Lafarge (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lafarge
logo de Lafarge (entreprise)
Logo de Lafarge SA
illustration de Lafarge (entreprise)

Création 1833
Disparition Voir et modifier les données sur Wikidata
Remplacé par LafargeHolcimVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext (LG)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Construire des villes meilleures
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Magali Anderson
Activité Construction
Produits Ciment, Granulat, Béton
Société mère LafargeHolcim
Filiales Lafarge Tarmac (en) et Lafarge (Canada) (d)
SIREN 542 105 572
SIREN 542105572[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
TVA européenne FR81542105572[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web Site officiel

Lafarge est une entreprise française de matériaux de construction active de 1883 à 2015.

La société produit et vend dans le monde entier principalement du ciment, des granulats et du béton prêt à l'emploi. Lafarge a développé des ciments spéciaux et des bétons innovants de renommée internationale.

Le , Lafarge fusionne avec le no 2 mondial du secteur, le groupe suisse Holcim. Le nouveau groupe est officiellement lancé le sous le nom de LafargeHolcim[3].

Historique de la société[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

L'histoire du cimentier Lafarge commence en 1749 dans une carrière de pierre à chaux près de la ville du Teil en Ardèche, dans une petite exploitation familiale de chaux fondée par Claude Pavin qui a acheté le fief de Lafarge. En 1802, Auguste Pavin de Lafarge (1806-1877) rachète l'activité familiale Pavin de Lafarge et lance une production à grande échelle[4]. Ce sont surtout ses deux fils Léon (de 1833 à 1839) et Édouard Pavin de Lafarge (de 1840 à 1843) qui développent l'affaire et officialisent en 1848 leur association en créant la société Lafarge Frères. Ils profitent de la position stratégique de l'usine qui exploite la carrière dans la montagne Saint-Victor dominant le Rhône entre Le Teil et Viviers, à proximité de la ligne de Paris-Lyon à Marseille, d'où la livraison facile des fournitures aux ports de la Méditerranée[5].

En 1864, le site livre 110 000 tonnes de chaux pour le Canal de Suez, ce contrat fournissant du travail à plus d'un millier d'ouvriers[6]. C'est le premier chantier d'envergure internationale pour l'entreprise[4].

La famille Lafarge, catholique et paternaliste, fait construire pour les ouvriers une cantine et des dortoirs, puis une cité ouvrière (la Cité Blanche) en 1880 et une seconde en 1913[7].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

1919-1980[modifier | modifier le code]

Carrière de la Madeleine à Villeneuve-lès-Maguelone.

En 1919, l'activité est transformée en société anonyme sous le nom de « Société anonyme des chaux et ciments de Lafarge et du Teil » et, dès 1939, Lafarge devient le premier cimentier français et progressivement l'un des leaders mondiaux. Lafarge étend son réseau sur trois territoires (dix usines en France, une implantation en Afrique du Nord et une filiale en Angleterre, la « Lafarge Aluminous Cement » en 1926)[8]. La société y pratique un « paternalisme théocratique »[9].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les usines dans la zone occupée pratiquent une collaboration neutre ou tactique alors que certains dirigeants d'usines dans la zone libre (où Lafarge a replié son siège social à Viviers) collaborent avec zèle pour la construction du Mur de l'Atlantique[10]. À la Libération, le Comité départemental de libération de l'Ardèche préconise sa mise sous séquestre, qui est effective de à et va de pair avec une autogestion ouvrière. Robert Lacoste, ministre à la Production industrielle dans le gouvernement provisoire du général de Gaulle, appuie le recours en Conseil d'État contre le séquestre. L'arrêt du lève la séquestration, et des projets de loi de nationalisation n'aboutissent pas. L'entreprise se développe en participant à la reconstruction des ports détruits en Bretagne et en Normandie (Brest, Caen, Le Havre) puis en profitant de la conjoncture des Trente Glorieuses (construction des grands ensembles)[11].

En effet, à partir de 1950, le développement à l’international du Groupe Lafarge sous la direction de Marcel Demonque, fut confié à Jean Charles L’officier. Il commença par le Maroc en créant en 1950 pour Lafarge, la CADEM (société des ciments artificiels de Mecknes) et en 1953, la deuxième cimenterie du pays. Puis Marcel Demonque lui confia le marché nord-américain, au travers d'une filiale constituée pour l'occasion en 1956, sous le nom de Lafarge cement of North America (LCNA), installée d'abord à Vancouver puis à Montréal. Il en est président de 1956 à 1961, puis Il obtient en 1961, la direction de l'ensemble des filiales du groupe a l'étranger ( Lafarge en 1971, réalisa plus de 50 % de son chiffre d'affaires à l'étranger), il développa et présida (1961-1963) notamment la filiale Lafarge au Brésil. Puis il deviendra le vice-PDG du Groupe Lafarge en 1968[12], chargé de succéder à Marcel Demonque.

1980-1990[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1990, la cimenterie de Cormeilles-en-Parisis a été transformée successivement en station d'ensachage, puis en dépôt[13].

En 1980, la fusion avec l'entreprise belge Coppée donne naissance au Groupe Lafarge Coppée et en 1997, elle acquiert le britannique Redland ce qui permet à Lafarge d'entrer dans le marché des tuiles.

Dans les années 1980, Lafarge cherche à diversifier son coeur de métier (le ciment) en investissant dans les mortiers industriels, en rachetant plusieurs entreprises qui deviendront Lafarge Mortiers SA, puis Materis, puis Parex Group.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Sacs de ciment Lafarge.
Bétonnière aux couleurs de Lafarge.

Le , l'acquisition du groupe britannique Blue Circle Industries (en) (BCI) permet à Lafarge de devenir le premier producteur mondial de ciment. Pour financer cet achat, Lafarge revend sous forme de LBO l'essentiel de sa branche de matériaux de spécialités, rebaptisée Materis, ainsi que la totalité de ses actifs chaux (Lafarge Chaux), basés aux États-Unis et en Europe.

Le , Lafarge décide de doubler la capacité de sa cimenterie de Dujiangyan, en Chine, pour la porter à 2,4 millions de tonnes, et signe un accord de partenariat avec Shui On Construction Materials Limited (SOCAM), cimentier chinois coté à la bourse de Hong Kong.

L’activité mortiers est cédée, sous le nom de Materis, à des fonds d’investissement, à travers plusieurs Leverage Buy Out successifs. Lafarge s’en désengage définitivement en 2006.

En 2007, Lafarge SA annonce le rachat de Orascom Cement (leader cimentier au Moyen-Orient et dans le bassin méditerranéen), la division ciment du groupe égyptien Orascom, pour 8,8 milliards d'euros mais est condamné, la même année, avec la société Vicat pour entente illégale[14] et abus de position dominante collective sur le marché de gros de l'approvisionnement de la Corse en ciment[15].

Le , Lafarge Couverture devient Monier après la cession de l’activité Toiture à PAI partners et le , dans le cadre du plan de nationalisation de l'industrie du ciment[16], du président vénézuélien, Hugo Chávez, Lafarge conclut un accord de cession de ses filiales vénézueliennes[17].

Le , dans le cadre du plan global de désinvestissements du Groupe, Lafarge annonce la cession de ses actifs Ciment et Granulats & Béton au Chili (Lafarge Chile SA et Immobiliaria San Patricio ainsi que la cimenterie de La Calera) au groupe péruvien Brescia, pour une valeur de 555 millions de dollars US[18].

En 2010, Lafarge renforce ses positions au Brésil (accord avec Votorantim[19]) et en Europe centrale (avec STRABAG[20]).

En 2011, le groupe inaugure trois usines en Hongrie, Syrie et Nigeria et crée une coentreprise avec Anglo American au Royaume-Uni[21]. Il cède la majorité de ses activités plâtre en Europe, en Amérique du Sud[22], en Asie[23] et en Australie[24]. Il possédait plus de soixante-dix sites de production dans trente pays.

Fin 2011, pour accélérer son développement, Lafarge présente un projet de nouvelle organisation tournée vers ses marchés et ses clients[25].

En , à la suite de la restructuration de la cimenterie de Saint Victor d'Ymonville, 111 licenciements économiques sont annoncés[26].

En 2017, le Conseil de Paris rompt l'accord avec Lafarge qui lui fournissait gratuitement depuis 2002 3 000 tonnes de sable qu'il déposait chaque été au bord de la Seine afin de créer des plages artificielles pour Paris Plages. Cette décision intervient après que Lafarge s'est proposé pour collaborer à la construction du mur entre les États-Unis et le Mexique voulu par Donald Trump[27].

Fusion avec Holcim[modifier | modifier le code]

Le , Lafarge et le groupe suisse Holcim annoncent un projet de fusion entre les nos 1 et 2 du ciment. La nouvelle entité sera basée en Suisse[28].

En , Cement Roadstone Holdings (CRH) acquiert les actifs de Lafarge et de Holcim dans le cadre de leur fusion, pour un total de 7,34 milliards de dollars[29].

En , Lafarge annonce l'acquisition des 45 % qu'il ne détient pas dans Lafarge Shui on Cement pour 294 millions d'euros. Cette offre de rachat est conditionnée au succès de sa fusion avec Holcim[30]. En , Lafarge acquiert les 14 % de participations qu'il ne détenait pas dans Lafarge India, pour 304 millions de dollars[31].

Le , a lieu la fusion de Lafarge et Holcim. Le nouveau groupe est lancé officiellement le et prend le nom de LafargeHolcim[3].

La société Lafarge n'est pas dissoute et prend le statut de holding.

Direction de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Les présidents du conseil d’administration de Lafarge sont successivement, Marcel Demonque (1947-1974) , Bertrand Collomb, suivi de Bruno Lafont, entre 2007 et 2015, suivi d’Eric Olsen, aussi PDG du Groupe issu de la fusion LafargeHolcim depuis .

Équipe dirigeante[modifier | modifier le code]

Eric Olsen était le président-directeur général du groupe LafargeHolcim. Il démissionne le , à la suite de l'affaire de collaboration du groupe Lafarge avec Daech.

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Le conseil d’administration de Lafarge est composé de 15 membres nommés pour quatre ans par l'assemblée générale des actionnaires.

  • Président-directeur général : Eric Olsen (démission le )
  • Vice-président : Oscar Fanjul
  • Administrateurs : Philippe Charrier, Juan Gallardo, Ian Gallienne, Mina Gerowin, Jérôme Guiraud, Luc Jeanneney, Gérard Lamarche, Hélène Ploix, Baudouin Prot, Christine Ramon, Michel Rollier, Ewald Simandl, Véronique Weill
  • Présidents d'honneur : Bertrand Collomb et Bruno Lafont

Anciens membres du CA[modifier | modifier le code]

Guilherme Frering, Raphaël de Lafarge, Michael Blakenham, Jean-Pierre Boisivon, Alain Joly, Bernard Kasriel, Jacques Lefèvre, Eric de Waubert de Genlis, Michel Pébereau, Pierre de Lafarge, Gérald Frère, Michel Bon, Thierry de Rudder, Colette Lewiner, Philippe Dauman, Paul Desmarais Jr et Nassef Sawiris. Jean Charles L’officier, Marcel Demonque. Olivier Lecerf.

Données financières[modifier | modifier le code]

Données financières en millions d'euros[32]
Année 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Chiffre d'affaires en millions d'euros 13 698 14 610 13 658 14 436 15 969 16 909 17 614 19 033 15 884 14 834 15 284 15 816 15 198 12 843
Ebitda en millions d'euros 2 862 3 101 2 820 3 028 2 920 3 610 4 183 4 618 3 600 3 488 3 217 3 423 3 102 2 721
Résultat net en millions d'euros
Part du groupe
750 446 728 868 1 096 1 372 1 909 1 598 736 827 593 365 601 143
Dette nette en millions d'euros 9 332 8 544 6 734 7 017 7 221 9 845 8 685 16 884 13 795 13 993 11 974 11 317 10 330 9 310

Données boursières[modifier | modifier le code]

Données boursières au 1er janvier
Année 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Nombre d'actions cotées en millions 167,12 170,74 174,54 172,71 193,17 286,45 286,45 287,24 287,25 287,26 287,42
Capitalisation boursière en millions d'euros 9 700 12 180 ?? ?? ?? 15 000 13 400 7 800 13 900 15 700 16 700
Nombre de transactions quotidiennes 924 038 1 000 583 1 163 000 1 235 000 1 554 000 1 509 000 1 467 000 1 596 000 1 218 000 789 000 726 000

Aspects légaux et environnementaux[modifier | modifier le code]

  • En , l'Office allemand anti-cartel condamne six cimentiers pour entente, dans certains cas depuis les années 1970, sur des quotas de production et leur zones d'activité en Allemagne. Lafarge Zement est condamné à une amende de 86 millions d'euros[33].
  • Em , le conseil de la concurrence français condamne les cimentiers Lafarge et Vicat, à 25 millions d'euros pour entente illicite en Corse, dont 17 millions pour Lafarge[34].
  • Le , le tribunal de première instance de l'Union européenne confirme l'amende de 249,6 millions d'euros contre Lafarge. Entre 1992 et 1998, Lafarge et le britannique BPB PLC, l'allemand Knauf et le belge Gyproc, se sont entendus sur les prix des plaques de plâtre dans le but de couvrir 80 % du marché européen. L'entente portait sur un montant de 1,2 milliard d'euros[35].
  • En aux États-Unis, Lafarge doit verser 740.000 dollars pour clore des poursuites engagées par le Département de la Justice des États-Unis pour avoir pollué des cours d'eau dans plusieurs États[36].
  • Le , La commission de la concurrence sud-africaine condamne Lafarge à une amende de 15 millions d'euros pour participation à un cartel du ciment en Afrique du Sud. Lafarge a reconnu les faits[37].
  • En , l'agence slovène pour l'Environnement (ARSO) a refusé d'accorder un permis environnement à une cimenterie Lafarge, située à Trbovlje à 60 kilomètres au nord-est de Ljubljana, en raison d'« une pollution environnementale trop importante ». Lafarge dispose de 36 mois pour réduire le niveau de pollution de son usine et obtenir ainsi l'autorisation de l'exploiter. L'ARSO avait déjà retiré en 2011 le permis d’exploitation à Lafarge pour les mêmes raisons. Mais Lafarge avait fait appel de la décision, et avait pu poursuivre sa production jusqu'à ce qu'une nouvelle évaluation soit faite[38].

Accusations de financement de Daech[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Depuis 2016, une procédure judiciaire pour « financement du terrorisme » tente d'établir si la direction de l'entreprise Lafarge a pu, en connaissance de cause, approuver des opérations menées par des membres de ses équipes installés à Syrie, au moment de la guerre civile dans ce pays, consistant à verser des bakchichs à des chek-points tenus par des membres de l'organisation État islamique et à passer des accords avec eux. Le 2 mars 2017, les nouveaux propriétaires du groupe Lafarge, devenu après les faits LafargeHolcim, ont cautionné les accusations visant l'ancienne direction[39]. Après deux ans d'investigations, en novembre 2019, la justice a annulé la mise en examen pour « complicité de crime contre l'humanité » et confirmé le reste de la procédure[40]. Par ailleurs, différentes enquêtes ont montré que les services secrets français utilisaient les réseaux de Lafarge en Syrie pour des opérations de renseignement sur les organisations terroristes[41] et connaissaient les accords passés sur le terrain.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Le 19 février 2016, le site d'information syrien Zaman Al-Wasl publie des documents[42] émanant de l'usine Lafarge, laissant supposer que les responsables locaux ont établi des arrangements avec des belligérants, notamment des brigades islamistes, un peu plus tôt, entre 2013 et 2014[43]. Ces informations sont reprises le par le journal Le Monde. Selon ce dernier, Lafarge aurait financé l'État islamique pendant un peu plus d’un an, entre le printemps 2013 et la fin de l’été 2014, afin de continuer son activité dans la zone de conflits[44],[45],[46]. Le directeur du site de l'époque Bruno Pescheux[47] est notamment accusé d'avoir effectué le financement par le biais d'un homme d'affaires de Raqqa, présenté par l'accusation comme un membre de l'État islamique et nommé Ahmad Jamal, la société est même accusée d'avoir acheté des matières premières et du pétrole à l'organisation terroriste[48],[49],[50],[51].

Sur la base des informations ainsi rendues publiques, le ministère de l'Économie et des Finances a déposé plainte en septembre 2016[52]. L’ONG Sherpa l'a imité quelques semaines plus tard, pour « faits de financement du terrorisme, de complicité de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité et de mise en danger délibérée d’autrui ». Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire en sur le groupe. Lafarge est soupçonné d’avoir enfreint les sanctions édictées par l’Union européenne contre le régime de Bachar Al-Assad et l’interdiction de toute relation avec les organisations terroristes présentes en Syrie[53]. La procédure judiciaire se fonde sur un rapport d'audit interne[54], commandé au cabinet américain Backer McKenzie par les nouveaux responsables du groupe LafargeHolcim, à propos de la gestion des affaires syriennes par les anciens responsables de Lafarge.

Durant l’enquête, plusieurs protagonistes ont indiqué avoir eu des contacts réguliers avec le ministère des Affaires étrangères et la direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE). Christian Herrault déclare aux enquêteurs « Tous les six mois on allait voir le Quai d'Orsay [...] le gouvernement nous incite fortement à rester, c'est quand même le plus gros investissement français en Syrie ». Du au , douze rendez-vous ont eu lieu à Paris entre le directeur de la sûreté du groupe et un officier de la DGSE[55]. Par conséquent les enquêteurs tentent également de déterminer le rôle qu’auraient pu jouer les autorités françaises[56].

Jean-Claude Veillard, directeur sûreté du cimentier Lafarge est lui aussi impliqué dans cette affaire[53]. Sur un plan politique, selon des informations publiées par Mediapart le , entre les deux tours de l'Élection présidentielle française de 2017, Jean-Claude Veillard est également « un militant d’extrême droite engagé » et « fut cinquième sur la liste du candidat du Rassemblement Bleu Marine, Wallerand de Saint-Just, qui est actuellement le trésorier de la campagne présidentielle de Marine Le Pen »[57]. Par ailleurs, Jean-Claude Veillard rencontre à Paris à douze reprises un officier de la DGSE entre 2011 et 2014[55]. Ainsi, sous le couvert des procédures de sécurité, le site aurait reçu des aménagements permettant l'installation rapide d'unités combattantes et servir de base en cas de besoin, et les plans communiqués à cette même fin.

Le , Le Monde annonce que l'enquête judiciaire en cours menée par un juge d’instruction du pôle antiterroriste et deux juges du pôle financier est accablante pour la société Lafarge[58]. Le une perquisition a lieu au siège parisien du groupe. L'enquête judiciaire aboutit le à la mise en examen de Jean Claude Veillard, et de Bruno Pescheux et Frédéric Jolibois[59], pour «financement d’une entreprise terroriste», «violation du règlement européen» concernant l’embargo sur le pétrole syrien et «mise en danger de la vie d’autrui»[60],[61],[62]. Dans le cadre de l’enquête sur la cimenterie de Jalabiya, le Eric Olsen, DRH puis directeur général adjoint du groupe français Lafarge à l’époque des faits et ex-directeur général de LafargeHolcim, est mis en examen des chefs de financement d’une entreprise terroriste et mise en danger de la vie d’autrui et placé sous contrôle judiciaire (avec un cautionnement)[63]. Le lendemain, le , l’ancien PDG de Lafarge Bruno Lafont et son ex-directeur général adjoint opérations Christian Herrault sont mis en examen pour financement d’une entreprise terroriste et mise en danger de la vie d’autrui. Tous deux ont été placés sous contrôle judiciaire avec caution[64].

En , une ancienne DRH est mise en examen pour avoir exposé les salariés syriens à des risques vitaux[65]. En , le groupe Lafarge est mis en examen des chefs de « violation d’un embargo », « mise en danger de la vie d’autrui », « financement d’une entreprise terroriste » et « complicité de crimes contre l’humanité »[66]. Le , les juges d'instruction chargés d'enquêter sur les activités de Lafarge en Syrie estiment que l'ancien DG franco-américain, Eric Olsen, aurait subi « une campagne de déstabilisation interne ». Elle aura permis d'écarter de Lafarge Holcim un dirigeant issu à la fois de Lafarge et de la technique, au final beaucoup moins impliqué que les précédents dirigeants. Au total huit personnes sont mises en examen dans cette affaire[67].

Activité de lobbying[modifier | modifier le code]

Auprès de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Lafarge est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. L'entreprise déclare à ce titre qu'en 2018, les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont compris entre 100 000 et 200 000 euros[68].

Auprès des institutions de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

LafargeHolcim est inscrit depuis 2015 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Il déclare en 2016 pour cette activité 2 collaborateurs à temps plein et des dépenses d'un montant compris entre 100 000 et 200 000 euros[69].

Critiques[modifier | modifier le code]

Lafarge exerce des activités de lobbying dans plusieurs institutions[70],[71]. Des liens ont été établis[72] entre son influence dans les décisions concernant le marché des crédits carbones européens[73] et les profits de 485 millions d'euros réalisés par Lafarge entre 2008 et 2014[71],[70],[74] grâce à la vente de crédits-carbone accordés trop généreusement par l'Union européenne[75].

Un rapport[76] de l'organisation britannique de protection de l'environnement Sandbag, qui révèle ces pratiques, affirme de plus que ce mécanisme favorise certains secteurs (l'industrie automobile, sidérurgie, cimenterie, etc.) au détriment entre autres du secteur de l'énergie, le prix du carbone étant ainsi répercuté sur les consommateurs des énergéticiens, comme EDF ou Engie en France[77]. Le phénomène semble s'être poursuivi au moins jusqu'en 2014, à en croire un autre rapport[78] effectué par Sandbag, et d'autres enquêtes ultérieures[79]. L'entreprise aurait notamment reçu des crédits pour les émissions d'entreprises fermées pour raisons économiques, qui ne produisaient donc pas de dioxyde de carbone[79]. Au final, contrairement à la Suisse où l'état et les citoyens ont une action ou acceptent la promotion du bois dans le bâtiment, peu de français connaissent ou remettent en cause le ciment comme émetteur majeur de dioxyde de carbone.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Global LEI index, (base de données web), consulté le Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. « https://amadeus.bvdinfo.com/version-2019829/ » (consulté le 4 septembre 2019)
  3. a et b (en) « A new leader for a new world: LafargeHolcim officially launched around the globe », sur LafargeHolcim.com,
  4. a et b Le Journal du Net, 50 avril 2007.
  5. Pierre d'Ambly, Naissance d'une entreprise : les Pavin de Lafarge. De l'armée du Roi à l'industrie de la République, F.-X. de Guibert, , p. 25.
  6. Pierre d'Ambly, op. cit., p.222
  7. Pierre d'Ambly, op. cit., p.65
  8. [PDF] Histoire du groupe, Lafarge-cement.co.in.
  9. Jean-Dominique Durand et Bernard Comte, Cent ans de catholicisme social à Lyon et en Rhône-Alpes, édition de l'Atelier, 566 p. (lire en ligne)
  10. Le mur de l'Atlantique émission Deux mille ans d'Histoire sur France Inter du 1er novembre 2010
  11. Renaud de Rochebrune et Jean-Claude Hazera, Les patrons sous l'occupation, éd. Odile Jacob, 1995, p. 406-410
  12. Léon Dubois, Lafarge Coppée, Paris, Belfond, , 321 p. (ISBN 2-7144-2146-6), p. 97
  13. « La cimenterie Lafarge en cours de démolition », Le Parisien 3 novembre 2004
  14. Les Échos, 13 mars 2007.
  15. Concurrence - Distribution - Abus de position dominante collective - Comportement indépendant. Cour de Cassation, com., 7 juillet 2009, no 08-15.609 (no 706 FS-P+B) Sté Vicat c/ Ministre de l’économie, des finances et de l’emploi. Analyse de la décision sur le site Newsletter des avocats Amado, août-septembre 2009, Droits des affaires, concurrence, distribution et consommation.
  16. « Venezuela : nationalisation des filiales ciment de Lafarge, Cemex et Holcim », Le Blog finance.com.
  17. « Venezuela-Nationalisations: Lafarge indemnisé », Le Journal du dimanche.fr.
  18. « Lafarge cède ses actifs ciment, béton et granulats au Chili. Le Groupe a déjà réalisé 750M€ de désinvestissements sur un objectif 2009 de 1Md€. », Lafarge.com, 28 juillet 2009.
  19. « Lafarge renforce sa présence au Brésil suite à la cession de sa participation dans Cimpor à Votorantim », Lafarge.com, 24 février 2010.
  20. « Lafarge et STRABAG créent une société commune dans le secteur du Ciment en Europe centrale », Lafarge.com, 25 mai 2010.
  21. « Lafarge et Anglo American annoncent la création d’une joint-venture à 50-50, donnant naissance au leader britannique des matériaux de construction », Lafarge.com, 7 janvier 2013.
  22. « Finalisation du rachat des activités Plâtre Europe et Amérique du Sud de Lafarge par le groupe Etex », Lafarge.com, 4 novembre 2011.
  23. « Activité Plâtre en Asie : Lafarge annonce la cession à Boral de sa participation dans leur JV commune pour 429 M€ », Lafarge.com, 17 août 2011.
  24. Lafarge annonce la vente de ses activités Plâtre en Australie pour 120 millions d’euros », Lafarge.com, 22 juillet 2011.
  25. « Lafarge présente un projet de nouvelle organisation », Lafarge.com, 21 novembre 2011.
  26. « Licenciements chez Lafarge : « le gouvernement doit rendre des comptes » » (consulté le 2 septembre 2016)
  27. « La Ville de Paris se passera du sable Lafarge », lefigaro.fr, 28 mars 2017.
  28. (en) « Holcim, Lafarge agree to create cement giant », Natalie Huet, Reuters.com, 7 avril 2014.
  29. (en) « CRH confirms $7.34 billion deal to buy assets from Lafarge SA, Holcim: WSJ », Reuters.com, 1er février 2015.
  30. « Lafarge va acquérir 100 % de sa filiale chinoise », La Tribune.fr, 3 mars 2015.
  31. (en) « Lafarge to pay $304 million for India buyout », Reuters.com, 15 juin 2015.
  32. OpesC
  33. Amende record à l'encontre des cimentiers allemands, 14 avril 2003, batiactu.com
  34. Lafarge condamnée pour des pratiques anticoncurrentielles en Corse, 12 mars 2007, capital.fr.
  35. L'amende de Lafarge pour entente confirmée, 8 juillet 2008, challenges.fr.
  36. Lafarge écope d'une lourde amende pour pollution aux Etats-Unis, latribune.fr, 30 novembre 2011.
  37. Sébastien Hervieu, Lafarge mis à l'amende pour avoir participé à un cartel du ciment en Afrique du Sud, 12 mars 2012, lemonde.fr.
  38. Une cimenterie Lafarge épinglée pour pollution, 18 mars 2013, batiactu.com.
  39. LafargeHolcim, « Communiqué de presse »
  40. « Lafarge en Syrie : la justice annule les poursuites pour « complicité de crimes contre l'humanité » », Le Point,‎ (lire en ligne)
  41. Guillaume Dasquié, « Les services secrets de Lafarge en Syrie »,
  42. (en) « French cement company buys oil from ISIS », sur Zaman Al-Wasl
  43. « En Syrie, Lafarge se serait arrangé avec l'État islamique », sur Le Figaro.fr, (consulté en avril)
  44. Dorothée Myriam Kellou (avec Christophe Ayad, Nathalie Guibert, Allan Kaval et Madjid Zerrouky), « Syrie : les troubles arrangements de Lafarge avec l’Etat islamique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 juin 2016)
  45. « Quand Lafarge travaillait avec l’Etat islamique en Syrie », sur L'Obs.com (consulté le 22 juin 2016)
  46. Soren Seelow, Ce que révèle l’enquête judiciaire sur les agissements du cimentier Lafarge en Syrie, Le Monde, 21 septembre 2017.
  47. « Lafarge, cadres sous pression », sur Libération.fr, (consulté le 13 mars 2019)
  48. « Les liens troubles entre Lafarge et l'État islamique », sur BFM Business (consulté le 5 juillet 2016)
  49. « Comment Lafarge a dû financer l’Etat islamique pour préserver son activité en Syrie... et la sécurité du personnel - BTP - Construction », sur www.usinenouvelle.com (consulté le 5 juillet 2016)
  50. « Le cimentier français Lafarge aurait conclu des accords avec Daesh en Syrie », sur Zamanfrance.fr (consulté le 5 juillet 2016)
  51. « Les liens troubles qu'entretenaient Lafarge et l'Etat Islamique », sur Radiovl.fr, (consulté le 5 juillet 2016)
  52. « Lafarge en Syrie: la justice évince les associations et reporte sa décision. »
  53. a et b « Un candidat du FN impliqué dans les négociations de Lafarge avec l’Etat islamique », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 3 mai 2017)
  54. Renaud Lecadre, « L'affaire Lafarge fait les affaires d'Holcim », Liberation,‎ (lire en ligne)
  55. a et b [vidéo] Complément d'enquête. Lafarge : les sombres affaires d'un géant du ciment, 23 mars 2018, France 2, 58.27 min.
  56. « Lafarge en Syrie : l’ex-PDG Bruno Lafont et deux autres responsables en garde à vue », leparisien.fr,‎ 2017-12-06cet23:30:40+01:00 (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2017).
  57. « Un candidat du FN a supervisé la collaboration de Lafarge avec Daech en Syrie », sur mediapart.fr, (consulté le 3 mai 2017)
  58. Soren Seelow, « Ce que révèle l’enquête judiciaire sur les agissements du cimentier Lafarge en Syrie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 septembre 2017)
  59. « Lafarge en Syrie : trois cadres mis en examen pour «financement d’une entreprise terroriste» », leparisien.fr,‎ 2017-12-01cet15:42:49+01:00 (lire en ligne, consulté le 11 mai 2018)
  60. « Perquisition au siège de LafargeHolcim soupçonné de financement d’entreprise terroriste », Le Monde, (consulté le 1er décembre 2017)
  61. « Lafarge en Syrie: un premier cadre poursuivi, deux autres déférés », Libération, (consulté le 1er décembre 2017)
  62. Myriam Chauvot, « Trois mises en examen dans le dossier Lafarge en Syrie », Les Échos, (consulté le 1er décembre 2017)
  63. « Lafarge en Syrie : l’ex-directeur général Eric Olsen mis en examen », sur lemonde.fr, .
  64. « Lafarge en Syrie : mises en examen de l’ancien PDG Bruno Lafont et de l’ex-directeur général adjoint Christian Herrault », Le Monde,
  65. « Affaire Lafarge en Syrie: une ex-DRH de l'entreprise mise en examen », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2018)
  66. « Syrie : l’entreprise Lafarge mise en examen pour « complicité de crimes contre l’humanité » », sur Le Monde.fr (consulté le 28 juin 2018)
  67. « Lafarge : la justice évoque une campagne de déstabilisation interne », sur FIGARO, (consulté le 18 mars 2019)
  68. « LAFARGE FRANCE Type d'organisation : Société commerciale », sur hatvp.fr
  69. « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le 27 octobre 2016)
  70. a et b Audrey Garric, « Des industriels européens manœuvrent contre la loi américaine sur le climat », sur Eco(lo) (consulté le 4 juin 2016)
  71. a et b Cash investigation, « Cash Investigation. Climat : le grand bluff des multinationales », France Télévisions, émission diffusée le 24 mai 2016 (page consultée le 18 septembre 2016). [vidéo] Cash investigation - Climat: le grand bluff des multinationales sur YouTube.
  72. « Les quotas gratuits rapportent des milliards d’euros à l’industrie européenne », sur EurActiv.fr (consulté le 4 juin 2016)
  73. (en) « Details on registered organisation », sur LobbyFacts Database.eu (consulté le 4 juin 2016)
  74. « Les marchés du carbone », sur Regards croisés sur l'économie.com (consulté le 4 juin 2016)
  75. (en) « Sandbag », sur Cement industry news from Global Cement.com (consulté le 4 juin 2016)
  76. (en) [PDF] « Carbon Fat Cats 2011 - The Companies profiting from the EU Emissions Trading Scheme », Sandbag.org.uk (consulté le 4 juin 2016).
  77. « Les marchés carbone, ou comment gagner des millions grâce à la pollution », sur Bastamag.net (consulté le 4 juin 2016)
  78. (en) [PDF] « The Final Carbon Fatcat - How Europe’s cement sector benefits and the climate suffers from flaws in the Emissions Trading Scheme », Sandbag.org.uk (consulté le 4 juin 2016).
  79. a et b « Cash investigation - Climat : le grand bluff des multinationales / intégrale », sur YouTube.com, (consulté le 4 juin 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]