Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement
Logo-INRAE Transparent.svg
La science pour la vie, l'humain, la terre
Histoire
Fondation
Prédécesseurs
Cadre
Sigle
INRAEVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Forme juridique
Siège social
Antony (Hauts-de-Seine)
Paris 7e, 147 rue de l'Université
Pays
Coordonnées
Organisation
P-DG
Site web
Identifiants
SIREN
Annuaire du service public

L’institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE) est un organisme de recherche français, comptant parmi les premiers instituts au monde pour l'étude des relations agriculture, environnement et alimentation[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

L’institut est créé le par fusion de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea)[3].

Mission[modifier | modifier le code]

L’institut a pour missions de réaliser, d’organiser et de coordonner, à son initiative ou à la demande de l’État, tous travaux de recherche scientifique et technologique dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation, de la forêt, de l’environnement, de l’eau, de la biodiversité, de la bioéconomie, de l’économie circulaire, de la gestion durable des territoires et des risques dans les champs de compétence précités[3].

« A ce titre, l'institut :

« 1° Produit, publie et diffuse les connaissances scientifiques résultant de ses travaux de recherche et d'expertise ;

« 2° Organise, en l'absence de dispositions ou clauses contraires, l'accès libre aux données scientifiques et aux publications ;

« 3° Concourt à l'élaboration de la politique et de la stratégie nationale et européenne de recherche ;

« 4° Apporte son concours à l'enseignement supérieur et à la formation à la recherche et par la recherche dans ses domaines de compétence ;

« 5° Établit et met en œuvre des partenariats avec les établissements d'enseignement supérieur et de recherche ;

« 6° Contribue, par la valorisation de ses compétences, de ses savoir-faire et des résultats de la recherche, à la conception d'innovations technologiques et sociales ;

« 7° Contribue au développement de la capacité d'expertise scientifique et technologique, conduit des expertises et contribue aux activités de normalisation, en appui aux politiques publiques, aux fondations et associations reconnues d'utilité publique, pour répondre aux enjeux du développement durable ;

« 8° Participe aux débats qui portent sur la place de la science et de la technologie dans la société. »

Organisation[modifier | modifier le code]

Centre INRAE (ex-IRSTEA) de Clermont-Ferrand.

L'institut est un établissement public à caractère scientifique et technologique, sous la double tutelle du ministre chargé de la Recherche et du ministre chargé de l'Agriculture[4].

L'Institut compte 1 centre-siège (Paris et Antony) et 18 centre régionaux : Antilles-Guyane, Bourgogne-Franche-Comté, Bretagne-Normandie, Clermont - Auvergne-Rhône-Alpes, Lyon-Grenoble - Auvergne-Rhône-Alpes, Corse, Grand Est-Colmar, Grand Est-Nancy, Hauts-de-France, Île-de-France - Jouy-en-Josas-Antony, Île-de-France - Versailles-Grignon, Nouvelle-Aquitaine-Bordeaux, Nouvelle-Aquitaine-Poitiers, Occitanie-Montpellier, Occitanie-Toulouse, Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d’azur et Val de Loire.

Unités de Recherche (par centres de recherche)[modifier | modifier le code]

Île-de-France - Jouy-en-Josas - Antony[modifier | modifier le code]

  • Génie des Procédés FRIgorifiques pour la Sécurité alimentaire et l’Environnement (FRISE)
  • Hydrosystèmes Continentaux Anthropisés : Ressources, Risques, Restauration (HYCAR)[5]
  • PRocédés biOtechnologiques au Service de l’Environnement (PROSE)[6]
  • BREED
  • MICALIS

Nouvelle-Aquitaine Bordeaux[modifier | modifier le code]

Le centre Nouvelle-Aquitaine Bordeaux comporte 21 unités de recherche, dont 9 mixtes et 6 unités expérimentales réparties sur une dizaine d’implantations géographiques.

Ces unités organisent leurs recherches autour de 5 identifiants thématiques caractérisant les activités scientifiques du centre :

  • Biodiversité, écologie fonctionnelle et évolutive des écosystèmes terrestres et aquatiques ;
  • Biologie intégrative : production, qualité et santé des plantes ;
  • Agroécologie, conception et gestion durable de systèmes de production ;
  • Adaptation aux changements globaux et transitions socio-écologiques dans les territoires ;
  • Nutrition et cerveau

Occitanie-Toulouse[modifier | modifier le code]

Comportant 26 unités de recherche dont 12 unités mixtes ainsi que 1600 personnels dont 1200 chercheurs, ingénieurs et techniciens, le centre Occitanie-Toulouse est à l'origine de plus de 11% des publications scientifiques produites par l'INRAE[7]. Les domaines de l'agriculture et de l'agroalimentaire constituant le premier secteur économique de la région Occitanie[7], fait de cette dernière le premier pôle mondial d’innovation agronomique[8]. Le centre INRAE Occitanie-Toulouse est situé à proximité du site de l'Agrobiopole[7], là où de nombreux établissements d'enseignement agronomique sont présents comme l'INP-Ensat, l'ENSFEA, la Cité des sciences vertes comprenant un Legta, un CFPPA et un CFAAH[9],[10]. Le centre possède des partenariats avec 7 établissements d'enseignement supérieur et 4 organismes de recherche[7].

Chiffres clés[modifier | modifier le code]

  • 8 413 agents titulaires (en équivalent temps plein) et 3 110 agents contractuels
  • 18 centres, 14 départements de recherche
  • 268 unités de recherche, de service et expérimentales
  • 5721 publications de rang A en 2018 (INRA + IRSTEA)
  • 1 milliard d’euros de budget
  • 10 000 ha d’expérimentation[11]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L’Inrae, fruit de la fusion de deux organismes scientifiques », sur sciencesetavenir.fr, (consulté le 19 avril 2020)
  2. « Inrae : que change la fusion de l’Inra et l’Irstea pour l’agriculture ? », sur reussir.fr, (consulté le 19 avril 2020)
  3. a et b Décret n° 2019-1046 du 10 octobre 2019 relatif à l'organisation et au fonctionnement de l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement
  4. Rachida Boughriet, « L'Inra et l'Irstea fusionnent pour devenir l'Inrae en janvier 2020 », sur actu-environnement.com, (consulté le 16 octobre 2019).
  5. « HYCAR : Hydrosystèmes Continentaux Anthropisés – Ressources, Risques, Restauration » (consulté le 3 avril 2020)
  6. « PROSE » (consulté le 3 avril 2020)
  7. a b c et d « Occitanie-Toulouse », sur INRAE Institutionnel (consulté le 28 mai 2020)
  8. « L'Occitanie, place forte de l'innovation agronomique », sur Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée (consulté le 28 mai 2020)
  9. « Accueil », sur Cités des Sciences Vertes (consulté le 28 mai 2020)
  10. « Technopole Toulouse Sud Est », sur ladepeche.fr (consulté le 28 mai 2020)
  11. « Nous connaître | INRAE INSTIT », sur www.inrae.fr (consulté le 25 janvier 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]