André Sernin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
André Sernin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Jean NersessianVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions
Liste détaillée

André Sernin (Jean Nersessian) est un écrivain français né le et mort en [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1981, il soutient une thèse d'État portant sur Georges Bénézé[2].

Il est négociant en pierres précieuses[3].

En 1990, candidat à l'Académie française, il est battu par Hélène Carrère d'Encausse[3] au premier tour de scrutin, par 23 voix contre 9 à André Sernin.

En 1995, il se représente à l’Académie française pour le fauteuil d’Eugène Ionesco (fauteuil n°6). Marc Fumaroli est élu le 2 mars 1995. Patrick Besson et Denys Viat se présentaient également[4].

En 1995, il se présente de nouveau à l'Académie française avec également Charles Dédéyan, Michel Dupas et Jorge Semprun au fauteuil du philosophe Henri Gouhier (fauteuil n°23). L’élection qui devait avoir lieu le 1er  juin 1995 a été repoussée officiellement pour une raison de calendrier[5]. Pierre Rosenberg est finalement élu à ce siège le 7 décembre 1995[6].

Critiques littéraires de quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Sur l'auteur [7][modifier | modifier le code]

« Il y a longtemps que je pense que, s’il existait une justice en littérature, le nom d’André Sernin éclaterait en tête des romanciers contemporains. » Jacques Vier

« Je suis comme vous, j’attache un prix inestimable à cette volonté de clairvoyance, qui, chez vous semble ne faiblir jamais, et donne à ce que vous écrivez un incomparable accent de probité ». Roger Martin du Gard

« Alain Un sage dans la cité, d’André Sernin, dont j’ai apprécié toute la distance critique – en particulier la tragique méprise d’Alain devant l’Allemagne hithlérienne. » de Michel Winock dans Les Années Mitterrand : journal politique 1981-1995.

Pour L’apprenti philosophe [8]:[modifier | modifier le code]

« Je crois que ce livre sera lu par toute la jeunesse intellectuelle » Roger Martin du Gard

« Je trouve cela beaucoup plus intéressant que tant de romans qui nous racontent comment l’auteur apprit à faire l’amour » André Maurois

« Cela se lit avec un vif intérêt… Ivre de connaissance…Très intelligent… » François Mauriac

« Cet « Apprenti », confession loyale, a de forts attraits et mérite la plus vive sympathie…Ce qui rend ce livre si sympathique, c’est cette faim de comprendre, de penser, d’être soi… » Robert Kemp

« Voici un petit livre bien fait pour passionner cette race de lecteurs, plus étendue qu’on ne croit qui ne connaissent pas de romanesque aussi attachant que celui des idées… » Claude Mauriac

Pour Eva [8][modifier | modifier le code]

« M. Sernin a misé sur la propreté morale de ses personnages et cela constitue une originalité exceptionnelle dans la présente littérature » Émile Henriot

« Une fois refermé, j’ai eu la tentation de le rouvrir, et c’est dire combien j’ai trouvé ce roman vrai et attachant » Bulletin des Lettres de la Sélection Lardanchet à Lyon

Pour Les Monts Maudits [9][modifier | modifier le code]

«  …Ce diable d’homme doit avoir quelque chose à dire puisqu’il sait si bien se faire écouter. Retenons le nom de cet auteur aujourd’hui inconnu : il porte en lui une œuvre » Pierre de Boisdeffre

Pour Icare [9][modifier | modifier le code]

« André Sernin est un chroniqueur de la meilleure race. On trouvera dans le plus significatif document sur notre vie littéraire…On y retrouvera aussi, chose plus rare de nos jours, un esprit et un style qui, jusqu’à la mort de l’auteur, ne s’en laisseront pas accroire. » R-M Albérès

Pour Pilote de course [10][modifier | modifier le code]

« Que de jeunes s’enthousiasmeront pour ce champion de la vitesse, paladin moderne » Robert Got, dans Carrefour

Pour Désirable Elina [10]:[modifier | modifier le code]

« J’ai lu ce livre avec beaucoup d’intérêt. Je comprends mal pourquoi son auteur n’a pas plus d’audience » Jules Romains

Pour Le Capitaine Galicien [10]:[modifier | modifier le code]

« La plupart des écrivains arrivés dans la génération nouvelle ne valent guère André Sernin…Peu de romanciers contemporains ont su, mieux que celui-ci, attraper le tour et la démarche des conteurs picaresques… » Robert Poulet, Rivarol

« André Serin gagne sa partie ; on le lit sans que l’intérêt faiblisse un instant. Cette image de l’éternel et universel guerrier est tout à fait typique de notre gente époque » Robert Escarpit, Le Canard Enchaîné.

Œuvres[11],[12][modifier | modifier le code]

L’étudiant[modifier | modifier le code]

  • La Greffe, 1978. De L’Ararat à Paris. Hors commerce.
  • Le Greffon ou les premiers pas, 1973. Hors commerce.
  • L’Apprenti Philosophe, précédé d’une lettre de Roger Martin du Gard, 1954, Nouvelles Éditions Latines. Réédité en 1981 aux Éditions France-Empire, suivi de Rêveries passions. Couronné par le Prix Mottart de l’Académie Française[13].
  • Eva, 1950. Éditions Jean Vigneau. Couronné par le Prix Maurice Trubert de l’Académie Française[13].
  • L’Apprenti amoureux, version complète d’Eva, 1971 et 1972. Trois volumes. Hors commerce.
  • La Remontée, 1982. Éditions France-Empire.
  • Le Grand Tournant, 1967. Hors commerce.
  • Les Monts maudits, 1955. Nouvelles Éditions Latines.
  • Les Monts maudits ou Les obliques, version complète, 1978. Hors commerce.

L’Apprenti-Écrivain[modifier | modifier le code]

  • Le retour du soleil, 1968. Hors commerce.
  • Lumières dans l’ombre, 1969. Hors commerce.
  • Femmes et paysages, 1970. Hors commerce.
  • Le point du jour, 1970. Hors commerce.
  • Icare, 1956. Nouvelles Éditions Latines. Couronné par la Société des Gens de Lettres.  

L’Écrivain[modifier | modifier le code]

  • D’une guerre à l’autre, 1974. Hors commerce.
  • Kathy, 1957. Multigraphié.
  • L’orage de midi, 1975. Éditions de la Revue Moderne.

Autres Romans[modifier | modifier le code]

  • Pilote de course, 1957. Nouvelles Éditions Latines.
  • Désirable Elina, 1959. Nouvelles Éditions Latines. Couronné par le Prix Lucien Tisserant de l’Académie Française[14].
  • Le Capitaine Galicien, 1961. Nouvelles Éditions Latines. Couronné par le Prix Lucien Tisserant de l’Académie Française[14].
  • Pilote de moto, 1964. Nouvelles Éditions Latines.
  • Le dernier des Cathares, 1970. Éditions de Montligeon. Couronné par le Prix Véga et Lods de Wegmann de l’Académie Française[13]. Réédité en 1974 aux Editions de l’Amitié.
  • Nathalie, 1974. Multigraphié.
  • Franc-tireur en uniforme, chronique de la guerre 1939-1940. Éditions Jacques Grancher, 1973.
  • Le réprouvé, 1975. Hors commerce.
  • Bel-Amant et les sirènes, 1976. Éditions de la Revue Moderne.
  • Les genêts de l’Espinouse, 1979. Edisud. Couronné par le Prix Véga et Lods de Wegmann de l’Académie Française[13].
  • La confession d’un homme perdu, 1980. Hors commerce.
  • Les amants de Quillan, 1980. Multigraphié.
  • Le médecin de Sumatra, 1983. Éditions France-Empire.
  • L’homme de Tokat, 1987. Éditions France-Empire.
  • Les lotus de Bali, 1987. Éditions France-Empire.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Alexandre le Grand, drame historique, 1969. Hors commerce.
  • Le Tzar sans nom, drame historique, 1963. Nouvelles Éditions Latines. Couronné par l’Académie Française[13] et retenu par le Jury du prix d’Enghien.
  • La rupture égoïste, comédie en un acte, 1969. Hors commerce.
  • La voie du sang, drame historique, 1970. Hors commerce.
  • Le peintre et le marchand, drame historique, 1975. Hors commerce.
  • Amants et auteurs, George Sand et Alfred de Musset, comédie dramatique en trois actes et cinq tableaux, 1995. Hors commerce.

Impressions de voyage[modifier | modifier le code]

  • L’Asie à vol d’oiseau, Feuilleton de Combat, 1962-1963.
  • Les Indes à vol d’oiseau, Feuilleton de Combat, 1963-1964.
  • De New York au Yucatan, Feuilleton de Combat, 1965.
  • L’Amérique du Sud à vol d’oiseau, Feuilleton de Combat, 1966.
  • De Paris au Caucase, 1962-1963, Multigraphié.
  • Un mois en Chine et en Sibérie, Feuilleton de Combat, 1966-1967.
  • L’Afrique Australe à vol d’oiseau, 1966, Multigraphié.
  • Le tour du monde en trente-six jours, 1968, Multigraphié.

Correspondance[modifier | modifier le code]

  • Avec Roger Martin du Gard, 1953-1958. Hors commerce.

Philosophie, Morale et Politique[modifier | modifier le code]

  • Réflexions sur la guerre, 1946. Multigraphié.
  • Défense de l’humanité, 1965. Hors commerce. (Sous le pseudonyme de Michel Dromon)
  • Comment va périr l’Occident, 1976. Éditions de la Revue Moderne. (Sous le pseudonyme de Frédéric Valensole)
  • Complot à Moscou, 1977. Éditions de la Revue Moderne. (Sous le pseudonyme de Frédéric Valensole)
  • Un philosophe méconnu, Georges Bénézé, thèse de doctorat ès-lettres, 1982. Éditions France-Empire.
  • Vivre pour quoi ? 1982. Multigraphié.
  • Alain, un sage dans la cité, 1985. Éditions Robert Laffont. Grand prix de la critique de l’Académie Française[13], 1986.
  • Journal d’un bourgeois de Paris en mai 1968. Hors commerce.
  • Bilan d’un écrivain, 1988. Hors commerce.
  • Nouveaux dialogues des morts, 1989. Éditions France-Empire.
  • Plaidoyer pour un monde en péril ou cinquante ans après, essai sur l’humanité au seuil du 3ème millénaire, 1990. Éditions France-Empire.
  • Nouveaux nouveaux dialogues des morts, d’Innocent III à Marilyn Monroe, 1990. Hors commerce.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde, 21 juin 1997, p. 20.
  2. http://www.sudoc.fr/041164024.
  3. a et b « Mme Hélène Carrère d'Encausse élue à l'Académie française », sur lemonde.fr, .
  4. « Marc Fumaroli, soixante-deux ans, professeur au Collège de France, auteur de nombreux ouvr », sur L'Humanité, (consulté le 21 avril 2020)
  5. « Académie: une affaire Semprun? », sur Libération.fr, (consulté le 21 avril 2020)
  6. « Pierre Rosenberg élu à l'Académie. », sur Libération.fr, (consulté le 21 avril 2020)
  7. André Sernin, La Remontée, Editions France-Empire,
  8. a et b André Sernin, Les Monts Maudits, Nouvelles Editions Latines
  9. a et b André Sernin, Pilote de Moto, Nouvelles Éditions Latines,
  10. a b et c André Sernin, Le Tzar sans nom, Nouvelles Éditions Latines
  11. « André Sernin », sur data.bnf.fr (consulté le 21 avril 2020)
  12. André Sernin, Plaidoyer pour un monde en péril, Édition France-Empire, Note bibliographique
  13. a b c d e et f « André SERNIN | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 21 avril 2020)
  14. a et b « Prix Lucien Tisserant », sur Académie française (consulté le 26 août 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]