Université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle
Édifice principal (Hauptgebäude) de la RWTH Aachen
Édifice principal (Hauptgebäude) de la RWTH Aachen
Devise Zukunft denken
(« Penser l'avenir »)
Nom original Rheinisch-Westfälische Technische Hochschule Aachen
Informations
Fondation 1870
Type Université publique
Régime linguistique Allemand
Budget 650 M euro
Dotation 382 M euro
Localisation
Coordonnées 50° 46′ 40″ N 6° 04′ 41″ E / 50.7777, 6.07792 ()50° 46′ 40″ Nord 6° 04′ 41″ Est / 50.7777, 6.07792 ()  
Ville Aix-la-Chapelle
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Région Flag of North Rhine-Westphalia (state).svg Rhénanie-du-Nord-Westphalie
Direction
Recteur Ernst Schmachtenberg
Chiffres clés
Personnel 7 000
Étudiants 32 943 (2009)
Postgraduates 2 400
Divers
Affiliation Groupe de Coïmbre
Initiative d'excellence allemande
IDEA League
Top Industrial Managers for Europe
Pégasus
CESAER
Site web www.rwth-aachen.de

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
Université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle

L'université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle (en allemand : Rheinisch-Westfälische Technische Hochschule Aachen ou RWTH Aachen) est une grande école spécialisée dans l’électrotechnique et l’ingénierie mécanique.

Elle fait partie des neuf universités allemandes labellisées « université d'excellence » lors de l'initiative d'excellence allemande pour la période 2007-2012.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

L’université est fondée en 1870 sous le nom de Königlich Rheinisch-Westphälische Polytechnische Schule zu Aachen, après l'échec de la création d'une université prussienne à Cologne. Sa création a été permise grâce à plusieurs personnalités aixoises, dont Friedrich von Kühlwetter (de), Friedrich Adolph Brüggemann (de), Johann Arnold Bischoff, Leopold Scheibler (de), Johann Friedrich Pastor et Friedrich Wilhelm Hasenclever, qui à partir de 1858 préconisent, planifient et soutiennent sa construction, qui débute le 15 mai 1865. L'école polytechnique obtient en 1870, en plus d'une prime de l'état, un fonds de garantie de 1,3 millions de marks-or, une subvention de construction supplémentaire d’un million de marks-or, ainsi qu'une subvention annuelle de 10 000 thalers. Ces fonds proviennent de la moitié des gains de la Aachener und Münchener Feuerversicherungsgesellschaft, aujourd'hui les compagnies d'assurance AachenMünchener (de) et AMB Generali, gains qui, selon les instructions de David Hansemann, devaient être utilisés dans des buts scolaires et sociaux. Aux débuts de l'école polytechnique, 32 enseignants donnent des cours à 223 étudiants dans le bâtiment principal (Hauptgebäude)[1].

En 1880, l'école polytechnique, dirigée jusque là par un directeur, devient une université technique avec un rectorat. En 1899 Guillaume II autorise les écoles polytechniques prussiennes à délivrer le titre de docteur en ingénierie (Dr.-Ing.), droit que seules les universités possédaient jusqu'alors. Il s'agit d'une étape importante pour l’émancipation des écoles polytechniques par rapport aux universités traditionnelles[2].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale est un coup dur pour l'école. Les locaux de l'école sont occupés par les troupes alliées, qui utilisent le bâtiment principal comme caserne. Cette période ne dure pas et à partir de 1919, les cours reprennent. Après les difficultés du conflit, la période de 1922 à 1932 est faste. Les quatre premières facultés sont créées, le nombre d'étudiants dépasse son niveau d'avant-guerre et de nouveaux bâtiments sont construits[3].

Pendant l'époque du nazisme, la liberté d'enseignement et de recherche est restreinte et un filtre est imposé sur les admissions, forçant beaucoup d'étudiants à quitter l'école. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle est fermée pendant plus d’un an car elle est proche de la frontière avec la Belgique et les Pays-Bas[4].

De l'après-guerre à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Après la guerre, l’expansion reprend. De nouvelles facultés non-techniques sont ouvertes, celle de philosophie en 1965 et celle de médecine en 1966. C'est ainsi que l'école polytechnique devient véritablement une université. Alors que d'autres grandes écoles techniques (Technische Hochschule, TH) changent leurs noms en universités techniques (Technische Universität, TU), la Rheinisch-Westfälische Technische Hochschule Aachen a consciemment choisi de garder sa dénomination de grande école technique afin d'honorer ses origines[5].

En 1995, un scandale éclate quand on découvre que le directeur professeur docteur Hans Schwerte est en réalité Hans Ernst Schneider (de), un ancien commandant SS. Pourtant Schwerte/Schneider, qui fut directeur de la RWTH de 1970 à 1973, avait la réputation d’être un libéral. Tous ses privilèges et titres sont alors révoqués[6],[7].

Historique des directeurs et recteurs[modifier | modifier le code]

Ernst Schmachtenberg.

Le recteur actuel de la RWTH est Ernst Schmachtenberg, qui y a étudié le génie mécanique et reçu le titre de docteur en 1985. Il est le 44e à être recteur de l'université.

  • 1869-1880 : August von Kaven
  • 1880-1883 : Adolf von Gizycki
  • 1883-1886 : Adolf Wüllner
  • 1886-1889 : Ernst Friedrich Dürre
  • 1889-1892 : Gustav Friedrich Herrmann
  • 1892-1895 : Friedrich Heinzerling
  • 1895-1898 : Otto Intze
  • 1898-1901 : Hans von Mangoldt
  • 1901-1904 : Ludwig Bräuler
  • 1904-1909 : Wilhelm Borchers
  • 1909-1911 : August Hertwig
  • 1911-1913 : August Hirsch
  • 1913-1915 : Adolf Wallichs
  • 1915-1917 : August Hertwig
  • 1917-1919 : Friedrich Klockmann
  • 1919-1920 : Adolf Wallichs
  • 1920-1922 : Paul Gast
  • 1922-1924 : August Schwemann
  • 1924-1926 : Hermann Bonin
  • 1926-1928 : Robert Hans Wentzel
  • 1928-1930 : Hubert Hoff
  • 1930-1932 : Felix Rötscher
  • 1932-1934 : Paul Röntgen
  • 1934-1938 : Otto Gruber
  • 1938-1940 : Alfred Buntru
  • 1941-1945 : Hans Ehrenberg
  • 1945-1948 : Paul Röntgen
  • 1948-1950 : Wilhelm Müller
  • 1950-1952 : Wilhelm Fucks
  • 1952-1954 : Robert Schwarz
  • 1954-1956 : Eugen Flegler
  • 1956-1958 : Rudolf Jung
  • 1958-1959 : Herwart Opitz
  • 1959-1961 : Helmut Winterhager
  • 1961-1963 : Martin Schmeißer
  • 1963-1965 : Volker Aschoff
  • 1965-1967 : Erich Kühn
  • 1967-1969 : Herwart Opitz
  • 1969-1970 : Helmut Faissner
  • 1970-1973 : Hans Ernst Schneider
  • 1973-1977 : Bernhard Sann
  • 1977-1980 : Ottmar Knacke
  • 1980-1984 : Günter Urban
  • 1984-1987 : Hans-Dieter Ohlenbusch
  • 1987-1997 : Klaus Habetha
  • 1997-1999 : Roland Walter
  • 1999-2008 : Burkhard Rauhut
  • 2008 : Ernst Schmachtenberg

Campus[modifier | modifier le code]

Cette université n’a pas de campus au sens propre, mais ses immeubles sont répartis dans la ville. Elle possède trois centres principaux, celui du centre ville, celui du quartier de Hörn et celui du quartier de Melaten. Quelques laboratoires sont aussi présents dans le quartier de Burtscheid.

Centre ville[modifier | modifier le code]

Institut d'anglistique, américanistique et romanistique, en centre ville.

La plupart des bâtiments de l'université se situe au nord-ouest d'Aix-la-Chapelle, entre le centre ville et la gare de l'ouest de la ville. Le bâtiment principal et le hall Kármán se trouvent à 500 m de la cathédrale, l’Audimax (le plus grand site de salles de conférences) et la plus grande cafétéria se trouvent 200 m plus loin. On y retrouve aussi le centre de services SuperC, contenant le secrétariat étudiant et le service central des examens. La quasi-totalité des bâtiments de l'administration se trouve dans ce campus central, ainsi que les décanats (de) de quelques facultés comme celles de génie mécanique, d'électrotechnique et de sciences économiques.

Beaucoup d'instituts et de laboratoires y sont également implantés : mathématiques, chimie, combustion technique, sciences des matériaux, mines, Hüttenkunde, matières premières, plasturgie, ingénierie et technologie spatiale, histoire du génie civil, géographie, économie et géographie, histoire de l'économie et de la société, sociologie, communication et linguistique, sciences de l'éducation, germanistique, anglistique, romanistique, philosophie, architecture et histoire de l'art ainsi que, partiellement, les sciences économiques, l'électrotechnique et la métallurgie.

Hörn, Melaten, Burtscheid[modifier | modifier le code]

Façade du laboratoire de chimie inorganique, dans le campus Melaten.
Klinikum, centre hospitalier universitaire de la RWTH.

La deuxième partie de l'université est sur le campus ouest, entre la gare de l'ouest et le quartier de Hörn, contenant les laboratoires d'informatique, histoire, sciences politiques et génie civil, ainsi que, partiellement, la biologie, l'électrotechnique, les sciences économiques et la métallurgie. Cette partie du campus est en cours d'élargissement jusqu'en 2020.

Dans le campus Melaten se trouvent des laboratoires de physique, chimie, électrotechnique, biologie ainsi que l'institut pour les véhicules motorisés et l'institut de textile technique. Le centre hospitalier universitaire et la faculté de médecine se trouvent dans le voisinage direct du campus Melaten. Des travaux d'élargissement sont en cours au nord du campus, dans le quartier de Seffent, depuis 2010.

Les laboratoires de psychologie, acoustique technique, cristallographie et Stromrichtertechnik und elektrische Antriebe se situent dans le quartier de Burtscheid, au sud de la ville, près de la gare principale. Quelques bureaux sont hébergés près du théâtre d'Aix-la-Chapelle et de l'antenne de l'école de musique et de danse de Cologne.

Extension[modifier | modifier le code]

Un campus scientifique est prévu à la jonction des quartiers Seffent et Melaten, s'étendant sur 270 000 m2. Il devrait accueillir des laboratoires de recherche de l'université ainsi que des entreprises. La cérémonie d'inauguration des travaux a eu lieu le 18 février 2010[8]. Le coût de la construction est estimé à 750 millions d'euros jusqu'en 2015[9]. La société RWTH Aachen Campus GmbH, dont la RWTH possède 95 % des parts et la ville d'Aix-la-Chapelle 5 %, a été créée afin de contrôler la construction du campus et, par la suite, d'en assurer la gestion.

Implantations externes[modifier | modifier le code]

La RWTH a des implantations externes à Juliers, dans le centre de recherche de Jülich, et possède en commun avec l’université de Stuttgart une grande maison à Kleinwalsertal dans les Alpes autrichiennes.

Organisation[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

L'université comporte 260 professorats et laboratoires ainsi que 170 domaines de recherche et d'enseignement. Environ 7 000 employés y travaillent : 450 professeurs, 2 300 chercheurs et 1 900 non-scientifiques, 700 apprentis et stagiaires ainsi que plus de 2 000 employés financés par d'autres organismes[10], faisant de la RWTH le plus gros employeur de la région d'Aachen.

Facultés[modifier | modifier le code]

L'université est composée de neuf facultés[11] :

  1. mathématiques, informatique et sciences naturelles : départements de mathématiques, informatique, physique, chimie et biologie ;
  2. architecture ;
  3. génie civil ;
  4. génie mécanique ;
  5. géoressources et techniques des matériaux : départements de matière première et recyclage, métallurgie et techniques des matériaux, sciences de la Terre et géographie ;
  6. électrotechnique et technologies de l'information et de la communication ;
  7. philosophie ;
  8. sciences économiques ;
  9. médecine.

La faculté de pédagogie (9) a cessé d'exister en 1989 ; depuis, c'est la faculté de philosophie qui assure principalement la formation des professeurs des écoles et lycées.

Forums[modifier | modifier le code]

Les forums interdisciplinaires ont été créés dans les années 1980 afin de promouvoir les échanges et les coopérations entre les facultés. Il existe six forums : informatique, sciences et techniques des matériaux, environnement, mobilité et trafic, sciences de la vie et technique et société[12].

Relations entre forums et facultés
Faculté 1 2 3 4 5 6 7 8 10
Informatique Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg
Sciences et techniques des matériaux Yes check.svg RedX.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg RedX.svg RedX.svg Yes check.svg
Environnement Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg
Mobilité et trafic Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg RedX.svg
Sciences de la vie Yes check.svg RedX.svg RedX.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg RedX.svg Yes check.svg
Technique et société Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg Yes check.svg

Initiative d'excellence allemande[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de l'initiative d'excellence allemande, trois clusters d'excellence et une école d'enseignement supérieur ont été créés[13] :

  • cluster Integrative Production Technology for High-Wage Countries (Integrative Produktionstechnik für Hochlohnländer)[14] ;
  • cluster Ultra High-Speed Mobile Information and Communication (UMIC)[15];
  • cluster Tailor-Made Fuels from Biomass (Maßgeschneiderte Kraftstoffe aus Biomasse)[16] ;
  • école Aachen Institute for Advanced Study in Computational Engineering Science[17].

D'autre part, un partenariat a été créé en 2007 avec le centre de recherche de Jülich : JARA (Jülich Aachen Research Alliance)[18]. Le programme de ce partenariat s'articule autour de quatre thématiques :

Laboratoires associés[modifier | modifier le code]

Les laboratoires associés sont des laboratoires de recherche externes qui collaborent étroitement avec la RWTH. Plusieurs professeurs de l'université dirigent également en partie ces laboratoires.

  • ACCESS – Access e.V. Materials + Processes
  • DWI – Deutsches Wollforschungsinstitut an der RWTH Aachen e.V.
  • FGH – Forschungsgemeinschaft für Elektrische Anlagen und Stromwirtschaft e.V.
  • FIR – Forschungsinstitut für Rationalisierung an der RWTH Aachen e. V.
  • FiW – Forschungsinstitut für Wasser- und Abfallwirtschaft an der RWTH Aachen e. V.
  • gaiac – Forschungsinstitut für Ökosystemanalyse und Bewertung e.V.
  • IfU – Institut für Unternehmenskybernetik e.V.
  • IIF – Institut für Industriekommunikation und Fachmedien
  • IKV – Institut für Kunststoffverarbeitung in Industrie u. Handwerk an der RWTH Aachen e. V.
  • IPAK – Institut für Prozess- und Anwendungstechnik Keramik an der RWTH Aachen
  • PIA – Prüf- und Entwicklungsinstitut für Abwassertechnik an der RWTH Aachen e. V.
  • WZLforum an der RWTH Aachen (gGmbH)
  • OWI - Oel-Wärme-Institut gGbmH

Laboratoires Fraunhofer[modifier | modifier le code]

Fraunhofer-Institut für Molekularbiologie und Angewandte Oekologie (IME).

Quatre laboratoires de la Fraunhofer-Gesellschaft sont implantés dans le campus :

  • Fraunhofer-Institut für Angewandte Informationstechnik (FIT) ;
  • Fraunhofer-Institut für Lasertechnik (ILT) ;
  • Fraunhofer-Institut für Produktionstechnologie (IPT) ;
  • Fraunhofer-Institut für Molekularbiologie und Angewandte Oekologie (IME).

Scientométrie[modifier | modifier le code]

La RWTH est très connue à l'échelle internationale et possède une bonne réputation auprès des industries allemandes. Elle reçoit le plus d'investissements parmi les universités allemandes et est régulièrement en haut du classement national pour le domaine de l'ingénierie. Dans les sciences naturelles, la chimie arrive souvent en tête. En 2009, le classement des universités produit par le magazine Wirtschaftswoche a montré que les chefs des 500 plus grandes entreprises allemandes ont choisi la RWTH en première place pour l'électrotechnique, l'informatique, le génie mécanique, les sciences naturelles et l'ingénierie économique[19]. La RWTH a également atteint la première place avec l'université de technologie de Darmstadt en 2010[20].

En 2007, la RWTH a été reconnue « université d'excellence » pour son concept d'avenir RWTH 2020: Meeting Global Challenges[21]. Elle fait ainsi partie des neuf universités allemandes labellisées d'excellence.

Au niveau international, la RWTH se situe en 2010 à la 182e place selon le classement publié par Times Higher Education[22].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Audimax, pouvant accueillir 1 420 personnes.

La RWTH propose 41 bachelors et 49 masters[23]. Elle dispose également d'une école d'enseignement supérieur axée sur l'ingénierie informatique[17] et d'une école doctorale[24].

La formation en sciences comprend des cursus classiques et interdisciplinaires, dont :

  • sciences naturelles : biologie, biotechnologie moléculaire et appliquée, chimie, mathématiques, physique, sciences de la Terre appliquées, sciences des matériaux ;
  • économie et communication : business administration, géographie appliquée, mobilité et trafic, techniques des communications ;
  • ingénierie et bâtiment : architecture, électrotechnique, génie civil, techniques de l'information et informatique technique, génie mécanique, gestion des géoressources, ingénierie écologique, ingénierie économique, ingénierie en matières premières, ingénierie en recyclage, techniques des matériaux ;
  • informatique : computational engineering science, informatique ;
  • psychologie : logopédie, psychologie.

L'enseignement en médecine est assuré par la faculté de médecine, avec 53 matières proposées[25]. Les cours ont principalement lieu au centre hospitalier universitaire.

Les lettres et sciences humaines comprennent l'anglistique, la géographie, la germanistique et la littérature, l'histoire, l'histoire de l'économie, la linguistique et la science de la communication, la philosophie, les sciences politiques et la sociologie. La formation des enseignants est rattachée à la faculté de philosophie.

Le centre linguistique (Sprachzentrum) propose des cours d'allemand pour les étudiants étrangers ainsi que des cours d'anglais, arabe, chinois, coréen, espagnol, français, grec moderne, néerlandais, norvégien, italien, japonais, portugais et russe.

Enfin, des cours spécifiques sont aussi proposés aux lycéens et aux personnes âgées.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Étudiants[modifier | modifier le code]

Lors du semestre d'hiver 2008/2009, plus de 30 000 étudiants se sont inscrits dans 101 cursus[10]. Avec environ 30 000 étudiants à l'université technique de Berlin et 33 000 à l'université technologique de Dresde, la RWTH fait partie des trois plus grandes universités techniques allemandes. Plus de 5 600 nouveaux inscrits débutent chaque année leurs études à la RWTH, dont 3 500 vont jusqu'au bout de leurs études et 600 obtiennent un titre de docteur. 76 % des étudiants viennent de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, 12 % du reste de l'Allemagne et 12 % de l'étranger, en particulier de Chine, Turquie, Luxembourg, Belgique, Bulgarie, Iran, Cameroun et Russie[26]. La plupart des étudiants suit un cursus d'ingénieur (49 %) ou de sciences naturelles et mathématiques (25 %). Les cursus suivants sont les lettres, les sciences humaines et sociales et les sciences économiques (17 %), et la médecine (9 %)[10]. Pour l'année universitaire 2010/2011, environ 14 000 étudiants étaient inscrits en bachelor, 2 900 en master, 8 400 en Diplom (cursus débuté avant l'application du processus de Bologne), 2 200 suivaient une formation à l'enseignement et 3 600 étaient inscrits en thèse[23].

Frais de scolarité[modifier | modifier le code]

La RWTH est une université de l'état de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, qui décide donc des frais de scolarité et des bourses.

À partir du semestre d'hiver 2006/2007, tout étudiant inscrit doit payer des frais de scolarité (Studiengebühr) de 500 € par semestre[27]. Les frais de scolarité servent à financer un programme d'amélioration de l'enseignement et des conditions d'études, qui doit être soumis à l'approbation des étudiants[28]. Ces frais de scolarité ont été annulés en 2011[29].

Aux frais de scolarité s'ajoutent ceux de l'inscription et des frais sociaux, estimés à 176 € pour le semestre d'été 2006 et 193 € pour le semestre d'été 2009. Ces frais comprennent en 2009 un abonnement au bus de l'ASEAG estimé à 89,50 €, un NRW-Ticket permettant de voyager gratuitement dans les moyens de transports régionaux (train, bus, métro, tramway) de toute la région de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (37,10 €), 1 € pour les Fachschaft ainsi que 5,90 € pour l'AStA (Allgemeine Studierendenausschuss), et d'autres initiatives comme la radio universitaire, Hochschulradio Aachen[30], et l'association Uni&Kind e.V. qui facilite la garde des enfants pour les parents étudiants.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Uni-Cup, 2009.

Les activités sportives sont coordonnées par le Hochschulsportzentrum[31]. Plus de 90 cours réguliers sont proposées, ainsi que des workshops et excursions sportives. Le Hochschulsportzentrum met à la disposition des étudiants et des employés plusieurs équipements, comme un stade, une Finnenbahn autour du stade (piste de course boisée), une salle de musculation, plusieurs salles de gymnastique, une piscine et un sauna. L'utilisation des équipements d'extérieur est gratuite, la participation aux cours est payante. Les employés de l'université doivent de plus acheter une carte semestrielle (25 € en 2011) pour pouvoir s'inscrire aux cours.

Plusieurs évènements sont organisés au cours de l'année, dont :

  • le Galaball, un bal de gala qui se tient en novembre. Créé à la fin des années 1980 comme bal de clôture du cours de danse, cet évènement est devenu un bal de gala s'étendant à toute l'université en 1995[32] ;
  • l'Eishockey Uni-Cup, créée en 1988, est une compétition de hockey sur glace entre les facultés de génie mécanique, électrotechnique et médecine, qui a lieu en décembre dans la patinoire du complexe sportif près du Neuer Tivoli[33] ;
  • le Hochschulsportshow est une soirée de représentations de plusieurs groupes de sport qui existe depuis 1973. Il se déroule en février[34] ;
  • le RWTH FH Sports Day, qui a lieu généralement fin mai ou début juin, existe depuis la fin des années 1960 sous le nom de Hochschulsportfest. Les cours sont annulés ce jour là pour permettre aux étudiants d'y participer. Au départ bi-annuel, cet évènement s'est scindé par la suite en Hochschulsportshow au semestre d'hiver et RWTH FH Sports Day au semestre d'été. Depuis 2007 est organisée ce même jour une compétition sportive entre les équipes des différents laboratoires de recherche. La participation à cet évènement est ouverte aux inscrits à la RWTH et à la FH Aachen (en)[35] ;
  • le Lousberglauf, qui se déroule généralement début juillet, est une course à pied ouverte à tous, sur 5 555 m, qui démarre au pied du Lousberg (la plus haute colline d'Aix-la-Chapelle), passe par son sommet et retourne au point de départ. Cette course est organisée depuis 1990. En 2011, 2 000 personnes y étaient inscrites et 1 870 y ont participé[36],[37].

Activités culturelles[modifier | modifier le code]

La RWTH-Wissenschaftsnacht 5 vor 12 est une soirée à thématique scientifique gratuite qui a lieu le deuxième vendredi de novembre dans plusieurs bâtiments de l'université. Elle est organisée depuis 2003 et s'adresse à tout public[38].

Le Collegium Musicum est l'orchestre de la RWTH, constitué principalement d'étudiants et d'enseignants de l'université. Plusieurs concerts sont donnés régulièrement au cours de l'année, en particulier à la fin des semestres[39].

Le Filmstudio est un club de cinéma dirigé par des étudiants, qui diffuse des films chaque semaine dans le bâtiment principal de l'université et dans le hall Kármán. L'entrée varie entre 3 et 5 € en 2011. Une diffusion devenue culte est celle du film Die Feuerzangenbowle, pour laquelle plusieurs amphithéâtres et salles de cours sont utilisés et qui accueille environ 6 000 spectateurs chaque année en novembre[40].

La radio universitaire, Hochschulradio Aachen, diffuse musique, informations et émissions thématiques. Elle est animée par une équipe d'étudiants[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Geschichte der RWTH Aachen: 1858-1870 », sur Archiv der RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  2. (de) « Geschichte der RWTH Aachen: 1870-1918 », sur Archiv der RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  3. (de) « Geschichte der RWTH Aachen: 1918-1933 », sur Archiv der RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  4. (de) « Geschichte der RWTH Aachen: 1933-1945 », sur Archiv der RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  5. (de) « Geschichte der RWTH Aachen: 1945-2003 », sur Archiv der RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  6. (de) « Hans Schwerte (Hans Ernst Schneider) », sur Archiv der RWTH Aachen (consulté le 26 juillet 2011)
  7. (de) « Stich ins Wespennest », sur Spiegel Online,‎ 14 septembre 1998 (consulté le 26 juillet 2011)
  8. (de) « Bildmaterial "Erster Spatenstich zum Projekt RWTH Aachen Campus" », sur RWTH Aachen (consulté le 26 juillet 2011)
  9. (de) « Neue Qualität für den Wissenschaftsstandort Aachen », sur RWTH Aachen (consulté le 26 juillet 2011)
  10. a, b et c (de) [PDF] « Zahlenspiegel 2008 », sur RWTH Aachen (consulté le 26 juillet 2011)
  11. (de) « Fakultäten », sur RWTH Aachen (consulté le 26 juillet 2011)
  12. (de) « Interdisziplinäre Foren der RWTH », sur RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  13. (en) « Excellence Initiative at RWTH Aachen University », sur RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  14. (en) « Integrative Production Technology for High-Wage Countries », sur RWTH Aachen (consulté le 9 avril 2011)
  15. (en) « Ultra High-Speed Mobile Information and Communication (UMIC) », sur RWTH Aachen (consulté le 9 avril 2011)
  16. (en) « Tailor-Made Fuels from Biomass », sur RWTH Aachen (consulté le 9 avril 2011)
  17. a et b (en) « Aachen Institute for Advanced Study in Computational Engineering Science », sur AICES (consulté le 9 avril 2011)
  18. (en) « JARA - Jülich Aachen Research Alliance », sur JARA (consulté le 14 août 2011)
  19. (de) « Uni-Ranking 2009; Karriere cum laude  », sur WirtschaftsWoche (consulté le 27 juillet 2011)
  20. (de) « Uniranking 2010: Spitzenplätze für RWTH Aachen und TU Darmstadt », sur WirtschaftsWoche (consulté le 27 juillet 2011)
  21. (en) « RWTH 2020: Meeting Global Challenges » (consulté le 9 avril 2011)
  22. (en) « Top 200 — The Times Higher Education World University Rankings 2010-2011 » (consulté le 27 juillet 2011)
  23. a et b (de) [PDF] « Zahlenspiegel 2010 », sur RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  24. (de) « Center for Doctoral Studies », sur RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  25. (de) «  Übersicht des Studienfaches Medizinische Studiengänge », sur RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  26. (de) [PDF] « Internationalisierungsreport 2008 », sur RWTH Aachen, Dezernat für Internationale Hochschulbeziehungen,‎ octobre 2008 (consulté le 26 juillet 2011)
  27. (de) « Senat beschließt Studiengebühren », sur RWTH Aachen (consulté le 26 juillet 2011)
  28. (de) « Detaillierte Informationen zu den Studienbeiträgen an der RWTH Aachen », sur RWTH Aachen (consulté le 26 juillet 2011)
  29. (de) « Gebührenfreies Studieren in Nordrhein-Westfalen, Ministerin Schulze: Wendepunkt in der Bildungspolitik », sur Ministerium für Innovation, Wissenschaft und Forschung des Landes Nordrhein-Westfalen (consulté le 26 juillet 2011)
  30. a et b (de) « Hochschulradio Aachen » (consulté le 27 juillet 2011)
  31. (de) « Hochschulsport der RWTH Aachen » (consulté le 27 juillet 2011)
  32. (de) « Galaball », sur Hochschulsport, RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  33. (de) « Eishockey Uni-Cup um die ThyssenKrupp-Trophy », sur Hochschulsport, RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  34. (de) « Hochschulsportshow », sur Hochschulsport, RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  35. (de) « RWTH FH Sports Day », sur Hochschulsport, RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  36. (de) « 2000 Läufer erklimmen den Lousberg », sur Aachener Nachrichten (consulté le 27 juillet 2011)
  37. (de) [PDF] « Résultats du Lousberglauf 2011 », sur Hochschulsport, RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  38. (de) « "5 vor 12" - RWTH-Wissenschaftsnacht 2011 », sur RWTH Aachen (consulté le 27 juillet 2011)
  39. (de) « Collegium Musicum » (consulté le 27 juillet 2011)
  40. (de) « Filmstudio an der RWTH Aachen e.V. » (consulté le 27 juillet 2011)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Klaus Ricking, Der Geist bewegt die Materie, 125 Jahre Geschichte der RWTH Aachen, Mainz-Verlag,‎ 1995, 216 p. (ISBN 978-3930911998)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]