Jean-Michel Pilc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Michel Pilc
Description de l'image Jean-Michel-Pilc.jpg.
Informations générales
Naissance (57 ans)
Paris
Genre musical Jazz
Instruments Piano
Années actives depuis 1995
Influences Chick Corea, McCoy Tyner, Cecil Taylor
Site officiel jeanmichelpilc.com

Jean-Michel Pilc, né le à Paris[1] , est un pianiste de jazz français résidant à Montréal. Son approche du piano est un mélange entre ses trois influences majeures : Chick Corea, McCoy Tyner, et Cecil Taylor. Il est également membre du groupe d'Ari Hoenig.

Jean-Michel Pilc a notamment joué avec Roy Haynes, Michael Brecker, Dave Liebman, Rick Margitza, Martial Solal, Michel Portal, Daniel Humair, Marcus Miller, Kenny Garrett, Lenny White, Chris Potter, John Abercrombie ou Richard Bona. Il a aussi travaillé avec Harry Belafonte, comme directeur musical et pianiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Michel Pilc commence à jouer du piano en autodidacte à l'âge de 10 ans. Il découvre le jazz trois ans plus tard, en 1973. Il est marqué par un concert en piano de Martial Solal[1].

Ancien élève de l'Ecole polytechnique, il est ingénieur au Centre national d'études spatiales de Toulouse de 1984 à 1987[1]. Il se produit en parallèle avec Christian Escoudé et les frères Moutin.

Il entame sa carrière de musicien professionnel en 1989. Il fonde son premier trio avec François Moutin et Tony Rabeson et publie Funambule en 1989.

Jean-Michel Pilc s'installe à New York en 1995. Il forme un trio avec François Moutin et Ari Hoenig. Ils sortent Together Live at Sweet Basil (en), en deux volumes (2000), qui lui apporte une grande renommée, notamment en France[1].

Il signe avec Dreyfus Records et publie Welcome Home (2002). Il publie ensuite Cardinal Points (2003) sur lequel on trouve sa Trio Sonata, qu'il a écrite à l'aide d'une bourse du programme « Chamber Music America » de la Doris Duke Foundation[2].

Il reçoit en 2009 une deuxième bourse du programme « Chamber Music America », grâce à laquell il écrit Modern Lights autour de Charlie Chaplin. La première de cette pièce a eu lieu en août 2009 au Caramoor Jazz Festival[2].

Il publie en 2011 chez Motéma Essential, un live en piano solo, et Threedom, album en trio avec François Moutin et Ari Hoenig.

En 2013 il a reçu une bourse de la John Simon Guggenheim Memorial Foundation, pour laquelle il compose pour un octet[2].

Il enseigne, donne des workshops et des cours particuliers depuis 2006, notamment à l'Université de New York ou à The New School.

Depuis septembre 2015, il est professeur associé à l'École de musique Schulich de l'Université McGill à Montréal.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

En tant que leader[modifier | modifier le code]

En tant que sideman[modifier | modifier le code]

Avec Martial Solal/Éric Le Lann
  • 1989 : Edith Piaf and Charles Trenet (Musidisc)
Avec Élisabeth Kontomanou 
  • 1993 : Elisabeth Kontomanou (EMP/Harmonia Mundi)
  • 1999 : Embrace (Steeplechase)
  • 2000 : Hands and Incantation (Steeplechase)
  • 2004 : Midnight Sun (Nocturne Records)
Avec André Ceccarelli
Avec Aldo Romano
Avec Jean Toussaint
Avec J.D. Walter
Avec Richard Bona
Avec Sam Newsome
Avec Rosario Giuliani
  • 2004 : More than ever (Dreyfus Jazz)
Avec Rick Margitza
Avec Ari Hoenig
  • 2004 : The Painter (Smalls Records)
  • 2006 : Inversations (Dreyfus Jazz)
Avec Mads Vinding
  • 2010 : Open Minds (Storyville)
Avec François et Louis Moutin
  • 2016 : Deep - Moutin Factory Quintet - Jazz Family
Avec Tony Moreno
  • 2017 : Short Stories (Mayimba Jazz)
Avec Jasper Somsen
  • 2017 : A New Episode in Life (Challenge Records)

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Jean-Michel Pilc – A Portrait, documentaire de John McCormick[2]
  • 2010 : True Jazz Improvisation (Jazz Heaven)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2013 : It's About Music: The Art and Heart of Improvisation (Glenn Lyon Books)

À propos de Jean-Michel Pilc[modifier | modifier le code]

  • Xavier Matthyssens, « Gros plan : Jean-Michel Pilc », Jazz magazine, no 407,‎ , p. 49
  • Fara C., « Atout Pilc », Jazzman, no 44,‎ , p. 28
  • Thierry Pérémarti, « As de Pilc », Jazzman, no 56,‎ , p. 4–7
  • Vincent Bessières, « Jean-Michel Pilc, mad in France », Jazzman, no 77,‎ , p. 32–33
  • Jérôme Plasseraud, « À cœur et à Pilc », Jazz magazine, no 548,‎ , p. 32–33
  • Arnaud Merlin, « Enfin seul ! », Jazzman, no 103,‎ , p. 14–15

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Vincent Bessières, « Jazzmen de notre temps : Jean-Michel Pilc », sur cite-musique.fr, (consulté le 20 décembre 2013).
  2. a, b, c et d (en) « Biographie de Jean-Michel Pilc », sur jeanmichelpilc.com (consulté le 20 décembre 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]