École nationale supérieure Mines-Télécom Atlantique Bretagne Pays de la Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir IMT.
IMT Atlantique Bretagne-Pays de la Loire
IMT Atlantique.jpg
Logo de l'IMT Atlantique depuis 2017.
Histoire et statut
Fondation
2017[1]
Type
Président
Guillaume Texier
Directeur
Localisation
Campus
Localisation
Pays
Chiffres-clés
Étudiants
2300
Enseignants-chercheurs
290
Budget
70 millions d'euros
Divers
Membre de
Site web

IMT Atlantique Bretagne Pays de la Loire[1] (École nationale supérieure Mines-Télécom Atlantique Bretagne-Pays de la Loire ou IMT Atlantique) est l'une des 207 écoles d'ingénieurs françaises accréditées au à délivrer un diplôme d'ingénieur[2].

Créée le , elle est issue de la fusion de l'École nationale supérieure des mines de Nantes et de Télécom Bretagne

Elle est composée de trois campus et un site : Brest, Nantes, Rennes et Toulouse. IMT Atlantique est une école de l'Institut Mines-Télécom et membre de l'université Bretagne Loire.

IMT Atlantique propose un diplôme d'ingénieur généraliste unique. Le recrutement des étudiants issus des classes préparatoires aux grandes écoles s'effectue par le concours commun Mines-Ponts.

IMT Atlantique est l'une des écoles d'application de l'École polytechnique.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’École nationale supérieure des télécommunications de Bretagne est créée en 1977 et l’École nationale supérieure des techniques industrielles et des mines de Nantes est créée en 1991[3]. Elle est placée en 2009 sous la tutelle du Conseil général de l'économie, de l'industrie, de l'énergie et des technologies[4].

En 2012, les écoles des mines sont rattachées à l'Institut Télécom qui devient l’Institut Mines-Télécom. Le rapprochement entre l'École des Mines de Nantes et Télécom Bretagne est alors envisagé à partir de 2014[5]. La fusion est décidée par les deux directions le [6].

La création est effective le .

Le , les directeurs d'IMT Atlantique et de l'ENSTA Bretagne signent une convention de partenariat entre les deux établissements en présence du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. La convention prévoit la mise en place, à court et moyen termes, d’actions coordonnées en formation (notamment grâce à l'échange d'étudiants entre les 2 écoles), recherche, innovation et internationalisation et la création d'un pôle d'ingénierie[7],[8].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Direction[modifier | modifier le code]

Directeurs[modifier | modifier le code]

Présidents du Conseil d'école[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Ingénieur généraliste[modifier | modifier le code]

IMT Atlantique propose une formation d'ingénieur généraliste avec un recrutement principal sur le Concours commun Mines-Ponts.

Ingénieur par apprentissage[modifier | modifier le code]

IMT Atlantique assure deux formations d'ingénieurs par apprentissage, spécialisées dans le numérique, en partenariat avec les instances régionales de Bretagne et des Pays de la Loire (Conseil régional et ITII) :

  • Ingénierie logicielle (Campus de Nantes)
  • Informatique, réseaux et télécommunications (Campus de Brest)

Masters internationaux[modifier | modifier le code]

  • Master in Information Technologies
  • Master in Management and Engineering of Environment and Energy
  • Master in Project Management for Environmental and Energy Engineering
  • Master of science in Management and Optimization of Supply chains and Transport
  • Sustainable Nuclear Engineering - Applications and Management

Mastères spécialisés[modifier | modifier le code]

  • Cybersécurité (Campus de Rennes)
  • Énergies marines renouvelables (Campus de Brest)
  • Informatique appliquée à la décision bancaire et actuarielle (Campus de Brest)
  • Ingénierie des systèmes informatiques communicants (Campus de Brest)
  • Ingénieur d'affaires européen et international (Campus de Rennes)
  • Réseaux et services de mobiles (Campus de Rennes)
  • Systèmes de communications spatiales (Site de Toulouse)
  • Technologies du web et Cyber sécurité (Campus de Brest)

Doctorat[modifier | modifier le code]

IMT Atlantique couvre 20 spécialités de doctorat au sein des 5 écoles doctorales de l'université Bretagne Loire pour lesquelles elle est co-accréditée (MATISSE, 3MPL, SICMA, SPIGA, STIM). Les 20 spécialités sont Biologie-Santé, Biomécanique, Chimie théorique, Combustion, Constituants élémentaires et physique théorique, Électronique, Énergétique, Génie des procédés et Bio procédés, Informatique, Mathématiques, Mathématiques et applications, Mécanique des milieux fluides, Physique et analytique, Physique subatomique et instrumentation nucléaire, Productique et robotique, Radiochimie, Sciences de l'ingénieur, Sciences de la matière, STIC (Sciences et technologies Information Communication), Traitement du signal et télécommunications.

Classements académiques[modifier | modifier le code]

Au niveau national, l’École a ainsi été classée dès sa première année d’existence dans le groupe A+ du palmarès L'Étudiant[13], intégrant ainsi le Top 10 français.

Classements français des écoles d’ingénieur
Classement 2018
L'Étudiant[13] 10e
Industries et Technologies[14] 8e

Au niveau international, l’École est classée en 2018 dans un palmarès thématique, le ShanghaiRanking's Global Ranking of Academic Subjects. IMT Atlantique y est classée sur 4 thématiques : "Telecommunication engineering" [151-200][15], "Electrical & electronic engineering" [201-300][16], "Computer science engineering" [301-400][17] et Physics [301-400][18]

Palmarès universitaires internationaux
ARWU – Telecommunication engineering[15] [151-200]
ARWU – Electrical & electronic engineering[16] [201-300]
ARWU – Computer science engineering[17] [301-400]
ARWU - Physics[18] [301-400]
Webometrics[19] 1351/27000

Recherche[modifier | modifier le code]

Départements d'enseignement et de recherche de l'école[modifier | modifier le code]

La recherche est structurée en treize départements d'enseignement et de recherche :

  • Automatique, productique & informatique (Nantes)
  • Électronique (Brest)
  • Informatique (Brest)
  • Image et traitement de l'information (Brest)
  • Langues et culture internationale (Brest)
  • Logique des usages, sciences sociales et de l'information (Brest)
  • Micro-ondes (Brest, Toulouse)
  • Optique (Brest)
  • Physique subatomique et technologies associées (Nantes)
  • Sciences sociales et de gestion (Nantes)
  • Signal et communications (Brest)
  • Systèmes énergétiques et de l'environnement (Nantes)
  • Systèmes Réseaux, Cybersécurité et Droit du numérique (Rennes)

Unités de recherche[modifier | modifier le code]

L'école est également rattachée à différentes unités mixtes de recherche :

Chaires[modifier | modifier le code]

IMT Atlantique est labellisé Institut Carnot pour la qualité de sa recherche partenariale et développe une politique de développement de liens de long terme avec les entreprises à travers la création de structures de recherche innovantes.

Il est membre de 10 chaires industrielles :

Il est membre d'une chaire partenariale :

  • TES (Transition Energétique et Sociétale) avec 13 partenaires industriels et institutionnels

Il est aussi membre d'une chaire académique :

  • Imagerie médicale pour thérapie interventionnelle avec l'Inserm

Enfin, il est aussi membre de 4 laboratoires communs :

  • ATOL (Aeronautics Technico-Operational Laboratory) - surveillance aérienne embarquée avec Thalès Systèmes Aéroportés, Thales Underwater Systems et l'École navale
  • LATERAL (Labsticc Thales researchalliance on Smart On-board Sensor ) avec Thales - Antennes actives 3D pour les nouvelles générations d’auto-directeurs RF et ce basé sur les nouvelles technologies additives
  • SEPEMED (SEcurity & Processing of Externalized MEdical image Data) - la protection des données de santé avec la PME MEDECOM
  • TransOp (Optimisation génie planification opérationnelle de ressources dans le transport de passagers) avec EURODECISION

Campus d'IMT Atlantique[modifier | modifier le code]

IMT Atlantique - campus de Brest

Campus de Brest[modifier | modifier le code]

Le campus de Brest, situé à Plouzané en bord de mer, est implanté dans le technopôle Brest-Iroise, sur 24 hectares[20], à proximité d'autres établissements d'enseignement supérieur (ENIB et ESIAB). Il est composé des bâtiments de l'école, des équipements sportifs (gymnases, stades, courts de tennis, salle de musculation, salle de danse), du restaurant, de la maison des élèves, des logements permettant d'accueillir l'ensemble des étudiants (12 bâtiments), d'un incubateur, et d'un observatoire astronomique.

Campus de Nantes[modifier | modifier le code]

Le campus de 13 hectares[21] est implanté au bord de l'Erdre dans le technopôle Atlanpole, sur le campus de la Chantrerie à proximité d'autres établissements d'enseignement supérieur (Oniris, École supérieure du bois, Polytech Nantes, École de design Nantes Atlantique). Il est composé des bâtiments de l'école, des équipements sportifs (gymnase, courts de tennis, salle de musculation), du restaurant, de la maison des élèves, des logements permettant d'accueillir l'ensemble des étudiants (6 bâtiments), et d'un incubateur académique. L'école dispose également de logements étudiants au centre ville.

Campus de Rennes[modifier | modifier le code]

Le campus de Rennes se situe à Cesson-Sévigné au sein du Rennes Atalante à proximité de centres de recherches et développement de grands groupes (Orange, Technicolor...) ou de PME/PMI innovantes dans des domaines tels que l'image, les réseaux, les objets connectés et la cybersécurité (Broadpeak, Enensys, NexGuard, Kerlink) ainsi que de l'Institut de recherche technologique b<>com. Les options de 3e année recouvrent les domaines des « Réseaux », des « Affaires internationales » et de « Affaires et banque-finance ». En 2020, la ligne b du métro de Rennes devrait relier le campus au centre-ville de Rennes, avec la station Atalante. Il est composé des bâtiments de l'école, de la maison des élèves, des logements permettant d'accueillir les étudiants et d'un incubateur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décret no 2016-1527 du 14 novembre 2016 modifiant le décret no 2012-279 du 28 février 2012 relatif à l'Institut Mines-Télécom
  2. Arrêté du 24 janvier 2018 fixant la liste des écoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé.
  3. Décret no 91-1037 du 8 octobre 1991 relatif à l'École nationale supérieure des techniques industrielles et des mines de Nantes
  4. Décret n° 2009-64 du 16 janvier 2009 relatif au Conseil général de l'économie, de l'industrie, de l'énergie et des technologies, (lire en ligne)
  5. Delphine Dauvergne, « L’Ecole des mines de Nantes et Télécom Bretagne en route vers la fusion »,
  6. Céline Authemayou, « Mines de Nantes et Télécom Bretagne : la fusion pour 2017 »,
  7. « Signature du partenariat stratégique entre ENSTA Bretagne et IMT Atlantique Bretagne - Pays de la Loire », sur ensta-bretagne.fr, (consulté le 2 février 2017)
  8. « Pourquoi l’ENSTA Bretagne signe avec l'IMT Atlantique », sur usinenouvelle.com, (consulté le 2 février 2017)
  9. Décret n° 2016-1527 du 14 novembre 2016 modifiant le décret n° 2012-279 du 28 février 2012 relatif à l'Institut Mines-Télécom - Article 51
  10. Décret du 2 août 2016 portant nomination du président du conseil d'administration de l'Ecole nationale supérieure des mines de Nantes - M. TEXIER (Guillaume)
  11. « Guillaume Texier nommé président du conseil d’administration de l’École des Mines de Nantes », sur www.imt-atlantique.fr, IMT Atlantique, (consulté le 7 février 2017)
  12. Décret n° 2016-1527 du 14 novembre 2016 modifiant le décret n° 2012-279 du 28 février 2012 relatif à l'Institut Mines-Télécom - Article 49
  13. a et b « IMT Atlantique - Brest, Nantes : Palmarès des écoles d'ingénieurs 2018 - L'Etudiant », sur www.letudiant.fr (consulté le 6 février 2018)
  14. « Exclusif : notre classement annuel des écoles d'ingénieurs », sur www.industrie-techno.com (consulté le 2 septembre 2018)
  15. a et b « ShanghaiRanking's Global Ranking of Academic - Telecommunication Engineering | Shanghai Ranking », sur www.shanghairanking.com (consulté le 6 février 2018)
  16. a et b « ShanghaiRanking's Global Ranking of Academic Subjects - Electrical & Electronic Engineering | Shanghai Ranking », sur www.shanghairanking.com (consulté le 6 février 2018)
  17. a et b « ShanghaiRanking's Global Ranking of Academic Subjects - Computer Science & Engineering | Shanghai Ranking », sur www.shanghairanking.com (consulté le 6 février 2018)
  18. a et b « ShanghaiRanking's Global Ranking of Academic Subjects - Computer Science & Engineering | Shanghai Ranking », sur www.shanghairanking.com (consulté le 2 septembre 2018)
  19. (en) « University | Ranking Web of Universities », sur www.webometrics.info (consulté le 6 février 2018)
  20. L'école Télécom Bretagne, « c'est comme une famille »
  21. Le campus sur le site du bureau des élèves de l'école.