École supérieure d'ingénieurs en informatique et génie des télécommunications

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École supérieure d'ingénieurs en informatique et génie des télécommunications
Informations
Fondation 1986
Type École d'ingénieurs privée
Localisation
Coordonnées 48° 47′ 23″ Nord, 2° 21′ 50″ Est
Ville Villejuif
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Direction
Directeur Alain Fromentel[1]
Chiffres clés
Enseignants 70[1]
Étudiants 182 (au [1]
Doctorants 3
Diplômés/an en 2014 :
37 en formation initiale
dont 21 étrangers
et 0 apprenti[1]
Divers
Affiliation CGE
Site web esigetel.fr

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
École supérieure d'ingénieurs en informatique et génie des télécommunications

L'École supérieure d'ingénieurs en informatique et génie des télécommunications (Esigetel) est une école d'ingénieurs privée. C'est l'une des 210 écoles d'ingénieurs françaises habilitées par la Commission des titres d'ingénieur à délivrer un diplôme d'ingénieur.

Membre de l'association Conférence des grandes écoles, elle forme des ingénieurs généralistes en systèmes numériques et objets communicants qui font carrière dans toutes les composantes des secteurs de l'informatique, de l'électronique, des télécommunications et des systèmes embarqués. Les principaux domaines: télécommunications, systèmes embarqués, e-santé, Web Intelligence, réseaux et sécurité, Cloud Computing.

Le salaire moyen des ingénieurs débutants était de 35 150 € en 2014[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L'« École supérieure d’ingéniorat en génie électrique et télématique » est créée le [1], à Fontainebleau (Seine-et-Marne) par la chambre de commerce et d'industrie de Melun. L'enseignement dispensé visait alors à répondre aux besoins croissants des entreprises en ingénieurs spécialisés dans les réseaux informatiques : réseaux d'entreprise classique (Ethernet, FDDI…), réseaux sans fils (GSM…) et réseaux longues distances (RTC, Sonet…)[2],[3].

En 1988, l'école change de nom et devient l'« École supérieure d’ingénieurs en informatique et génie des télécommunications »[2].

La Commission des titres d'ingénieurs donne son habilitation en 1991 à l'école pour délivrer le titre d'« Ingénieur de l'École supérieure d’ingénieurs en informatique et génie des télécommunications »[2].

Depuis le , l'école n'est plus liée à la chambre de commerce et d'industrie de Melun, et évolue vers un statut associatif de loi 1901[2].

En 2011, l'école se rapproche de l'EFREI (ex : École française d'électronique et d'informatique)[2].

Depuis la rentrée 2012, ses locaux sont situés sur le campus de l'Efrei, à Villejuif (94)[2].

Début 2014, l'école fait partie du « Groupe Efrei »[4].

Formations[modifier | modifier le code]

À l'issue dune formation de cinq années, post-bas, l'école est accréditée à délivrer le diplôme d'« Ingénieur diplômé de l’École supérieure d'ingénieurs en informatique et génie des télécommunications » par la Commission des titres d'ingénieur qui a renouvelée cette accréditation en 2013 jusque 2018-2019[5]

Le cycle préparatoire intégré de deux ans est mutualisé avec l'EFREI et un cycle ingénieur de trois ans. En cycle ingénieur, les étudiants ont la possibilité de choisir parmi l'une des quatre majeures (définition de mai 2015)[6] :

  • avionique et espace ;
  • droïdes et drones ;
  • réseaux et virtualisation ;
  • énergies nouvelles et réseaux intelligents.

L'école propose également :

  • une formation ingénieur en apprentissage, nommée « Architectures, sécurité et technologies des réseaux par alternance » (ASTRA)[7] ;
  • des doubles-diplômes avec les mastères spécialisés des deux écoles CentraleSupélec, Grenoble École de management et avec douze universités à l'international.

Financement des études[modifier | modifier le code]

Le coût des études était en 2014 de 7 980 € par année[1] mais les étudiants peuvent bénéficier de bourses de l'État comme la bourse d'enseignement supérieur et la bourse sur la taxe d'apprentissage pour financer en partie leurs études : c'était le cas de 20 des 64 étudiants recrutés en 2014[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h École supérieure d'ingénieurs en informatique et génie des télécommunications (ESIGETEL) - Académie de Créteil - Données Certifiées CTI - Campagne 2014, [lire en ligne].
  2. a, b, c, d, e et f « Histoire des écoles d'ingénieurs », sur le site du Centre d'études sur les formations et l'emploi des ingénieurs de l'association des Ingénieurs et scientifiques de France,‎ (consulté le 20 juin 2016).
  3. « Esigetel - ParisSud », sur le site www.apres-le-bac.fr (consulté le 20 juin 2016).
  4. « L'Esigetel met le cap sur des formations à même de répondre au marché des objets connectés et de l'informatique », sur le site de la sarl Idecom (consulté le 20 juin 2016).
  5. Arrêté du 19 février 2016 fixant la liste des écoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé.
  6. « Le groupe Efrei vient d'être lancé avec deux écoles agréées par la CTI », sur le site homo-connecticus.com de Pierre Ravot,‎ (consulté le 20 juin 2016).
  7. « ESIGETEL, Ecole d'ingénieurs, Concours Alpha, Post-bac, Informatique, Télécommunications, Créteil, CTI, Numérique », sur le site de la sarl Atout On Line (consulté le 20 juin 2016).