Paul Andreu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andreu.
Paul Andreu
Image illustrative de l'article Paul Andreu
Présentation
Naissance (78 ans)
Caudéran, France
Nationalité Drapeau : France Française
Formation École polytechnique, École des ponts et chaussées, École des beaux-arts
Œuvre
Agence Paul Andreu architecte paris
Réalisations Aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle, Opéra de Pékin
Distinctions Grand prix national de l'architecture (1977)
Prix Aga Khan d'architecture (1995)
Grand Prix du Globe de Cristal décerné par l’Académie Internationale d’Architecture (2006)[1]

Paul Andreu, né le à Caudéran, en Gironde, est un architecte français spécialiste des constructions aéroportuaires. Il est aussi écrivain.

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires au lycée Montaigne de Bordeaux où son père enseignait les mathématiques, Paul Andreu suit la préparation aux grandes écoles au lycée Louis-le-Grand et il est reçu simultanément à l’École normale supérieure et à l’École polytechnique.

Après avoir été diplômé de l'École polytechnique (promotion 1958), il mène de front un cursus à l’École nationale des ponts et chaussées, dont il sortira ingénieur en 1963, et des études à l’École nationale supérieure des beaux-arts, dans l’atelier d’architecture d'Othello Zavaroni puis de Paul Lamache (rue Visconti), école dont il sortira diplômé en Janvier 1969.

Carrière[modifier | modifier le code]

Osaka Maritime Museum, Osaka, Japon

Dès le début de sa carrière, il rejoint la société Aéroports de Paris qui lui confie le poste d'ingénieur en chef du département travaux puis du département architecture (1968) ; il devient architecte en chef et directeur des projets (1974) puis directeur de l’architecture et de l’ingénierie en 1979, à la suite de Henri Vicariot, polytechnicien architecte et professeur à l'ENSBA.

Parmi ses principales réalisations figurent les aéroports de Roissy et sa gare TGV-RER, d’Abou Dabi, de Jakarta, du Caire, de Dar Es Salaam, de Bruneï, de Kansaï dans la baie d’Osaka, de Nice, de Bordeaux, de Pointe-à-Pitre, l’arche de la Défense (qu’il construit sur des dessins de Johann Otto von Spreckelsen, lauréat du concours[2]), ainsi que le terminal français du tunnel sous la Manche.

Il est élu membre de l’Académie des beaux-arts, le 19 juin 1996, au fauteuil d’Henry Bernard.

Sa responsabilité d'architecte risque d'être engagée dans l'effondrement, le 23 mai 2004, d'une section de la nouvelle aérogare 2E de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, inaugurée un an auparavant[3].

Il est l'architecte chargé de la réalisation du nouveau Grand Théâtre national de Pékin, dont l'inauguration a eu lieu le 22 décembre 2007[4].

Lorsqu’il a quitté ADP en 2003[réf. nécessaire], Paul Andreu a fondé sa propre agence d’architecture à Paris. L’Oriental Art Center, un complexe culturel consacré à la musique, qui a été inauguré à Shanghai en décembre 2004 et le Grand Théâtre national de Chine à Beijing, dont la livraison est prévue pour 2007 sont des réalisations issues de la collaboration de Paul Andreu avec ADPi et des associés chinois locaux.

Le New Technology and Science Enterprising Centre à Chengdu, un centre administratif de 500 000 m2, ainsi que les études pour Oceanus à Macao, un complexe de 500 000 m2 comprenant hôtel, boutiques, casinos et appartements, constituent des projets plus récents menés depuis leur origine par PAAP. En 2005, tandis qu’il entreprend des études d’urbanisme pour Bruxelles, Paul Andreu élargit également son champ d’activité en acceptant en 2005 la proposition du metteur en scène Frederick Wiseman de réaliser le décor de Oh les beaux jours ! de Samuel Beckett au théâtre du Vieux-Colombier à la Comédie-Française, spectacle repris en France et en tournée durant la saison 2006-2007. En 2006, la maison Paco Rabanne lui confie l’agencement de ses nouvelles boutiques en Chine.

Le 12 décembre 2006, il reçoit pour l'ensemble de son œuvre le Grand Prix du Globe de Cristal des mains du ministre français de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres[1]. C'est la plus haute distinction triennale de l'Académie internationale d'architecture (il succède à Oscar Niemeyer).

Depuis mars 2008, il fait partie de la commission présidée par Hugues Gall et chargée par Christine Albanel, ministre de la Culture, de pourvoir le poste de directeur de la villa Médicis à Rome.

En 2009, il termine second du concours pour le Nouveau Roland Garros, début de sa collaboration avec l'agence parisienne Richez_Associés, depuis ils font des projets ensemble, notamment le musée archéologique de Taiyuan et le Grand Théâtre de Jinan en Chine inauguré en octobre 2013.

En 2014, il inaugure avec l'agence Richez Associés la Cité municipale de Bordeaux, sa ville natale.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Le Centre national des arts du spectacle, à Pékin, en juin 2007.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Salat, Françoise Labbé et Paul Andreu, Paul Andreu, Paris, Éditions Le Moniteur / Electa, , 175 p. (ISBN 978-2-86653-081-5)
  • Paul Andreu, J'ai fait beaucoup d'aérogares : Les dessins et les mots, Paris, Éditions Descartes & Cie, , 136 p. (ISBN 978-2-910301-92-7)
  • Paul Andreu, L'Archipel de la mémoire, Paris, Éditions Léo Scheer, , 121 p. (ISBN 978-2-915280-67-8)
  • Paul Andreu, L'Opéra de Pékin : Le roman d'un chantier, Paris, Éditions du Chêne, , 237 p. (ISBN 978-2-84277-776-0)
  • Paul Andreu, La maison, Paris, Éditions Stock, , 113 p. (ISBN 978-2-234-06193-4)
  • Paul Andreu, Les eaux dormantes, Bruxelles, Belgique, Les Impressions Nouvelles, , 125 p. (ISBN 978-2874490996)
  • Paul Andreu, Lettre à un jeune architecte, Montpellier, France, Éditions Fata Morgana, , 53 p. (ISBN 978-2-8519-4787-1)
  • Paul Andreu, Y avait-il des oiseaux ?, Montpellier, France, Éditions Fata Morgana, , 34 p. (ISBN 978-2-85194-788-8)
  • Paul Andreu, Archi-mémoires. Éditions Odile Jacob, 2013, 300 p. (ISBN 273812951X et 978-2-7381-2951-2)
  • Paul Andreu, Enfin, Paris, Éditions Gallimard, 2014, 176 p. (ISBN 9782070144235)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]