Université Jean-Monnet-Saint-Étienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Université de Saint-Étienne
Université Jean-Monnet-Saint-Étienne
Histoire
Fondation
Statut
Type
Forme juridique
Établissement public national à caractère scientifique culturel et professionnel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Président
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
20 000 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Campus
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Géolocalisation sur la carte : Saint-Étienne
(Voir situation sur carte : Saint-Étienne)
Campus de la Faculté de Médecine Jacques Lisfranc

L’université Jean-Monnet-Saint-Étienne (UJM) est une université française située à Saint-Étienne et Roanne.

Pluridisciplinaire, elle propose quatre grands domaines d'enseignement (Arts, Lettres, Langues ; Sciences humaines et sociales ; Droit, Économie, Gestion ; Sciences, Technologies, Santé), répartis sur 5 campus (Tréfilerie, Manufacture, Métare, Santé Innovations et Roanne).

Elle est l'établissement pilote de l'enseignement supérieur stéphanois qui réunit une dizaine d'établissements sur la Métropole de Saint-Étienne[1],[2].

Créée officiellement le , c'est en 1989 qu'elle prend le nom d'université Jean Monnet, en l'honneur du père fondateur de la Communauté européenne.

Elle est membre depuis 2007 de la communauté d'universités et établissements Université de Lyon qui regroupe 11 établissements membres et 24 établissements associés de Lyon et Saint-Étienne[3].

L'université Jean Monnet Saint-Étienne est aussi dotée d'une fondation[4].

Le nouveau campus Tréfilerie de l'Université Jean Monnet dans le cadre du plan de rénovation de l'Université (2021 - 2024)

Histoire[modifier | modifier le code]

Historique de l'université[modifier | modifier le code]

C'est au début des années 1960 que se développe à Saint-Étienne un enseignement supérieur universitaire. Le , l'université de Saint-Étienne est officiellement créée.

Depuis l'origine, en phase avec son époque elle met en place enseignements universitaires classiques ce qui lui permet de présenter aujourd'hui la quasi-totalité des disciplines et filières professionnalisées. Le début de la décennie 1990 voit en particulier la création d'une école d'ingénieurs et d'un deuxième IUT, à Roanne (dans les locaux de l'ancienne caserne Werlé sur le campus de Roanne) en plus de celui de Saint-Étienne, ainsi que de nombreux diplômes professionnels de second et troisième cycles. Depuis l'origine également, elle fait porter ses efforts sur la formation permanente et définit, en matière de recherche des créneaux originaux dans le contexte de la région Rhône-Alpes.

En 1989, elle prend le nom de Jean Monnet, l'un des fondateurs de l'Union européenne. Fidèle à ce dernier, elle met en 2003-2004 ses diplômes à l'heure européenne en adoptant le système LMD (licence, master, doctorat).

En 2007, le pôle universitaire de Lyon connaît une première évolution en devenant un pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) – sous la forme d’un établissement public de coopération scientifique[5]. Dénommé désormais « Université de Lyon » (UdL), le groupement voit son périmètre modifié et progressivement étendu jusqu'à vingt membres, accueillant des établissements stéphanois et des centres de recherche. Ainsi, aux trois universités déjà présentes s'ajoute l'université Jean-Monnet-Saint-Étienne. L'École normale supérieure de Lyon et l'École normale supérieure Lettres et Sciences humaines ne forment plus qu'une seule entité : l'ENS de Lyon. L'École vétérinaire de Lyon devient VetAgro Sup. L'Institut universitaire de formation des maîtres de l'académie de Lyon devient une composante de l'UCBL. L'Institut national de recherche pédagogique devient IFé – Institut français de l'éducation – et intègre l'ENS de Lyon. Enfin, l'École nationale supérieure des Mines de Saint-Étienne, le CNRS, Sciences Po Lyon, l'École nationale d'ingénieurs de Saint-Étienne, l'École nationale supérieure d'architecture de Saint-Étienne, l'École nationale supérieure d'architecture de Lyon, l'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre et le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon rejoignent l'UdL.

Le , elle fait partie des vingt universités pilotes, choisies par le gouvernement, pour être autonomes. Ainsi, elle gère son budget elle-même depuis le .

Depuis 2017, un projet de fusion de cet établissement avec plusieurs autres basés à Lyon est en cours de discussions[6]. Ce projet provoque de vives tensions à partir de 2019, l'absence de conservation de l'identité stéphanoise étant citée par de nombreuses parties prenantes[7]. Le , le conseil d’administration de l’université stéphanoise se prononce contre la fusion[8].

Liste des présidents de l'université[modifier | modifier le code]

  • 1970-1974 : Pierre-Roger Gaussin
  • 1974-1979 : François Tomas
  • 1979-1982 : Christian Forestier
  • 1982-1987 : Claude Longeon
  • 1987-1992 : Benoît Lauras
  • 1992-1997 : Bernard Etlicher
  • 1997-2002 : Maurice Vincent
  • 2002-2006 : Robert Fouquet
  • 2007-2015 : Khaled Bouabdallah
  • À la suite de l'élection de Khaled Bouabdallah à la présidence de la COMUE de l'université de Lyon, Michèle Cottier est nommée administratrice provisoire de l'université Jean-Monnet-Saint-Étienne par la rectrice de l'Académie de Lyon, avant d'être élue présidente de l'université.
  • 2015-2021 : Michèle Cottier[9]
  • À la suite de la démission de Michèle Cottier, Camille Galap la remplace provisoirement[10].
  • 2021- : Florent Pigeon[11]

Les campus de l'université[modifier | modifier le code]

L'Université Jean Monnet[12] est présente sur 5 campus.

Le campus Tréfilerie[modifier | modifier le code]

Le campus Tréfilerie[12] est consacré aux formations en sciences humaines et sociales Il est composé de 3 sites.

  • Site principal : faculté de droit ; faculté de sciences humaines et sociales (SHS) ; Institut d’Administration des Entreprises (IAE) ; Maison de l’Université.
  • Le site Denis Papin : faculté arts, lettres, langues (ALL), et la halle des sports.
  • Le site « 77 Michelet » : département d’études politiques et territoriales (DEPT), Saint-Étienne School of Economics (SE²), et Sciences Po Lyon campus de Saint-Étienne.
Campus Tréfilerie
Campus Tréfilerie

Le campus Santé Innovations[modifier | modifier le code]

La faculté de médecine[12] ainsi que huit laboratoires / équipes de recherche de l’Université sont présents sur le campus Santé Innovations, avec d’importantes collaborations avec le CHU de Saint-Étienne.

L’Institut PRESAGE, destiné à la prévention en santé, et la plateforme technologique IRMIS, spécialisée dans le domaine sport-santé, se trouvent également sur ce campus.

La faculté de Médecine Jacques Lisfranc
La faculté de Médecine Jacques Lisfranc

Le campus Manufacture[modifier | modifier le code]

Le campus Manufacture[12] héberge le Laboratoire Hubert Curien, la faculté des sciences et techniques, l’école d’ingénieurs Télécom Saint-Étienne.

Le bâtiment des Forges est aussi présent sur ce campus. Il comprend une partie de la faculté des sciences et techniques (FST), un learning center, l'incubateur Use'In, un hôtel à projets, des plateformes technologiques et un fablab.

Un nouveau bâtiment destiné à la recherche et à la formation est en cours de construction[13].

Campus Manufacture
Campus Manufacture

Le campus Métare[modifier | modifier le code]

Ce campus[12] accueille :

  • la faculté des Sciences et Techniques (FST) qui concentre 6 départements pédagogiques et cinq laboratoires de recherche
  • l’IUT de Saint-Étienne qui propose 7 BUT, 3 licences professionnelles, 2 DU et 1 DUETI, en formation initiale et en alternance

Ce campus compte plusieurs ruchers à vocation pédagogique, un jardin partagé et un refuge LPO pour oiseaux, insectes et petits mammifères. Une partie du campus est gérée en éco-pâturage.

Le campus de Roanne[modifier | modifier le code]

Le campus de Roanne[12] propose plusieurs formations (B.U.T., licences et masters).

Doté également d’une bibliothèque, d’une Maison du campus et d'un bistrot U, il a accueilli en 2022, un bâtiment neuf qui héberge salles de cours, un incubateur et le Laboratoire d'analyse des signaux et processus industriels (LASPI).

Campus de Roanne
Campus de Roanne

Domaines d’étude de l’université[modifier | modifier le code]

L'Université Jean Monnet offre aujourd'hui un large éventail de formations avec plus de 300 diplômes[14] (27 Licences, 10 Licences professionnelles, 10 Bachelors Universitaires de Technologie (BUT), 1 Bachelor, 45 masters, 3 diplômes d'Ingénieur, 46 Doctorats, 5 Diplômes d’État d'Infirmier en pratique avancée (DE IPA), 60 spécialités de Doctorat d’État en Médecine ou en Chirurgie, une centaine de diplômes universitaires ou certificats ...) parmi lesquels plus de 70 parcours sont proposés en formation par alternance.

C'est par ailleurs l'université qui offre actuellement, dans l'ancienne région Rhône-Alpes, le choix le plus large de formations.

UFR Arts, Lettres et Langues[modifier | modifier le code]

  • Directeur de l'UFR : Clara Mortamet[15]
  • Licences
    • Arts du spectacle parcours "Art dramatique"[16]
    • Arts plastiques[17]
    • Humanités parcours "Antiquité et Humanités"[18]
    • Langues étrangères appliquées (LEA) (quatre parcours "Anglais-Allemand"[19], "Anglais-Espagnol"[20], "Anglais-Italien"[21], "Anglais-Portugais"[22])
    • Langues, Littératures et Civilisations étrangères (Deux parcours "Anglais"[23], "Espagnol"[24])
    • Lettres (parcours "Lettres et Arts"[25] ou parcours "Lettres modernes"[26])
    • Musicologie parcours "Musique et musicologie"[27]
  • Licence professionnelle :
    • Techniques du son et de l'image parcours "Son, Image et communication"[28]
  • Masters
    • Art plastiques, sciences de l'art, design
    • Cultures et littératures antiques, classiques, modernes et comparées
    • Français langue étrangère et didactique des langues et cultures
    • Littératures et civilisations étrangères (allemande, italienne, anglo-saxonnes, hispaniques)
    • Musique et musicologie.
    • Relations commerciales internationales (RCI).
    • Maîtrise de la langue et politiques d’intégration.
    • Métiers de la Rédaction et de la Traduction (MRT).

UFR sciences humaines et sociales[modifier | modifier le code]

Cette Unité de Formation et de Recherche (UFR) est actuellement dirigée par Michel Rautenberg[29], Professeur des Universités en Sociologie. L'UFR est composée de cinq départements de formation, le département de Géographie[30], celui d'Histoire[31], de Sciences de l'éducation[32], Sociologie, et enfin le département Patrimoine et paysages culturels[33] qui commence au niveau Master.

Formations de l'UFR sciences humaines et sociales[modifier | modifier le code]

  • Licences :
    • Géographie et aménagement[34]
    • Histoire[35]
    • Sciences de l'éducation[36]
    • Sociologie[37]
  • Licence professionnelle :
    • Intervention sociale[38]
  • Masters :
    • Enquête parcours "Formes et outils de l'enquête en Sciences sociales"[39]
    • Géomatique, Géographies Numériques[40]
    • Gestion de l'environnement[41]
    • Histoire parcours "métiers de l'historien"[42]
    • Histoire, civilisation, patrimoine[43]
    • Intervention et développement social[44]
    • Sciences de l'éducation[45]
    • Ville et environnements urbains parcours "Espaces publics, Ambiances" (EPAM)[46]
    • MEEF Premier degré parcours "Professeur des écoles"[47]
    • MEEF Second degré parcours "Histoire et Géographie"[48]

Départements de la faculté[modifier | modifier le code]

Département de géographie[modifier | modifier le code]

Le département est dirigé par Thierry Joliveau, professeur de géographie et géomatique[49]. Le département regroupe sept enseignants-chercheurs, principalement membres de l'équipe ISTHME du laboratoire Environnement, ville et société[50] (EVS). Le département gère trois formations de qualité en géographie, à commencer par la Licence Géographie et Aménagement[51] qui s'attache à donner les bases du savoir-faire théorique (milieux naturels, organisation de l'espace, etc.) et du savoir-faire pratique des géographes. Au-delà, nous retrouvons deux masters et bien sûr le doctorat. Le département a donc la charge de deux parcours de master. Le premier est le Master Géomatique parcours "Géographies numériques"[52]. Le second master s'intitule Gestion de l'environnement parcours "PGAE (Prévention et Gestion des Altérations Environnementales)"[53].

Département d'histoire[modifier | modifier le code]

Le département d'Histoire de l'université Jean Monnet Saint-Étienne allie à la fois la formation et la recherche en histoire. Ce département est actuellement dirigé par Philippe Rodriguez, maître de conférences en Histoire grecque. Il regroupe douze enseignants-chercheurs. Une étude de l'Histoire sous tous ses aspects y est proposé, de l'Antiquité, à l'histoire contemporaine, en passant par la géopolitique et l'étude des mondes extra-européens. Le département offre un choix de formations pluriel en commençant par la Licence[54]. Cette Licence permet de s'ouvrir vers deux principaux masters, le Master Histoire parcours "Métiers de l'Historien" et le master MEEF. À noter que l'Université de Saint-Étienne dispose d'un master patrimoine reconnu par les professionnels et les universitaires français et étrangers. Ce master Histoire, civilisation et patrimoine[43] attire chaque année bon nombre d'étudiants d'Histoire.

Au niveau de la recherche, le département accueille le CERCOR[55], Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux. Il s'agit d'un centre de recherche extrêmement réputé dans son domaine d'analyse, l'histoire monastique et religieuse. Son directeur est actuellement Thierry Pécout, Professeur des Universités en Histoire médiévale. Le centre de recherche a pour directeur adjoint, Sylvain Excoffon, maître de conférences en Histoire médiévale. Depuis 2007, le CERCOR est une composante du Laboratoire d'études sur les monothéismes[56] (LEM), UMR CNRS 8584.

En outre, les enseignants-chercheurs qui n'appartiennent pas au CERCOR sont membres de l'un des trois autres centres ou laboratoires de recherche suivants, HISOMA-Jean Palerne[57], EVS-ISTHME[58] et TRIANGLE[59]

Département patrimoine et paysages culturels[modifier | modifier le code]

En tant qu'université à dimension européenne, comme peut le laisser deviner son nom, l'université Jean Monnet Saint-Étienne a créé une plateforme spécifique de formation et de recherche autour des paysages culturels et du patrimoine. Un pôle international autour du patrimoine et des paysages culturels est donc coordonné par l'Université et le département[60].

Ce département de formation et de recherche a un but précis, former les meilleurs experts du patrimoine. Il s'agit du seul département de formation de l'UFR Sciences Humaines et Sociales accessible uniquement aux personnes titulaires d'une Licence. Jusqu'en 2017, Jacqueline Bayon, professeur des Universités en Histoire Moderne en est la directrice. Depuis , Robert Belot, professeur des universités en Histoire contemporaine, a pris la direction du département. Le département regroupe sept enseignants titulaires appartenant pour six d'entre eux au centre de recherche ISTHME (Image, Société, Territoire, Homme, Mémoire, Environnement). L'un des enseignants est membre du CERCOR. Deux masters sont proposés au sein du département Patrimoine et Paysages culturels. Le premier Master est le Master Histoire, Civilisation et Patrimoine[61]. Ce Master est entièrement géré par l'Université Jean-Monnet et regroupe quatre parcours stéphanois [parcours "METIS", parcours "MACLAND", le parcours "Patrimoines et numériques" (PATRINUM) et le parcours "Patrimoine, Langues et interculturalité" (PATRILANG)] et un parcours lyonnais (parcours CEI). Puis, nous avons le Master Erasmus Mundus JMD DYCLAM.

Le département dispose d'un campus propre, situé sur l'œuvre architecturale du Corbusier à Firminy s'appelant Firminy-Vert.

Département de sciences de l'éducation[modifier | modifier le code]

Dirigé par Jean-Yves Seguy, le département accueille six universitaires et l'équipe de recherche Éducation, Cultures, Politiques[62]. Les étudiants peuvent se former aux sciences de l'éducation à travers la Licence Sciences de l'éducation[63] et ses deux parcours aux choix, "Éducation-Enseignement" ou "Éducation, Santé, Prévention". Une poursuite d'étude en Master est possible, soit en recherche avec le Master Sciences de l'éducation[64] (parcours "Conception et réalisation de dispositifs et de projets" ou parcours "Expertise et recherche en éducation"), soit dans le monde professionnel avec le Master Premier degré parcours "Professeur des écoles"[65].

Département de sociologie[modifier | modifier le code]

Ouvert en 2005, le département de sociologie offre une large palette de filières. Le département regroupe ainsi deux licences, l'une générale intitulée licence de sociologie[37], et l'autre professionnelle dont le nom est le suivant "Intervention Sociale : accompagnement social Parcours Coordinateur(trice) de projets de développement d'économie sociale et solidaire"[38]. Une poursuite d'études est possible dans deux Masters spécifiques au département. Le Master Sociologie parcours "Formes et outils de l'enquête en sciences sociales (FOULE)"[66] dont l'objectif principal est l'acquisition des savoirs et savoir-faire propres au métier de sociologue ; et le Master Intervention et Développement social parcours "Politiques sociales et développement territorial (PSDT)"[67].

En outre, le Centre Max Weber[68] regroupe des enseignants-chercheurs du département.

UFR Droit[modifier | modifier le code]

  • Doyen de la Faculté : Baptiste Bonnet[69]
  • Capacité:
    • Droit
  • Licences:
    • Administration publique
    • Droit parcours Droit, Économie, Gestion
    • Droit parcours Droit, Société, Langues[70] - Collège de Droit
  • Licences Professionnelles :
    • Métiers du Notariat - Matthieu Combet
    • Métiers des Administrations et des Collectivités Territoriales - Maryline Grange et Chloé Pros-Phalippon
    • Assistant Juridique - Romuald Pierre
  • Masters :
    • Droit privé et sciences criminelles.
      • Master Droit des affaires :
        • Droit des affaires appliqué au monde de la santé (alternance possible)
        • Droit et entreprises (alternance possible)
      • Master Droit et Justice
      • Master Droit des contrats
    • Droit public
      • Master Droit public fondamental
      • Master Droit et administration
      • Master Droit des contrats publics
    • Magistère: Hautes carrières juridiques - Etienne Cornut, Kelly Picard

Ecole d'Economie - Saint-Etienne School of Economics (SE²)[modifier | modifier le code]

  • Licence Economie :
    • Parcours standard
    • Parcours International sélectif
  • Diplôme universitaire :
    • Diplôme universitaire Science Politique et Economie
    • Diplôme universitaire Intelligence Economique et Gestion de l'Innovation (IEGI)
    • Introduction to Political Engineering
  • Masters :
    • Conseil en Développement Territorial
    • Data Science & Management de l'Innovation
    • Political Engineering

IAE de Saint Etienne[modifier | modifier le code]

  • Doyen de la faculté : Cécile Romeyer
  • Licences :
    • Administration économique et sociale
    • Licence de l'IAE de Saint Etienne
  • DUT :
    • Gestion administrative et commerciale
    • Gestion des entreprises et administration
    • Technique de commercialisation
  • Licences professionnelles :
    • Commerces
    • Gestion des ressources humaines
    • Management des organisations
  • Master :

Domaine biologie, sport et santé[modifier | modifier le code]

  • Doyen de la faculté : Philippe Berthelot[71]
  • Licences :
    • Biologie des organismes
    • STAPS
  • Masters :
    • Biophotonique de la cellule et des systèmes intégrés
    • Écologie et éthologie[72].
    • Exercice sport, santé handicap
  • Études médicales

Domaine sciences et technologies[modifier | modifier le code]

  • Doyen de la Faculté Science et Technologie : Marylin Beauchaud
  • Directeur de Telecom Saint-Étienne (ancien ISTASE) : Christophe Gravier
  • Licences :
    • Biologie générale et sciences de la terre
    • Chimie
    • Géosciences et environnement
    • Informatique
    • Matériaux polymères
    • Mathématiques
    • Physique-Chimie
    • Physique et applications
  • DUT :
    • Génie biologique
    • Génie Électrique et informatique industrielle
    • Génie industriel et maintenance
    • Génie mécanique et productique
    • Mesures physiques
    • Qualité, logistiques industrielle et organisation
    • Réseaux et télécommunications
  • Licences professionnelles
    • Activités et techniques de la communication
    • Automatique et informatique industrielle
    • Protection de l’environnement
    • Matériaux de construction
    • Mécanique
    • Production industrielle
    • Système informatiques et logiciels
    • Transformation industrielles
  • Diplômes d’ingénieur :
    • Électronique et optique
    • Imagerie numérique et vision
    • Optique et vision industrielle
    • Télécommunications et réseaux
  • Masters :
    • Informatique
    • Mathématiques
    • Matériaux polymères
    • Ingénierie des matériaux et procédés
    • Optique, image, vision
    • Sciences de la terre

Formation et recherche[modifier | modifier le code]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

L'université est partenaire du laboratoire international associé SALADYN créé en 2013[73].

L’université Jean Monnet participe depuis de nombreuses années à des programmes européens (10 masters Erasmus Mundus entre 2008 et 2020 qui ont impliqué 16 autres établissements).

Elle a fait son entrée fin 2022 dans l'université européenne Transform4Europe.

Elle développe la création de graduate schools internationales, les bourses d'attractivité, l’invitation de chercheurs étrangers, la mobilité de ses personnels, et des programmes courts de type "Winter ou "Summer" schools.

Ses collaborations sont particulièrement actives avec les zones Europe, continent Nord Américain, Canada, Brésil, Japon, région Indo-Pacifique[74].

Recherche[modifier | modifier le code]

L'université Jean-Monnet est pluridisciplinaire et ses activités de recherche se développent dans cinq domaines :

  • Arts, Lettres, Langues ;
  • Droit, Économie, Gestion ;
  • Médecine ;
  • Sciences et techniques ;
  • Sciences humaines et sociales.

Elle compte 24 laboratoires de recherche dont 17 Unités mixtes de recherche avec le CNRS et/ou l’INSERM, et elle est membre de 11 fédérations de recherche. L’Université compte aussi, en 2022, 435 enseignants-chercheurs et chercheurs et 370 doctorants.

L'université est accréditée pour 6 écoles doctorales. L'école doctorale Sciences, Ingénierie, Santé est la seule école doctorale uniquement stéphanoise, les 5 autres sont partagées avec des universités présentes à Lyon. Désormais, le doctorat est délivré par l'Université de Lyon, sans que l'on tienne compte du lieu originel de préparation. Ainsi, que l'étudiant soit à en préparation doctorale à Lyon 2, Lyon 3 ou l'Université Jean-Monnet, il sera diplômé de la COMUE.

Du reste, l'Université délivre aussi des habilitations à diriger des recherches (HDR).

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
13 159[75]12 800[76]12 720[77]13 225[78]13 870[79]14 003[80]14 062[81]13 241[82]13 489[83]14 184[84]
2010 2011 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
15 494[85]16 076[86]17 000[88]18 000[87]19 000[89]20 00020 000[91]20 280[90]20 411[92]19 950[92]
2021 - - - - - - - - -
20 179[92]---------


Vie associative[modifier | modifier le code]

L’Université Jean Monnet compte 60 associations étudiantes[93], thématiques ou liées à des filières, qui participent à la vie étudiante et proposent des services aux étudiants de l’Université.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à l'établissement[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Campus d'enseignement supérieur », sur Site web de Saint-Étienne Métropole.
  2. « L’Idex, un casse-tête ? 4 points de vue pour un éclairage », sur If., .
  3. « Nos membres et associés », sur Université de Lyon.
  4. « Fondation de l'Université Jean MONNET | Fonder l'Avenir avec Vous », sur fondation.univ-st-etienne.fr (consulté le ).
  5. Décret no 2007-386 du 21 mars 2007
  6. Universités : le maire de Saint-Étienne refuse "en l'état" la fusion avec Lyon, France Bleu Saint-Étienne Loire, Alexandre Berthaud, 6 décembre 2019
  7. Fusion de l'université Jean-Monnet: on vous résume l'affaire depuis le début, Le progrès, 29 juin 2020
  8. L'université de Saint-Étienne vote contre la fusion, le Progrès, 23 octobre 2020
  9. Stéphane Di Biasio, « Université Jean Monnet - Michèle Cottier a été élue Présidente de l'Université Jean Monnet », sur portail.univ-st-etienne.fr (consulté le ).
  10. Michèle Cottier n’est plus présidente de l’université Jean-Monnet de Saint-Etienne, Le Progrès, 2 fevrier 2021
  11. Florent Pigeon est le nouveau président de l’Université Jean-Monnet, IF Saint-Étienne, Xavier Alix, 20 mai 2021
  12. a b c d e et f ca78298h#utilisateurs, « Les campus de l'Université Jean Monnet », sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  13. « Saint-Étienne. À Manufacture, le nouveau bâtiment de l’université Jean-Monnet livré à l’automne », sur leprogres.fr (consulté le ).
  14. ca78298h#utilisateurs, « L'Université Jean Monnet Saint-Étienne », sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  15. « Clara Mortamet, nouvelle directrice de la Faculté Arts, Lettres et Langues », sur fac-all.univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  16. perricho, « Licence Arts du spectacle Parcours Art dramatique »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  17. perricho, « Licence Arts plastiques »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  18. perricho, « Licence Humanités Parcours Antiquité et Humanités »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  19. perricho, « Licence Langues étrangères appliquées (LEA) Parcours Anglais / Allemand »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  20. perricho, « Licence Langues étrangères appliquées (LEA) Parcours Anglais / Espagnol »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  21. perricho, « Licence Langues Etrangères Appliquées (LEA) Parcours Anglais / Italien »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  22. perricho, « Licence Langues Etrangères Appliquées (LEA) Parcours Anglais / Portugais »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  23. perricho, « Licence Langues, Littératures et Civilisations étrangères (LLCER) Parcours Anglais »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  24. perricho, « Licence Langues, Littératures et Civilisations étrangères (LLCER) Parcours Espagnol »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  25. perricho, « Licence Lettres Parcours Lettres et Arts »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  26. perricho, « Licence Lettres Parcours Lettres Modernes »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  27. perricho, « Licence Musicologie Parcours Musique et musicologie »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  28. perricho, « Licence professionnelle Techniques du son et de l'image Parcours Son, image, communication »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  29. db43111h, « Faculté de Sciences Humaines et Sociales », sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  30. db43111h, « UFR SHS - Département de Géographie »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  31. db43111h, « UFR SHS - Département d' Histoire »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  32. db43111h, « UFR SHS - Département des Sciences de l'Éducation »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  33. db43111h, « UFR SHS - Département Patrimoine et Paysages Culturels »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  34. perricho, « Licence Géographie et aménagement »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  35. perricho, « Licence Histoire »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  36. perricho, « Licence Sciences de l'éducation »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  37. a et b perricho, « Licence Sociologie »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  38. a et b perricho, « Licence professionnelle Intervention sociale : accompagnement social Parcours Coordinateur(trice) de projets de développement d'économie sociale et solidaire »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  39. perricho, « Master Enquête : Formes et outils de l'enquête en sciences sociales »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  40. perricho, « Master Géomatique », sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  41. perricho, « Master Gestion de l'environnement »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  42. perricho, « Master Histoire Parcours Métiers de l'historien »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  43. a et b perricho, « Master Histoire, civilisations, patrimoine »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  44. perricho, « Master Intervention et développement social »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  45. perricho, « Master Sciences de l'éducation »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  46. perricho, « Master Ville et environnements urbains Parcours Espaces Publics, Ambiances (EPAM) »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  47. perricho, « Master MEEF Premier degré Parcours Professorat des écoles »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  48. perricho, « Master MEEF Second degré Parcours Histoire et Géographie »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  49. db43111h, « UFR SHS - Département de Géographie »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  50. « umr5600.ish-lyon.cnrs.fr | Environnement Ville et Société », sur umr5600.ish-lyon.cnrs.fr (consulté le ).
  51. perricho, « Licence Géographie et aménagement »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  52. perricho, « Master Géomatique »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  53. perricho, « Master Gestion de l'environnement »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  54. perricho, « Licence Histoire »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  55. db43111h, « Laboratoire d'études sur les monothéismes - Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux », sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  56. « LEM », sur lem.vjf.cnrs.fr (consulté le ).
  57. db43111h, « Histoire et Sources des Mondes Antiques (HiSoMA-Jean Palerne) », sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  58. db43111h, « EVS-ISTHME : Image Société Territoire Homme Mémoire Environnement », sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  59. db43111h, « TRIANGLE : Action, discours, pensée politique et économique », sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  60. « Nouveau Master Erasmus Mundus JMD DYCLAM », sur Master patrimoines (consulté le ).
  61. perricho, « Master Histoire, civilisations, patrimoine »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  62. db43111h, « Education, Cultures, Politiques », sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  63. perricho, « Licence Sciences de l'éducation »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  64. perricho, « Master Sciences de l'éducation »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  65. perricho, « Master MEEF Premier degré Parcours Professorat des écoles »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  66. perricho, « Master Enquête : Formes et outils de l'enquête en sciences sociales »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  67. perricho, « Master Intervention et développement social »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  68. db43111h, « Centre Max Weber », sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  69. Faculté de Droit, « Élection d'un nouveau Doyen »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur fac-droit.univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  70. imbert, « Collège de Droit : l'excellence »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur fac-droit.univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  71. « Philippe Berthelot élu doyen de la faculté de médecine », sur Le Progrès, .
  72. « Site de la Faculté des Sciences et Techniques de Saint-Étienne », sur portail.univ-st-etienne.fr (consulté le ).
  73. [PDF]« Le Laboratoire international associé du CNRS « SALADYN » », sur ambafrance-cn.org (consulté le ).
  74. « Stratégie internationale 2021-2024 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Université Jean Monnet (consulté le ).
  75. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  76. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  77. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  78. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  79. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  80. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  81. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  82. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  83. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  84. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  85. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  86. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  87. Rapport d'activité 2014
  88. Rapport d'activité 2013
  89. Rapport d'activité 2015
  90. Rapport d'activité 2018
  91. Rapport d'activité 2017
  92. a b et c Enquêtes UJM [1]
  93. mm103607#utilisateurs, « Associations étudiantes », sur univ-st-etienne.fr, (consulté le ).
  94. Université Jean Monnet, Rapport d'activité 2015
  95. « Accueil - Université Jean Monnet », sur univ-st-etienne.fr (consulté le ).
  96. Julien Rebucci, « Anissa Kate, la pornstar française qui a conquis les États-Unis - Les Inrocks », sur lesinrocks.com (consulté le ).
  97. « LEM-Thierry Pécout », sur lem.vjf.cnrs.fr (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]