École nationale supérieure de techniques avancées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
École nationale supérieure de techniques avancées
Histoire
Fondation
Statut
Type
Forme juridique
Établissement public national à caractère scientifique culturel et professionnel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom officiel
ENSTA Paris
Régime linguistique
Fondateur
Président
Directeur
Élisabeth Crépon
Membre de
Site web
Chiffres-clés
élèves
Plus de 1200[2]
Enseignants-chercheurs
139[2]
Budget
43,1M€ [1]
Localisation
Pays
Campus
Ville
Carte

L'École nationale supérieure de techniques avancées, de son nom de marque ENSTA Paris (anciennement ENSTA ParisTech), est l'une des 204 écoles d'ingénieurs françaises accréditées au à délivrer un diplôme d'ingénieur[3], membre fondateur de l'Institut Polytechnique de Paris[4] elle est aussi une école du groupe ENSTA avec l'ENSTA Bretagne.

Fondée en 1741 par Henri Louis Duhamel du Monceau sous le nom d'École des ingénieurs-constructeurs de vaisseaux royaux, il s'agit de la plus ancienne grande école française et l'une des plus prestigieuses. L'ENSTA Paris est par ailleurs une école d'application de sa "grande soeur", l'École polytechnique.

Membre du groupe IP Paris, c'est une grande école d'ingénieurs généraliste française membre de la conférence des grandes écoles. Elle forme aujourd'hui environ 250 ingénieurs par an. Elle dispense également des mastères spécialisés, et accueille de nombreux doctorants dans ses six laboratoires.

L'école s'est installée en à Palaiseau, au sein du pôle technologique (cluster en anglais) Paris-Saclay. Elle était par ailleurs membre fondateur de l'Université Paris-Saclay, qu'elle a quittée depuis. En , l'école est devenue membre fondateur d'un nouveau groupement d'écoles : l'Institut Polytechnique de Paris[5]. Dans le cadre de cette nouvelle entité, elle quitte le groupe ParisTech le [6].

On compte parmi ses anciens élèves et professeurs de nombreux serviteurs de la défense nationale française, des ingénieurs de la société civile, des personnalités militaires et politiques ainsi qu'un prix Nobel de physique.

Historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

L'origine de l'École remonte à 1741[7], date à laquelle Henry-Louis Duhamel du Monceau, inspecteur général de la Marine, créa une école à Paris destinée aux maîtres-charpentiers de marine[8]. À ses débuts l'école est installée dans l'hôtel particulier de Henry-Louis Duhamel du Monceau sur l'Île Saint-Louis. Lors de la révolution française l'école va fermer ses portes avant d'accueillir de nouveau des étudiants à partir de 1793. À l'époque l'école investit le palais du Louvre et après des changements de noms successifs (École des ingénieurs-constructeurs de Vaisseaux royaux, École d'application du Génie Maritime...), l'École nationale supérieure du génie maritime[9].

L'école deviendra une école d'application de l'École polytechnique et prendra à sa charge la formation du corps des ingénieurs du génie maritime qui restera au début du XXe siècle le plus prestigieux des corps en sortie de polytechnique, on appelle ses ressortissants les "X GM". L'école s'occupera aussi de la formation du corps des ingénieurs de l'aéronautique, les X GM-Aéro. Elle fusionne en 1940 avec l'École d'application de l'artillerie navale.

En 1970, dans le but de rassembler tous les corps d'ingénieurs de l'armement, Gonzague Bosquillon de Jenlis va initier la fusion des écoles historiquement chargées de la formation des différents corps techniques :

  • l'École nationale supérieure du génie maritime (fondée en 1741) ;
  • et l'École des ingénieurs hydrographes de la marine (fondée en 1814)[réf. nécessaire] ;
  • l'École nationale supérieure des poudres (fondée en 1900) ;
  • l'École nationale supérieure de l'armement (fondée en 1936).

Cette fusion donnera naissance à l'École nationale supérieure de techniques avancées[10] qui deviendra ENSTA Paris.

Initialement, la fusion devait intégrer l'École nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace (aujourd'hui connue en tant que ISAE-Supaéro).

Liste des directeurs[modifier | modifier le code]

Les directeurs successifs ont été :

  • Gonzague Bosquillon de Jenlis[11] (1970-1974), X1936 GM ;
  • Raymond Servières (1974-1976) ;
  • René Francès (1976) ;
  • Henri Boucher[12] (1976-1982), X1945 GM ;
  • Jean-Marie Buscailhon (1982-1987) ;
  • Jacques Waser (1987-1990), X1954 ;
  • Pierre Jampy[13] (1990-1994), X1954 ;
  • Pierre Sintès (1994-1998) ;
  • Hubert Pasteau[14] (1998-2003), X GM ;
  • Dominique Tixeront[15] (2003-2008), X-Supaéro ;
  • Yves Demay (2008-2012), X1977 ;
  • Élisabeth Crépon[16] (2012-), X1983.

Groupements et Statut[modifier | modifier le code]

L'école est aujourd'hui un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel placé sous la tutelle du ministère des Armées[17]. En pratique, cette tutelle est exercée par la direction générale de l'Armement (DGA) et le directeur de l'école est un ingénieur général de l'armement. Elle a plusieurs liens avec les écoles de ministère de la Défense : elle est associée à l'École polytechnique[18] et fait partie du Groupe des écoles nationales supérieures de techniques avancées avec l'école nationale supérieure des ingénieurs des études et techniques d'armement devenue École nationale supérieure de techniques avancées Bretagne.

Entre 2007 et 2019, elle est membre du Pôle de recherche et d'enseignement supérieur ParisTech[19],[20] qui réunit douze grandes écoles implantées en région Île-de-France : avant de rejoindre la Communauté d'universités et établissements Université Paris-Saclay à l'été 2014[21]. Elle quitte officiellement cette dernière à l'été 2018, en rejoignant l'IP Paris (connu alors sous le nom de NewUni), et quitte ParisTech le .

Campus[modifier | modifier le code]

Depuis , l'école est installée à Palaiseau juste à côté de l'École polytechnique dans des bâtiments construits pour l'occasion. Certains laboratoires étaient néanmoins implantés à Palaiseau, dans le pôle technologique de Paris-Saclay : « centre de l'Yvette ».

En effet, le bâtiment qu'elle occupait boulevard Victor dans le 15e arrondissement de Paris (précédemment occupé par Supaéro jusqu'à son départ à Toulouse) a été intégré à l’ « Hexagone Balard », opération immobilière destinée à regrouper à Paris, sur un même site, le ministère de la Défense, la plupart de ses services et l'ensemble des États-majors des forces armées françaises[22]. Les anciens locaux qui abritent notamment des vitraux Lalique, sont promis à l'accueil d'une crèche, d'un amphithéâtre et des bureaux[23].

Distinction nationale[modifier | modifier le code]

Louis XVI ordonne en 1787 l’ouverture de l’école au Civil et en 1799, le Corps national prend son appellation définitive de « Génie Maritime ». En 1951, le drapeau de l’École Nationale Supérieure du Génie Maritime reçoit la Croix de Guerre des mains de Jacques Gavini, secrétaire d’Etat chargé de la Marine. C’est un hommage rendu particulièrement aux ingénieurs héros de la guerre 1939-1945. L'ENSTA Paris en devient l'héritière en 1970, date de sa création.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Formation d'ingénieur[modifier | modifier le code]

Recrutement[modifier | modifier le code]

Il y a deux modes principaux de recrutement pour le cursus ingénieur. Les élèves sont recrutés pour l'essentiel via le concours commun Mines-Ponts. L'école diversifie son recrutement, en admettant aussi sur titres des élèves français et étrangers[24].

Par ailleurs, il est possible de rejoindre l'école plus en avant dans le cursus, ou pour des master ou mastères spécialisés. En effet, l'école :

  • accueille des élèves de l'École polytechnique qui peuvent effectuer leur année d'application pour achever leur cursus d'ingénieur ;
  • accueille des élèves de l'ENSTA Bretagne qui peuvent effectuer leur année d'application pour achever leur cursus d'ingénieur ;
  • étant ancien membre de ParisTech, reçoit également à ce titre des élèves des autres écoles du groupe ;
  • est l'une des deux écoles de formation initiale des ingénieurs de l'armement avec l'ISAE ; elle propose également une formation en ingénierie aux officiers des armées ;
  • a mis en place un cursus « offshore » : cursus ENIT-TA, avec l'École nationale d'ingénieurs de Tunis ; les élèves sont recrutés sur concours en Tunisie puis suivent trois semestres de cours à l'ENIT et trois semestres à ENSTA Paris ;
  • dispose également d'un 2e campus offshore en Chine, à Shanghai Jiao-Tong[25].

Contenu de la formation[modifier | modifier le code]

La première année se concentre sur l’acquisition des connaissances fondamentales des sciences pour l’ingénieur. Ces cours représentent un tronc commun à tous les élèves et couvrent trois grands domaines[26] :

À la fin de cette première année les élèves suivent un stage d'immersion en milieu industriel (ou « stage ouvrier »)[27].

Le tronc commun scientifique se poursuit en deuxième année. Celui-ci se divise en trois filières : mathématiques appliquées, STIC et mécanique. Des variantes, appelées mineures, sont proposées à l'intérieur des filières, selon les spécialités.

L'école propose aussi aux étudiants de poursuivre leur formation par apprentissage, dès le début de la deuxième année : une alternance entre un mois en entreprise et un mois à l'école[28].

La deuxième année s'achève par un stage de recherche (PRe) d'au moins 10 semaines que les élèves peuvent faire dans l'université ou le centre de recherche de leur choix, en France ou à l'étranger. Néanmoins la plupart des élèves choisissent d'effectuer ledit stage à l'étranger au vu de l'obligation qu'ils ont de passer au minimum 3 mois du cursus à l'étranger.

Filières de spécialisation[modifier | modifier le code]

En troisième année, les étudiants doivent choisir dans un des pôles une des 11 filières de spécialisation suivantes[29] :

Pôle « Mobilité et Énergie » ;

  • Mobilité intelligente et durable ;
  • Génie maritime pour le transport et l’énergie ;
  • Énergies en transition : production et optimisation ;
  • Énergie électronucléaire.

Pôle « Ingénierie mathématique » :

  • Sciences de l'optimisation et des données ;
  • Finance quantitative ;
  • Modélisation et simulation ;
  • Mathématiques pour la santé et l’environnement.

Pôle « Informatique » ;

  • Robotique ;
  • Intelligence Artificielle ;
  • Cybersécurité ;
  • Ingénierie des systèmes complexes pour le transport, l’énergie, la défense (statut apprenti).

Les élèves peuvent aussi choisir de faire leur troisième année à l'École Polytechnique, l'École nationale des ponts et chaussées, l'ISAE-Supaéro, Télécom Paris ou l'ENSAE Paris si la spécialité qu'ils désirent n'est pas disponible à ENSTA Paris. De plus, ils peuvent choisir de suivre un master en parallèle de cette troisième année.

La troisième année se conclut par un stage en entreprise de 5 à 6 mois.

Master[modifier | modifier le code]

Les masters à finalité recherche ou professionnelle sont apparus dans le cadre de la réforme « licence-master-doctorat » (LMD), qui vise à harmoniser les diplômes de l'enseignement supérieur à l'échelle européenne. Ils ont pris la place notamment des anciens « Diplômes d'études approfondies » (DEA) et ceux à finalité recherche préparent particulièrement au doctorat. Leur durée est de deux ans (M1+M2).

ENSTA Paris propose ces formations opérées conjointement avec les écoles partenaires au sein de l’Institut Polytechnique de Paris (IP Paris).

Mastères spécialisés[modifier | modifier le code]

Les mastères spécialisés[30] sont des formations d'établissement accrédités par la Conférence des grandes écoles. L'inscription à ce cursus requiert un Bac+5 ou un Bac+4 avec une expérience professionnelle de plus de 3 ans et il délivre un niveau Bac+6. ENSTA Paris propose 7 Mastères Spécialisés (MS) :

  • Mastère Spécialisé Ingénierie des Systèmes de Localisation et multi-Senseurs : sécurité, internet des objets, aéronautique, renseignement ;
  • Mastère Spécialisé Manager de projets en infrastructures de recharge et véhicules électriques ;
  • Mastère Spécialisé Intelligence Artificielle ;
  • Mastère Spécialisé Innovation and Entrepreneurship.

Corps des ingénieurs de l'armement[modifier | modifier le code]

ENSTA Paris forme les ingénieurs de l'armement pendant une période minimum de 6 mois allant jusqu'à 2 ans et demi sur une formation durant 3 ans (sachant que les 6 derniers mois s'effectuent obligatoirement dans l'armée).

Doctorat[modifier | modifier le code]

En 2021, l'école compte 144 doctorants encadrés par ses chercheurs ou enseignants chercheurs[31].

Recherche[modifier | modifier le code]

L'école dispose de six unités d'enseignement et de recherche[32] :

ENSTA Paris abrite aussi l'unité mixte de l'Institut de la Lumière Extrême (ILE). Cette unité est sous tutelle du CNRS, de l'École Polytechnique, de l'Institut d'optique Graduate School de l'université Paris XI et d'ENSTA Paris.

Classements[modifier | modifier le code]

Classements nationaux (classée en tant qu'ENSTA Paris au titre de son diplôme d'ingénieur)

Nom Année Rang
DAUR Rankings[33] 2022 4 ea
L’Étudiant[34] 2023 4
L’Usine Nouvelle[35] 2022 N.C.
Le Figaro[36] 2024 6

Classements internationaux (classée en tant qu'Institut Polytechnique de Paris)

Nom Année Rang (monde) Rang (France)
CWUR[37] 2022-2023 43 5
QS Top Universities[38] 2024 38 2
Shanghai Ranking[39] 2022 301-400 13-16
Times Higher Education[40] 2023 95 3

ENSTA Paris a par ailleurs la note de 18/20 en excellence académique selon le classement L'Étudiant 2021 des écoles d'ingénieurs, ce qui lui donne le rang de 6e ex æquo selon ce critère.

À l'international[modifier | modifier le code]

En 2018, 53 des 180 diplômés d'ENSTA Paris en cursus ingénieur étaient des élèves étrangers soit 35 %.[réf. nécessaire]. La majorité de ces élèves sont issus d'un recrutement sur titre. Cette méthode de recrutement augmente tous les ans son nombre d'élèves, en 2018 ce sont 57 élèves étrangers recrutés sur titre sur les 66 élèves étrangers recrutés. En Russie, en Chine et au Brésil, le recrutement s'effectue dans des procédures communes avec plusieurs écoles de ParisTech[41].

De nombreux élèves de l'école décident de faire leur année de césure (entre la deuxième et la troisième année) dans une université étrangère (33 élèves en 2009[42]). De même, 70 % des stages ouvriers et des stages en laboratoires sont effectués à l'étranger[41].

ENSTA Paris a signé plus de 80 accords d'échanges avec des universités étrangères. 32 accords de doubles diplômes ont été conclus ainsi que des conventions pour des actions plus spécifiques : échanges de recherche, stages, post-doctorats, etc.[43].

Avant de quitter le groupe ParisTech, l'école participait chaque année à la semaine européenne Athens (en). L'ensemble des élèves de deuxième et troisième année partaient dans une université européenne partenaire suivre des cours. De même, l'école organisait, au cours de cette semaine, des cours pour les élèves des universités européennes partenaires[44].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Comme dans la plupart des écoles d'ingénieur, la vie associative est organisée par un bureau des élèves, assisté pour leurs domaines respectifs par un bureau des sports et un bureau des arts.

Parmi les associations les plus actives, on compte l'association d'œnologie, TAnin Œnologie[45] qui au-delà de l'organisation de séjour dans les vignobles et de séances d'initiation, participe aux concours de dégustation étudiant. L'équipe de dégustation de l'association monte sept fois sur le podium des neuf concours internationaux et rapporte quatre victoires en 2019. Depuis, l'association s'inscrit parmi les meilleures équipes du monde avec l'Université d'Oxford.

La vie associative compte aussi sur le club de voile nommé l'ENSTAQUET[46], l'association de physique GraviTAtion, l'association d'aéronautique et de spatial ENST'Air[47], et le groupe local de l'association européenne Board of European Students of Technology[48].

Par ailleurs, les élèves organisent plusieurs événements ouverts aux étudiants extérieurs : le festival artistique "Les Arts en Scène"[49], le tournoi de rugby à 7 "7 à Paris"[50], et le tournoi de sports individuels "TITAN"[51]. L'école accueille aussi tous les ans un cycle de conférence : RISE² organisé par les élèves de l'association de physique invite des chercheurs, des innovateurs et des représentants d'entreprises à des échanges sur des thématiques traitant des sciences et de l'innovation. Cédric Villani, Etienne Klein, François Forget ou encore Jérôme Guillen[52] ont ainsi figuré parmi ces conférenciers.

L'école a la chance d'avoir plus de 60 associations qui ponctuent l'année de leurs événements et de leurs projets[53].

L'école organise depuis 2010 un concours national de nouvelles dont l'objectif est de surmonter la dichotomie classique entre sciences et littérature, nommé Nouvelles Avancées[54]. Des scientifiques de renom (Cédric Villani, Étienne Klein[54]) et des romanciers (Andréa H. Japp, Fatou Diom) président le jury.

Le catamaran[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, les élèves de l'école construisent un catamaran performant. Ils bénéficient de l'aide du laboratoire de mécanique de l'école, d'ingénieurs de la DGA, ainsi que de la DCN. Muni de trois foils et propulsé par des ailes rigides, dès qu'il passe la vitesse de 15 noeuds, ses coques sortent de l'eau, portées par les foils, et le bateau se déplace au-dessus du clapot. Le en rade de Toulon, il atteint la vitesse de 42,1 nœuds, homologuée sur un trajet de 500 m ; c'est alors le record du monde de vitesse à la voile pour les bateaux de grande taille (catégorie D : surface de voilure supérieure à 27,88 m2)[55].

Anciens élèves et personnalités scientifiques[modifier | modifier le code]

Anciens élèves de l’École nationale supérieure du génie maritime[modifier | modifier le code]

Anciens élèves de l'École nationale supérieure des poudres[modifier | modifier le code]

Anciens élèves de l'École nationale supérieure de techniques avancées[modifier | modifier le code]

Personnalités scientifiques affiliées à l'école[modifier | modifier le code]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

L'École nationale supérieure de techniques avancées a déposé quatre logotypes successifs correspondant aux appellations de ces marques déposées : ENSTA, ENSTA ParisTech[a], ENSTA ParisTech université PARIS-SACLAY, ENSTA ParisTech (en reprenant l'ancien logotype), et enfin ENSTA Paris (depuis le ).

Le premier logotype a été déposé à l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) le [58],[b]. Ce logotype a été suivi par un deuxième logotype déposé à l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) le [60],[c]. Un troisième logotype a été déposé à l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) le [62],[d].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette appellation est encore utilisée par la Commission des titres d'ingénieur (CTI) en 2017[57].
  2. Le premier logotype a été publié le au Bulletin officiel de la propriété industrielle (BOPI)[59].
  3. Le deuxième logotype a été publié le au Bulletin officiel de la propriété industrielle (BOPI)[61].
  4. Le troisième logotype a été publié le au Bulletin officiel de la propriété industrielle (BOPI)[63].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « ECOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE TECHNIQUES AVANCÉES », sur https://www.cti-commission.fr,
  2. a b et c extranet.cti-commission.fr
  3. Arrêté du 25 février 2021 fixant la liste des écoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé.
  4. « École polytechnique - Accueil site de l'École polytechnique », sur www.polytechnique.edu (consulté le )
  5. « Rapport d'activité 2021 » [PDF], sur https://www.ensta-paris.fr/ (consulté le )
  6. Communiqué de Presse de l'École polytechnique, https://www.ensta-paristech.fr/sites/default/files/fichiers/actus/19_06_03_cp_statuts_ip_paris_v16.pdf
  7. Page relative aux origines de l'école sur son site officiel.
  8. « Duhamel du Monceau (1700-1782) : agriculture, forêt et marine au XVIIIe siècle | Gallica », sur blog.bnf.fr (consulté le )
  9. ENSTA ParisTech : École Nationale Supérieure de Techniques Avancées
  10. Décret no 70-328 du 15 avril 1970 instituant une école nationale supérieure des techniques avancées
  11. « Gonzague Ernest Marie Joseph BOSQUILLON de JENLIS (1915-2000) », sur http://www.annales.org
  12. « Henri Boucher (1925-) », sur http://www.aconit.org/
  13. « Formation des ingénieurs: la culture en plus », sur https://www.lesechos.fr,
  14. « ENSTA NOMINATIONS Laurent Citti & Hubert Pasteau », sur https://www.lemoniteur.fr,
  15. « Dominique Tixeront Patrick Gerlier », sur https://www.lesechos.fr,
  16. « Elisabeth Crépon est nommée directrice de l’ENSTA ParisTech », sur https://www.ensta-paristech.fr,
  17. Décret no 94-844 du 30 septembre 1994 portant organisation de l'Ecole nationale supérieure de techniques avancées devenu les articles R3411-29 et suivants du code de la Défense
  18. Décret no 2016-31 du 19 janvier 2016 portant association de l'Ecole nationale supérieure de techniques avancées à l'Ecole polytechnique
  19. Décret no 2007-378 du 21 mars 2007 portant création de l'Institut des sciences et technologies de Paris
  20. Décret no 2015-1833 du 29 décembre 2015 portant dissolution de l’établissement public de coopération scientifique « Institut des sciences et technologies de Paris »
  21. Décret no 2014-1674 du 29 décembre 2014 portant création de la communauté d'universités et établissements « Université Paris-Saclay »
  22. « Bienvenue l’ENSTA ! », sur Paris-Saclay le Média, .
  23. « Balard : un chantier dans les temps », sur TTU Online, .
  24. « L'admission sur titre en 1ère année | ENSTA ParisTech, Grande école d'ingénieurs généraliste », sur www.ensta-paristech.fr (consulté le ).
  25. SJTU-ParisTech Elite Institute of Technology.
  26. École Nationale Supérieure de Techniques Avancées ‐ Paris
  27. Titre ingénieur : Titre ingénieur Ingénieur diplômé de l'École Nationale Supérieure de Techniques Avancées (ENSTA ParisTech)
  28. ENSTA Paris, « Page web de la formation apprentissage ENSTA Paris », sur https://ume.ensta.fr/fr (consulté le )
  29. https://www.ensta-paristech.fr/sites/default/files/images/deveniringenieur/ci_2017_tableau_3a.jpg
  30. École nationale supérieure de techniques avancées ParisTech
  31. « Rapport d'activité 2021 » [PDF], sur https://www.ensta-paris.fr (consulté le )
  32. La recherche à l'ENSTA
  33. « Le classement 2022 des écoles d'ingénieurs », sur daur-rankings.com
  34. « Classement général des écoles d'ingénieurs », sur L’Étudiant
  35. « Le classement 2020 des écoles d'ingénieurs », sur Usine Nouvelle
  36. « Le classement 2024 des écoles d'ingénieurs post-prépa », sur Le Figaro étudiant
  37. « GLOBAL 2000 LIST BY THE CENTER FOR WORLD UNIVERSITY RANKINGS », sur CWUR
  38. « QS World University Rankings 2022 », sur QS Top Universities
  39. « 2022 Academic Ranking of World Universities », sur Shanghai Ranking
  40. « World University Rankings 2022 », sur Times Higher Education
  41. a et b Rapport d'activité 2009 p. 16 www.ensta.fr
  42. Rapport d'activité 2009 p. 17 www.ensta.fr
  43. Quel avenir pour l’Ensta ParisTech ? : entretien avec Elisabeth Crépon, sa directrice
  44. Avis no 2011/12-02 relatif à l’habilitation de l'École nationale supérieure de techniques avancées (ENSTA ParisTech) à délivrer un titre d’ingénieur diplômé
  45. [1]
  46. « L’ENSTAQUET : cap sur l'aventure ! - Monde des grandes écoles et universités », sur Monde des grandes écoles et universités, (consulté le ).
  47. Zone Bourse, « DASSAULT AVIATION : UAV Challenge 2014-2015 | Zone bourse » (consulté le )
  48. « Consulting Meeting : Venez découvrir le monde du Conseil à l’ENSTA ParisTech ! - Monde des grandes écoles et universités », sur Monde des grandes écoles et universités, (consulté le ).
  49. http://lesartsenscene.ensta-paristech.fr/
  50. http://7aparis.ensta-paristech.fr/
  51. http://www.ville-palaiseau.fr/agenda/fiche/tournoi-titan-de-lensta/
  52. « RISE² - Rencontres Innovation et Sciences des Etudiants de l'ENSTA ParisTech », sur rise.ensta-paristech.fr (consulté le )
  53. « Vie étudiante - ENSTA ParisTech », sur admissibles.ensta-paristech.fr (consulté le )
  54. a et b Laura Buratt, « Un concours d’écriture pour réconcilier sciences et lettres », sur Le Monde.fr, .
  55. « Le catamaran Techniques Avancées », sur le site de l'école (consulté le ).
  56. « Jérôme Guillen, alumni de l'ENSTA ParisTech, devient bras droit d'Elon Musk » (consulté le )
  57. Ecole nationale supérieure de techniques avancées - Académie de Versailles - Données Certifiées CTI Campagne 2017
  58. « 6 résultats trouvés pour votre requête : ENSTA, dans les marques en vigueur en France », sur le site de l'Institut national de la propriété industrielle (consulté le ).
  59. BOPI 02/19 NL - VOL. I, p. 236, [lire en ligne].
  60. « 6 résultats trouvés pour votre requête : ENSTA, dans les marques en vigueur en France », sur le site de l'Institut national de la propriété industrielle (consulté le ).
  61. BOPI 10/45 - VOL. I, p. 219, [lire en ligne].
  62. « 6 résultats trouvés pour votre requête : ENSTA, dans les marques en vigueur en France », sur le site de l'Institut national de la propriété industrielle (consulté le ).
  63. BOPI 14/47 - VOL. I, p. 436, [lire en ligne].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]