Christopher Pissarides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Christopher Antoniou Pissarides, né le à Nicosie, est un économiste britannico-chypriote. Il est professeur à la London School of Economics.

Il a reçu le prix dit Nobel d'économie en 2010, étant co-lauréat avec Dale Mortensen et Peter Diamond pour leur analyse des marchés avec désaccords de recherche.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Né à Chypre, Pissarides part étudier en Angleterre. Il reçoit de l'Université de l'Essex sa licence (bachelor degree) en 1970 puis sa maîtrise (master degree) en 1971. Il poursuit sa formation à la London School of Economics (LSE) et y obtient son doctorat (PhD) d'économie en 1973[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir travaillé à la Banque Centrale de Chypre et à l'Université de Southampton, Pissarides rejoint le corps professoral de la LSE en 1976. Il y est successivement Lecturer (1976-1982), Reader (1982-1986) puis Professor à partir de 1986[2].

Il est professeur invité à Harvard (1980), Princeton (1984), l'Institut universitaire européen (1989), Berkeley (1990), UCLA (1996), Yale (2000), HKUST (2009) et l'université de Chypre (2010)[2].

Il est notamment célèbre pour avoir introduit la notion de salaire de réserve, salaire en dessous duquel un chômeur décidera de ne pas accepter une offre d'emploi.

Dans une tribune publiée dans Le Monde en avril 2017, il fait partie des 25 lauréats du « prix Nobel » d'économie dénonçant le programme anti-européen de Marine Le Pen pour les élections présidentielles françaises de 2017[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Sociétés savantes[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Il est fait chevalier en 2013, pour services rendus à l'économie'[5].

Il a obtenu plusieurs titres de docteur honoris causa :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]