment.

L’INSTN a la responsabilité de quatre diplômes et titres en propre :

Remise des diplômes des étudiants en Génie atomique en 2016, INSTN-Saclay ©L.Godart/CEA
Salle immersive Vert, INSTN-Saclay ©L.Godart/CEA

Grâce à ses nombreuses années d’expérience, ainsi qu’à ses liens étroits avec les laboratoires du CEA et des partenaires de haut niveau, l’INSTN maîtrise un grand nombre de domaines de compétences et d’expertise en formation professionnelle continue qui intéressent notamment les acteurs de la filière (EDF, Areva, Assystem, CEA, etc.) :

  • Énergie nucléaire
  • Rayonnements ionisants
  • Technologies de la santé
  • Nouvelles technologies et énergies alternatives

Afin de répondre aux différents besoins des professionnels qui opèrent dans le secteur de l’énergie, l’INSTN élargit le spectre de ses formations à la radioprotection, à la gestion et la sûreté des installations nucléaires, à l’imagerie médicale, aux énergies alternatives, aux matériaux, aux nanotechnologies et enfin à la gestion et au management des projets complexes. Certaines formations, indispensables à la pratique d’une activité professionnelle, délivrent des certificats d’aptitude ; c’est par exemple le cas pour celui de « personne compétente en radioprotection » (PCR).

L’INSTN réalise également des formations à la demande, soit en transposant une formation de son catalogue à une cible spécifique soit en répondant à un cahier des charges particulier.

Enfin, l’Institut administre l’ensemble des doctorants du CEA et les prépare à leur entrée dans la vie professionnelle via le Service Formation par la recherche et emploi scientifique (SFRES).

L'INSTN dispense 21 000 heures de formation professionnelle continue et 25 500 heures d'enseignement par an.

Outils pédagogiques et équipements : vers une transition numérique[modifier | modifier le code]

Boîte à gants, INSTN-Cadarache - ©L. Godart/CEA

Dans le contexte actuel de numérisation de la filière nucléaire et suivant les missions de l’INSTN, la transformation digitale est devenue une priorité au sein de l’Institut afin de s’adapter à son environnement professionnel et de diversifier de manière concurrentielle ses formations. L’intégration du numérique permet aujourd’hui d’adapter les enseignements et formations aux enjeux de l’industrie du futur. Ainsi, l’INSTN met en place de façon pragmatique les outils et solutions digitales appropriées à chacun de ses champs d’action : formations initiales, formations professionnelles continues et activités de conseil et expertise.

Relations entreprises[modifier | modifier le code]

L’approche partenariale de l’INSTN permet de renforcer la pertinence et l’efficacité de son offre de formation et veille à l’adapter aux évolutions des besoins de ses partenaires et clients. Pour maintenir un enseignement de haut niveau intégrant de nouvelles pédagogies numériques, l’INSTN adapte ses moyens humains et matériels et oriente ses enseignements vers une utilisation croissante des nouvelles technologies de l’information.

L’INSTN a pris le soin de diversifier le panel de ses partenariats, ainsi plusieurs types d’accord ont été signés en France et à l’étranger :

  • Des accords de coopération (avec SCK-CEN par exemple, centre de recherche belge, ou TECNATOM, entreprise espagnole...) où l’objet est de développer ensemble l’offre de formation initiale et/ou continue ;
  • Des accords commerciaux et de développement (ASSYSTEM, NUVIA, APAVE, FANR - Federal Authority for Nuclear Regulation aux Émirats arabes unis) visant à associer les développements respectifs de l’INSTN et des partenaires ;
  • Des accords de capacité (IRSN, CORYS, Oxand Academy,…) pour unir les ressources formatrices des deux partenaires par exemple ;
  • Des accords politiques et stratégiques qui peuvent être liés au contexte CEA (NSAN, Rosatom, COMENA/Algérie, CNESTEN/Maroc...).
Chantier-école de l'Unité d'enseignement de Marcoule - ©S. Le-Couster/CEA
Chantier-école de l'Unité d'enseignement de Marcoule - ©S. Le-Couster/CEA

Après la formalisation et la signature de 17 accords en 2016 et 2017, la feuille de route est riche d’actions à mener, actions qui intègrent de près ou de loin tous les acteurs de l’INSTN.

Relations académiques[modifier | modifier le code]

Afin de garantir la qualité de ses enseignements, l’INSTN s’associe aux meilleures institutions du monde académique et a récemment mené ses actions de formation en collaboration avec plusieurs centres de formation d’apprentis (CFA) et les plus grandes écoles et universités en France et à l’international. En 2016 et 2017, les accords de partenariat signés avec l’ENSTA ParisTech, le centre de recherche belge SCK.CEN dans le domaine de l’énergie nucléaire, l’Université internationale Abulcasis des sciences de la santé au Maroc (UIASS), dans le secteur du nucléaire de santé, l'Université polytechnique de Madrid pour un double-diplôme du Génie atomique ou encore le MEPhI (National Research Nuclear University) en Russie, illustrent une fois de plus cette volonté.

International[modifier | modifier le code]

Plaque "Collaborating Centre" de l'AIEA - ©S. Le-Couster/CEA
Plaque "Collaborating Centre" de l'AIEA - ©S. Le-Couster/CEA

Membre fondateur de l’association European Nuclear Education Network (ENEN), l’INSTN détient également le label Collaborating Centre de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dans le domaine de l’éducation et de la formation aux technologies nucléaires et ses applications industrielles et radiopharmaceutiques. L’INSTN est à ce titre le premier partenaire de l’AIEA en France et en Europe dans ces domaines. Un véritable atout pour les entreprises partenaires de l’Institut dans leur conquête des marchés internationaux. De par cette reconnaissance et son expertise dans la formation pour le nucléaire, l’INSTN affirme ainsi son rôle d’école d’application de la filière nucléaire française. 

Fondation INSTN[modifier | modifier le code]

Fin 2016, l’INSTN a participé à la création de la fondation INSTN sous l’égide de la Fondation de France. Ses trois fondateurs, Apave, Assystem et Nuvia, partenaires industriels de l’INSTN, portent le même engagement pour la transmission du savoir et la diffusion de la culture scientifique. Cette fondation a notamment pour objectifs :

  • la création de chaires d’enseignement ;
  • l’amélioration des conditions de vie des étudiants ;
  • la conception d’outils pédagogiques, d’installations pédagogiques ;
  • la diffusion des connaissances.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Code de l'éducation - Article D741-12 (lire en ligne)