Bernard Esambert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bernard Esambert est un ingénieur, financier et travailleur français du secteur humanitaire, né à Paris le 7 juillet 1934[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Polytechnicien (1954) et ingénieur du corps des mines, il occupe différents postes au ministère de l'Industrie puis rejoint le cabinet de Georges Pompidou, alors Premier ministre (1967-1968), puis celui de Maurice Couve de Murville (1968-1969) et enfin, à nouveau, celui de Georges Pompidou devenu président de la République (1969-1974).

En 1971, il invente le concept de "guerre économique" dans un article publié par la revue "les informations" et décline ce thème dans deux ouvrages ("Le 3° conflit mondial " (Plon, 1977), "La Guerre économique mondiale" (Olivier Orban, 1991)), et dans de nombreux articles. Il présidera plus tard l'académie de l'intelligence économique.

En 1974, il entre au Crédit Lyonnais qu'il quitte en 1977 pour le poste de président-directeur général de la Compagnie financière Edmond de Rothschild (1977-1993). Il exerce parallèlement la fonction de président-directeur général de la banque SOFIREC (1982-1993) et celle de président du directoire de la compagnie financière Holding.

Il participe à la conférence Bilderberg de Bad Aachen les 18,19 et 20 avril 1980.

Bernard Esambert, membre de la COB puis du collège de l'AMF (depuis 1996), a co-présidé Bolloré Technologies (1993-1994) et les conseils de surveillance de Lagardère-Groupe, Arjil (1995-2004), de Biomérieux-Pierre Fabre, de Devoteam et de l'Institut de l'Entreprise. Il a présidé SCAC Delmas Vieljeux de 1993 à 1994.

En 1991, il fonde la Fondation française pour la recherche sur l'épilepsie, et, en 1999 la Fédération pour la recherche sur le cerveau. Il a également présidé le conseil d'administration de l'École polytechnique (de 1985 à 1993), la commission du développement durable auprès du Premier ministre (de 1993 à 1994), l'Institut Pasteur (de 1994 à 1997), le Centre français du commerce extérieur (de 1998 à 2000), l'AGEM (de 1989 à 1998) et l'école de neurosciences de PARIS Ile de France.

En décembre 2012, il est nommé président d'honneur du club des Vigilants après l'avoir présidé depuis sa création en 1999. Bernard Esambert est aussi président de la Fondation française pour la recherche sur l'épilepsie (depuis 1991), de la Fédération pour la recherche sur le cerveau (depuis 1999) et de X-Résistance depuis 2006.

Depuis 2012 il est président de l'Institut Georges-Pompidou, et vice président de la Fondation "Un avenir ensemble" à la grande chancellerie de la légion d'honneur.

Bernard Esambert a reçu le 1er septembre 2013 le Prix Saint-Simon pour son dernier ouvrage Une vie d'influence - dans les coulisses de la Ve République (Flammarion)[2].

Décorations[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Une vie d'influence - Dans les coulisses de la Vè République, Flammarion, 2013. Prix Saint-Simon 2013
  • Pompidou, Capitaine d'Industrie, Odile Jacob, 1994.
  • La guerre économique mondiale, Olivier Orban, 1991.
  • Le 3e Conflit Mondial, Plon, 1977.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Débat audio sur le thème "Et si on gouvernait en 2017 comme Pompidou" - Bernard Esambert & Stéphane Jacquemet