École nationale des travaux publics de l'État

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
École nationale des travaux publics de l'État
Entpe logo couleur baseline-zone-protegee.jpg
Logo de l'école
Histoire et statut
Fondation
Type
Forme juridique
Régime linguistique
Directeur
Jean-Baptiste Lesort
(depuis le 25 août 2010)
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de la métropole de Lyon
voir sur la carte de la métropole de Lyon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
721 (sur l'année 2019-2020)[3]
Effectif
1 054Voir et modifier les données sur Wikidata
Enseignants
1000 enseignants ou intervenants internes et externes (dont 38 % issus du secteur privé)
Budget
20,5M €[1]
Divers
Devise
"L'école de l'aménagement durable des territoires"[2]
Membre de
Site web

L'École nationale des travaux publics de l'État (ENTPE) est l'une des 205 écoles d'ingénieurs françaises accréditées au à délivrer un diplôme d'ingénieur[4].

Placée sous la tutelle du Ministère de la Transition écologique et solidaire, elle est membre du réseau de l'Université de Lyon. Créée en 1954, elle est située depuis 1975 à Vaulx-en-Velin, dans la banlieue lyonnaise. Elle a pour vocation originelle de former les cadres techniques de l’État dans le domaine des infrastructures et de l’aménagement, mais forme aussi aujourd'hui des élèves ingénieurs destinés au secteur privé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créée par arrêté du (Journal officiel du )[5] « l'école d'application des ingénieurs des travaux publics de l'État » est située à Paris (boulevard Saint-Germain), dans les locaux de l'école spéciale des travaux publics, les deux écoles sont d'ailleurs dirigées par le même directeur. Elle prend le nom d'école des ingénieurs des travaux publics de l'État par l'arrêté du [6] et son nom actuel d'école nationale des travaux publics de l'État par l'arrêté du [7].

L'ENTPE a déménagé en 1975 dans la région lyonnaise, à Vaulx-en-Velin, dans un bâtiment construit par l'architecte Jacques Perrin-Fayolle, premier grand prix de Rome et inauguré le .

Jacques Perrin-Fayolle est un architecte français, lauréat du grand prix de Rome en 1950, on lui doit de nombreuses réalisations en région Rhône-Alpes, dont quelques-uns des bâtiments emblématiques du Lyon des années 1970.

L'École nationale supérieure d'architecture de Lyon (ENSAL) est installée depuis 1987 sur le même campus.

Les directeurs de l'ENTPE sont nommés par le Gouvernement, pour une période de cinq ans.

  • Marc Eyrolles : directeur de l'ESTP de 1945 à 1978
  • Michel Prunier (1975 - 1984) : a dirigé la construction de l'école à Vaulx-en-Velin et en a été le premier directeur dans sa nouvelle implantation en terres lyonnaises
  • Michel Gerodolle (1984[8],[9] - )
  • Daniel Sene ( - )[10]
  • François Perdrizet ( - 2000)[11]
  • Philippe Dhénein (2000 - 2004)[12]
  • Philippe Sardin ( - 2010)[13]
  • Jean-Baptiste Lesort (, renouvelé pour cinq ans en 2015)[14]

Mission et statut[modifier | modifier le code]

La mission principale de l'ENTPE est d'assurer en trois ans la formation initiale des ingénieurs des travaux publics de l'État (ITPE) civils et fonctionnaires. Ces ingénieurs, dont la formation leur permet d'exercer les missions d'aménagement durable des territoires, exercent leurs fonctions pour le compte de l'État, des collectivités territoriales ou d'entreprises privées.

De plus, dans le cadre de la décentralisation et de l'évolution des missions de l'État, l'ENTPE formera de plus en plus d'ingénieurs civils pour les collectivités locales et les entreprises privées.

L'école a longtemps été un service du ministère de l'Équipement. Le décret no 2006-1545 du en fait, depuis le un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel extérieur aux universités. Depuis lors, elle dispose d'une personnalité juridique propre, sous la tutelle du ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, au même titre que l'ENPC, l'ENSPM ou l'ENM.

Partenariats[modifier | modifier le code]

L'école est membre des associations et des organismes d'État suivant :

Formations[modifier | modifier le code]

Recrutement[modifier | modifier le code]

Les élèves recrutés peuvent être civils ou fonctionnaires :

  • Les élèves ingénieurs fonctionnaires, rémunérés dès leur première année de scolarité, s'engagent en contrepartie à travailler pour l'État. L'engagement est de 8 ans à compter de leur date de titularisation dans le corps des ITPE (c'est-à-dire à leur sortie de l'école). Le salaire net mensuel d'un élève-ingénieur fonctionnaire admis via le concours externe est d'environ 1 300  lors de ses années de formation.
  • Les élèves ingénieurs non fonctionnaires sont appelés « élèves civils ». Ils ne sont pas rémunérés pendant leur scolarité et travailleront à leur sortie d'école dans le secteur privé, para-public, ou éventuellement dans la fonction publique territoriale après avoir passé le concours d'ingénieur territorial. Cette « filière civile » a été créée en 1987 et devrait se développer à travers un accroissement des promotions à venir.

Les concours externes[modifier | modifier le code]

Le recrutement sur concours externe des élèves-ingénieurs des travaux publics de l'État se fait à un niveau mathématiques spéciales, sur les programmes des filières de classes préparatoires scientifiques MP, PC, PSI.

L'école est également accessible aux élèves ayant suivi le cursus des classes préparatoires TSI et BCPST.

Les élèves admis par ces trois concours peuvent être civils ou fonctionnaires, selon leurs choix et leurs classements.

Le concours interne[modifier | modifier le code]

Il existe aussi un concours interne réservé aux agents de la fonction publique d'État ayant réalisé au moins quatre ans de service. Chaque année, entre 10 et 15 fonctionnaires sont sélectionnés par ce biais.

Recrutement sur titre[modifier | modifier le code]

Une procédure d'admission directe en deuxième année, sur titre et ouverte à certains étudiants français ou ressortissants de l'Union européenne, permet d'intégrer l'ENTPE. Il est nécessaire pour se porter candidat d'être titulaire d'une licence ou d'une première année de master en mathématiques, mécanique, mathématiques et applications fondamentales, physique ou génie civil. La mention bien est exigée à la licence ainsi qu'en première année de Master[15].

Élèves étrangers[modifier | modifier le code]

Les élèves étrangers (hors Union européenne) bénéficient d'un régime d'admission spécifique. Ils peuvent intégrer l'ENTPE via le concours externe (concours étranger niveau mathématiques spéciales) ou bien sur titre. Ils seront tous civils, la fonction publique française n'étant pas ouverte aux personnes ne disposant pas la nationalité d'un État membre de l'Union européenne.

Dans le cas de l'admission sur titre en deuxième année du cycle d'ingénieur d'un élève étranger non ressortissant de l'Union européenne, et possédant un diplôme étranger de niveau maîtrise ou master M1, la formation est payante. Les frais de scolarité s'élèvent à 2 400  pour la première année d'admission (deuxième année du cycle ingénieur) et 3 600  pour la deuxième (troisième année du cycle d'ingénieur). En 2018, l'ENTPE a accueilli une dizaine d'étudiants étrangers par cette voie d’accès en provenance de Chine, du Vietnam, du Brésil et de Syrie.

Un certains nombre d'élèves marocains sont aussi recrutés chaque année via l'accord de double diplôme avec l'Ecole Hassania des Travaux Publics.

Formation initiale des ITPE[modifier | modifier le code]

L'ENTPE réalise en trois ans la formation initiale d'ingénieurs généralistes dans tous les champs de l'aménagement durable des territoires. Qu'ils soient civils ou fonctionnaires, les étudiants bénéficient tous des mêmes choix de formation. Cette dernière se déroule de la façon suivante[16] avec des exemples des cours proposés selon les voies d'approfondissement[17] :

Première année Deuxième année Troisième année
Tronc commun de 1A Tronc commun de 2A
  • Projet d’aménagement d'un territoire
  • Infrastructures routières et ferroviaires, Évaluation environnementale, Statistiques ...
  • Droit, Marchés publics, Langues ....
  • Sport
Tronc commun de 3A
  • Contrôle de gestion, Séminaire de Management
  • Langues
  • Sport
- Enseignement de spécialité (voie d'approfondissement)
  • Urbanisme : Economie urbaine, Transition énergétique, Morphologie urbaine ...
  • Bâtiment : Conception assistée par ordinateur, éclairagisme, Principes constructifs ...
  • Génie civil : Calcul des structures, Construction des ponts, Mécanique des sols ...
  • Environnement : Chimie des polluants, Hydrogéologie, Sciences du Vivants ...
  • Transport : Economie des transports, Modélisation, Politiques publiques ....
Enseignement de spécialité (voie d'approfondissement)
  • Urbanisme: Conception des espaces publiques, Montage d'opérations immobilières ...
  • Bâtiment : Pathologie des constructions, Etude de Prix
  • Génie civil : Génie parasismique, Géotechnique routière...
  • Environnement : Assainissement, Risques technologies ...
  • Transport : Théorie du trafic, Comportement des mobilités...
Stage d'insertion en milieu professionnel :
  • Ouvrier dans une entreprise de BTP
  • Vacataire dans un service de l'Etat en France métropolitaine ou dans les DOM-TOM
  • Bénévole dans une mission humanitaire à l'étranger
  • ...
Stage de mise en situation professionnelle :
  • Assistant ingénieur dans des entreprises en lien avec la spécialité choisie (Vinci, Transdev, Egis, etc) ou dans les services de l'Etat en France et dans les services immobiliers et économiques des Ambassades de France à l'étranger
  • Assistant de recherche dans une université étrangère
  • ...
Travail de fin d'études et/ou mémoire de master :
  • Entreprises privés
  • CEREMA, laboratoires de l'ENTPE
  • ...

Voies d'approfondissement[modifier | modifier le code]

Les élèves doivent choisir à partir de la deuxième année une voie d'approfondissement (VA) parmi les cinq que propose l'école :

Les élèves civils ont également la possibilité de réaliser une « année de césure » d'une durée de un an entre les deuxième et troisième année d'étude.

Formations complémentaires[modifier | modifier le code]

L'ENTPE propose des doubles cursus permettant d’obtenir un diplôme dans une seconde discipline en plus du diplôme d’ingénieur[18]:

  • le diplôme d'architecte de l'École nationale supérieure d'architecture de Lyon. Celui-ci permet à des élèves ingénieurs de suivre en parallèle durant leurs 3 années de scolarité un ensemble d’enseignements à l’ENSAL afin d’obtenir le Diplôme d’études en architecture et ingénierie (DEAI).
  • le diplôme de l’institut d'études politiques de Lyon ou Grenoble , il est possible dès la deuxième année à l'ENTPE de préparer un certificat d'analyse des politiques publiques ouvrant l’accès au Master 2 "Évaluation et suivi des politiques publiques" de l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon effectué en parallèle de la troisième et dernière année du cursus ingénieur.
  • le diplôme "Management et administration des entreprises" délivré par l'IAE de Lyon. L’accès à ce double diplôme ingénieur-manager est conditionné à la réussite du certificat de gestion des entreprises préparé en troisième année de cursus. A la suite de l'obtention du diplôme d’ingénieur, l’étudiant poursuit ensuite son cursus pendant six mois à l'Institut d’Administration des Entreprises de Lyon.

De plus des enseignements menant à des masters recherche ou master professionnels peuvent être suivis en parallèle (où à la place) de la troisième année. L’école propose aussi deux formations de Mastère spécialisé.

Formation continue[modifier | modifier le code]

Ce type de formation s'adresse aux agents de la fonction publique en activité. L'ENTPE dispense ainsi de nombreuses formations pour le compte de l'administration centrale de son ministère de tutelle :

  • Formation prise de poste, pour des cadres (attachés administratifs, ingénieurs TPE, cadres supérieurs, etc.) arrivant sur un nouveau poste. Par exemple "chef de cellule constructions publiques" ou encore "chef de subdivision territoriale".
  • Formation post-recrutement destinés aux agents issus d'examens professionnels, de recrutements sur titre ou des IRA.
  • Formation pour les cadres supérieurs de l’Équipement avec un cycle Supérieur de Management de l'Équipement ou une formation sur l'Économie des transports
  • Formation continuée, dans le prolongement de la formation initiale des ITPE après quelques mois en poste

Formations doctorales[modifier | modifier le code]

Depuis 2007, l'ENTPE est habilitée à délivrer le doctorat dans un des 6 laboratoires de recherches qu'elle héberge. Près de 70 étudiants sont inscrits en doctorat à l'ENTPE pour un flux annuel d'une vingtaine de soutenances.

Débouchés[modifier | modifier le code]

Comme son nom l'indique, l'ENTPE forme aux métiers des travaux publics, mais également à ceux du bâtiment, de l'urbanisme, de l'environnement, du transport et d'une manière générale aux métiers de l'aménagement du territoire.

Élèves civils[modifier | modifier le code]

En sortie d'École, les élèves civils s'orientent en grande majorité vers les grandes entreprises du secteur de l'aménagement du territoire ou vers des bureaux d'études privés, tels que Egis, Eiffage, Vinci, Arcadis, Bouygues, Setecetc. Le salaire moyen hors primes et avantages six mois après la sortie d'école est de l'ordre de 34 000€ brut soit 37 000€ en incluant les primes et avantages divers. Deux ans après l’obtention du diplôme les salaires moyens avantages inclus sont de l'ordre de 39 000€ brut annuel[19]. En 2018, 76% de la promotion a trouvé un emploi avant l'obtention du diplôme, via leur stage de fin d'étude notamment.

Les élèves civils ont également la possibilité de réaliser une quatrième année d'étude spécialisée dans une université française ou étrangère ou bien de réaliser un Volontariat International en Entreprise d'une durée d'un ou deux ans à l'étranger. Ils ont également la possibilité de faire un doctorat au sein de l'école ou dans l'université de leur choix en France ou à l'étranger.

Élèves fonctionnaires[modifier | modifier le code]

À la sortie de l'école, la centaine d'élèves fonctionnaires de l'ENTPE se voient proposer les choix suivants :

  • Ils peuvent réaliser un doctorat dans un des laboratoires de l'ENTPE, dans un organisme du réseau scientifique et technique du ministère de l'Équipement ou dans un laboratoire universitaire. Il est décidé chaque année d'un nombre maximal d'étudiants fonctionnaires autorisés à poursuivre en thèse (une dizaine de places environ) et la sélection se fait sur dossier et entretien
  • Ils peuvent aussi être sélectionnés pour une « quatrième année de spécialisation », c'est-à-dire une année d'étude supplémentaire réalisée dans une université française ou étrangère (Imperial College London, University of Nottingham, ...) ou dans une autre grande école française (ENAC, ENPC, ENSAM[20] , ...). Il s'agit de formation dans des domaines spécialisés pour lesquels les services de l'Etat ont besoin d'agents possédant une expertise technique comme l'aviation civile (DGAC), les CEREMA ou les centres de sécurité des navires. Une quinzaine d'étudiants sont concernés par les quatrièmes années de spécialisation chaque année.
  • La dizaine d'élèves ayant entrepris un double cursus ingénieur - architecte peut finir leur scolarité en école d'architecture, une prise de poste aménagée étant proposée aux élèves fonctionnaires.
  • Enfin, la grande majorité des étudiants fonctionnaires (environ 90 élèves) opte pour une affectation classique en administration centrale du ministère employeur ou dans les services déconcentrés (DREAL, DRIEA, DDT , ...). Les ministères de la Justice, de l’Intérieur et des Armées ainsi que les Voies Navigables de France proposent aussi régulièrement des postes à pourvoir en sortie d'école dans les champs de compétences des ITPE (génie civil, bâtiments, transports, ...)

Il est toutefois toujours possible pour les élèves fonctionnaires, même si cela reste assez rare, de partir dans le secteur privé après avoir rompu le contrat les liant à l'État, en remboursant les frais de scolarité engagés et les salaires perçus (soit environ 90 000 euros, généralement pris en charge par le nouvel employeur).

Les salaires de sortie d’école pour les fonctionnaires sont de l'ordre de 2 200 à 2 400 € net par mois selon le lieu (région parisienne ou province) et le ministère d'affectation.

La recherche[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses missions de formations, l'ENTPE a développé une forte activité de recherche dans ses 6 laboratoires, chacun correspondant à un des grands domaines de compétences de l'École. Le pôle de recherches de l'École emploie près de 200 personnes (chercheurs - enseignants-chercheurs - doctorants - personnels administratifs et techniques). Quatre des six laboratoires sont des unités du CNRS.

Six laboratoires sont situés sur le campus de Vaulx-en-Velin :

  • Laboratoire des Sciences de l'Habitat, Unité de recherche associée (URA) 1652 du CNRS
  • Laboratoire d'Ingénierie Circulation Transport, unité de recherche mixte de l'ENTPE et de l'IFSTTAR
  • Laboratoire Géomatériaux, Unité de recherche associée (URA) 1652 du CNRS
  • Laboratoire d'Économie des Transports, Unité mixte de recherche (UMR) 5593 du CNRS
  • Laboratoire de Recherches Interdisciplinaires Ville, Espace, Société, Unité mixte de recherche (UMR) 5600 du CNRS
  • Laboratoire d'Écologie des Hydrosystèmes Naturels et Anthropisés, Unité mixte de recherche (UMR) 5023 du CNRS, associant des équipes de l'Université Lyon 1, de l'ENTPE et de l'ISARA.
  • L'équipe Impact des polluants sur les écosystèmes (IPE) du LEHNA correspond à l'ex Laboratoire des sciences de l'environnement de l'ENTPE.

Les six laboratoires de l'École sont en lien étroit avec l'extérieur, que ce soit avec les services de l'État (Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux, Centre scientifique et technique du bâtiment) ou avec les grandes entreprises du secteur privé (Philips, EDF, Solvay, Total, Euroviaetc.)

L'école est aussi partenaire du laboratoire international associé SALADYN créé en 2013[21].

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Vue de la piscine de l'école depuis l'intérieur du campus.

Le Campus[modifier | modifier le code]

L'ENTPE est installée depuis son arrivée sur la commune de Vaulx-en-Velin sur un campus qu'elle partage avec l'École nationale supérieure d'architecture de Lyon. Ce campus regroupe les deux écoles, de nombreuses infrastructures sportives (courts de tennis, gymnase, salle de musculation, piscine) ainsi que le restaurant commun. Les étudiants peuvent selon leur souhait être hébergés dans une des résidences d'Est Métropole Habitat mises en grande partie à disposition des élèves de l'école.

La vie associative[modifier | modifier le code]

Comme dans la plupart des écoles d'ingénieurs en France, l'ENTPE met l'accent sur le développement de la vie associative et sportive des élèves. En ce qui concerne le sport à l'école on peut citer plusieurs activités :

  • les sports en intérieur : volley, basket, futsal, boxe, badminton, etc.
  • les sports en extérieur : football, rugby, voile, aviron, golf, spéléologie, karting, etc.
  • les sports aquatiques : plongée sous-marine, water polo
  • les sports de montagne : randonnée, ski
  • Musculation
  • Éloquence, Poker, etc.

En ce qui concerne les associations, on peut citer :

La vie associative est un élément essentiel dans la vie d'un élève ingénieur de l'ENTPE et celle-ci est fortement encouragée par l'école[22].

L'auditorium de l'ENTPE[modifier | modifier le code]

L'ENTPE dispose de deux salles et de locaux de répétitions pour ses étudiants. À la fin des années 1970, le Bureau des élèves organise régulièrement des concerts et des tremplins[23] : sous l'impulsion notamment d'Emmanuel de Buretel[24], l'auditorium de l'école devient un lieu important parmi les salles de rock lyonnaises, en accueillant notamment The Cure en après une première tentative ratée en 1979 pour cause de météo[25].

Classements[modifier | modifier le code]

L'ENTPE est classé 40ème d'après le classement DAUR (Data Analysis for University Rankings) classant les 100 meilleurs écoles d'ingénieurs françaises parmi les 205 accrédités par la CTI sur les critères suivants[26] :

  • La sélectivité au vu des rangs moyens des intégrés au concours d'admission et de leur moyenne au baccalauréat
  • L'employabilité selon le salaire médian des jeunes diplômés
  • La recherche en considérant la proportion de jeunes diplômés continuant leurs études en thèse
  • L'ouverture à l'international se basant sur le nombre d’étudiants étrangers, le nombre de double diplômés et de premier emploi à l’étranger.
  • La force du réseau des anciens élèves selon leur présence dans les comités de direction des entreprises du CAC 40 ou leur distinction à des prix de recherche.
Classement de l'ENTPE et d'autres écoles d'ingénieurs (DAUR, 2020)[27]
rang sélectivité employabilité Recherche International Alumni
ENTPE 40 32/40 22/30 8/10 5/10 7/10
École nationale des ponts et chaussées 3 39/40 28/30 9/10 9/10 10/10
Arts et Metiers 23 30/40 28/30 8/10 8/10 8/10
ESTP Paris 62 25/40 22/30 7/10 7/10 8/10

Néanmoins au vu de la particularité de l'ENTPE formant pour moitié des fonctionnaires destinés à prendre leurs premiers emplois dans la fonction publique en France et dont le salaire brut est calculé de manière différente que dans le secteur privé, les performances dans les critères liés à l'employabilité, à l'international et à la présence du réseau dans les comités de direction des grandes entreprises sont à relativiser.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Serge Vallemont, ancien directeur du personnel du ministère de l’Équipement, promotion 1 (1955) ;
  • Christian Leyrit, ancien préfet, président de la Commission nationale du débat public de 2013 à 2018, promotion 17 (1972) ;
  • Patrice Parisé, haut fonctionnaire, ancien directeur général de l'IGN, promotion 18 (1973) ;
  • Jean Mallot, homme politique français, ancien député de l'Allier, promotion 20 (1975) ;
  • Jean-Pierre Siutat, président de la Fédération française de basket-ball, promotion 26 (1981) ;
  • Patrick Jaillet, co-directeur du Centre de recherche opérationnelle au Massachusetts Institute of Technology[28], promotion 26 (1981) ;
  • Emmanuel de Buretel, fondateur de Because Music, président de Virgin France, Europe, puis EMI Europe entre 1992 et 2004, promotion 27 (1982) ;
  • Larbi Bencheikh, ancien secrétaire d'État chargé de la formation professionnelle au Maroc, promotion 28 (1983) ;
  • Annie Guillemot, femme politique française, promotion 36 (1991) ;
  • Xavier Piechaczyk, ancien conseiller du président François Hollande, membre du directoire de RTE (Réseau de transport d'électricité), promotion 38 (1993) ;
  • Pascal Pavageau, secrétaire confédéral de Force ouvrière de 2009 à 2018, puis secrétaire général d'avril à , promotion 38 (1993) ;
  • Gérard Dantec, président d'honneur chez Internet Society et inspecteur général de l'administration du développement durable ;
  • Marc Papinutti, Directeur général des Infrastructures, des Transports et de la Mer, ancien directeur de cabinet de la ministre chargée des Transports Élisabeth Borne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jaune budgétaire relatif aux opérateurs de l'État pour le Projet de Loi de Finances 2013, p.129
  2. Anciennement, "l'école des choix" (jusqu'en 2007).
  3. « Découvrir l'ENTPE, école d'ingénieurs de la transition écologique », sur ENTPE (consulté le 3 juillet 2020).
  4. Arrêté du 28 janvier 2020 fixant la liste des Écoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé
  5. arrêté du 25 novembre 1953
  6. arrêté du 30 mai 1969
  7. arrêté du 14 septembre 1972
  8. « CA de l’ENTPE du 29 septembre 2015: fière de son passé, forte de son présent, tournée vers l’avenir! », sur www.snitpect.fr (consulté le 17 décembre 2015)
  9. http://www.nancy.archi.fr/UserFiles/File/publications-ecole/ateliers-parcs-marc-verdier/2009-vers-un-urbanisme-rural-durable.pdf#page=9
  10. Arrêté du 27 juillet 1989 portant nomination du directeur de l'École nationale des travaux publics de l'État sur le site Légifrance (consulté le 18 juillet 2011).
  11. Arrêté du 23 février 1995 portant nomination du directeur de l'École nationale des travaux publics de l'État sur le site Légifrance (consulté le 6 septembre 2010).
  12. Arrêté du 9 août 2000 portant nomination du directeur de l'École nationale des travaux publics de l'État sur le site Légifrance (consulté le 6 septembre 2010).
  13. Arrêté du 18 août 2004 portant nomination du directeur de l'École nationale des travaux publics de l'État sur le site Légifrance (consulté le 6 septembre 2010).
  14. Arrêté du 14 juin 2010 portant nomination du directeur de l'École nationale des travaux publics de l'État sur le site Légifrance (consulté le 6 septembre 2010).
  15. « Intégrer le cursus ingénieur », sur ENTPE (consulté le 21 novembre 2020)
  16. « Des stages et projets professionnalisants », sur ENTPE (consulté le 21 novembre 2020)
  17. « Offre Formation Cycle Ingénieur ENTPE 2019 2020 », sur calameo.com (consulté le 21 novembre 2020)
  18. « Des opportunités de double diplôme », sur ENTPE (consulté le 21 novembre 2020)
  19. « Enquête diplômés civils de l'ENTPE »
  20. « Lettre information ENSAM »
  21. [PDF]« Le Laboratoire International Associé du CNRS « SALADYN » », sur ambafrance-cn.org (consulté le 23 mai 2013)
  22. « La vie étudiante à l'ENTPE », sur ENTPE (consulté le 21 novembre 2020)
  23. Philippe Rassaert, « Rock’n Rhône [1/4], Une bataille pour les salles rock, 1976-1995 », sur L'Influx, (consulté le 18 avril 2019)
  24. Thierry Meissirel, « « Bono téléphonait pendant des heures, ça m’agaçait » », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  25. « Les fans de The Cure : une passion intacte », sur France Info, (consulté le 18 avril 2019)
  26. « Notre méthodologie de classement | DAUR », sur daur-rankings.com (consulté le 21 novembre 2020)
  27. « Classement des écoles d'ingénieurs 2020. | DAUR », sur daur-rankings.com (consulté le 21 novembre 2020)
  28. « Jaillet-Short Bio », sur web.mit.edu (consulté le 18 décembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]