Culture française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La culture française est la culture propre au peuple français. Elle fait l'objet en France d'un département ministériel, le Ministère de la culture, qui succède depuis André Malraux à l'ancien Secrétariat d'État aux Beaux arts, dépendant du ministère de l'Éducation. C'est à cette époque que le mot « culture », qui est à l'origine une notion allemande, a remplacé et pris le sens plus général du concept de civilisation, en réunissant le domaine des Beaux arts, à celui étudié par l'ethnologie, en particulier le folklore et la mythologie.

La culture française est l'expression héritée, partagée, créée et renouvelée du peuple français.

La richesse de la culture française est marquée par sa diversité, reflet des cultures de ses régions, des nombreux emprunts qu'elle a faits à d'autres peuples et de la grande stabilité géographique, ethnique[1] et politique qui lui ont permis de la perfectionner sur la longue durée. Ses régimes politiques successifs ont promu de façon récurrente une volonté d'unicité de la nation française et souvent perçu la diversité culturelle et religieuse comme un risque de conflits et de guerre civile qu'ils se sont faits un devoir de combattre ou d'empêcher. Ces efforts n'ont pas empêché l'histoire de France d'être traversée par des antagonismes souvent longs et violents, entre le Nord et le Sud, entre l'Ouest et l'Est, entre différentes factions religieuses ou politiques.

La France est, depuis la fin du XIIe siècle, un des lieux où se sont développées de nombreuses universités (voir histoire des universités françaises), créées et gouvernées par l'Église catholique jusqu'à la Révolution française. L'université de Paris est l'une des plus anciennes universités d'Occident, avec un corps de savoir qui tire ses sources des humanités de la tradition greco-latine. Avec les Temps Modernes et la Réforme, ces universités devinrent ensuite des lieux où germèrent des courants intellectuels souhaitant s'affranchir de la foi, pour se refonder sur la Raison.

La culture française telle qu'elle existe aujourd'hui s'est pour une grande part assise sur le rayonnement de la France en Europe au XVIIe et XVIIIe siècles, alors que la langue française établissait ses lettres de noblesse par rapport au latin (voir Histoire de France au XVIIe siècle) et que les européens cultivés se flattaient de parler. Elle s'est complétée par les apports des populations qu'elle a côtoyés ou intégrés. Aujourd'hui ce rayonnement tend à laisser la place à une résistance culturelle face à l'emprise grandissante de la mondialisation, culture nouvelle souvent assimilée en France à l'influence américaine.

Des musées consacrés à une grande variété de thèmes, dont le musée du Louvre, de riches bibliothèques, comme la Bibliothèque nationale de France et tout un patrimoine immobilier, artisanal et industriel témoignent du développement de la culture française.

Légèreté, romantisme et joie de vivre sont perçus, dans le monde, comme une part essentielle de la culture française.
Le chef-d'œuvre d'Eugène Delacroix La Liberté guidant le peuple, qui illustre dans le style de la peinture romantique l'épisode historique des Trois Glorieuses, est devenu un symbole de la République française associant sa culture à l'un des tenants de sa devise : « Liberté, Égalité, Fraternité ».
La culture française est également identifiée à la gastronomie.
Première enquête et étude publiée sur la « culture française », dirigée par l'ethnologue Margaret Mead.

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Traditions culturelles françaises[modifier | modifier le code]

La France est depuis le XIIe siècle au moins un foyer culturel important et influent : sa littérature et ses philosophes ont influé et influent encore sur des courants de pensée du monde entier. Sa culture officielle est relayée par les médias nationaux.

Caractérisée par un art de vivre, elle maintient des valeurs traditionnelles, parmi lesquelles une gastronomie reconnue, marquée notamment par ses fromages et ses vins, et des domaines comme la haute couture et la haute joaillerie.

Mais la France est avant tout un État qui défend la diversité culturelle et linguistique, la langue française restant toutefois la seule langue officielle, dans une volonté historique d'unification, amplifiée de nos jours par une politique visant à s'opposer au communautarisme perçu comme un facteur de division.

D'après la grille d'évaluation de Geert Hofstede, les composantes d'individualisme et de distance hiérarchique dans la culture française présentent de plus grandes valeurs que la moyenne européenne[2].

Langue française[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Français.

Le français, langue officielle de la France, est une langue romane. Cette langue s'est construite par l'usage, à partir du latin, du grec et des langues vernaculaires, avec des passages par l'ancien français puis le moyen français. La littérature médiévale dans ces langues est abondante. Depuis la Renaissance, la langue française a intégré des néologismes (de Rabelais aux néologismes techniques actuels). Les Académies (voir notamment l'Académie française) ont permis de normer le vocabulaire et la grammaire.

Le français comporte aussi de nombreux emprunts à des langues étrangères.

Historiquement, le français est, en France, la langue officielle du droit et de l'administration, depuis l'ordonnance de Villers-Cotterêts signée par le roi François Ier en 1539.

Le français est une langue parlée dans les milieux diplomatiques, à l'international. Au XVIIIe siècle, le rayonnement de la France a valu à la langue française son statut de langue officielle dans les cours européennes.

La création de l'Académie française et de nombreuses autres académies aux XVIIe et XVIIIe siècles, a renforcé le rôle unificateur de la langue française dans la culture, souvent au détriment des cultures régionales.

Aujourd'hui, outre la diplomatie, la langue française est, avec l'anglais, une langue officielle dans la plupart des organisations internationales, notamment :

Le français est concurrencé par l'anglais dans la finance, les sciences, l'informatique et le monde du divertissement (cinéma, musique...). C'est la raison pour laquelle les autorités publiques adoptent des mesures visant à protéger le patrimoine linguistique :

Politique culturelle de l'État[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique culturelle française.

L'une des singularités françaises est liée à l'existence d'une politique publique de la culture, conduite par un ministère et de nombreuses institutions nationales, en particulier des académies, des musées nationaux, et plusieurs départements ministériels.

Ministère de la culture[modifier | modifier le code]

Héritage de l'Ancien régime et de la décennie révolutionnaire, la politique culturelle française s'amplifie à l'aube de la Ve République avec la création d'un ministère des Affaires culturelles à l'instigation de l'écrivain André Malraux[3] qui en prend le premier les rênes. Cette politique publique culturelle en France se démarque par la forte présence de l'État, qui peu à peu laisse une place grandissante aux collectivités territoriales, par sa longue histoire, et par la continuité des institutions. Depuis la fin des années 1990, la France s'est affichée comme fer de lance de la défense du secteur artistique face à la mondialisation, à travers l'affirmation d'une exception culturelle et de la diversité culturelle.

Le ministère de la culture traite des questions directement en rapport avec la culture sur le territoire national[4]:

Délégation générale à la langue française et aux langues de France[modifier | modifier le code]

La délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) est actuellement un service rattaché au ministère de la culture et de la communication. Elle a pour mission d'animer, à l'échelon interministériel, la politique linguistique de la France. Elle devrait prochainement devenir une délégation interministérielle.

La DGLFLF contrôle le respect de la loi du 4 août 1994, dite loi Toubon, sur la langue française. Elle veille en particulier au respect de son décret d'application de 1996 relatif à l'enrichissement de la langue française et de ses dispositions sur l'usage de la langue. Elle coordonne pour cela, avec la Commission générale de terminologie et de néologie, la mise au point de listes terminologiques par les commissions spécialisées de terminologie et l'Académie française. Elle a participé à la mise en œuvre du dictionnaire terminologique FranceTerme mis à la disposition du grand public sur Internet.

Elle participe aux programmes d'enseignement du français aux migrants. Elle soutient l'utilisation des langues régionales dans les médias et les spectacles.

Académies nationales[modifier | modifier le code]

De nombreuses académies, d'origine royales mais rétablies et réunies après la Révolution française, font le travail de réflexion, de recherche, de débat et de normalisation permettant le développement et l'enseignement des différents départements culturels:

  • Académie française,
  • Académie de peinture et sculpture, devenue Académie des Beaux-Arts,
  • Académie de Marine,
  • Académie d'Architecture,
  • Académie de musique et de danse,
  • Académie des Inscriptions et Belles lettres,
  • Académie des sciences morales et politique,..

Académie française[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Académie française.

L'Académie française est l'organisme français chargé de veiller sur la langue française. Elle a aussi pour rôle d'accomplir des actes de mécénat.

L'Académie française a été fondée en 1635 par le Cardinal de Richelieu, premier ministre de Louis XIII, avec pour mission de fixer la langue française, de lui donner des règles, de la rendre pure et compréhensible par tous, en commençant par composer un dictionnaire[5]. Le pouvoir royal y voyait un des instruments de sa politique d’unification du royaume à l’intérieur et de son rayonnement diplomatique à l’étranger. L'Académie a été supprimée en 1793 pendant la Révolution française, et recréée en 1803 par Napoléon. L'Académie considère qu'elle a été suspendue, et non supprimée, pendant la Révolution. C'est la plus ancienne des cinq académies de l'Institut de France.

L'Académie est composée de quarante membres, appelés immortels. Les nouveaux membres sont élus par les membres de l'Académie. Les académiciens sont élus à vie, mais ils peuvent être renvoyés en cas d'inconduite.

Ses missions sont multiples[6] :

Ses règles ne sont généralement que des recommandations. Elles ne s'imposent pas obligatoirement au grand public.

Éducation Nationale[modifier | modifier le code]

L'enseignement est essentiel pour la transmission de la culture aux nouvelles générations, que ce soit l'enseignement du français ou des matières de culture générale.

L'enseignement de base est gratuit et obligatoire pour tous les enfants de moins de 16 ans depuis les lois de Jules Ferry du XIXe siècle. La part du budget national consacrée à l'éducation et à la culture s'élève à 22 % (s'y ajoute une part des budgets régionaux).

Ministère des affaires étrangères[modifier | modifier le code]

La France a eu dans l'Histoire, à la suite des grandes découvertes et de la colonisation, un rayonnement culturel international incontestable, qui a donné lieu plus récemment à la création de la Francophonie.

La ville de Paris est reconnue dans le monde entier pour être une capitale culturelle. Pour cette raison sans doute, l'UNESCO a son siège à Paris. Cet organisme a été fondé sur une initiative du philosophe Henri Bergson en 1945. Ce rayonnement tient pour beaucoup à la langue française, particulièrement à sa précision[7].

Toutefois, la place du français est remise en question depuis la Seconde Guerre mondiale par l'influence anglosaxonne, particulièrement américaine, et par la langue anglaise, qui est largement employée dans les organisations internationales. La France, le Grand Duché du Luxembourg, la communauté française de Belgique, et l'Organisation internationale de la francophonie ont signé en 2002 un plan pluriannuel d'action pour le français, à destination de fonctionnaires des administrations centrales des États européens ainsi que pour les diplomates et les fonctionnaires européens des représentations permanentes auprès de l’Union européenne, afin que le français soit davantage utilisé comme langue de travail dans l'Union européenne[8].

Inquiets pour le rayonnement culturel français à l’étranger, et à la suite d'un rapport du Sénat[9], des sénateurs de la majorité et de l'opposition ont demandé au président de la République Nicolas Sarkozy, le mardi 23 juin 2009, peu avant un remaniement ministériel, la création d’un secrétariat d'État à la francophonie, à l'audiovisuel extérieur et aux relations culturelles extérieures.

Voir :

Diffusion de la culture française[modifier | modifier le code]

La diffusion de la culture française passe par deux moyens : celui de la langue française, et celui des médias qui la véhiculent, oralement (radio), et par écrit (livres, et formes numériques : Toile), ou les deux (télévision).

Francophonie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Francophonie.

Bibliothèques et lieux de culture[modifier | modifier le code]

Outre la Bibliothèque nationale de France (« Grande Bibliothèque »), qui s'organise en réseau avec les principales bibliothèques européennes (voir Europeana), la France dispose d'un réseau dense de bibliothèques publiques :

Un enjeu : la Toile[modifier | modifier le code]

La Toile (plus souvent connue sous son nom anglais web) devient aujourd'hui un vecteur prédominant de diffusion de la culture d'un pays. La diffusion de la culture écrite passe de plus en plus par ce média.

Exemple : Collection Patrimoine culturel des pays francophones (CD Rom)

Le nombre de sites web dans les pays francophones est proportionnellement plus faible que dans les pays anglophones.

Littérature et poésie[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Littérature française.

La littérature française comprend à la fois la littérature écrite en France, depuis le Moyen Âge (poésie médiévale française), enrichie par la littérature francophone, écrite en français par de nombreux écrivains dans différents pays du monde.

Commençant avec la chanson de geste et la littérature courtoise, elle se développe les siècles suivants.

Voir :

Poésie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Poésie française.

La France est un pays riche en poésie.

Voir :

Beaux-Arts[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des artistes français.

Peinture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peinture française.

Voir :

Sculpture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sculpture française.

Voir :

Architecture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Architecture française.

Voir :

Photographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Photographie française.

Voir :

Musique et danse[modifier | modifier le code]

Musique classique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique française.

Voir aussi : Liste de compositeurs français

La France a une longue tradition dans le chant choral, puisque c'est dans le nord de la France (et dans les Flandres) qu'apparaissent les premières polyphonies d'Europe dans les années 1420.

L’école française du violon avait atteint au XVIIe siècle une renommée considérable sous la baguette de Jean-Baptiste Lully avec les célèbres « Vingt-quatre Violons du Roi ». Jean-Philippe Rameau compte parmi les plus grands théoriciens de la musique. L'œuvre de Marc-Antoine Charpentier a été redécouverte depuis une cinquantaine d'années. À la même époque, l'école française de luth, puis l'école française d'orgue, sont florissantes.

Depuis le XIXe siècle, Paris est une ville de concert où se produisent les plus grands pianistes virtuoses d'Europe (Liszt, Chopin…).

La musique française s'est beaucoup développée au XIXe siècle et au début du XXe siècle, avec les compositeurs Hector Berlioz, Gabriel Fauré, César Franck, Georges Bizet, Charles Gounod, Jacques Offenbach, Camille Saint-Saëns, Jules Massenet, Maurice Ravel, Claude Debussy, Éric Satie...

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la France est le foyer de l'opéra romantique.

La tradition musicale française a été entretenue par de nombreux musiciens (catégorie:organiste, chefs d'orchestre, pianistes, violonistes, et autres interprètes).

La France compte aujourd'hui de nombreux orchestres.

Depuis plusieurs dizaines d'années, le chant choral connaît un véritable renouveau en France. L'annuaire des chorales francophones permettait de répertorier 2005 chorales le 21 juin 2007 (1505 en France).

Chanson française et francophone[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chanson française.

Danse[modifier | modifier le code]

Voir :

Théâtre et cinéma[modifier | modifier le code]

Voir : Acteurs français

Théâtre[modifier | modifier le code]

Voir Théâtre français

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le cinéma, technique et art inventés en France à la fin du XIXe siècle, est très dynamique en France.

Voir les articles dédiés :

Art de vivre[modifier | modifier le code]

L'image de la France dans le monde est celle de l’art de vivre. Dans les agences de voyage et autres tour opérateurs, c'est ce qui fait l'attrait principal pour les personnes qui viennent visiter la France.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le patrimoine culturel en France.
La cathédrale d'Amiens

La France possède sur son territoire plus de 30 sites du patrimoine mondial de l'UNESCO, contre 40 sites en Italie qui occupe la première place (Voir la liste des sites français dans le patrimoine mondial). Les Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France comportent à eux seuls 69 monuments. La cathédrale de Chartres a été le premier monument en France classé dans le patrimoine mondial de l'UNESCO.

La protection du patrimoine culturel se traduit par l'attribution de différents labels ou classements :

Le bassin du canal du Midi à Castelnaudary

Les quelques exemples ci-dessous témoignent de la diversité et de la richesse de ce patrimoine.

Sites antiques

Patrimoine religieux

Châteaux

Sites urbains

Sites naturels

Autres sites

Le patrimoine culturel et naturel de la France lui permet de développer une activité importante dans le tourisme (voir Tourisme en France).

Avec 70 millions de visiteurs chaque année. La France est la première destination touristique mondiale.

Le patrimoine culturel défini par l'UNESCO était traditionnellement matériel. L'UNESCO a introduit la notion de patrimoine culturel immatériel, qui inclut les cultures traditionnelles et le vivant.

Musées[modifier | modifier le code]

Voir : Musée français

Les musées français peuvent ou non être labellisés « Musée de France » selon le code du patrimoine.

Luxe[modifier | modifier le code]

L'image de la France est celle du luxe. Paris est souvent considéré comme la capitale mondiale du luxe, de la mode, et de la haute couture.

Nous devons en partie cela aux grands groupes de l'industrie du luxe comme LVMH (LVMH - Moët Hennessy Louis Vuitton) dirigée par le français Bernard Arnault ou même PPR (entreprise) de François Pinault. Ainsi les plus luxueuses firmes de cette industrie trouvent leurs sources de nos créateurs français, et participent ainsi à la diffusion de l'image et de la culture de la France à travers le Monde.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Histoire, philosophie, et religion[modifier | modifier le code]

Par son histoire et son héritage religieux, la France a une longue tradition en matière de philosophie. La culture française compte de nombreux historiens et philosophes.

Voir :

L'État français est laïque et n'a donc pas de religion officielle.

La majorité des Français sont catholiques (malgré un recul de la pratique et du phénomène religieux en général). La France possède aussi l'une des plus importantes communautés juives d'Europe. La deuxième conviction (ou absence de conviction) religieuse du pays est l’athéisme[10], l'islam suivant. On trouve également diverses religions ou communautés religieuses (comme les protestants, les bouddhistes, etc.).

Selon l'Institut Montaigne, « la France n’est plus exclusivement un pays de culture judéo-chrétienne mais aussi, depuis une période récente, judéo-chrétienne musulmane »[11].

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

Festivals[modifier | modifier le code]

Voir : Festival en France

Principaux festivals en France :

Voir : Festivals de musique en France

  • Festival international de la Bande dessinée d'Angoulême

etc.

Carnavals[modifier | modifier le code]

France (DOM TOM)

Chant choral[modifier | modifier le code]

Cirque[modifier | modifier le code]

Le cirque est traditionnellement important en France.

Sports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sport en France.

Le sport le plus pratiqué en France est la pétanque. La pétanque est pratiquée en tant que loisir par environ 17 millions de personnes en France. Tandis que celle pratiquée en tant que compétition concerne environ 480 000 personnes licenciées à la Fédération française de pétanque et de jeu provençal (FFPJP). La FFPJP est la 4e fédération sportive en France. Les boulistes licenciés jouent une pétanque de compétition qui est appelée pétanque sport.

Les sports les plus regardés en France sont le football, le basket-ball, le rugby à XV (rugby), le sport cyclisme, et le tennis. La France a accueilli la Coupe du monde de football en 1998, qui fut d'ailleurs remportée par sa propre équipe. Elle organise annuellement la course de cyclisme du Tour de France, un tournoi du Grand Chelem de tennis les Internationaux de Roland Garros. La pratique du sport est encouragée à l'école, et les associations locales reçoivent des subventions municipales. Si le football reste incontestablement le plus populaire (et donc le plus médiatisé), le rugby le surpasse dans le Sud-Ouest, et plus particulièrement autour de la ville de Toulouse. Le handball et le volley sont eux privilégiés dans les milieux scolaires.

Le Babyfoot (football de table) est un passe-temps très populaire en France à la fois dans les bars et à la maison.

Le parkour et le freerun, créés par David Belle et les Yamakasi et qualifiés d'"arts du déplacement", sont des sports nés en France.

Cultures régionales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cultures régionales françaises.

Expressions de la culture régionale[modifier | modifier le code]

Héritages de l'histoire des régions de France, les cultures régionales s'expriment par l'habitat, l'artisanat, le folklore et autres fêtes régionales, les danses traditionnelles, la musique traditionnelle, les costumes régionaux, les musées régionaux, et quelquefois les dialectes.

Carte des Langues et Dialectes parlés en France
Zones linguistiques en France

Treize langues dites « régionales » font aujourd'hui l'objet d'un enseignement public en France[12] : le basque, le breton, le catalan, l'alsacien, le corse, le tahitien, quatre langues mélanésiennes (l'ajië, le drehu, le nengone et le paicî), le gallo, le francique, l'occitan et le créole.

Les cultures et savoir-faire traditionnels (habitat, artisanat…) sont généralement bien représentés, pour chaque région, dans les écomusées.

Voir :

Américanisation[modifier | modifier le code]

Depuis la Seconde Guerre mondiale, l’Europe ainsi que le monde entier serait de plus en plus sous l’influence culturelle des États-Unis, et la France n’échapperait pas à l'américanisation[13]. Ce phénomène se caractériserait par l'adoption d'un mode de vie et de pratiques culturelles américaines[14]. Par exemple, en 2000, 73,6 % des entrées dans les cinémas en Europe correspondaient à des films américains[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :