Louis Pouzin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pouzin.
Louis Pouzin
M. Louis POUZIN 2013.jpg
Louis Pouzin en 2013
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Organisation
CIT (ingénieur de fabrication)
Bull (ingénieur développement)
MIT (chercheur)
SACS (directeur de projet)
Simca (directeur informatique)
IRIA (directeur du projet Cyclades)
ISOC France (président d'honneur)
NLIC (en) (président du CA)
• Eurolinc (directeur des projets)
• Savoir-Faire (président)
Distinctions
IFIP Silver Core Award (1983)
SIGCOMM Award (1997)
IEEE Internet Award (2001)
Pionniers d'Internet (2012)
Queen Elizabeth Prize for Engineering (2013)
Lovie Awards (2015)
• Prix du président de la république d'Arménie (2016)
• Officier de la Légion d'honneur (2018)

Louis Pouzin, né le à Chantenay-Saint-Imbert (Nièvre), est un ingénieur polytechnicien et chercheur français en informatique qui s'est forgé une réputation internationale d'expert en communications et réseaux d'ordinateurs.

Durant toute sa carrière professionnelle il conçoit et fabrique des systèmes informatiques, comme le CTSS, le premier grand système de « temps partagé » au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Avec l'équipe du projet Cyclades qu'il dirige dans le cadre du plan Calcul, il invente en 1973 le datagramme (un paquet de données dans un réseau informatique), récompensé en 2001 par l'Internet Award (IEEE) qui distingue les avancées dans la technologie internet. Il fait fonctionner le premier réseau français d'ordinateurs et contribue au développement des réseaux à commutation de paquets, précurseurs d'Internet.

Ses travaux sont utilisés par Vint Cerf pour la mise au point d'Internet et du protocole TCP/IP. Ils lui valent en 2012 d'être honoré par l'Internet Society comme l'un des pionniers de l'internet lors de la création du prix du temple de la renommée d'Internet. Conjointement avec Marc Andreessen, Tim Berners-Lee (pionniers 2013 de l'internet), Vint Cerf et Robert Kahn (pionniers 2012 comme lui), il se voit décerner le premier Queen Elizabeth Prize for Engineering qui leur est remis le par la reine Élisabeth II pour leurs contributions majeures à la création et au développement d'Internet et du World Wide Web.

Retraité de la vie active, il devient l'un des plus grands experts sur le multilinguisme dans la communauté mondiale d'Internet. Il préside le conseil d'administration du Native Language Internet Consortium (en), dont l'objectif est de promouvoir des technologies de gestion multilingue de l'internet, et est directeur des projets dans Eurolinc, une association loi de 1901 pour encourager l'usage des langues maternelles sur ce réseau. Président d'honneur de la Société française de l'internet, il œuvre également pour la refondation de l'internet avec un nouveau protocole RINA (en).

Il préside par ailleurs une startup qu'il a créée à quatre-vingts ans en 2011 et qui diffuse le modèle Open-Root pour la gestion des noms de domaine de premier niveau (c'est-à-dire les extensions internet) sans devoir passer par la société californienne ICANN, l'autorité de régulation qui gère officiellement depuis 1998 l'attribution des noms de domaine.

Préambule[modifier | modifier le code]

Louis Pouzin est l'un des trois diplômés de sa promotion de l'École polytechnique à s'intéresser en 1957 à cette nouvelle discipline qui ne s'appelle pas encore l'informatique et à travailler dans l'une des sociétés françaises de l'époque fabriquant ce qui vient d'être baptisé en 1955 des ordinateurs. Il part en 1963 pour les États-Unis comme chercheur au centre de calcul du MIT où il contribue à la mise au point début 1964 du CTSS, l'un des tout premiers systèmes d'exploitation à temps partagé.

De retour en France, il se voit confier à son titre d'expert le développement d'un système d'exploitation à temps partagé. Après un bref passage dans l'industrie, il devient en 1971 le directeur du projet Cyclades dans le cadre du plan Calcul, lancé en 1966 par le président Charles de Gaulle. Sa mission consiste à faire fonctionner en France, si possible en l'améliorant, l'équivalent de l'Arpanet américain, premier réseau informatique au monde à transfert de paquet de données.

Avec l'équipe du projet, il invente en 1973 le datagramme (un paquet de données dans un réseau informatique) récompensé en 2001 par l'Internet Award (IEEE) qui distingue les avancées dans la technologie internet. Il fait fonctionner le premier réseau informatique français à commutation de paquets et en fait une démonstration début 1974 à l'IRIA à Rocquencourt, devant les ministres des Postes et Télécommunications et du Développement industriel et scientifique.

Dans le même temps, l'équipe du CNET, pareillement mobilisée par l'Agence de l'Informatique pour fournir au projet Cyclades le réseau téléphonique dont il a besoin pour ses recherches – les deux équipes censées coopérer étroitement selon les accords signés au plus haut niveau des deux établissements publics – expérimente de son côté, presque en catimini, son propre réseau à commutation de paquets, réalisée avec la technologie des circuits virtuels X.25 qui deviendra plus tard en 1978 Transpac.

Le , le président Georges Pompidou meurt et Valéry Giscard d'Estaing lui succède. Le nouveau chef de l'État n'accorde pas le même intérêt que ses deux prédécesseurs au plan Calcul, dont il décide l'arrêt en 1975. Il demande en 1976 à Simon Nora et Alain Minc leur fameux rapport publié en 1978 qui désavoue, en les ignorant purement et simplement, les travaux de Cyclades et préconise d'adopter la norme internationale X.25.

Le champ est désormais libre pour le réseau Transpac, le minitel et son kiosque Télétel, jusqu'à leur abandon et leur fermeture en 2012. L'équipe Cyclades était connue dans le monde entier, des Russes, des Anglais, des Américainsetc. Les Français auraient pu figurer parmi les pionniers du monde Internet, ils n'en sont depuis que des utilisateurs, fort distants des lieux où s'élabore l'avenir.

Les travaux de Cyclades sont repris par Vint Cerf pour la mise au point dans les années 1990 de l'internet et du protocole TCP/IP. Ils valent à Louis Pouzin en 2012 d'être honoré par l'Internet Society comme l'un des pionniers de l'internet lors de la création du prix du temple de la renommée. Conjointement avec Marc Andreessen, Tim Berners-Lee, Vint Cerf et Robert Kahn, il se voit décerner le premier Queen Elizabeth Prize for Engineering qui leur est remis le par la reine Élisabeth II pour leurs contributions majeures à la création et au développement d'internet et du World Wide Web.

Retraité de la vie active en 1993, Louis Pouzin renoue à soixante-deux ans avec sa passion pour les réseaux informatiques, ses vrais centres d'intérêt. Il fait rapidement partie de la communauté internet française et devient l'un des fidèles des rencontres internet d'Autrans. Il est sollicité pour faire partie de la délégation française du premier sommet mondial sur la société de l'information qui se tient à Genève en 2003, puis à Tunis en 2005. Il stigmatise l'hégémonie des Américains sur l'internet et se trouve un nouveau cheval de bataille : sus à l'ICANN et à son traitement abominable des langues.

Cette société privée californienne sans but lucratif, liée par contrat au département du Commerce des États-Unis, est depuis 1998 l'autorité de régulation qui gère officiellement l'attribution des noms de domaine – location avec renouvellement – bien qu'il n'existe aucun document officiel ni signature internationale lui accordant cette rente de situation. Des solutions de contournement existent que Louis Pouzin préfère nommer « racines ouvertes » plutôt que « alternatives », par opposition à celle de l'ICANN, fermée et contrôlée par le gouvernement américain. Il a créé ainsi en 2011, à quatre-vingts ans, une startup française qui diffuse le modèle « Open-Root » pour la gestion des noms de domaine de premier niveau, c'est-à-dire les extensions internet avec une vente à vie et à prix coûtant.

Louis Pouzin devient simultanément l'un des plus grands experts sur le multilinguisme dans la communauté mondiale d'internet. Il préside le conseil d'administration du Native Language Internet Consortium (en), dont l'objectif est de promouvoir des technologies de gestion multilingue de l'internet, et est directeur des projets dans Eurolinc, une association loi de 1901 pour encourager l'usage des langues maternelles sur ce réseau.

Président d'honneur de la Société française de l'internet, il œuvre également pour la refondation de l'internet avec un nouveau protocole RINA (en). À quatre-vingt-sept ans, Louis Pouzin a encore trouvé là une révolution technique où investir toute sa notoriété et son énergie.

Biographie[modifier | modifier le code]

La jeunesse[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Louis Henri Pouzin naît le à Chantenay-Saint-Imbert, un bourg de quelque quinze cents habitants du département de la Nièvre, situé sur un plateau élevé qui domine le cours de l'Allier[1] . Sa mère Jeanne[2] en est originaire mais Fernand Pouzin[3], son père, vient de Saint-Michel-sur-Savasse (Drôme) à trois cents kilomètres de là au sud-est ; le couple d'un improbable mariage[4],[Note 1] travaille dur au développement de la scierie[5],[Note 2] du grand-père Champouret et parvient à surmonter les différentes crises économiques dans un secteur où les faillites ne sont pas rares[4].

Louis[Note 3] ne va pas à l'école primaire du bourg – « que des enfants de mécréants » – et sa mère s'occupe de sa scolarité à la maison[Note 4]. Puis l'aumônier d'un couvent voisin et après lui une religieuse le prennent en main. Joséphine, la tante maternelle religieuse qui finira supérieure générale des sœurs de la charité de Nevers insiste pour que son neveu fréquente un établissement scolaire digne de ce nom si bien que Louis entre en sixième à l'institution Saint-Cyr[6] de Nevers[4].

Scolarité[modifier | modifier le code]

Sa deuxième tante maternelle, Marie, célibataire et dévouée à la famille, s'installe à Nevers pour s'occuper de Louis et dès le premier jour, estimant le niveau inadapté, elle obtient que son neveu passe directement en classe supérieure. Louis brille par sa mémoire, sa logique et ses dons pour les matières scientifiques. Après sa première partie du baccalauréat à Nevers, il est envoyé en internat à Versailles à l'école Sainte-Geneviève, un établissement tenu par les « jèzes »[7].

Après l'obtention avec mention du baccalauréat de Mathématiques élémentaires[5], il poursuit sa scolarité à « Ginette » en classes préparatoires et se présente au concours d'admission à l'École polytechnique où, à l'âge de dix-neuf ans, il est reçu 3/2, à sa première tentative en 1950[8], dans les premiers de sa promotion dont il est l'un des plus jeunes[9] et plus petits en taille[10].

Polytechnicien[modifier | modifier le code]

Pendant les deux années de scolarité à l'X, située à l'époque sur la montagne Sainte-Geneviève, Louis Pouzin s'investit pleinement en dehors des cours non seulement dans des activités connexes de sa promotion[Note 5], mais également dans des actions humanitaires de ceux que l'on nomme alors les « prêtres-ouvriers » dont il découvre l'existence et partage l'engagement[10].

Il devient bientôt l'un des piliers du soutien aux jeunes défavorisés et aux clochards de « la Mouf' », ce quartier qui part de la place de la Contrescarpe et descend la rue Mouffetard. Il organise avec d'autres bénévoles des maraudes, des soirées, des sorties en randonnées, des camps de vacances à la montagne ou à la mer, tous pris sur ses permissions[Note 6], pour des jeunes qui n'avaient pour la plupart jamais quitté ni Paris et ni même parfois leur quartier[10].

Entré dans les premiers à l'X, Louis en ressort en 1952 en queue de classement sans avoir encore trouvé sa voie : il choisit de pantoufler[Note 7]. Il lui reste à accomplir la dernière année de l'engagement spécial de trois ans qu'il a contracté le lors de son admission à l'École ; il opte pour « la Royale »[Note 8]. Le , Louis en a terminé avec l'Armée. Il retrouve la vie civile et commence une carrière dans l'industrie[13].

Les débuts professionnels[modifier | modifier le code]

CIT[modifier | modifier le code]

IBM 650
IBM 650.
BRL61-IBM 305 RAMAC
BRL61-IBM 305 RAMAC.

Louis Pouzin rejoint en 1953 à Paris la Compagnie Industrielle des Téléphones (CIT), future CIT-Alcatel, puis Alcatel. L'ancien responsable du central du téléphone de l'X géré par la Compagnie Industrielle des Téléphones, avec qui Louis a noué des relations amicales pendant sa scolarité à l'École, lui a proposé un poste au département fabrication[14].

Un matin de juillet 1956 il découvre un article du quotidien Le Monde[15],[16] sur les calculateurs électroniques que Jacques Perret a récemment baptisés du nom d'« ordinateurs[Note 9] ». Trois mois plus tard Louis se rend au Salon des industries et du commerce de bureau (SICOB) qui se tient au Parc des expositions de la porte de Versailles et a immédiatement le coup de foudre pour ces impressionnantes armoires en métal, alignées et guère esthétiques[20].

Le hasard fait bien les choses puisque quelques jours plus tard Le Monde publie une petite annonce de Bull, fleuron français du calcul électronique qui recherche des ingénieurs. Louis Pouzin envoie son curriculum vitæ, mais la crise de Suez freine un moment les embauches. Début 1957, la crise passée, il est contacté pour un nouvel entretien, et immédiatement embauché[20].

Louis Pouzin fait partie avec Jean-Pierre Brulé[21], président de Bull dans les années 1970, et Henri René Leroy[22], concepteur en 1967 d'un compilateur du langage de programmation Algol[23], des trois seuls polytechniciens de la promotion 1950 à s'intéresser à cette nouvelle discipline qu'on appelle désormais l'informatique[20].

Bull[modifier | modifier le code]

Louis Pouzin, bientôt vingt-six ans, arrive en février 1957 chez Bull[Note 10]. IBM domine le nouveau secteur de l'informatique avec son deuxième ordinateur IBM 650 sorti en 1954[Note 11]. Bull lui confie la mission de gérer en interface avec les commerciaux une petite division technique chargée de concevoir des lecteurs de bandes perforées[24].

La guerre commerciale fait rage entre ces deux entreprises. En 1960, Bull, qui vend des ordinateurs dans cent quarante huit pays et commence à combler son retard avec IBM[Note 12], veut frapper un grand coup avec le Gamma 60[Note 13] destiné au calcul scientifique et aux sociétés d'assurances. Sa conception révolutionnaire des traitements de l'information multitâches ne permet pas de développer facilement des compilateurs sachant tirer parti de cette architecture. Le langage machine est en fait le seul réel outil de développement[27] et il faut adapter le logiciel[Note 14] aux besoins du client.

Bull confie cette mission à Louis qui se trouve à la tête d'une équipe de trente ingénieurs jeunes sortis des grandes écoles (les Mines, X, Centrale, Arts et Métiers), sans expérience ni enthousiasme (pour eux c'est une tâche ingrate[24]). Il effectue plus un travail de manageur que de développeur et envie les nombreux américains qui débarquent en masse chez Bull après la récente prise de pouvoir de General Electric[24].

Il réalise vite que l'obstacle de la langue anglaise qu'il ne maîtrise pas[Note 15] va progressivement le marginaliser. Il demande à son patron, qui lui accorde, un congé sabbatique pour partir travailler aux États-Unis au MIT, tout en restant détaché de Bull[Note 16] pendant qu'en vertu d'un programme d'échange, un chercheur américain du MIT le remplace chez Bull[5],[Note 17].

L'aventure américaine[modifier | modifier le code]

L'IBM 7090 du programme Mercury
L'IBM 7090 du programme Mercury.

Le 1963, Louis Pouzin embarque sans sa famille[Note 18] à bord d'un Boeing 707 pour Boston ; il rejoint l'équipe de recherche de Fernando José Corbató, directeur adjoint du centre de calcul de l'Institut de technologie du Massachusetts (MIT), dont il a fait la connaissance six mois auparavant lors du quatrième congrès de la Fédération internationale pour le traitement de l'information (IFIP) à Munich ()[34],[Note 19].

L'informaticien californien d'origine portugaise que l'on surnomme « Corby », trente-sept ans, est l'un des plus éminents spécialistes du Whirlwind I, un ordinateur à tubes à vide mis au point par le Servomechanisms Laboratory du MIT pour le compte de l'US Navy entre 1945 et 1951 dans le cadre d'un projet de simulateur de vol[Note 20]. Celui qui décrochera le prix Turing en 1990 travaille alors en tandem avec l'Agence pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA) du département de la Défense des États-Unis sur un projet de programmation en « temps partagé » (« Time Sharing », en anglais), le projet MAC (Multi Access Computer[39] – ordinateur de traitement en accès multiple)[34].

Sur un imposant ordinateur central, l'IBM 7094, dans un laboratoire dédié du MIT Computation Center (en) – le futur laboratoire de recherche en informatique et intelligence artificielle du MIT – Corbató et son équipe conçoivent depuis 1961 un système d'exploitation (OS) capable de fonctionner sur plusieurs machines, le CTSS. À l'époque, l'enjeu est énorme, car le temps partagé est perçu comme l'espoir d'interconnecter un jour les terminaux, vers une informatique en réseaux et non plus centralisée[34].

Le projet MAC-CTSS donne à Louis Pouzin l'occasion inespérée de programmer d'une façon vraiment concrète une machine puissante et de s'initier à un tout nouveau concept informatique révolutionnaire, qui demande d'écrire et d'inventer de toutes pièces un programme de gestion de la machine[34],[Note 21].

Projet MAC[modifier | modifier le code]

Aux côtés de cinq autres « programmeurs système », un métier encore inconnu en France, Louis Pouzin s'initie au code machine, le langage natif du processeur de l'ordinateur[34]. Dans une ambiance de « startup » avant l'heure, les informaticiens du projet MAC travaillent d'abord près du campus universitaire, puis déménagent au neuvième étage du Tech Square[41], un imposant immeuble de Cambridge (Massachusetts), « paradis des bidouilleurs[42] », qui abrite à la fois un laboratoire de recherche en informatique et un laboratoire d'intelligence artificielle (le futur AI Lab (en))[43],[Note 22].

Pendant un an, supervisée discrètement par le professeur Corbató, toute l'équipe dont fait partie Louis[Note 23] travaille jour et nuit sur le projet MAC. Début 1964, CTSS, l'un des tout premiers systèmes d'exploitation à temps partagé, voit enfin le jour[43]. Louis participe la même année à la conception du successeur de CTSS, le système d'exploitation Multics[43],[Note 24].

Projet Multics[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du projet Multics, Louis Pouzin propose de concevoir un interpréteur de commandes, c'est-à-dire une interface directe entre l'OS et l'utilisateur[43]. Il développe au début de 1964 le programme RUNCOM (en), un « interpréteur » permettant d'exécuter un ensemble de commandes contenues dans un fichier avec la possibilité de substituer des paramètres. Cette interface que Louis baptise shell[47] (« coquille »), est immédiatement très appréciée par l'équipe qui voit là le moyen de rentrer chez soi le soir tout en laissant s'exécuter des blocs de commandes pendant la nuit[48].

En juin 1965, le programme d'échange de chercheurs entre le MIT et Bull s'achève ; Louis et sa famille rentrent en France. Avec la notice technique qu'il laisse « sans qu'on lui demande[48] », Glenda Schroeder (en) et son équipe conçoivent entre 1966 et 1967 le Shell Multics, une innovation toujours utilisée par de nombreux systèmes libres, comme Unix, le descendant de Multics.

Retour en France[modifier | modifier le code]

De retour chez Bull, à présent succursale de General Electric depuis son rachat en 1963, Louis Pouzin reste quelques semaines dans le flou quant à ses futures activités professionnelles, cherchant de préférence un nouveau projet lié au time-sharing – mais en Europe cette fois – et espére que son entreprise a décidé d'entrer dans la compétition. Auréolé de son titre du MIT d'expert, il accompagne en 1966 son nouveau patron, Pier A. Abetti[49],[Note 25], pour un tour d'Europe de conférences sur les bienfaits du temps partagé. Il se mue en un grand voyageur qui enchaîne les aller-retours dans la plupart des capitales européennes (Rome, Stockholm, Berlin, Londres, etc.) et dans les grandes villes de France, mais finit par se lasser[51].

Projet Météonome[modifier | modifier le code]

Control Data 6600
Control Data 6600.

La direction de Bull propose cette même année 1966 à Louis Pouzin, qui n'en espérait pas tant, de prendre en charge le développement d'un système d'exploitation à temps partagé et de logiciels destinés à être utilisés par la Direction de la météorologie nationale (DMN), ancêtre de Météo-France. Celle-ci a commandé à Bull une grosse machine, le GE-600 qu'il faut adapter pour lui permettre de faire de la prévision à partir des informations météorologiques en temps réel « reçues par Télex du nord au sud du pays »[51].

Pour ce projet novateur, Louis et son équipe de trois ingénieurs qu'il a recrutés s'installent à côté du Pont de l'Alma dans un petit laboratoire au bureau de la Météorologie nationale. L'équipe qu'assistent cinq chercheurs de la DMN finit par imaginer un système, que Louis baptise « météonome », permettant au GE-600 de sortir en temps voulu des prévisions à court, moyen et long terme[51].

En 1967, après un an de travail, survient un coup de théâtre : General Electric, en peine déconfiture financière, trouve que le GE-600 ne rapporte pas assez d'argent et décide de ne plus le distribuer. La DMN se trouve dans l'obligation de commander un ordinateur concurrent, le Control Data 6600[Note 26] fabriqué par Control Data Corporation (CDC), mais souhaite conserver l'équipe du projet[51].

Le patron de cette société américaine a beau aller voir Bull en lui proposant un arrangement selon lequel CDC ne fournirait que le calculateur et Bull continuerait à faire travailler l'équipe en place sur le météonome, cette dernière société ne veut rien entendre. Louis Pouzin claque alors sa porte et la quitte[5] pour rejoindre la SACS (Société d'analyse et de conception de systèmes), une entreprise de services destinée aux développements de systèmes pour les entreprises, fondée en 1965[Note 27] par la Société d'économie et de mathématiques appliquées (SEMA, future ATOS)[35].

Il peut de la sorte achever en 1969 son travail sur le « météonome », cette fois avec une équipe de cinq ingénieurs et parmi eux Jean-Louis Grangé tout juste sorti de l'Institut de Programmation de l'université Paris VI. La Météorologie nationale utilisera son système « Meteos » pendant au moins une quinzaine d'années[36]. En concevant ce système, l'homme a beaucoup appris[35] et se préoccupe alors de réorienter sa carrière[5].

À la même époque, il commence à donner à l'université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC) les tout premiers cours dispensés en France sur les systèmes d'exploitation. C'est dans ce milieu bouillonnant d'idées nouvelles, en plein Mai 1968, qu'il puisera plus tard pour trouver les nombreuses jeunes recrues de ses équipes de recherche[35]. Il participe également à la Conférence d'Edimbourg, du , où Donald Davies fait une présentation sur l'importance des questions de réseau[52] pour le temps partagé.

Direction informatique de Simca[modifier | modifier le code]

Louis Pouzin se dirige vers le milieu de l'industrie et répond en 1969 à une petite annonce de Simca, constructeur automobile contrôlé à l'époque par l'américain Chrysler, qui recherche un ingénieur capable de diriger son service informatique[36]. Il découvre la vie dans une grande entreprise, avec ses cahiers de charge, ses méthodes de management, ainsi que ses syndicats et ses bras de fer entre les différents services (finances, achats, production, etc.).

Allergique à ce type de cadre de travail, Louis Pouzin sent que ce milieu de bagarres perpétuelles, où beaucoup d'énergie est dépensée pour défendre son autorité, son budget, n'est pas le sien. Louis, qui est dans sa quarantième année, veut davantage[5] ; il l'ignore encore, mais le destin lui a réservé bien plus que d'entrer dans une énième société où exercer son talent.

Plan Calcul[modifier | modifier le code]

Sur l'impulsion de Michel Debré et d'un groupe de hauts fonctionnaires et d'industriels, le général de Gaulle lance en 1966 le plan Calcul, un plan gouvernemental destiné à assurer l'autonomie du pays dans les technologies de l'information, et à développer une informatique européenne.

L'origine du plan Calcul est la prise de contrôle par General Electric, en 1964, de la firme française Bull affaiblie face à la domination d'IBM sur le marché informatique. C'est en réaction contre les difficultés de l'industrie électronique française que le général de Gaulle décide alors de lancer le plan Calcul, que pilote la délégation générale à l'informatique (DGI)[Note 28]. Ses objectifs sont de développer une industrie informatique nationale et d'en faire un élément d'une future industrie informatique européenne.

Ce plan entraîne la création de l'IRIA, grand organisme public de recherche (devenu depuis Inria), et d'une grande compagnie d'informatique privée mais aidée par l'État, la Compagnie internationale pour l'informatique (CII), pilotée par Thomson et la Compagnie Générale d'Électricité (CGE).

Un directeur de projet enthousiaste[modifier | modifier le code]

À quelques jours d'intervalle, Louis Pouzin reçoit en 1971 des coups de fil de François Sallé, puis de Louis Bolliet, d'anciens collègues de Bull, lui annonçant que la Délégation générale à l'informatique voudrait faire en France un réseau semblable à l'Arpanet. Développé aux États-Unis entre 1969 et 1971 par la DARPA (l'agence pour les projets de recherche avancée de défense) et fondé sur le concept du temps partagé, l'Arpanet (Advanced Research Projects Agency Network) est alors le premier réseau à transfert de « paquets » (des morceaux de données) plutôt que la traditionnelle communication par circuit électronique[53].

Créer une version européenne de l'Arpanet est alors tout à fait dans les cordes de Louis Pouzin, ardent défenseur du temps partagé et des réseaux, qui a suivi de très près les avancées du projet américain dans les revues scientifiques[53]. L'idée de la Délégation générale à l'informatique n'est pas de concurrencer Arpanet mais de rattraper en France le retard sur les États-Unis dans le domaine stratégique des réseaux[5].

Sous l'impulsion de la DGI, un consortium européen de l'informatique est créé, Unidata, avec des associés issus de trois pays, Philips, Siemens et la CII. L'objectif est de créer une puissante gamme de produits d'informatique européenne, à l'identique d'Airbus dans l'aéronautique, chacun des membres s'occupant de son secteur d'expertise. À Philips la technologie électronique, à Siemens les périphériques mécaniques, et à CII l'architecture des machines et le logiciel. Face à Siemens et Philips, deux poids lourds, la CII, crée en 1966, est relativement jeune et toute petite[Note 29]

Quelque temps après, Maurice Allègre, le directeur de la DGI, propose en à Louis Pouzin de diriger le projet en tant qu'expert reconnu du time sharing[53]. Il est embauché par la Délégation à l'informatique[Note 30] et s'installe à l'IRIA (Institut national de recherche en informatique et en automatique) – où il ne sera embauché qu'en 1973 – à Rocquencourt dans les Yvelines au Camp Voluceau, dans l'ancien quartier général du SHAPE[Note 31] (Supreme Headquarters Allied Powers Europe) ; l'IRIA est dirigé alors par Michel Monpetit, ancien directeur adjoint de la DGI, chargé de la liaison avec le Plan Calcul[56].

Louis Pouzin mobilise immédiatement son réseau afin de constituer en 1972 une équipe d'une demi-douzaine de personnes[57]. Il commence par recruter Hubert Zimmermann, un ingénieur de l'armement qui travaille alors à la SEFT (Section d'étude et fabrications des télécommunications de l'armée de Terre) et vient d'achever le projet Sycomore, visant à créer plusieurs systèmes de commandement pour l'Armée de terre[57].

Ce sont ensuite Jean-Louis Grangé, un ancien de Simca rencontré à la SACS et qu'il avait déjà débauché pour le « météonome », Jean Le Bihan, concepteur des tout premiers systèmes de temps réel des aéroports français, Michel Gien, l'auteur de Fanny, un langage utilisé pour des systèmes de macro-instructions et ingénieur système au centre de calcul de l'IRIA[Note 32]. Il parvient se faire prêter par la CII Jean-Pierre Touchard, qui a commencé sa carrière comme instituteur avant de tomber en 1963 dans l'informatique en intégrant Bull, Michel Elie et Philippe Chailley, tous trois associés au projet pour représenter l'industrie[58].

Très vite, Louis Pouzin et son équipe s'approprient le projet de la DGI auquel Louis trouve un nom, Cyclades, du nom de l'archipel grec[55],[Note 33].

Le choix de la commutation de paquets[modifier | modifier le code]

Avant toute chose, la DGI doit passer un accord avec le Centre national d'études des télécommunications (CNET), le « labo des Télécoms », afin d'utiliser gratuitement les lignes et les modems des PTT. Le 1972, Louis-Joseph Libois, directeur général des télécommunications (DGT), et Maurice Allègre, délégué à l'informatique (DGI), décident de faire travailler ensemble les équipes du CNET et de l'IRIA[55],[Note 34]. Depuis un an, le laboratoire de recherche des PTT réalise lui aussi un réseau de données, baptisé « Hermès »[60]. Les objectifs du Centre commun d'études de télévision et télécommunications (CCETT), de la DGT et de la DGI sont proches et incitent à collaborer plutôt que de se concurrencer.

Selon l'accord passé, les « télécommunicants » et les informaticiens de Cyclades travailleront ensemble à réaliser un seul et unique système de commutation pour leurs réseaux respectifs[55]. Très rapidement des dissensions apparaissent sur des questions techniques. Si les ingénieurs des PTT, tout comme ceux de Cyclades, sont partisans de la commutation de paquets[Note 35] (packet switching) plutôt que la commutation de circuits[Note 36], les deux équipes n'arrivent pas à s'entendre sur le mode concret d'acheminement des données.

Dans la commutation de paquets, on peut concevoir une première approche où les paquets d'un même message se suivent et empruntent tous le même itinéraire. C'est la voie qui va être choisie par les « télécommunicants » et que l'on appelle les circuits virtuels. Elle présente selon eux un meilleur taux de sécurité et de fiabilité pour l'acheminement des messages et une plus grande facilité pour facturer les transmissions des données. L'équipe Cyclades – les « Cyclamen[61] » Louis Pouzin, Hubert Zimmermann et Jean-Louis Grangé, etc. – penche pour le « routage adaptatif » où les paquets ne se suivent pas dans le réseau, mais empruntent des voies différentes au gré de la disponibilité des commutateurs et lignes, puis sont rassemblés à destination pour reformer le message initial[54].

Invention du datagramme[modifier | modifier le code]

Louis Pouzin entreprend début 1972 un périple d'étude aux États-Unis (Philadelphie, Los AngelesUCLA, RAND, SDC (en) et IBM –, San FranciscoSRI, Berkeley – et à nouveau le MIT à Boston)[62]. Il part y rencontrer Larry Roberts (lié à l'ARPANet) et Barry Wessler, qui créeront plus tard en janvier 1975 Telenet[63], premier réseau commercial d'ordinateurs, précurseur d'Internet, ainsi que Leonard Kleinrock, l'un des principaux inventeurs du principe de la commutation de paquets, sans oublier son ami Fernando José Corbató[61].

Il revient avec l'idée de concevoir pour Cyclades un système de commutation de paquets[5] et de réseaux de communication[61] interconnectés via des passerelles qu'il baptise le « Catenet (en) »[64],[Note 37]. Dans son esprit, le catenet permettrait également un jour d'interconnecter les autres réseaux en cours de conception aux États-Unis (Arpanet) et en Europe (NPL (en)). C'est ce concept de « réseau des réseaux » – qui, en 1972, reste alors à créer – qui inspirera quelques années plus tard Vint Cerf dans le cadre du projet ambitieux de passer d'Arpanet à Internet (qui signifie littéralement « inter network », ou « réseau des réseaux »[65],[66]).

Les « Cyclamen » imaginent pour Mitranet[Note 38], le réseau de Cyclades qui sera rebaptisé Cigale[Note 39], une architecture à deux niveaux[66], d'un côté un protocole d'échanges de paquets et de l'autre un protocole de transport[5] d'ordinateurs à ordinateurs connectés[66],[Note 40]. En 1972 aucun réseau n'a encore été conçu autour des seuls paquets indépendants, le projet Cyclades est le premier à appliquer intégralement ce concept[69].

Après avoir réalisé un an plus tard, durant l'hiver 1973, ses premières démonstrations[Note 41] publiques de Cyclades (4 ordinateurs sont alors reliés par un premier nœud) lors du deuxième séminaire européen sur les réseaux de l'IRIA à Venise[72], lors du troisième Data Communications Symposium de Tampa en Floride, enfin le 8 devant le ministre des PTT[Note 42] à Paris, Louis Pouzin peut revendiquer à juste titre le statut d'inventeur du « datagramme[Note 43] » ou « paquet de données transmis en mode sans connexion[Note 44] ».

Incubateur Cyclades[modifier | modifier le code]

À l'automne 1972 Gérard Le Lann, qui a commencé sa carrière au CERN, renforce l'équipe Cyclades et rejoint l'université de Rennes pour former une petite équipe Cyclades délocalisée, destinée à simuler le réseau et les protocoles, élaborés à Rocquencout, de communication entre ordinateurs[70]. Louis Pouzin l'envoie en 1973 aux États-Unis où il rejoint l'équipe de chercheurs de Vint Cerf à Stanford. De à il contribue à l'amélioration du protocole de communication du réseau Arpanet et fait profiter les « Cyclamen » de son retour d'expérience[76].

Bernard Nivelet, un ingénieur du CNRS qui sera en 1984 directeur technique de Bull-France, devient en le responsable du centre de calcul et des moyens informatiques de l'IRIA, dont les ordinateurs de connexion au réseau Cigale. Entre 1973 et 1975 Louis Pouzin complète son équipe avec de nombreux jeunes ingénieurs issus de sociétés de service, comme la SACS, Cap Sogeti ou la SESA, lesquels, des années plus tard, participeront pour la plupart à des projets de réseaux français[5]. Elle s'étoffe encore avec l'arrivée en 1975 du franco-libanais Najah Naffah, doctorant à l'ENST, qui se verra confier en 1979 le projet-pilote Kayak[77],[Note 45].

Des ingénieurs américains viennent en stage à partir de fin 1972 pour travailler avec l'équipe Cyclades[Note 46]. Les deux projets américain et français n'entrent pas en concurrence mais s'enrichissent mutuellement de leurs recherches sur un domaine d'avant-garde[Note 47], malgré un enjeu industriel important[80]. Louis Pouzin et Hubert Zimmermann font partie des groupes de réflexion sur les réseaux de l'IFIP (International Federation for Information Processing) et de l'INWG (International Network Working Group)[Note 48] et participent activement à l'International Standard Organisation (ISO)[Note 49] pour la définition de protocoles favorisant les réseaux hétérogènes[81], le modèle OSI que l'on appelle « à sept couches[Note 50] ».

L'équipe Cyclades enchaîne en 1974 les colloques, conférences, événements internationaux, où se croisent régulièrement les chercheurs et spécialistes de réseaux (National Computer Conférence (en) (NCC)[82],[Note 51], sixième congrès de l'IFIP à Stockholm[84]). Les conférences succèdent aux publications. Alors que le réseau expérimental RCP[85] est à peine ouvert par les PTT[86], celui de Cyclades est au sommet de son art[87],[Note 52].

Une coopération de façade[modifier | modifier le code]

Selon l'accord passé le 1972 entre leurs directions, les « télécommunicants » du CNET et les informaticiens de Cyclades travaillent ensemble à réaliser un seul et unique système de commutation pour leurs réseaux respectifs[55], mais très rapidement des dissensions apparaissent, les deux équipes n'arrivant pas à s'entendre sur le mode concret d'acheminement des données.

Durant l'été 1972 un bras de fer s'engage dans la discrétion entre l'équipe Cyclades, qui commence à développer le catenet, indépendant de la qualité de service des réseaux[69], et les ingénieurs du CNET qui ont programmé un ordinateur PDP-11 (de DEC et non pas CII) pour en faire le premier nœud du futur réseau expérimental du projet Hermès – futur Transpac – à commutation de paquets RCP[85],[Note 53] destiné à fonctionner avec des circuits virtuels[69],[88].

Au printemps 1973 Louis Pouzin constate que l'accord de coopération entre les deux équipes n'a pas mis fin au projet parallèle du CNET, les « télécommunicants » continuant à plancher sur leur propre réseau[81]. Les contacts entre les deux équipes, qui sont rares, se font surtout par supérieurs hiérarchiques interposés (Maurice Allègre à la DGI, Louis-Joseph Libois à la DGT). Chacun poursuit son projet dans son coin, tout en tentant de sauver les apparences[89]. Fin 1973 les tensions sont toujours plus fortes, plus question de travailler ensemble sur un improbable système commun ; les « télécommunicants » et les « Cyclamen » se mettent en quête de caution internationale pour trancher leur différend technique[83].

Louis Pouzin se montre même très provocateur et ne cache pas, en public, son désaccord vis-à-vis des circuits virtuels choisis par le CNET, alors qu'il est censé devoir rester en bons termes avec lui. Il cultive depuis ses premières expériences professionnelles chez Bull et Simca ce caractère entier que s'efforcent de freiner, sinon canaliser, Michel Monpetit, le directeur adjoint du SESORI[Note 54] à l'IRIA, mais aussi Hubert Zimmermann[89].

Début 1974 les relations déjà tendues s'enveniment ; les deux camps ne parviennent pas à trouver un terrain d'entente[91]. D'un côté les PTT défendent leur monopole avec une politique fermée des communications, de l'autre Cyclades milite pour une position ouverte, avec des protocoles ouverts : deux visions complètement incompatibles, autant que Windows, construit sur des protocoles et des programmes propriétaires, et Linux, où tout est ouvert[91].

La confrontation semble inévitable d'autant plus que le sort s'en mêle et frappe le plus important soutien des « Cyclamen »[91]. Le , deux mois après la présentation de Cyclades au gouvernement[73], Georges Pompidou meurt à deux ans de la fin de son mandat et Valéry Giscard d'Estaing lui succède le .

La fin de Cyclades[modifier | modifier le code]

Enterrement du Plan Calcul[modifier | modifier le code]

Le réseau Cigale passe en 1974 du prototype à quelque chose d'opérationnel qui fonctionne parfaitement sauf que l'administration française des télécommunications a décidé qu'il n'a aucun avenir et qu'il faut tout miser sur le réseau RCP[85] – futur Transpac – lequel, bien que dédié aux échanges de données, ressemble davantage à un réseau téléphonique classique sur lequel il est beaucoup plus facile de prélever des taxes[92]. Pour la direction des affaires industrielles de la Direction générale des Télécommunications, l'idée même du datagramme – paquet de données transmis en mode sans connexion – n'est pas acceptable puisqu'il n'existe aucun moyen de s'assurer que le paquet est arrivé à destination[93].

Louis Pouzin doit également faire face aux pressions exercées sur le président Giscard d'Estaing par Bull, dont les activités d'ordinateurs ont été revendues au début des années 1970 par General Electric à Honeywell, et qui sous le nom de Honeywell Bull relève la tête après des années de vaches maigres[93]. Une partie du marché français lui est interdit de fait par le plan Calcul qui accorde systématiquement des préférences d'achat à CII dans les grandes administrations et les services publics[94]. Bull s'allie avec la Compagnie générale d'électricité (CGE)[Note 55],[Note 56], l'une des maisons-mères de la CII, pour mettre fin à Unidata[Note 57] ; c'est une question de survie[94]. Alors commence une formidable guerre d'influence auprès du nouveau chef de l'État qui s'interroge sur la poursuite de ce grand projet européen et elle va opposer deux camps[93].

D'un côté, les partisans de l'alliance européenne conduite par les États, ce qui suppose au préalable un renforcement des moyens financiers de la CII, par exemple en l'adossant au Commissariat à l'énergie atomique (CEA) ; parmi eux, la DGI, mais aussi des hauts fonctionnaires et quelques ministres dont Jacques Chirac, le chef du gouvernement. De l'autre, les adeptes d'une solution libérale consistant à fusionner la CII avec un groupe privé, de préférence américain ; parmi eux, Ambroise Roux, patron de la CGE, vice-président, chargé de diriger la commission économique générale du CNPF (qui deviendra en 1998 le Medef), mais aussi Paul Richard[Note 58], PDG de Thomson-CSF, dont l'enthousiasme pour le projet Unidata tiédit de jour en jour, les hauts fonctionnaires du ministère de l'Industrie et le ministre lui-même, Michel d'Ornano. Ce camp a trouvé son champion : Jean-Pierre Brulé, le PDG d'Honeywell Bull, qui rêve de casser Unidata – un concurrent qui risque de se révéler redoutable – et, au passage, d'absorber la CII[96].

Le chef de l'État, davantage tourné au début de son mandat vers l'atlantisme que vers la construction européenne, se désintéresse du plan Calcul et est très sensible aux arguments de Bull, de la CGE et de Thomson. Quelques semaines à peine après la mise en place du gouvernement Chirac, le nouveau ministre de d'Industrie adopte une « nouvelle vision industrielle » et remplace en la DGI par la Direction des industries de l'informatique et de l'électronique[97] (DIELI) au champ plus vaste, incluant l'électronique, mais aux pouvoirs plus modestes. Maurice Allègre, découragé, en tire les conclusions en démissionnant ; Jean-Claude Pelissolo, ingénieur de l'armement formé à l'ENST, lui succède. Un an plus tard, le 1975, le gouvernement donne officiellement son accord à l'acquisition de la CII par Honeywell-Bull[Note 59] et annonce son retrait d'Unidata[Note 60] : c'est l'enterrement du Plan Calcul[94],[Note 61].

Mise à mort de Cyclades[modifier | modifier le code]

Minitel 1
Minitel 1.

Le projet Cyclades n'est pas arrêté pour autant. Les PTT continuent de louer et de garder en service les lignes téléphoniques utilisées par Cigale, mais les « Cyclamen », qui depuis des mois continuent de développer un réseau opérationnel et prometteur, se retrouvent brusquement non seulement sans argent pour financer leurs travaux (autre que celui, limité, de l'IRIA), mais aussi sans le moindre soutien, ni industriel, ni gouvernemental. La confrontation entre les informaticiens de Cyclades et les « télécommunicants » du CNET s'est transformée d'un coup en un rapport de force inégal, la lutte du pot de terre contre le pot de fer. Dès 1975-1976, il paraît alors assez clair que les gens des Télécoms vont gagner la bataille[100].

La DGT tient absolument à neutraliser ce concurrent tandis que Louis Pouzin, aux convictions bien enracinées dans le bien-fondé de ses recherches, s'évertue à expliquer à la communauté scientifique que Cyclades et les réseaux à datagrammes représentent réellement l'avenir. Il se voit objecter que le réseau RCP/Transpac, et plus largement les réseaux fondés sur la norme X.25, en cours de développement, sont l'avenir du fait que ces réseaux en circuits virtuels sont alors les seuls types de réseaux numériques où l'on a résolu le problème de la facturation, donc de la rentabilité[Note 62], mais aussi de la sécurité[100].

En septembre 1976, le Comité consultatif international téléphonique et télégraphique (CCITT) de l'ONU, l'instance de normalisation du monde des télécommunications, émet une « recommandation » qui établit la norme X.25 – un protocole conçu à l'origine pour Datapac (en) au Canada, pour Tymnet (en) et Telenet (en) aux États-Unis, mais très proche, voire fortement inspiré de celui du réseau RCP[85] – comme un standard à suivre pour les réseaux à commutation de paquets[101]. Même s'il ne s'agit que d'une recommandation, Cyclades, qui mise sur les datagrammes, se retrouve toujours plus isolé.

Le , les « télécommunicants » passent à l'étape suivante de leur projet, désormais sans concurrence : RCP devient officiellement Transpac, le premier réseau commercial de transmission de données par paquets en France, et son protocole repose entièrement sur la norme X.25. Ce réseau, d'abord destiné aux professionnels, sera finalement utilisé par les PTT en 1982 pour faire fonctionner le système du minitel et ses services grand public, dont les plus connus restent les « 36 15 » jusqu'à l'abandon et la fermeture le du kiosque Télétel[102],[Note 63].

Durant toute cette époque entre 1975 et 1978, en catimini, sans support ni budget mais en utilisant les lignes des PTT, Louis Pouzin et son équipe poursuivent leurs travaux malgré un courrier d'André Danzin, directeur de l'IRlA, les enjoignant de ne plus s'occuper de réseaux[Note 64]. Cigale continue ainsi d'être exploité par le centre de calcul de l'IRIA et utilisé par des centres universitaires, en tant que « banc d'essai de la future informatique répartie »[40]. Puis, progressivement, les centres universitaires participant à Cyclades finissent par passer à autre chose. En l'absence de financement et de soutien, le projet meurt à petit feu, jusqu'à sa déconnexion en janvier 1978[100],[Note 65].

Pour les hommes politiques qui soutenaient le plan Calcul, les gens de la CII, les chercheurs de l'IRIA, les entreprises partenaires, les organisations qui utilisaient le réseau Cigale, c'est l'incompréhension totale et personne ne s'explique cette volteface de Valéry Giscard d'Estaing qui laisse derrière elle comme un goût d'amertume[Note 66]. Personne n'a anticipé, sans doute aussi, qu'elle provoquerait comme une fuite des cerveaux. On avait affaire à des gens totalement investis, qui avaient acquis des compétences et passaient leurs jours et leurs nuits, ainsi que leurs weekends, à travailler pour développer des ordinateurs ou pour construire Unidata et on les a fait partir soudainement en les écœurant, l'effet contraire de celui escompté au départ de moderniser la France[104],[105].

Arpanet versus Cyclades[modifier | modifier le code]

Pourquoi, alors que les projets Arpanet aux États-Unis et Cyclades en France sont à l'époque si proches, le premier s'est-il poursuivi jusqu'à donner naissance à l'internet, quand le second, qui promettait pourtant de constituer la base d'un véritable réseau d'ordinateurs européen, a été totalement enterré[105] ?

Les chercheurs américains ont un grand avantage : ils sont financés par un poids lourd national, la DARPA, avec des objectifs « fermes » et une vision clairement définie. En parallèle, les scientifiques anglo-saxons sont soutenus par l'entreprise Bolt, Beranek and Newman (BBN), ainsi que par des universités prestigieuses : UCLA, Stanford Research Institute (Université Stanford), Université de Californie à Santa Barbara. Les États-Unis ont un mode de fonctionnement où l'on commence par « implémenter »[106], cela devient ensuite un standard et enfin tout le monde fait pareil. Il s'agit ensuite pour eux d'un marché unique avec une forte volonté politique, une vision industrielle de la DARPA qui sait mettre les moyens qu'il faut pour un développement d'abord national, puis international[107].

Arpanet s'étend ainsi avec des nœuds de réseaux qui se multiplient, des démonstrations qui convainquent les industriels lors de grands shows (comme le « Computer Fair » aux États-Unis en 1973 et 1974, avec notamment une démonstration d'échange avec Cigale en France et le NPL Net (en) au Royaume-Uni). Au début des années 1980, il y a ensuite la décision décisive de la Défense américaine de séparer Arpanet en deux réseaux, l'un militaire – MILnet (en) qui deviendra le DDN (en) – et l'autre, universitaire et indépendant – NSFnet (en) – que les militaires abandonnent au monde civil[108].

Ce réseau purement civil mis à disposition des universitaires pour relier les réseaux existants en « -Net » – Ethernet, CSNET, Bitnet et Usenet – non encore communicants via Arpanet est alors repris par les entreprises commerciales américaines, qui commencent à développer des systèmes de vente et de publicité. Jusqu'à ce que tous ces réseaux de communication interchercheurs, Arpanet et ses clones, soient reliés dans un seul « réseau des réseaux », permettant en 1993 d'ouvrir l'internet au commerce.

L'idée de Cyclades, qui anime un projet beaucoup plus collaboratif, consiste plus à commencer par standardiser avec des discussions dans des organismes de standardisation internationaux, puis d'essayer ensuite de se mettre d'accord avec les PTT. Les univers des « Cyclamen » et ceux des « télécommunicants » ne sont pourtant pas si éloignés que ça à l'origine, ce sont deux mondes qui se connaissent bien : à la DGT, Alain Profit[109], chargé de mission aupès de Maurice Allègre, vient du CNET et du domaine des Télécoms (il y a un aller-retour régulier entre ces deux organismes), tandis que le projet Cyclades n'est pas destiné à être un produit mis à la disposition d'une clientèle des télécommunications : c'est le rôle de la DGT[107].

Mais entre 1976 et 1978 les affrontements entre techniciens se font toujours plus violents, jusqu'à enterrer définitivement tout espoir de réconciliation. Pendant la période durant laquelle Cigale continue de fonctionner, mais sans budget, Louis Pouzin utilise à fond son réseau de connaissances professionnelles pour défendre et promouvoir à l'international sa vision d'un système de communication reposant sur les datagrammes et s'opposer publiquement à celle du CNET et de l'administration des Télécommunications[Note 67]. Il se montre si entier lorsqu'il essaie de véhiculer ses idées que, durant l'été 1976, André Danzin intervient même en personne pour défendre la nécessaire bonne entente entre l'IRIA qu'il dirige et les PTT, même si elle n'est alors plus que de façade[107],[Note 68].

Les interventions de Louis Pouzin pour défendre les datagrammes porteront leurs fruits, même des années après la fin de Cyclades – ses recherches étant reprises dans les années 1980 par Vint Cerf et Bob Kahn pour leurs propres travaux, dans le cadre d'Arpanet et du développement du protocole TCP/IP. Si le projet expérimental Cyclades a perdu la bataille politique, il semble avoir finalement remporté celle des esprits.

Louis Pouzin peut être amer[111],[Note 69], tout comme d'autres également, Maurice Allègre, par exemple, qui l'a débauché dans l'urgence[112] en 1971 de la direction informatique de Simca. Réagissant à un article sur la genèse d'internet, le délégué à l'informatique du plan Calcul de De Gaulle, écrit au courrier des lecteurs du Monde, en 1999 :

« Louis Pouzin, polytechnicien et chercheur de très grand talent, (est à l'époque) venu proposer un projet de réseau maillé d'ordinateurs basé sur quelque chose de totalement nouveau : la commutation de paquets. Très vite, les recherches ont connu un plein succès, au point que j'ai déployé de grands efforts pour faire adopter le projet par la direction générale des Télécommunications comme base pour leur futur réseau de transmissions de données », poursuit M. Allègre, « Je me suis malheureusement heurté à un mur ». Le réseau en question s'appelle Cyclades. « Nous aurions pu être parmi les pionniers du monde Internet[113] (...) », conclut le courrier de l'ancien haut fonctionnaire, « Nous n'en sommes que des utilisateurs, fort distants des lieux où s'élabore l'avenir[114]. »

Rapport Nora-Minc[modifier | modifier le code]

Le 1978, peu avant que le réseau Cigale ne soit définitivement débranché et le projet Cyclades enterré, l'Inspection Générale des Finances sort une étude[115] qui désavoue les travaux de Louis Pouzin et de son équipe en les ignorant purement et simplement. Dans leur célèbre rapport[98] de cent soixante deux pages – neuf cent une pages y compris les quatre annexes – sur « l'informatisation de la société[99] », qui préfigure le lancement du réseau minitel, Simon Nora et Alain Minc réfléchissent, à la demande[Note 70] de Valéry Giscard d'Estaing, aux moyens de développer l'usage par les Français de l'informatique, dans un contexte de crise économique.

Selon ces deux hauts fonctionnaires, alors que l'on assiste à l' « avènement[116] » de ce qu'ils nomment la « télématique[116] » (ou « imbrication croissante des ordinateurs et des télécommunications[117] »), et que ce nouveau secteur représente pour le pays un « enjeu de croissance[118] » et de «souveraineté[118] », l'électronique grand public reste « peu développée[119] » en France malgré le plan Calcul, la création de la CII et d'Unidata. La France serait alors relativement absente de la scène de la « grande informatique[120] », écrivent-ils, et l'espoir reposerait sur le projet Transpac[121] de la DGT, conforté par l'adoption du protocole X.25, en 1976 par le CCITT, « pour la normalisation des transmissions de données[122] » ainsi que sur les travaux du CNET, « organisme au cœur des mutations à venir[120] ».

Le champ est désormais libre pour le réseau Transpac, qui alimentera dans les années 1980 le minitel sous le nom de réseau Télétel[102],[Note 71].

L'après Cyclades[modifier | modifier le code]

En tant que directeur de projets pilotes à l'IRIA, Louis Pouzin supervise des projets de recherche qui n'ont plus grand chose à voir avec les réseaux. Il gère de loin un projet de robotique, « Spartacus », destiné à aider les tétraplégiques en leur permettant de recouvrer une certaine autonomie[123]. Il lance aussi un projet de bases de données réparties, ainsi qu'un projet « SOL » de réécriture d'Unix en langage Pascal plutôt qu'en C, dont il confie la direction à Michel Gien[124]. Enfin, il charge également le jeune Najah Naffah de réfléchir au « poste de bureautique du futur », à travers le projet « Kayak[79],[125] ».

Le ministère de l'Industrie crée le 1979 l'Agence de l'Informatique[126] (ADI) dont la vocation est de promouvoir les nouveaux usages de l'informatique en France dans le secteur privé et la recherche orientée vers ces usages[127]. L'année suivante, l'IRIA devient l'INRIA[128] ; l'équipe de Cyclades est de son côté totalement et définitivement démantelée. Louis Pouzin refuse malgré maintes sollicitations de rejoindre Bernard Lorigny qui préside désormais l'ADI. Avec Hubert Zimmermann, il choisit de passer « à l'ennemi » et d'offrir ses services au CNET dirigé alors depuis 1978 par Maurice Bernard que Louis connaît bien, mais moins d'un an plus tard le , changement de direction et de politique, Maurice Bernard est remplacé par Jean-Pierre Poitevin[129].

Frustré, Louis Pouzin reste tout de même au CNET, dans un grand bureau, à Issy-les-Moulineaux. Pour tromper l'ennui et continuer à œuvrer dans le domaine des réseaux, Louis change, en interne, de casquette : au nom du CNET, il collabore avec l'Institut européen des normes de télécommunications (ETSI), afin de développer une normalisation européenne en informatique. Avec Hubert Zimmermann, il défend le modèle de communication à « à sept couches » de l'OSI. Ce modèle théorique ne réussira toutefois pas à percer « car trop ambitieux », et sera supplanté en 1983 par le modèle à quatre couches de TCP/IP[129].

En 1989 (au même moment où les États-Unis décident d'ouvrir l'internet au commerce), après plusieurs années au CNET, Louis Pouzin rejoint Theseus (en), une école de management pour ingénieurs, à Sophia Antipolis, près de Nice. Pendant quatre ans jusqu'à sa retraite en 1993 à l'âge de soixante-deux ans, il y enseigne comme doyen de technologie[130] l'informatique et les réseaux. Sa « retraite » ne durera que sept ans, avant qu'il ne recommence à s'intéresser aux réseaux, et plus précisément à la Gouvernance d'Internet[129].

Le datagramme après Cyclades[modifier | modifier le code]

La mort de Cyclades n'a pas entraîné la fin du datagramme qui a simplement été repris par d'autres, sous un autre nom : TCP/IP. Entre 1973 et 1974, Vinton Cerf, trente et un ans, professeur à Stanford, et Robert Elliot Kahn, trente-six ans, ingénieur chargé des études sur l'architecture du réseau Arpanet pour la DARPA, planchent sur un protocole réseau d'échange de paquets capable de remplacer le protocole de communication « poste-à-poste » NCP (Network Control Protocol), utilisé jusqu'alors par Arpanet et jugé trop « primitif », afin de créer ensuite un « réseau des réseaux », baptisé l'« internetwork[131] », puis l'« internet[132] » – un concept très proche du Catenet (en)[64] de Louis Pouzin[Note 72].

Louis Pouzin les rencontre très souvent lors de différents congrès et un noyau de chercheurs internationaux sur les réseaux commence à se constituer. On coopère facilement, il n'y a aucune concurrence et l'on partage tout [Note 73]. Mais en 1978, Cyclades étant stoppé net par les PTT, le champ est désormais libre pour ceux qui reprennent les recherches. C'est ainsi que Vinton Cerf et Robert E. Kahn s'emparent, pour leur propre protocole de communication, du concept du datagramme, avec sa notion d'indépendance de paquets[Note 74]. À la suite de leurs travaux[135], la DARPA, les chercheurs de Stanford et la BBN établissent trois réseaux TCP/IP entre 1975 et 1983[136], année où NCP est déclaré obsolète. Le Arpanet bascule l'ensemble de ses protocoles de communications sur la suite protocolaire TCP/IP[133].

Quel est, dans ce contexte, l'apport de Cyclades ? Louis Pouzin et son équipe ont-ils joué un rôle, même indirect, dans la création de l'internet ? Est-il l'un des « pères de l'internet », comme l'ont carrément surnommé les organisateurs du Prix de la reine Elizabeth pour l'ingénierie (Queen Elizabeth Prize for Engineering[137]), qui lui a été remis le à Buckingham Palace[Note 75]. Les versions divergent selon les acteurs ; les historiens du Net, quant à eux, préfèrent voir l'histoire du « réseau des réseaux » comme une aventure collective et non pas celle d'une poignée d'individus[139]. Les gens qui l'ont inventé sont venus du monde entier, ils ont travaillé dans des endroits aussi variés que le réseau informatique français Cyclades, le National Physical Laboratory d'Angleterre, l'université d'Hawaï, Xerox et la DARPA, etc.[140]

Vinton Cerf cite fréquemment les travaux de Louis Pouzin, qu'il surnomme le « gourou des datagrammes[141] », comme l'une de ses influences clés. Robert Kahn, de son côté, a une attitude assez distante face au travail de l'équipe Cyclades et, contrairement à Vinton Cerf, il n'a pas travaillé directement avec Louis. Si les relations entre les deux sont cordiales, chacun a une version différente de ce qui s'est passé en 1974[139]. Malgré l'impression de s'être fait « mal copié[142] », Louis ne nourrit ni regrets, ni déception, ni jalousie vis-à-vis d'eux. Selon lui, « comme nous n'avons pas déposé de brevets, ils ne nous doivent rien ! Finalement, ce sont les Américains qui ont sauvé les datagrammes ! Car s'ils ne les avaient pas récupérés, à l'heure actuelle, nous utiliserions tous le X.25 ! »[142].

On parle de lui comme le père de l'internet[143], mais dans l'équipe Cyclades, quelques-uns regrettent le fait qu'il ne la mentionne presque jamais. À écouter ses conférences, il aurait fait Cyclades tout seul, l'internet tout seul. Certains le prennent mal[143] comme Gérard Le Lann pour qui, pas de doute, grâce aux rencontres entre les chercheurs français et américains – et notamment grâce sa propre venue à Stanford entre mai 1973 et juin 1974 – les Français ont contribué à faire naître la notion de datagrammes « purs[139] », mais l'ancien membre du projet Cyclades refuse de reconnaître en Louis Pouzin l'inventeur, ou en tout cas le seul inventeur, du datagramme[139].

Les retraites de Louis Pouzin[modifier | modifier le code]

Après quatre ans passés sur la côte d'Azur à enseigner à Theseus (en) l'informatique et les réseaux, Louis Pouzin décide en 1993 de prendre sa retraite[Note 76] , à l'âge de soixante-deux ans. De retour à Paris, il continue cependant à donner pendant six ou sept ans des cours et des conférences à Sophia Antipolis ou animer des séminaires, activité qu'il interrompt assez vite lorsqu'il constate que les sujets proposés s'éloignent des réseaux, son vrai centre d'intérêt[144].

Le Web et l'internet[modifier | modifier le code]

Apparu vers 1990, le World Wide Web est né au CERN près de Genève ; pour le promouvoir, le centre de recherches nucléaires verse le ses logiciels Web dans le domaine public[145]. Cette nouveauté suscite très vite un engouement. La possibilité de visualiser par un simple clic une page située n'importe où dans l'internet est une invention en rupture totale avec l'existant, une révolution. Un langage standard de description de page élimine pratiquement les différences de présentation entre logiciels de navigation : sans cela, la Toile ne serait qu'une collection de fichiers disparates. Dès son apparition, les entreprises américaines flairent la bonne affaire et en moins de deux ans le Web devient l'internet[146].

Le financement d'internet est assuré dans les années 1990 par des crédits militaires américains avec comme objectif de créer à terme des technologies utilisables par les armées. Les projets de recherche sont gérés par des scientifiques, et ce sont surtout les publications qui permettent d'évaluer les avancées. Le grand public et le milieu des affaires ne sont même pas au courant. Mais à ce stade initial les outils de développement de sites Web et l'expérience de présentation visuelle sont peu évolués. Malgré leurs limites techniques les sites Minitel des journaux français et du Club Méditerranée ont dix ans d'avance (le kiosque minitel fermera en ) et sont bien mieux conçus et plus attrayants[146].

La mainmise des États-Unis[modifier | modifier le code]

En 1998 est créée l'ICANN[147] (Internet Consortium for the Assignment of Names and Numbers), société privée californienne sans but lucratif liée par contrat au DoC (Department of Commerce). Elle hérite des fonctions de coordination technique assurées jusqu'alors par un seul chercheur, Jon Postel[146]. Aux débuts des années 2000 l'internet développé aux États-Unis est de fait en américain[Note 77] ; la mainmise des Américains sur les ressources critiques comme la racine[149] et les noms de domaine pose un problème, la gestion des langues également.

Un serveur racine désigne la gestion du système de noms de domaine lequel traduit les adresses IP (Internet Protocol) – les numéros d'immatriculation des machines d'un réseau informatique – par des noms compréhensibles par des humains. Ce service fonctionne de la même manière que les renseignements téléphoniques : l'internaute tape le nom d'un site (son adresse web), par exemple www.wikipedia.org​[Note 78], dans la barre de recherche de son navigateur web et ce dernier envoie une demande au nom de serveur compétent. La saisie www.wikipedia.org​ est chargée dans la base de données laquelle transmet en retour l'adresse IP enregistrée au navigateur, dans l'exemple 91.198.174.192​[150]. Car www.wikipedia.org​ est plus simple à mémoriser que 91.198.174.192​ !

Outre la très mauvaise gestion des noms de domaine, sa ressource principale, l'ICANN refuse d'entendre les demandes des pays non anglophones qui ne peuvent toujours pas bénéficier d'un internet dans leur langage. Toutes les langues ne sont pas traduites en numérique et les noms de domaines sont strictement en code ASCII, ce qui ne satisfait ni les Chinois, ni les Russes, Thaïlandais, Européens, Slaves, etc.[148]. Louis Pouzin va enfourcher son nouveau cheval de bataille : sus à l'ICANN et à son traitement abominable des langues[148]

L'administration Clinton (1993-2001) met la pression diplomatique pour convaincre les Européens de commercialiser l'internet, le libérer du carcan étatique et en confier la commercialisation aux sociétés privées, en d'autres termes préparer le marché à l'hégémonie des sociétés américaines. Mais, pour les milieux politiques européens, l'internet n'est qu'une anticipation lointaine ; ils écoutent poliment, sans plus. Le message est pourtant clair : l'internet est désormais une affaire de commerce, sous l'autorité du gouvernement américain, mais, pour des raisons d'efficacité et surtout pour ne pas provoquer de réactions négatives de l'étranger, la gouvernance d'Internet est confiée à l'ICANN, une société privée.

On le saura plus tard en 2013 avec les révélations d'Edward Snowden, l'usage de l'internet comme outil d'espionnage mondial[Note 79] est déjà en cours de mise en place, à la barbe de tous, notamment des citoyens américains[146],[Note 80]. Louis Pouzin ne manquera jamais une occasion de rappeler que l'internet est construit sur du sable. Pour lui, il s'agit d'une version de test, mise en service sans vocation à devenir le support du développement mondial. Mais en France, jusqu'à cette affaire[154], parler de surveillance par les États-Unis relève de fantasmes et Louis Pouzin restera longtemps inaudible sur ce sujet quand il n'est pas ignoré, ou pire, attaqué[155].

La communauté internet française[modifier | modifier le code]

En fin des années 1990 en France, l'internet est désormais bien installé mais mal diffusé, le monopole de France Télécom et ses tarifs prohibitifs[144] n'aidant pas à la démocratisation de l'outil. Le terme de Gafa n'existe pas encore, Microsoft est prépondérant. Le navigateur Netscape Navigator remplace de plus en plus le vieux Mosaic, on parle même de regarder un jour de la vidéo en ligne, mais on a toujours un modem 56k[144]. La communauté internet française existe et se retrouve dans des colloques ou des lieux comme L'Atelier Paribas[156],[Note 81], ou les rencontres internet d'Autrans lancées en 1997 par Bruno Oudet, alias Papy Frog[Note 82] qui ont été, jusqu'à leur arrêt en 2012[160], un espace à part dans la vie de l'internet français, une sorte de parenthèse enchantée[144].

Les rencontres d'Autrans sont aussi des occasions pour Louis Pouzin de contrer pas mal d'idées reçues sur la création de l'internet et sur la gestion du réseau. Il participe de plus en plus activement aux réunions et délaisse ses activités de programmation. Dans les réunions plénières il prend plaisir à démonter les arguments des représentants des lobbies américains et à enfoncer le clou sur les monopoles existants[161],[Note 83].

Aux rencontres de 2001, la question d'une participation au premier Sommet mondial sur la société de l'information[163],[Note 84] (SMSI) organisé par l'IUT (une agence de l'ONU) et prévu pour sa première phase à Genève en 2003 préoccupe déjà les esprits ; émerge l'idée de créer une structure permettant d'y être accrédité, une association loi de 1901 à constituer lors d'une réunion à venir[148]. Une assemblée générale de création se tient à Versailles en  : l'association Eurolinc[164] est née[Note 85] et accréditée sans problème auprès du SMSI.

Louis Pouzin fait évidemment partie de l'association qui dans sa déclaration à la préfecture des Yvelines[165] fait sienne son dernier cheval de bataille : « défendre et promouvoir les noms de domaine internet utilisant les caractères et l'accentuation des langues d'origine européenne et des projets tournés vers le multilinguisme des sites, des applications et de l'information des utilisateurs, en particulier pour les sites des administrations et des services publics ».

Genève, SMSI première phase[modifier | modifier le code]

La même année 2001, l'ambassadeur français délégué à ce premier SMSI, Michel-Yves Peissik[166], ancien secrétaire général de l'IRIA, contacte[130] Louis Pouzin pour l'aider à la préparation du sommet et composer la délégation française dont Louis en tant que représentant d'Eurolinc, et d'autres internautes des rencontres d'Autrans, intégrés discrètement[167]. De juillet 2002 à l'automne 2003 lors de réunions préparatoires (PrepComs), Louis Pouzin rencontre de très nombreux diplomates qu'il tente de convertir à l'internet, mais il se rend vite compte que la plupart ne connaissent rien aux réseaux informatiques et n'en mesurent pas les enjeux à cause de l'« intox américaine[134],[Note 86] ».

Le Claudie Haigneré, ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles technologies du second gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, ouvre l'Intersessional Meeting au siège de l'Unesco à Paris. Dans son discours d'ouverture devant un aréopage de cadres de l'ICANN et plus de sept cent cinquante délégués du monde entier venus spécialement pour prendre la température du futur sommet onusien à la forme assez inédite, elle déclare qu' « une bonne gouvernance, c'est-à-dire la responsabilité équitable et transparente de la gestion des noms de domaine et de l'attribution des adresses, devrait désormais incomber à une instance multilatérale et multinationale. Ce sera un des éléments de la position de la France et de l'Europe au SMSI[168] ». Le sujet est délicat, la racine de l'ICANN et la suprématie des États-Unis ne sont officiellement pas au programme alors qu'en fait c'est bien le sujet principal[167].

Certaines délégations pensent que le gouvernement français va s'opposer aux Américains, ce qui est loin d'être le cas, ces enjeux n'étant pas toujours bien compris en haut lieu[167]. Cette réunion de Paris est restée chez les pays non-alignés comme « le souffle de la liberté » venant de Paris. La France a toujours cette aura auprès des délégués du SMSI, sans avoir fait officiellement grand-chose de concret[167]. En , pour la PrepCom 3 où Louis Pouzin et Francis Muguet s'activent en coulisses, l'ensemble des pays non-alignés, au premier rang desquels la Chine, le Brésil, l'Égypte, l'Afrique du Sud, l'Iran, l'Inde, mettent au premier plan cette thématique dont l'ICANN et les États-Unis ne veulent à aucun prix.

Les pays non-alignés créent un groupe, les Like Minded Countries (les pays qui pensent pareil)[169]. Dès les premières réunions de préparation en 2001 les clivages s'étaient en effet dessinés entre les États-Unis et ses suiveurs (Royaume-Uni, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Japon et Israël), l'Union européenne paralysée par les divergences entre ses membres[Note 87], et les autres gouvernements opposés aux États-Unis[146].

La première phase du premier SMSI se tient à Genève du 10 au [171]. La déclaration finale[172] est celle des grands principes même si la racine de l'internet est toujours bloquée du côté de Washington et les noms de domaine toujours autant limités dans une langue ASCII inaccessible aux trois quarts de l'humanité. Mais, les pays non-alignés se sont rencontrés, parlé et ont découvert surtout que l'internet n'est pas un problème technique mais politique[169]. À la suite de la pression de ces pays que Louis Pouzin a conseillés, l'Internet Engineering Task Force (IETF), qui élabore et promeut des standards Internet, adopte en 2003 le protocole nom de domaine internationalisé (IDNA) qui permet aux noms de domaine de contenir des caractères non définis par le standard ASCII[134].

La seconde phase de Tunis en 2005 - normalement celle des solutions - aura une teneur différente, les lobbies ayant entre-temps joué leur rôle. Le groupe des Like Minded Countries devient le Group of 77 + China (le Groupe des 77 + la Chine) qu'une mauvaise traduction donne comme les « 78 pays », l'allusion au nombre 77 signifiant en fait « beaucoup » en argot américain[169].

Tunis, SMSI deuxième phase[modifier | modifier le code]

Après cette première phase de Genève, Louis Pouzin replonge à soixante-douze ans passés dans l'arène et la Gouvernance d'Internet devient l'un de ses sujets de bataille préféré : l'utilisation des langues, les noms de domaine en langue maternelle, le monopole de la gestion de la racine, tous sujets débattus et amplifiés au sein de l'association Eurolinc[164]. Les contacts qu'il a noués à Genève ne sont pas perdus et la mise en route de la deuxième phase[163] de Tunis est l'occasion pour lui de les relancer sur ces thématiques[173]. Au cours des deux années suivantes 2004-2005, les fractures politiques se renforcent. Des délégués (Arabie saoudite, Chine, Iran, Syrie) s'informent sur les possibilités de construire un Internet national dans leur langue[146].

Louis Pouzin fait toujours partie de la délégation française[174] de Tunis conduite par un nouvel ambassadeur : cette seconde phase du sommet doit être celle des solutions, mais venus en force, les Américains bloquent toute discussion. Créé pour trouver un terrain d'entente entre opposants, le groupe de travail sur la gouvernance de l'Internet (WGIG) (en) propose trois scénarios de gouvernance. Son mérite est de clarifier les composantes et les divergences au sein des États sur leur conception de la gouvernance. Quelques mois avant la clôture des débats, les États-Unis font savoir qu'aucun changement ne serait accepté dans la gouvernance d'Internet par l'ICANN[175].

Pour éviter l'échec du sommet suite à ce diktat, l'idée est lancée de poursuivre le sommet sous un autre nom, le Forum sur la gouvernance de l'internet[176] (FGI). Créé par l'ONU pour cinq ans, ce dernier est chargé de faire converger et de coordonner les actions de tous les organismes impliqués dans la Gouvernance d'Internet. La rédaction des conclusions de cette phase du SMSI est difficile. Une médiation suisse permet de trouver les termes acceptables par les États-Unis et les principaux opposants. Ce document, l'« Agenda de Tunis[176] », est toujours d'actualité[146].

Gouvernance d'Internet[modifier | modifier le code]

La création par le SMSI du forum sur la gouvernance d'Internet reste comme la réussite de Tunis, plébiscitée par tous, sauf par les États-Unis et leurs lobbies, qui n'y voient qu'une duplication de fonctions déjà en place, un gâchis de ressources, etc.[146] « Conformément à l'Agenda de Tunis pour la société de l'information, le mécanisme de mise en oeuvre du SMSI au plan international devrait tenir compte des principaux thèmes et des grandes orientations énoncés dans le plan d'action de Genève[177]. L'UIT, l'UNESCO et le PNUD ont un rôle moteur pour la mise en oeuvre du plan d'action[178] », tels sont ses objectifs. Les grandes lignes de ce plan sont réparties en onze thèmes[179] et sont l'occasion de réunions annuelles à Genève où Louis Pouzin fait régulièrement le déplacement[175].

Louis Pouzin essaie pareillement de se rendre systématiquement aux éditions du forum sur la gouvernance de l'internet, il n'en a raté qu'une seule en 2007 à Rio de Janeiro (trop compliqué d'accès, trop cher[Note 88]). Ce qui n'empêche pas Louis et Eurolinc d'être toujours mis à l'index par l'ICANN[Note 89], l'activisme de l'un ayant fini par agacer sérieusement, tout comme le soutien et l'entrisme de l'autre dans les réunions sur la gouvernance et le multilinguisme. Entre 2005 et 2009 on assiste même à des guéguerres franco-françaises suivies de sa mise à l'écart pour être trop clivant[153]. Son discours n'a jamais changé, Louis est imperméable aux critiques. Quand il croit dans une idée il va au bout quoi qu'il advienne[153],[Note 90].

Le réseau internet chinois[modifier | modifier le code]

Très présents à Genève les Chinois se sont faits plus discrets depuis, car ils ont d'autres priorités. Mettant en œuvre les préceptes techniques qu'ils y ont découverts, ils sont en train tout simplement de créer leur propre racine, en mandarin[180]. Dès la fin de 2005, ils sont indépendants de la racine américaine gérée par l'ICANN et la Chine annonce, après la clôture du SMSI de Tunis, le développement d'un internet en chinois ouvert en 2006[Note 91], même s'il faudra attendre 2007 pour que les médias occidentaux commencent à s'en apercevoir, comme cet article[181] de Gordon Cook qui parle d'un réseau IPv9[182] en précisant bien qu'il s'agit d'une nouvelle racine[Note 92] et non d'un protocole[155].

Cinq ans plus tard le réseau chinois est diffusé dans l'ensemble du pays, sous l'autorité directe du Ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information (MIIT). Il est en haut débit et surveille de près les internautes. Mais le développement du pays et le commerce électronique sont une réalité, et plus de douze ans après sa création, ce sont des millions de Chinois qui sont sur cet énorme réseau[183], avec des interactions limitées vers le réseau de l'ICANN. La réalité chinoise s'impose au monde au travers des entreprises géantes de commerce électronique qui concurrencent les GAFA américains[155].

Le gouvernement chinois a évalué bien avant les autres les enjeux de devenir une colonie numérique des États-Unis, et a aussitôt développé une stratégie concurrente. Le modèle chinois de la gouvernance d'internet, fortement centralisé et policé, n'est pas adapté à l'Europe, qui préfère une harmonisation de services.

Monopole de l'ICANN[modifier | modifier le code]

Un serveur racine désigne la gestion du système de noms de domaine (DNS) lequel traduit les adresses IP (Internet Protocol) – les numéros d'immatriculation des machines d'un réseau informatique – par des noms compréhensibles par des humains. Ce service fonctionne de la même manière que les renseignements téléphoniques : l'internaute tape le nom d'un site (son adresse web), par exemple www.wikipedia.org​[Note 78], dans la barre de recherche de son navigateur web et ce dernier envoie une demande au nom de serveur compétent.

La saisie www.wikipedia.org​ est chargée dans la base de données laquelle transmet en retour l'adresse IP enregistrée au navigateur, dans l'exemple 91.198.174.192​[150] (www.wikipedia.org​ est plus simple à mémoriser que 91.198.174.192​ !). Ce que l'on appelle « extension » en français (Top Level Domain ou TLD dans les autres pays) est le premier niveau, celui qui est recherché en premier lors de la requête d'un internaute, dans l'exemple .org​. Dans le système de noms de domaine, un domaine de deuxième niveau (en anglais Second-Level Domain ou SLD) est un sous-domaine d'un domaine de premier niveau, dans l'exemple, .wikipedia.org​.

Le serveur racine officiel est administré par l'ICANN bien qu'il n'existe aucun document officiel ni signature internationale lui accordant la gestion de fait d'une racine unique[153]. Un nom de domaine – l'équivalent d'une adresse postale – n'a intrinsèquement aucune valeur : la racine[149] n'est qu'une base de données générant des fichiers simples sous forme de liste (un fichier Excel). Une fois l'« extension » créée dans une racine, opération qui est objectivement une manipulation technique à haute valeur ajoutée, ajouter un nom de domaine ne constitue en soi qu'une tâche modeste, une fois effectuée immuable. Il n'y a aucune raison d'en centraliser le contrôle.

Le modèle de l'ICANN fondé sur une location avec renouvellement se transforme de plus en plus en rente de situation, le fait que cette société de droit privé soit un monopole[184], un scandale[185].

Louis Pouzin ne se prive pas de dénoncer ce curieux modèle économique où les utilisateurs paient une première fois un accès à Internet via fournisseur d'accès, opérateurs[186], registreurs, registres, nom de domaine, et finalement ICANN, qui collecte au sommet alors qu'en revanche cet organisme ne paie rien (impôt sur ses revenus) pour tirer bénéfice du réseau de noms de domaines dont se servent les utilisateurs et dont presque tous les opérateurs sont des universités, laboratoires, centres de recherche, archives départementales, etc. lesquels fournissent sur leurs frais généraux leurs services de noms de domaines que paient une seconde fois pour les financer les mêmes utilisateurs en tant que contribuables[146].

Les racines ouvertes[modifier | modifier le code]

Dès la fin du sommet mondial sur la société de l'information (SMSI), Louis Pouzin étudie et rencontre tous ceux qui se targuent de pouvoir faire des « extensions » à la demande[Note 93]. À partir de 2008 il se tourne aussi vers les hommes politiques avec un cas concret, le nom de domaine d'une maçonnerie située à Angers et qui se retrouverait avec une adresse internet en www.maconneriedangers.com​, ce qui met les rieurs de son côté et permet d'expliquer simplement le problème : la langue française n'est pas de l'ASCII, les diacritiques sont indispensables à la communication[185].

Des DNS libres sont apparus aux États-Unis avant l'ICANN et offrent des services personnalisés. Google a ainsi un DNS[187] en propre dont la racine est identique à celle de l'ICANN[149], ce qui lui permet, entre autres, d'avoir la traçabilité, qu'autorise le règlement général sur la protection des données, de toutes les pages visitées par les utilisateurs[188],[Note 94]. Mais il existe d'autres serveurs racine administrés par d'autres entités avec plus ou moins de serveurs répartis ou pas dans le monde et la possibilité de créer leurs propres « extensions ». Lors d'un procès intenté contre l'ICANN par la société Name Space[191], on découvre que cette société gére un portefeuille de plusieurs centaines de noms de domaine qu'elle a détournés à son profit : le .cafe​, le .opera​, le .time​, etc.

Louis Pouzin préfère appeler « racines ouvertes[149] » ces racines longtemps appelées « racines alternatives[192] », par opposition à celle de l'ICANN, fermée et contrôlée par le gouvernement américain[185], laquelle peut décider que tel ou tel pays ne peut utiliser tel nom de domaine. C'est précisément la mésaventure arrivée à la Bulgarie, qui se voit refuser l'extension de .бг​, au motif qu'en caractères cyrilliques, elle ressemble trop au .bl​ du Brésil[184].

Louis crée ainsi le 2011, à quatre-vingts ans passés, Savoir-Faire, une startup[193] qu'il préside depuis ; celle-ci diffuse le modèle « Open-Root »[194],[195] pour la gestion des noms de domaine de premier niveau. Cette société française vend, à vie et à prix coûtant au lieu de louer, des extensions choisies par les clients. Sa racine contient celle de ses clients, celle de l'ICANN, une racine arabe, la racine chinoise, et quelques autres[149]... dont la bulgare[184] !

Louis Pouzin préside par ailleurs le conseil d'administration du Native Language Internet Consortium (en), dont l'objectif est de promouvoir des technologies de gestion multilingue du réseau internet[114],[196],[197], et est également président d'honneur de la Société française de l'internet[198],[199].

La reconnaissance[modifier | modifier le code]

Louis Pouzin est nommé chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur le . La décoration lui est remise par Claudie Haigneré, ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies[200],[201], dans les locaux du ministère situé rue Descartes dans les anciens bâtiments de École polytechnique qu'il a connus jadis dans les années 1950 (il sera promu officier le [202]).

Récipiendaire de nombreux prix, Louis Pouzin obtient une première belle reconnaissance le avec celui de l'ISOC reçu à Genève lors de la conférence Global INET 2012[203]. Malgré les turbulences entre cet organisme et Louis dans les années 2008-2009 il est honoré comme l'un des pionniers de l'internet et inscrit au temple de sa renommée (Internet Hall of Fame)[204]. Une récompense pour l'ensemble de sa carrière, en considération de ses contributions significatives au développement et à l'avancement d'internet, pour son rôle dans l'invention du protocole TCP/IP[205].

Qui l'a entendu se vanter d'avoir inventé le langage Shell ? D'avoir réussi à créer une Pouzin Team qui a fabriqué un logiciel de gestion de la Météo Nationale, Meteos, qui a été utilisé durant quinze ans ? D'avoir prononcé des centaines de conférences internationales qui lui ont fait faire plusieurs fois le tour du monde[206] ? Louis Pouzin n'a jamais prévu de se retrouver sous les projecteurs, contrairement à ses homologues américains[143]. Son travail commence à être davantage reconnu par les historiens de l'informatique et de nombreuses personnes, notamment des universitaires, voient peu à peu en lui une figure importante, qui symbolise la présence des Français dans l'histoire des réseaux[Note 95].

La plus belle reconnaissance de son travail lui vient à l'âge de quatre-vingt-deux ans, de Grande-Bretagne, avec l'attribution le du Queen Elizabeth Prize for Engineering[137],[138] conjointement avec Marc Andreessen, Tim Berners-Lee, Vint Cerf et Robert Kahn. Le prix leur est remis à Buckingham Palace le par la reine Élisabeth II pour leurs contributions majeures à la création et au développement d'internet et du World Wide Web. « Nul n'est prophète en son pays », précise Louis Pouzin, honoré de la sorte hors de son propre pays, assez paradoxalement en Angleterre, « mais il faut garder en tête qu'à l'époque où on a fait Cyclades, on était connus dans le monde entier, des Russes, des Anglais, des Américains[206] ».

L'année 2013 est entièrement consacrée à la gestion de cette soudaine notoriété qui l'étonne. C'est aussi l'année de l'affaire Snowden et Louis Pouzin a beau jeu de rappeler qu'il alertait depuis longtemps sur les activités de la NSA et du FBI. À qui voulait l'écouter il parlait en 2008 de Mark Klein, cet ingénieur d'AT&T qui travaillait dans un de leurs centres en Californie et qui s'était aperçu que toutes les communications internationales de la société étaient redirigées vers la NSA, en toute illégalité[206],[Note 96].

Cybersécurité[modifier | modifier le code]

Après avoir bataillé pour les langues, contre la racine unique, pour une gouvernance partagée, la cybersécurité devient dès 2013 le sujet auquel Louis Pouzin s'intéresse. Il reçoit un soutien appuyé de ceux qui sont confrontés quotidiennement aux méfaits des hackers et à la naïveté des internautes : les cybergendarmes[209] qui ont très tôt compris que rien ne se ferait en développement numérique sans la sécurité des réseaux et que la souveraineté de la France est en jeu[210].

La première édition du forum international de la cybersécurité (FIC) est organisée en 2007 par les cybergendarmes à l'initiative du général d'armée Marc Watin-Augouard. Il s'inscrit dans une démarche de réflexion et d'échanges visant à réunir l'ensemble des acteurs et des décideurs du monde de la cybersécurité afin qu'ils confrontent leurs points de vue et leurs retours d'expérience[211]. Il replace la France dans le peloton de tête des événements européens sur le sujet. Le FIC a fêté sa dixième édition à Lille et au vu de ses contenus[212], il devient à présent un rendez-vous incontournable qui mobilise le ban et l'arrière-ban des grandes entreprises françaises et des responsables politiques, avec à présent une forte participation européenne et internationale[210].

L'année 2018 a connu des attaques très importantes dans le monde et, malgré leur discrétion, les entreprises françaises n'ont pas été épargnées. Dans son ouvrage SandWorm[213],[Note 97] repris dans un article de Wired[214], Andy Greenberg (en) raconte le désastre engendré par la cyberattaque NotPetya et parle entre autres d'une perte de trois cent quatre-vingt-quatre millions de dollars pour Saint-Gobain[215],[Note 98]. Le général Watin-Augouard a la conviction que « dans les quinze ans à venir, un transfert massif des phénomènes criminels du monde réel vers l'espace numérique va s'opérer. Si la communauté internationale ne réussit pas à s'entendre sur des standards communs, si la politique de cybersécurité n'est pas à la hauteur des enjeux, si les citoyens, les entreprises et les États n'en prennent pas conscience, l'avenir sourira aux “nouveaux barbares” »[217],[Note 99].

Les discours immuables de Louis Pouzin sur la cybersécurité et surtout sur la racine gérée par Washington ne peuvent que sensibiliser ces professionnels. Lors de l'édition 2017, il remplace au pied levé une ministre sur le départ et fait le discours[218],[219] inaugural du FIC en parlant sans tabou de la fragilité de l'internet et de la réalité de la souveraineté numérique. Il termine son discours par l'appel au réveil des Européens pour la reprise de contrôle de leurs données. Il y a maintenant un bâtiment « Louis Pouzin[220] » chez les cybergendarmes de la banlieue Nord de Rennes, tandis qu'à Cergy-Pontoise son nom a été donné à une salle du pôle judiciaire de la Gendarmerie nationale (le PJGN)[221].

Reconnaissance de l'étranger[modifier | modifier le code]

En août 2015 Louis Pouzin apprend par un courriel qu'il vient d'obtenir le prix 2015 Lovie Awards (en)[Note 100], catégorie Special Achievement (Lifetime Achievement Award). Une fois encore, Louis est distingué par les Anglais ! Louis ignore qu'il est primé pour le projet Cyclades et l'invention du datagramme et qu'il sera le personnage principal de la cérémonie. « Par la sobriété de cette invention et la simplicité de sa résolution du transfert de paquets de données, Louis Pouzin a posé la plus importante pierre angulaire, toujours d'actualité, de la conception d'internet (with the simplicity that Cyclades brought so early on to packet transfer and receipt, Pouzin thus defined one of the key cornerstones of the Internet's design, and it is one that still holds today[222]) ».

Les organisateurs ont vu les choses en grand avec la projection d'un clip vidéo[223]. Louis fait son discours, as usual, puis reçoit une standing ovation de plusieurs minutes par une salle comble où la moyenne d'âge ne dépasse pas les trente ans. Cela ne lui était pas arrivé depuis longtemps, La dernière fois, c'était à Toronto à la réunion de l'CCITT[110],[224] en 1976 lors de sa présentation « pro-datagramme » et « anti-télécom » qui avait fait entrer en fureur son directeur de l'IRIA, Danzin[221],[Note 101].

Louis Pouzin est nommé homme numérique de l'année en 2016[225], où il est invité par le président de la République arménienne, reçu en grandes pompes à l'Université, au gouvernement, tout le parcours d'un hôte officiel avec plantation d'un arbre (à côté de celui du précédent lauréat, Steve Wozniak, le cofondateur d'Apple). Il découvre que le pays veut vraiment axer son développement sur les réseaux suivant en cela l'exemple de l'Estonie[221].

Les nouveaux internets[modifier | modifier le code]

Louis Pouzin voit défiler dans les conférences de nombreuses entreprises aux marques prestigieuses et ces opérateur d'importance vitale (OIV) qui foncent dans un internet peu sécurisé.

Il tente de leur expliquer en quoi avoir leur propre domaine de premier niveau (TLD) pourrait être un palliatif à ce protocole TCP/IP aux pieds de sable[199] ; que continuer à fonctionner en parallèle de la racine de l'ICANN quand celle-ci est en panne ou fait l'objet d'une attaque du type rançongiciel peut être déterminant ; que communiquer d'une manière discrète et rapide au sein d'une organisation par un intranet mondial serait un avantage concurrentiel évident. Curieusement, ce n'est pas cet argument qui intéresse mais plutôt le fait de ne plus être pieds et poings liés dans des problématiques de portefeuille de noms de domaine : être propriétaire de son TLD signifie que l'on peut créer autant de noms de domaine de deuxième niveau que nécessaire[226].

Il est persuadé que le modèle « Open-Root » va devenir incontournable – c'est l'un des seuls moyens de garantir sa connexion en cas de coupure de la racine ICANN et d'échapper aux cyberattaques – et que l'avenir est en dehors de TCP/IP. Il devine tous les avantages de l'encapsuler dans le nouveau mouvement des Nouveaux Internets qui éclosent depuis 2016. Ce mouvement est devenu adulte depuis 2018, que ce soit la Next Generation Internet[227] (NGI) dirigée par Monique Callisti (Suisse) et son consortium NGI4All[228], ou celui du laboratoire phare de Barcelone, i2Cat[229], dédié à la recherche internet. Mais ces initiatives, certes européennes, ne sont jamais françaises, au grand désespoir de Louis[230].

Pour lui, l'avenir s'appelle RINA (en). Il ne cesse de revenir auprès des décideurs pour faire au moins une réunion d'information, afin que l'industrie et le corps politique ne se retrouvent pas encore une fois à la traîne par rapport aux autres quand RINA sera adopté[231]. En France, des entités étatiques ou industrielles sont bien intéressées par des informations sur ces Nouveaux Internets qui fleurissent, mais restent sourdes face à la méconnaissance par les médias de la réalité de l'internet, et surtout face à des thématiques beaucoup plus vendables et propres à faire jouer l'imagination comme les miracles attendus de la blockchain ou les milliards de dollars qui vont être générés par l'Internet des objets... le tout construit sur un internet frelaté[230],[232] !

À quatre-vingt-sept ans, Louis Pouzin a encore trouvé là une révolution technique passionnante où investir toute sa notoriété et son énergie.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Louis Pouzin présentant Cyclades lors des Journées Réseaux 2013 à Montpellier
Louis Pouzin présentant Cyclades lors des Journées Réseaux 2013 à Montpellier[233].

Louis Pouzin est honoré pour sa contribution (les datagrammes) aux protocoles qui ont permis le développement rapide, peu coûteux et décentralisé de l'internet (« for his pioneering development and effective advocacy of datagram networking, the technology that enabled the rapid, inexpensive, decentralized expansion of the Internet. »)

Décorations[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Louis Pouzin a publié plus de quatre-vingt-dix articles et un livre sur les réseaux d'ordinateurs :

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Par ordre chronologique de parution :

1990-1999
  • (en) Louis Pouzin, A proposal for interconnecting packet switching networks : From EUROCOMP conference proceedings 1974, coll. « Reports // RESEAU CYCLADES, SCH 527 », , 13 p. (OCLC 257871653, présentation en ligne), p. 1024-1036
  • (en) Édouard André, Jean Claude Chupin, Michel Gien et Louis Pouzin (Éditeur scientifique), The Cyclades computer nerwork : towards layered network architecture, Amsterdam, North-Holland Pub. Co., coll. « Monograph series of the International Council for Computer Communications, ISSN 0167-7586 ; 2 », , 347 p. (ISBN 0444864822, OCLC 433891387, présentation en ligne)
2000-2009
  • Michel Cosnard (dir.), INRIA, « L'hebdomadaire des 40 ans de l'INRIA » (années 1967-2007), Code Source, nos 1 à 41,‎ (lire en ligne)
2010-2019
  • Pierre-Eric Mounier-Kuhn (préf. Jean-Jacques Duby), L'informatique en France : de la seconde guerre mondiale au Plan Calcul, l'émergence d'une science, Paris, Presses de l'université Paris-Sorbonne, coll. « Collection du Centre Roland Mousnier », , 718 p. (ISBN 2840506548 et 9782840506546, OCLC 605000885, lire en ligne)
  • Claudia Marinica et Marc Shapiro, Société informatique de France, « Du datagramme à la gouvernance de l'Internet : Entretien avec Louis Pouzin », Bulletin de la société informatique de France, no 6,‎ (lire en ligne)
  • (en) Luca Belli et Primavera De Filippi (préf. Vint Cerf, postface Louis Pouzin), Net Neutrality Compendium : human rights, free competition and the future of the Internet, Cham : Springer International Publishing, , 300 p. (ISBN 3319264257, OCLC 928714166, présentation en ligne)
  • Chantal Lebrument et Fabien Soyez (préf. Korben), Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, Paris, Economica, coll. « Collection Cyberstratégie », , 170 p. (ISBN 2717870474 et 9782717870473, OCLC 1078689980, présentation en ligne) L'ouvrage est la première biographie publiée de Louis Pouzin lors de sa parution.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Fichiers audios[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

De nombreuses vidéos d'interviews ou de conférences de Louis Pouzin sont disponibles tant sur YouTube[237] que sur Dailymotion[238] dont, en particulier :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Jeanne, si intelligente n'a toujours pas trouvé de mari à l'approche de la trentaine. Il faut dire qu'elle est confinée à la maison ... C'est donc le curé de Chantenay-Saint-Imbert que l'on mandate pour prendre l'affaire en main. Il passe une petite annonce dans "Le Chasseur français", magazine grand pourvoyeur de couples. L'appel fait tilt, et, heureux hasard, c'est un autre curé dans la Drôme, qui a justement un gars qui ferait bien l'affaire : le jeune Fernand Pouzin[4]. »
  2. Mon père, « il achetait des arbres et vendait le bois coupé. Il y avait des machines à vapeur, des scies, une affûteuse, une forge… C'était un paradis[5] ».
  3. « Louis adore bricoler, réparer, dévisser, inventer (son cadeau de Noël préféré c'est une boîte de Meccano). Heureusement ! Parce que sans école, pas de vie sociale dans le village, pas de copains... Il adore sa sœur mais les deux enfants vivent en univers clos[4]. »
  4. L'instruction obligatoire, est l'obligation faite aux parents de faire instruire leurs enfants. Elle ne se confond pas toujours avec l'obligation pour les enfants d'aller à l'école. Dans de nombreux pays, dont la France, les parents conservent la faculté de confier leurs enfants à un précepteur ou de les instruire eux-mêmes dans le cadre de l'Instruction à domicile.
  5. Pendant sa scolarité à l'École polytechnique, Louis Pouzin fait partie de « la Khômiss dont le rôle était la constitution d'une identité "X", un groupe d'une douzaine d'élèves chargés de "perpétuer le désordre et les traditions"[11] » ; il en est le responsable du téléphone (pitaine Téléphone[12]) mais se montre également excellent dans la reproduction de clés sans être pour autant « pitaine Clé »[12].
  6. Élèves officiers d'une école militaire, les polytechniciens n'ont plus à proprement parler de congés scolaires, mais uniquement des permissions !
  7. Les élèves signent au moment de leur admission un engagement spécial de trois ans avec l'armée qui court du de l'année d'entrée et un engagement vis-à-vis de l'État de le servir pendant dix ans à l'échéance du premier.
  8. La Marine est encore aujourd'hui appelée familièrement « la Royale » pour la distinguer de « la Marchande ».
  9. Le mot « ordinateur » fut introduit par IBM France en 1955[17],[18] après que François Girard, alors responsable du service publicité de l'entreprise, eut l'idée de consulter son ancien professeur de lettres à Paris, Jacques Perret[19].
  10. Bull est installé à l'époque dans le 20e arrondissement de Paris[24].
  11. Le premier ordinateur a été le 701, scientifique ; le 650 est destiné aux opérations commerciales. Le dernier IBM 650 connu a fait l'objet d'un enterrement symbolique[25].
  12. Face au géant américain et à son premier ordinateur à disque dur, le RAMAC, Bull a déjà lancé le Gamma 30[26], un ordinateur de puissance analogue.
  13. Le Gamma 60 est le premier ordinateur multitâches, et un des premiers à embarquer plusieurs processeurs (voir multiprocesseur). Il comporte aussi plusieurs unités d'entrée et de sortie : tambours magnétiques, bandes magnétiques, lecteurs de cartes, perforateurs de cartes, imprimantes, lecteurs de bande papier, perforateurs de bande papier, et un terminal.
  14. Le terme anglais « (en) software » a été utilisé dès 1953 pour distinguer la partie modifiable de l'ordinateur, par opposition au « (en) hardware » qui est la partie matérielle permanente. Il apparut dans la littérature pendant les années 1960[28].
    En français, le mot « logiciel » est formé en 1969 à partir des mots « logique » et « matériel » comme traduction par la Délégation à l'informatique chargée du plan Calcul[29]. Ce terme a été adopté par l'Académie française en 1972[30]. Cette traduction est officialisée par un arrêté publié au Journal officiel le [31] et confirmé par l'arrêté du [32].
  15. Scolarisé sous l'occupation, Louis Ouzin est « allemand première langue ».
  16. Louis Pouzin conserve un salaire symbolique de Bull afin de pouvoir continuer à bénéficier de la « Sécu[5] ».
  17. Avant son départ, Louis Pouzin se met à l'anglais avec des cours à l'école Berlitz que lui offre Bull[24].
  18. En 1961, Louis Pouzin a épousé Isabelle[24], sœur de Jean-Claude Renaut[33], camarade de la promotion 1950 de l'X. Sa jeune épouse et ses deux enfants en bas âge, Rémy (1962[34]), deux ans, et Anne (1963[34]), trois mois, le rejoignent le [34]. Le couple, qui aura deux autres enfants, Gilles (1967[35]) et Stéphanie (1970[36]), se sépare en 1986[37].
  19. Ils ont été présentés par une connaissance commune de Bull, Philippe Dreyfus qui a été professeur d'informatique à l'université Harvard dans les années 1943-1944[16]
  20. Le Whirlwind I a ensuite servi jusque dans les années 1980. C'est l'un des premiers ordinateurs numériques qui produit des sorties en temps réel[38] et l'un des premiers qui ne tend pas à simplement copier des calculateurs mécaniques antérieurs.
  21. « Par sa vision d'une informatique interactive et du partage des ressources, le projet MAC préfigurait certains aspects d'Arpanet[40] ».
  22. On y côtoie les pionniers de l'intelligence artificielle (IA), Marvin Minsky (inventeur du premier simulateur du réseau neuronal) et John McCarthy (à l'origine du LISP, premier langage de programmation utilisant des symboles), ainsi que Richard Stallman, futur initiateur du mouvement du logiciel libre[43].
  23. Louis travaille alors étroitement avec Glenda Schroeder (en), intégrée au projet MAC dès la fin de ses études d'ingénieur[43].
  24. Multics fut conçu à partir de 1964, conjointement par le MIT, les Laboratoires Bell et General Electric. Les Laboratoires Bell se retirèrent du projet en 1969 puis General Electric vendit en 1970 son département informatique à Honeywell. Le MIT termina seul le projet[44],[45],[46]. En 1990, Fernando Corbató reçut le Prix Turing pour son rôle de leader dans le projet Multics.
  25. En 1965, une équipe centralisée dirigée par Pier Abetti dirigeait la diffusion européenne du GE-600. L'annonce du GE-600 permettait à Bull d'approcher de nouveau les prospects ou ex-clients Gamma 60 et de se positionner auprès des utilisateurs scientifiques, abandonnés depuis la pénétration du marché par les IBM 704 et 7090[50].
  26. Il n'existe alors en France qu'un seul exemplaire du Control Data 6600, l'ordinateur le plus puissant entre 1964 et 1969 : à la Société d'Informatique Appliquée (SIA) fondée en 1962 par Philippe Dreyfus, ancien collègue de Louis Pouzin chez Bull[51].
  27. Elle est dirigée par Jean Carteron, qui fondera quatre ans plus tard la SSII Steria.
  28. Robert Galley, le premier délégué à l'informatique, accède à un poste ministériel le 1968. Son adjoint, Maurice Allègre, devient délégué à l'informatique à sa place. Il a pour adjoint Michel Monpetit, qui sera ensuite directeur adjoint de l'IRIA, décédé en 1976 dans un accident de voiture, dont le nom sera donné au Prix Michel-Monpetit, créé pour récompenser un chercheur ou un ingénieur pour ses travaux dans le domaine des mathématiques appliquées ou de l'informatique.
  29. « Alors l'idée de la DGI, très politique, est de créer en France une technologie de réseau permettant à la CII d'être en avance sur ses partenaires... Politiquement, créer un Arpanet français, c'était très bien vu », explique Louis Pouzin[5].
  30. Louis Pouzin, prend la tête du projet avec des consignes assez vagues. « Faites un réseau, les Américains sont en train de faire Arpanet ». Maurice Allègre disait que Louis Pouzin lui avait expliqué ses projets bouillonnants et qu'il n'avait pas forcément compris le détail de tous les éléments techniques. Louis Pouzin est donc assez autonome dans son projet, tout au moins sur le plan technique[54].
  31. « Comme les militaires américains puis les membres de l'OTAN vivaient autrefois là avec leurs familles, c'était un peu un gigantesque campus, avec à peu près tout ce qu'il vous fallait : des courts de tennis, un sauna, un gymnase, une chapelle, une cantine, et même une piscine. Et il y avait là des dizaines d'informaticiens et des ingénieurs pionniers dans leurs domaines, tous plus brillants les uns que les autres... C'était presque la même ambiance que dans la Silicon Valley à la même époque[55] ».
  32. Louis Pouzin lui confiera la direction du projet SOL, la réalisation de compilateurs du langage Pascal et d'un système d'exploitation de type Unix écrit en Pascal.
  33. Comme le déclarera avec emphase en 1974 Maurice Allègre, délégué général à l'informatique, « il faut retenir, l'image ; les centres de traitement sont encore aujourd'hui des îles isolées au milieu d'un océan de données qui submerge notre civilisation. Or, grâce au réseau, voici que ces îles vont pouvoir être reliées les une aux autres et participer ainsi à un vaste cercle d'échanges d'informations qui conditionnera le développement futur de notre société[54] ».
  34. Le un accord est signé entre la DGT et la Délégation à l'informatique, prévoyant que le CNET réaliserait le système de commutation nécessaire au projet Cyclades, l'IRIA se chargeant de la connexion des ordinateurs au réseau de commutation et des applications informatiques, tandis que les PTT s'engagent à fournir gratuitement lignes et modems pendant trois ans[59].
  35. Le principe de cette commutation de paquets a été imaginé de manière encore abstraite et publié pour la première fois en 1964[16], et présenté en 1968 à la Conférence d'Edimbourg par Donald Davies, du National Physical Laboratory britannique puis par Paul Baran.
  36. Comme l'explique Valérie Schafer : « Contrairement à la commutation de circuits qui consiste à allouer pendant toute la durée de la communication des circuits pour le transfert des données, et constitue pour chaque demandeur « une voie réservée » pour la durée de la transaction ... dans la commutation de paquets les messages sont découpés en paquets et passent de commutateurs en commutateurs. Ils sont accompagnés d'informations de service qui les identifient pour permettre leur acheminement vers la destination choisie, puis ils sont pris en charge par le réseau de transmission constitué de commutateurs spécialisés chargés de reconnaître la présence d'un paquet, d'examiner les données de service contenues dans chacun, de détecter les erreurs, puis de les transmettre au nœud suivant. Un tel système permet une utilisation optimale des lignes de transmission par partage entre les utilisateurs. Une ligne n'est « allouée » à un utilisateur que le temps nécessaire à la transmission d'un paquet au nœud suivant... Quel est l'avantage ? ... qu'un message contenu dans un seul paquet arrive plus rapidement et ne soit pas obligé d'attendre derrière des messages plus longs et comportant plusieurs paquets[54]. »
  37. Catena signifie « chaîne » en latin. « Le terme sera utilisé pendant un temps, mais il ne prendra pas face au mot “Internet”, qui sonnait mieux »[5].
  38. Pour la petite histoire, Louis Pouzin avait appelé le réseau Mitranet, en référence à l'ordinateur Mitra 15 alors utilisé par l'IRIA mais quelqu'un au ministère des Finances a dit « Ce n'est pas possible, Mitranet ce n'est pas un nom français ». Louis Pouzin a alors opté pour « Cigale », car lors de la démonstration effectuée fin 73, « à tout le ban et l'arrière-ban, les ministres et cetera, on avait mis un haut-parleur sur la ligne, et quand il passait un paquet, ça faisait “creuh creuh”[67] ».
  39. Selon Louis Pouzin, « certains hommes politiques » trouvaient en effet le suffixe « net » de Mitranet trop anglo-saxon, et « pas assez français »[68].
  40. Pour Valérie Schafer il s'agit bien d'une innovation des « Cyclamen » : « L'équipe française a tout d'abord pensé les datagrammes... Dans le projet Arpanet, le choix initial était mixte et le premier protocole NCP reposait sur un mélange de ces deux notions avant que le protocole TCP/IP n'adopte les datagrammes « purs », la voie qu'avait choisie Cyclades[54]. »
  41. À l'époque, Louis Pouzin interconnecte, grâce à des liaisons à soixante quatre kilobits fournies par les PTT, les ordinateurs CII Mitra 15 de l'IRIA avec ceux des universités de Rennes, Toulouse et Grenoble (des machines CII et IBM). Et comme le projet était de dialoguer avec le NPL (en) et de créer un réseau européen, une ligne a fini par les interconnecter avec Rome et Londres[70]. L'équipe Cyclades ira même jusqu'à relier Cigale à un réseau inter-campus développé par l'université de Waterloo, en Ontario, le CANUnet (Canadian University Network), avant que celui-ci ne soit stoppé dans sa conception par le ministère des Communications (MDC) canadien[71].
  42. Le 8 , après deux ans de travail, Pouzin et son équipe présentent le Catenet devant le gratin de l'administration – parmi eux, Jean Charbonnel, ministre du Développement industriel et scientifique, et Hubert Germain, ministre des Postes et Télécommunications[5],[73].
  43. Le terme "datagramme" n'a été inventé qu'en 1975 par un ingénieur des PTT norvégiennes, Halvor Bothner-By, qui à l'époque était au Comité consultatif international téléphonique et télégraphique (CCITT) président du groupe spécial rapporteur sur les réseaux de données en mode paquet. La recommandation X.25 est issue de ce groupe[74].
  44. Cade Metz, reporter au New York Times, écrit le sur Wired : « Donald Davies avait fait des simulations qui utilisaient quelque chose de semblables aux datagrammes, mais avec Cyclades, Louis Pouzin a été le premier à en faire une réalité ». (« Donald Davies had run simulations that used something akin to datagrams, but with CYCLADES, Pouzin was the first to make them a reality[75] »).
  45. Louis Pouzin lui confiera en 1979 le projet-pilote Kayak consistant à créer le « buroviseur », le poste de travail du futur[78],[79]. Le projet Kayak a pris fin en 1983.
  46. En moins de deux ans, les français ont rattrapé leur retard sur les américains. Les ingénieurs de BBN, où Robert Elliot Kahn travaille comme consultant, se déplacent maintenant des États-Unis vers l'IRIA en France pour observer le fonctionnement de Mitranet[76] !
  47. Une liaison entre le projet Cyclades et le réseau Arpanet a été envisagé lors de la première démonstration publique d'Arpanet en 1972. L'ambassade française à Washington recommandait d'ailleurs cette liaison, elle avait été chiffrée, réfléchie mais les Français, d'après ce qui ressort des témoignages et archives, ont finalement renoncé, pensant que cela allait faire plus de publicité aux Américains qu'aux Français, et qu'il n'était pas évident politiquement, dans le contexte du Plan Calcul, de soutenir l'idée d'une liaison entre les États-Unis et la France[54].
  48. Parmi les quatre personnes qui animent les sous-groupes de l'INWG, dont Vint Cerf a la présidence, Louis Pouzin est responsable des protocoles aux côtés d'hommes comme CC. D. Shepard qui anime un autre sous-groupe et est un des pères canadiens du réseau Datapac (en), ou Peter T. Kirstein (en) qui est à l'origine en Grande-Bretagne d'une liaison entre Arpanet et le College of London[54].
  49. Hubert Zimmermann a intensément travaillé sur le modèle de communication à sept couches entre 1971 et 1978, au sein de l'International Standard Organisation (ISO), où il était responsable du groupe de travail « Architectures informatiques »[66].
  50. Les « Cyclamen » n'ont pas inventé les couches, elles ont été pensées à l'Université d'Eindhoven par le Hollandais Edsger Dijkstra. L'idée est également reprise dans le projet Arpanet, mais avec un modèle à quatre couches ; les couches 3 et 4 du modèle OSI qu'ils soutiennent correspondent en gros au protocole TCP/IP du réseau Internet[54].
  51. Un mois auparavant, Louis Pouzin a écrit à Maurice Allègre, délégué général à l'informatique (DGI), que l'équipe Cyclades est à présent connue des spécialistes « réseau » et que lors des conférences internationales, les « Cyclamen » sont perçus comme des leaders, une autre source d'expériences avec Arpanet[83].
  52. Cyclades va aussi avoir une audience au niveau européen à l'occasion de la mise en place d'un réseau dans le cadre de l'opération de coopération scientifique et technique COST 11. Dans le projet EIN (European Informatics Networks) les Français vont faire passer un certain nombre d'idées techniques, en particulier les datagrammes. Le responsable du projet EIN est Derek Barber qui a travaillé sur la commutation de paquets au National Physical Laboratory avec Donald Davies[80].
  53. Le réseau expérimental RCP (Réseau à Commutation par Paquets) a été ouvert en 1974 après 2 années d'études. Il a servi de démonstrateur à Transpac[85].
  54. En 1973, André Danzin organise l'IRIA autour du SESORI (Service de synthèse et d'orientation de la recherche en informatique dirigé par Michel Monpetit et chargé d'assurer la liaison avec le Plan calcul) et du Laboria (laboratoire de recherche en informatique et en automatique) avec Jacques-Louis Lions. Le Laboria est organisé autour de projets de recherche, avec des objectifs, des moyens propres, des chefs de projet, un échéancier de réalisation. Mais avec 80 chercheurs seulement, le Laboria est loin d'avoir un gabarit suffisant[90].
  55. La politique industrielle de la France se fait-elle au ministère, rue de Grenelle, ou bien au siège de la puissante Compagnie Générale d'Electricité, rue de La Boétie ? Certains n'hésitent pas à s'interroger tant le poids de la C.G.E. semble prépondérant depuis plus d'une dizaine d'années pour tout ce qui concerne les industries de haute technologie et leur développement en France[95].
  56. La CGE aurait financé pour partie la campagne de Giscard d'Estaing ; elle compte parmi ses clients les PTT. Le Consortium Unidata comprend son principal concurrent en téléphonie, Siemens, le géant allemand de l'électronique et de l'électricité[94].
  57. Le projet Unidata reçoit en1970 un soutien appuyé du chef de l'Etat, Georges Pompidou, et du Premier ministre, Jacques Chaban-Delmas. Mais les aléas de la politique vont contribuer à rebattre totalement les cartes : le , Georges Pompidou meurt, emporté par un cancer[96]...
  58. Ambroise Roux et Paul Richard sont surnommés à l'époque les « Laurel et Hardy de l'industrie »[96].
  59. À la suite du Conseil restreint du , le Président de la République demande à Simon Nora le son célèbre rapport[98],[99]. Alain Minc vient tout juste de sortir major de la promotion Léon Blum de l'ENA. Trois ans plus tard en 1981, il deviendra, brièvement et pendant un an, DGA et directeur financier de CII-Honeywell Bull.
  60. Bien malgré eux, les Allemands fournissent un prétexte aux Français en annonçant la reprise, par Siemens, de la division informatique de Telefunken, alors en grande difficulté. « En reprenant Telefunken, son parc d'ordinateurs, ses chercheurs et son déficit, Siemens va rompre l'équilibre au sein d'Unidata et grossir ses pertes », s'empressent de murmurer à l'oreille des hauts fonctionnaires français les partisans de la solution Honeywell Bull, Jean-Pierre Brulé en tête. Habilement, celui-ci fait savoir qu'il ne demandera aucune subvention à l'Etat pour la reprise de la CII[96].
  61. Pour Tristan Gaston-Breton, la victoire de Bull serait en partie idéologique : « Pour des raisons idéologiques ? En partie. Dans l'entourage de Valéry Giscard d'Estaing, nombreux sont en effet ceux qui pensent que l'heure n'est plus au renforcement du secteur public, fût-il réalisé dans un cadre européen. Libéraux dans l'âme, ils estiment que la priorité est de renforcer les entreprises privées. Sur le plan technique, une alliance de la CII avec l'américain Honeywell Bull leur paraît bien plus viable qu'une grande alliance européenne. L'attitude des industriels français – CGE et Thomson-CSF – s'est également révélée déterminante. Engagés l'un et l'autre dans une stratégie de développement à l'international, les deux groupes ne veulent plus participer à une aventure née sous la houlette de l'Etat »[96].
  62. En 1975-1976, le potentiel commercial de Cyclades, ou d'Arpanet aux États-Unis, est nul: c'est un outil très intéressant pour partager des fichiers, pour échanger sur des bases de données, pour s'envoyer des courriers électroniques entre chercheurs et universitaires, mais personne ne fait du commerce avec ça[100].
  63. En 1988, le professeur Bruno Lussato disait : « On nous dit que le monde entier nous envie le Minitel. Je ne sais pas s'il nous l'envie, messieurs, mais je peux en tout cas vous dire une chose avec certitude, c'est qu'il ne nous l'achète pas[103] ».
  64. André Danzin sait très bien que Louis Pouzin ne suivra pas ses instructions écrites sur ordre du ministère, et lui laisse faire ce qu'il veut[100].
  65. Selon Pierre-Éric Mounier-Kuhn, chargé de recherche au CNRS, qui porte son regard objectif d'historien sur les dernières années de Cyclades, « on aurait pu imaginer un gouvernement assez large d'esprit, assez généreux et ayant assez de vues à long terme pour conserver ce projet sous forme d'une équipe de veille technologique et d'un réseau qui aurait continué à servir les universités – avec une dimension internationale, puisqu'il était connecté à NPL Net (en) et à un réseau européen créé dans la foulée. Mais il y a vraiment eu une volonté de la part de la Direction générale des Télécoms de tuer ce concurrent »[104].
  66. Selon l'historien de l'informatique Pierre-Éric Mounier-Kuhn, « ça nous a coûté très cher, en réputation, auprès des partenaires allemands et hollandais d'Unidata ». Ainsi, l'abandon de Cyclades et de la CII par le duo Giscard-Chirac aurait « conforté les ingénieurs de Philips et de Siemens, qui participaient à Unidata, dans leurs préjugés et leurs clichés sur les Français volages, pas fiables, qui disent une chose et qui en font une autre... ». Avec un effet durable. « Pendant au moins dix ans, quand des Français – en informatique mais aussi dans d'autres secteurs – proposaient des collaborations à des entreprises allemandes ou hollandaises, ils se voyaient rétorquer, avec un sourire ironique, que si c'était pour finir comme Unidata, ce n'était pas la peine. Ça coûte très cher en réputation, et la réputation, c'est un phénomène de longue durée[104],[105]... »
  67. Grâce à l'action de Louis Pouzin, le rapport de force est légèrement rééquilibré. Il a une audience très large – beaucoup de pays commencent à s'intéresser aux réseaux d'ordinateurs – par le biais de réunions dans le cadre de l'IFIP où il anime le groupe de travail réseaux[107].
  68. Début , lors de l'International Conference on Computer Communication de Toronto – où, deux ans plus tôt, il a réalisé une flamboyante démonstration de Cigale –, Louis Pouzin attaque frontalement les circuits virtuels. Tandis que le CCETT et le CNET présentent un prototype de logiciel X.25 fonctionnel (un mois avant l'avis décisif du CCITT sur ce protocole) et font la démonstration du réseau expérimental RCP[110], l'équipe de Cyclades réalise, durant toute la durée du congrès, ses propres démonstrations de Cigale. Louis Pouzin prend la parole lors d'une conférence organisée en parallèle, et n'hésite pas à accuser les PTT, explique Valérie Schafer[40], d'avoir « signé un pacte pour refuser les datagrammes, pourtant plus simples que les circuits virtuels », afin de « sortir de leur rôle de transporteurs de bits, de capter le marché, et de rendre les utilisateurs otages de leurs choix techniques et de leurs standards »[107].
  69. « J'avais alors été appelé par André Danzin, directeur de l'IRIA, à faire partie du centre d'exploitation de l'IRIA. Et c'est dans ce cadre que j'ai assisté, un jour, à une scène entre Jacques Dondoux (ancien directeur du CNET et Inspecteur général des PTT) qui faisait partie de ce groupe et André Danzin. L'ex-directeur de la production de la DGT (entre 1974 et 1975) a lancé au responsable de l'IRIA : “vous avez à choisir : ou vous arrêtez les travaux avec monsieur Pouzin et je vous aide à financer vos travaux sur la communication en utilisant Transpac, ou vous continuez et je ne garantis pas un grand avenir à votre centre”. C'était très simple. Danzin a fini par céder, et après l'extinction de Cigale, Louis s'est retrouvé sans rien à faire, ou presque. Il a souffert, beaucoup. Il avait été neutralisé par la DGT », se souvient Bernard Nivelet. Selon l'ancien responsable du centre de calcul de l'IRIA, qui deviendra directeur technique de Bull France en 1984, « l'attitude de la DGT nous a fait perdre environ quinze ans de maîtrise industrielle. Car avec le travail de Louis Pouzin, on était capable de construire une connexion des ordinateurs dès 1973-1974[112] ».
  70. Le rapport est demandé à Simon Nora le par le Président de la République à la suite du Conseil restreint du  : « Le développement des applications de l'informatique est un facteur de transformation de l'organisation économique et sociale et du mode de vie: il convient que notre société soit en mesure, à la fois, de le promouvoir et de le maîtriser, pour le mettre au service de la démocratie et du développement humain[99] ». Alain Minc vient tout juste de sortir major de la promotion Léon Blum de l'ENA. Trois ans plus tard en 1981, il deviendra, brièvement et pendant un an, DGA et directeur financier de CII-Honeywell Bull.
  71. « Aujourd'hui, le protocole X.25 et le minitel sont tous deux au musée... les PTT ont vu la commutation de paquets comme un système fermé... Ils prennent des paquets, ils les transmettent, ils les livrent et ils ont fait leur boulot. Mais ce n'est pas ça, la commutation de paquets, c'est un élément d'un système informatique beaucoup plus vaste. Il fallait voir beaucoup plus large. Avec le datagramme... À leurs yeux, un gars qui invente un système et qui n'est pas du corps des Télécoms, qui n'est pas au CNET, c'était inacceptable ! Dans leur esprit, ce n'était pas aux informaticiens de faire des réseaux, mais à eux... les PTT avaient le monopole de la recherche. Et nous menacions ce monopole... l'idée même du datagramme n'était pas acceptable : avec ce système, il n'y a aucun moyen de s'assurer que le paquet est arrivé à sa destination. Ce n'était pas très “propre”, mieux valait utiliser des circuits », s'amuse Louis Pouzin[112].
  72. En , quand Vint Cerf développe le protocole TCP/IP qui sert de base à Internet, il documente le projet dans le document IEN 48[65], en parlant du « modèle catenet pour l'interconnexion de réseaux « (« The catenet model for internetworking »). Il écrit alors en introduction : « Le terme "catenet" a été introduit par L. Pouzin en 1974 dans son premier article sur l'interconnexion de réseaux à commutation de paquets. » (« The term "catenet" was introduced by L. Pouzin in 1974 in his early paper on packet network interconnection »[64]). C'est en prévision de la conférence à l'Eurocomp de que Louis Pouzin a décrit pour la première fois le Catenet (en).
  73. Louis Pouzin se souvient : « L'idée n'était pas de garder une idée pour soi : en recherche, si on ne partage pas, on prend du retard... Je disais toujours à mes gars : “ Faites-vous voler, car les gens qui vous volent ont minimum six mois de retard ” »[133].
  74. Vinton Cerf et Robert E. Kahn « ont fait le tour de l'Europe à la recherche d'une solution pour remplacer le NCP d'Arpanet, qui était très limité. Ils ont visité les PTT, puis sont venus nous voir et finalement, ils ont choisi le datagramme ». Les chercheurs américains récupèrent l'idée… tout en écartant l'informaticien français et son équipe. « En discutant ensemble, nous avions convenu que nous ferions des modifications à notre système et qu'ils s'aligneraient dessus pour en faire un protocole international. Mais Bob Khan voulait créer un système à son nom : il a alors rusé et prétendu qu'il ne pouvait pas car il était déjà trop avancé dans son projet de protocole TCP (Transmission Control Protocol) », raconte Louis Pouzin, un peu agacé. « Une fois que les PTT nous ont supplanté avec le X25, vers 1975, nous avons totalement cessé de communiquer avec les Américains », dit-il. Bien mal en a pris à Bob Khan et Vinton Cerf de refuser l'aide de Louis Pouzin, puisqu'il leur faudra huit ans pour rendre opérationnelle la suite TCP/IP, qui regroupe deux protocoles utilisant les datagrammes : TCP et IP[134].
  75. « Sous les ors de Buckingham Palace, des mains mêmes de la reine d'Angleterre et devant le premier ministre britannique, Louis Pouzin a reçu le Prix de la reine Elizabeth pour l'ingénierie. Louis qui ? Pouzin, ingénieur français, polytechnicien, 82 ans. Son invention ? “ The Internet ”, a annoncé l'aboyeur pendant la remise du trophée[138] ».
  76. « Pendant ce temps-là, la première étape de ma retraite, c'était d'abord de m'initier à tous les trucs, avec un Mac, de me remettre à programmer, parce que j'avais décroché depuis la période où j'avais fait des projets pilotes à l'IRIA. Je n'avais pas eu de contact avec les PC, et comme j'avais autre chose à faire, j'avais perdu la main là-dessus[130] ». Louis Pouzin se plonge dans les spécifications de Perl, un langage majeur pour la programmation[144].
  77. Contrairement à Cyclades, le développement de l'internet par les Américains n'a pas tenu compte du langage des utilisateurs. En 1961, le Département de la défense (DoD) met au point un code standard de transmission de données sur huit bits qui, remanié plusieurs fois donnera l'ASCII dont la première version publiée date de 1963. Ce codage ne permet même pas une gestion correcte de la langue américaine et de ses diacritiques, alors les autres langues... Louis Pouzin enfourche un nouveau cheval de bataille : sus à l'ICANN et à son traitement abominable des langues[148].
  78. a et b L'adresse techniquement correcte doit en fait commencer par un nom de protocole ; pour cet exemple, cela donne http://www.wikipedia.org​. Les adresses web sont la base des hyperliens du Web.
  79. À signaler également l'espionnage massif par les Etats-unis et leurs alliés anglo-saxons avec le « siphonnage » des réseaux de télécommunications, terrestres et satellitaires[146] via le réseau Echelon. Ce système d'interception mondial des communications privées et économiques a fait l'objet de débats (1997) puis d'un rapport détaillé (2001) du Parlement européen[151].
  80. Un article du New York Times révèle dès 2008 l'existence des « grandes oreilles[152] » de la NSA. Dans les colloques internationaux Louis Pouzin ne rate jamais une occasion de rappeler les différents programmes d'enregistrement des internautes ; les congressistes découvrent avec surprise l'existence de racines ouvertes (système de gestion des noms de domaine en dehors du monopole américain)[153].
  81. « Cellule de veille technologique du groupe BNP Paribas, L'Atelier a vu le jour en 1978 au sein de la Compagnie Bancaire (Paribas). Créé par Jean-Michel Billaut[157], sa vocation est, dès le départ, de défricher le domaine des technologies nouvelles, de l'informatique aux télécommunications, et d'en révéler tout le potentiel pour les entreprises, mais aussi pour l'ensemble de la société[156] ». Ce lieu, fréquenté par toute la communauté internet dès les années 1980 devient un microcosme internet très original mais aussi très parisien[144].
  82. En poste à l'ambassade de France à Washington de 1991 à 1995, Bruno Oudet est l'initiateur du réseau Frognet[158],[159] qui diffuse notamment dans les années 1994-1995 par l'internet à plus de sept mille personnes, tous les jours, les informations françaises préparées par l'Agence France-Presse puis par Radio France internationale. C'est le premier succès de presse électronique au monde. De retour en France en 1995, il lance successivement le chapitre français de l'Internet Society, les rencontres internet d'Autrans et la fête de l'Internet.
  83. Des amitiés y sont nées, des haines et des détestations aussi. Lors des deuxièmes rencontres d'Autrans en janvier 1998 Louis Pouzin fustige le quasi-monopole de Microsoft, société dont Christian Huitema prendra la défense[162] lors de la session 2000, sous les huées[161].
  84. À l'initiative de la Tunisie, une demande avait été déposée dès 1978 auprès du Secrétariat de l'ONU pour l'organisation d'un Sommet mondial sur la société de l'information.
  85. Annonce no 982 du JORF du (modifiée par no 1764 du [165] en raison d'une coquille). Le secrétaire-général est Jean-François Morfin, le secrétaire Jean-Pierre Henninot et dans les membres on compte Louis Pouzin[148].
  86. « Les Américains racontent alors partout qu'internet, c'est très compliqué et qu'il ne faut surtout pas laisser les gouvernements s'en occuper, car ils ne font que des bêtises. Au lieu de créer des structures internationales qui seraient selon eux inévitablement bancales, ils conseillent aux États de les suivre et de coopérer avec l'ICANN, la société californienne pour l'attribution des noms de domaine »[134].
  87. C'est ainsi que l'AFNIC, l'organisme français de gestion des TLD gérés par la France, dont le « .fr », se fend en 2001 d'un communiqué de presse précisant bien que « l'utilisateur de l'internet souhaite travailler dans la sécurité, la transparence, la confiance et a besoin d'un service de nommage universel géré dans l'intérêt public[170] ».
  88. Après le SMSI, Louis Pouzin, qui a passé sa vie professionnelle dans les avions, recommence à parcourir le monde. Mais à la retraite, sans sponsor (mais avec des ennemis), accepter des conférences et participer à des réunions internationales deviennent plus compliqués. Au fil des ans une organisation proche d'un bureau des voyages de société s'est montée autour lui[175].
  89. Un organe de décision, le Multistakeholder Advisory Group est créé et géré par le Secrétariat des Nations unies. Sans moyen, soumis à la pression des lobbies, le FGI est à présent dans les mains de l'ICANN avec un système de chaises musicales des postes entre les deux structures[175]. En l'absence de budget onusien, les coûts de fonctionnement du FGI sont en partie couverts par des États et surtout par des donateurs financés par des sources américaines. Ainsi, l'organisation est devenue dépendante des activistes alliés du gouvernement américain, dont l'objectif est le statu quo. Néanmoins, le FGI est reconduit par l'ONU pour dix ans[146].
  90. Comme il aime à le dire, il en est à sa troisième retraite, il en a vu d' autres, rien ne l'atteint, enfin presque[153].
  91. Lors de la tenue du premier forum sur la gouvernance de l'internet à Athènes (FGI) en 2006 il se produit une scène édifiante : un atelier proposé par les Chinois dans lequel ils font une démonstration de courriel multilingue. Dans la salle bondée il y a Vinton Cerf pratiquement assis par terre dans les premiers rangs. Lors de l'envoi en direct d'un courriel avec une adresse entièrement en chinois et reçu quelques minutes après sur l'ordinateur en écran géant connecté par le FGI (pas de tricherie possible, la joie du direct), Vint s'est levé d'un bond et a touché l'écran pour être sûr qu'il ne rêvait pas : les Chinois de Singapour avaient trouvé la solution pour un internet multilingue et ce n'était pas avec l'ICANN[153].
  92. Il y aurait à ce jour trois racines internet chinoises, facile de trouver la MIIT Root et ses DNS, pour les autres, s'adresser au Parti[155].
  93. Louis Pouzin entre en relation en 2008 avec un groupe d'activistes allemands à l'origine du Parti Pirate (Piratenpartei Deutschland) entré il y a peu au Bundestag : toute la logistique avait été basée sur une racine ouverte et un nom de domaine en .pirates​. L'équipe de la Césidienne Root accueille avec plaisir ce nouveau membre de soixante-dix-sept ans[185].
  94. Google indique conserver les informations concernant l'adresse IP des consultations pendant 24 heures, et indéfiniment celles relatives à la localisation et le fournisseur d'accès à Internet[189],[190].
    « C'est épouvantable gmail​, c'est la porte ouverte à tout... Mais j'y suis aussi sur laposte​ ! Sauf que ce n'est pas aussi utilisé que les autres. Gmail​, on ne peut y échapper. Aujourd'hui, avec une messagerie laposte.net​, j'écris à quelqu'un qui est sur gmail​ : tout ce que j'écris sera sur gmail​, c'est fini ! Aujourd'hui on est contaminés, indépendamment de notre volonté, par tous les gens qui se servent de gmail​ »[130].
  95. Au point même qu'un chercheur américain, ancien membre du projet Arpanet, John Day, a choisi son nom pour le site internet[207] qui regroupe les travaux sur l'internet du futur (en), RINA (en)[208].
  96. Comme il l'écrit dans la revue La Jaune et la Rouge : « Rappelons ici l'affaire Edward Snowden et, auparavant, l'histoire méconnue de Mark Klein, ingénieur chez AT&T, qui avait découvert en 2002 qu'une artère majeure de communication était copiée vers la NSA. Ayant quitté AT&T, il a tenté pendant des mois de convaincre des journaux de révéler cette illégalité. Le New York Times a finalement accepté de publier ces informations après être convenu avec le FBI de retarder d'un an la publication, en 2005. Aucune réaction médiatique n'a suivi[146] ».
  97. En informatique, le ver de sable (en anglais, Sandworm) est un logiciel malveillant qui s'infiltre à l'intérieur d'un ordinateur à l'insu de l'utilisateur. Le rôle de ce logiciel espion est d'accéder aux informations d'un ordinateur en exploitant une faille informatique présente sur la plupart des versions Windows.
  98. Selon le cabinet Deloitte qui a interrogé près de quatre cents entreprises de toute taille parmi ses clients en France au cours du second semestre 2017[216], 63 % des incidents de sécurité informatique proviennent d'un collaborateur actif[210].
  99. Guillaume Poupard, à la tête de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, ne ménage pas ses efforts pour alerter sur l'importance de la cybersécurité. L'agence assure la mission d'autorité nationale en matière de sécurité des systèmes d'information. À ce titre elle est chargée de proposer les règles à appliquer pour la protection des systèmes d'information de l'État et de vérifier l'application des mesures adoptées. Dans le domaine de la défense des systèmes d'information, elle assure un service de veille, de détection, d'alerte et de réaction aux attaques informatiques, notamment sur les réseaux de l'État.
  100. Les nominés sont élus par un collège international d'experts et la cérémonie des Lovie Awards récompense chaque année le meilleur de l'Internet européen.
  101. Louis Pouzin a conservé la copie du courrier reçu à la suite de cette conférence lui intimant l'ordre de ne plus s'occuper de Cyclades, ce qu'il ne fait bien sûr pas[221].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Chantenay-Saint-Imbert, la commune »
  2. Guillaume de Tournemire, « Jeanne Claudine CHAMPOURET », sur le site de généalogie Geneanet (consulté le 30 janvier 2019).
  3. Guillaume de Tournemire, « Félix Fernand POUZIN », sur le site de généalogie Geneanet (consulté le 30 janvier 2019).
  4. a b c d et e Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 10-11
  5. a b c d e f g h i j k l m n et o Fabien Soyez, « L'homme qui n'a pas inventé Internet (1/2) », Ulyces,
  6. « Institution Saint-Cyr, Nevers 1915 - 1987 »
  7. Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 11-12
  8. « Pouzin, Louis Henri (X 1950) », sur École polytechnique
  9. Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 12-13
  10. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 16-17
  11. Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 14-15
  12. a et b Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 92-23 (photos)
  13. Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 18-19
  14. Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 20-21
  15. Jean Uvreur, « En regardant travailler les “monstres sacrés” de l'automation », Le Monde,‎
  16. a b et c Isabelle Bellin, « Entretien avec Louis Pouzin »,
  17. « 1955 : le terme « Ordinateur » est inventé par Jacques Perret, à la demande d'IBM France », sur 2014 : Centenaire d'IBM en France,
  18. Éric Azan, « 16 avril 1955 : "Que diriez-vous d'ordinateur ?" », Le Monde,
  19. Version audio. Sandrine Chesnel, « 16 avril 1955, le jour où "l'ordinateur" est né », sur France Info,
  20. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 22-23
  21. « Brulé, Jean-Pierre (X 1950) », sur École polytechnique
  22. « Leroy, Henri René (X 1950) », sur École polytechnique
  23. (en) « A macro: generator for ALGOL », sur AFIPS Spring Joint Computing Conference 1967: Atlantic City, NJ, USA,
  24. a b c d e et f Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 24-25
  25. (en) Michael Cooney, « How to really bury a mainframe »,
  26. « Bull Gamma 30, licence RCA 301 System (1962) »
  27. André Maitre, « Le Gamma 60 logiciel », sur FEB-patrimoine,
  28. (en) Paul Niquette, « Softword: Provenance for the Word 'Software' », adapted from Sophisticated: The Magazine (ISBN 1-58922-233-4)
  29. L'informatique en France : de la seconde guerre mondiale au Plan Calcul, l'émergence d'une science
  30. « Logiciel - Trésor de la langue française informatisé », sur cnrtl.fr
  31. Le Dictionnaire de l'informatique, Larousse, (ISBN 2-03-701005-2)
    Extraits du JO du , page 337.
  32. « Enrichissement du vocabulaire de l'informatique. », sur legifrance.gouv.fr Journal Officiel du 17/01/1982, page 50624.
  33. « Renaut, Jean-Claude Henry (X 1950) », sur École polytechnique
  34. a b c d e f g et h Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 28-29
  35. a b c et d Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 38-39
  36. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 40-41
  37. Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 64-65
  38. (en) « Project Whirlwind », MIT,
  39. (en) How the Web was Born : The Story of the World Wide Web, p.19 sur Google Livres
  40. a b et c La France en réseaux : la rencontre des télécommunications et de l'informatique, 1960-1980
  41. (en) « 545 Main Street, Cambridge (Massachusetts) »,
  42. L'éthique des hackers
  43. a b c d e et f Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 30-31
  44. (en) Corbató, F.J. and V.A. Vyssotsky., « Introduction and Overview of the Multics System », Fall Joint Computer Conference, Spartan Books, vol. 27 « AFIPS Conference Proceedings »,‎ , p. 185-196 (lire en ligne)
  45. (en) Corbató, F.J., Saltzer, J.H. et Clingen, C.T., « Multics: the first seven years. », Proc. AFIPS,‎ (lire en ligne)
  46. (en) Paul A. Karger et Roger R. Schell, « Thirty Years Later: Lessons from the Multics Security Evaluation. », ACSAC,‎ , p. 119-126 (lire en ligne)
  47. (en) « The Origin of the Shell »,
  48. a et b Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 32-33
  49. (en) « Curriculum-vitae de Pier A. Abetti »
  50. « General Electric, Honeywell, Bull HN, Bull SA », sur FEB-patrimoine
  51. a b c d et e Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 36-37
  52. (en) How the Web was Born : The Story of the World Wide Web, p. 36 sur Google Livres
  53. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 46-47
  54. a b c d e f g et h Valérie Schafer, « Le réseau Cyclades et Internet : quelles opportunités pour la France des années 1970 », Comité pour l'histoire économique et financière de la France (CHEFF), Séminaire Haute Technologie,
  55. a b c d et e Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 50-51
  56. Histoire d'un pionnier de l'informatique : 40 ans de recherche à l'Inria
  57. a et b Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 48-49
  58. « Les chercheurs en informatique dans les années 1970 », sur Ecitydoc.com,
  59. Valérie Schafer (Doctorante), « Circuits virtuels et datagrammes : une concurrence à plusieurs échelles », sur Université Paris IV,
  60. Les ingénieurs des Télécommunications dans la France contemporaine, p.268 sur Google Livres
  61. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 52-53
  62. Louis Pouzin, « Le projet Cyclades (1972-1977) », Entreprises et histoire 2002/1 (n° 29), , p. 33 à 40
  63. (en) Stuart L. Mathison, « Telenet inaugurates service », ACM Computer Communications Review,,
  64. a b et c (en) A proposal for interconnecting packet switching networks sur Google Livres
  65. a et b (en) Vint Cerf, « The Catenet Model for Internetworking »,
  66. a b c et d Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 54-55
  67. Rachel Nullans, « Une brève histoire d'Internet »,
  68. (en) How the Web was Born : The Story of the World Wide Web, p.38 sur Google Livres
  69. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 56-57
  70. a et b Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 58-59
  71. « Un réseau d'un océan à l'autre », sur Institut CAnet
  72. Histoire d'un pionnier de l'informatique : 40 ans de recherche à l'Inria sur Google Livres
  73. a et b Hubert Zimmermann présente le projet Cyclades aux Ministres Hubert Germain et Jean Charbonnel
  74. Louis Pouzin, « Comment j'ai inventé le Datagramme », sur open-root
  75. (en) Cade Metz, « Say Bonjour to the Internet's Long-Lost French Uncle »,
  76. a et b Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 60-61
  77. Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 66-617
  78. « Projet Kayak 1979-1983 : un modèle du bureau du futur de l'Inria »
  79. a et b « Projet Pilote Kayak : le Buroviseur, avec son interface graphique »
  80. a et b L'Europe des réseaux dans les années 1970, entre coopérations et rivalités par Valérie Schafer
  81. a et b Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 68-69
  82. (en) « Proceedings of the May 6-10 : national computer conference and exposition », Chicago (Illinois),
  83. a et b Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 62-63
  84. (en) « Cigale, The Packet Switching Machine of the Cyclades Computer Network », sur IFIP Congress 1974, , p.155-159
  85. a b c d et e Réseau expérimental RCP
  86. Histoire d'un pionnier de l'informatique, p.128 sur Google Livres
  87. Histoire d'un pionnier de l'informatique, p.94 sur Google Livres
  88. Du projet Hermès à Transpac
  89. a et b Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 70-71
  90. « De 1967 à 1973, l'IRIA cherche ses marques », sur INRIA
  91. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 72-73
  92. Et Dieu créa l'Internet sur Google Livres
  93. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 74-75
  94. a b c et d Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 76-77
  95. Alain Beltran et Pascal Griset, INRIA, « L'hebdomadaire des 40 ans de l'INRIA : La Compagnie Générale d'Électricité aux commandes ? », Code Source « année 1967-1977 », no 9,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  96. a b c d et e Tristan Gaston-Breton, « Le plan Calcul, l'échec d'une ambition », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  97. « Direction industries électroniques, informatique (1974-1983) », sur FranceArchives, 1974-1983
  98. a et b Andrée Walliser, « Le rapport « Nora-Minc », Histoire d'un best-seller », Revue Vingtième Siècle, no 23, juillet-septembre 1989, p.35-48
  99. a b et c L'informatisation de la société : rapport à M. le Président de la République, p. 4-5
  100. a b c d et e Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 78-79
  101. Internationalizing the Internet sur Google Livres
  102. a et b B. Marti, « 1re table ronde : Les aspects industriels et logiciels, les expérimentations (Cahier 16) », sur AFTI
  103. Olivier Tesquet, « 3615, fin de connexion ; au Minitel, la France reconnaissante », Télérama,‎ (lire en ligne).
  104. a b et c L'informatique en France de la seconde guerre mondiale au Plan Calcul
  105. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 80-81
  106. Académie française, « La langue française : implémenter », sur Académie française,
  107. a b c d et e Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 82-83
  108. Tristan Gaston-Breton, « Arpanet, le monde en réseau », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  109. Alain Profit, « Curriculum vitæ »
  110. a et b « Présentation lors du congrès ICCC à Toronto », sur 40 ans du CCETT
  111. Alain Beltran et Pascal Griset, INRIA, « L'hebdomadaire des 40 ans de l'INRIA : Louis Pouzin, le cœur de Cyclades », Code Source « année 1967-1977 », no 11,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  112. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 84-85
  113. Louis Pouzin, INRIA, « L'hebdomadaire des 40 ans de l'INRIA : Nous aurions pu être les inventeurs d'Internet », Code Source « année 1967-1977 », no 11,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  114. a et b Stéphane Foucart, « Louis Pouzin : l'homme qui n'a pas inventé Internet », Le Monde,
  115. L'informatisation de la société : rapport à M. le Président de la République
  116. a et b L'informatisation de la société : rapport à M. le Président de la République, p. 13
  117. L'informatisation de la société : rapport à M. le Président de la République, p. 68
  118. a et b L'informatisation de la société : rapport à M. le Président de la République, p. 12
  119. L'informatisation de la société : rapport à M. le Président de la République, p. 565
  120. a et b L'informatisation de la société : rapport à M. le Président de la République, p. 96
  121. L'informatisation de la société : rapport à M. le Président de la République, p. 79
  122. L'informatisation de la société : rapport à M. le Président de la République, p. 70
  123. Alain Beltran et Pascal Griset, INRIA, « L'hebdomadaire des 40 ans de l'INRIA : Spartacus, le pionnier de la robotique », Code Source « année 1978-1987 », no 12,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  124. Michel Gien, INRIA, « L'hebdomadaire des 40 ans de l'INRIA : Nous avons créé une des premières start-up de l'INRIA », Code Source « année 1978-1987 », no 14,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  125. Najah Naffah, INRIA, « L'hebdomadaire des 40 ans de l'INRIA : Tout le monde défilait à Rocquencourt pour voir le buroviseur », Code Source « année 1978-1987 », no 14,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  126. Alain Beltran et Pascal Griset, INRIA, « Des menaces persistantes pèsent sur l'IRIA », Code Source « année 1978-1987 », no 13,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  127. Jean-Michel Quatrepoint, « L'agence de l'informatique entend être essentiellement au service des utilisateurs », Le Monde,
  128. JORF, « Décret n°79-1158 du 27 décembre 1979 », sur Legifrance,
  129. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 86-87
  130. a b c et d Claudia Marinica et Marc Shapiro, « Du datagramme à la gouvernance de l'Internet : Entretien avec Louis Pouzin », sur Société informatique de France, , p. 85-86
  131. (en) Vint Cerf et Robert Elliot Kahn, « A Protocol for Packet Network Intercommunication », sur IEEE,
  132. « Vinton Cerf -- TCP/IP Co-Designer »
  133. a et b Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 88-89
  134. a b c et d Fabien Soyez, « L'homme qui n'a pas inventé Internet (2/2) », Ulyces,
  135. (en) Vinton Cerf, Yogen Dalal et Carl Sunshine, « Specification of Internet Tansmission Control Program »,
  136. Vincaria, « 1974 - TCP-IP », sur Histoire d'Internet,
  137. a b et c (en) « 2013 QEPrize Winners »
  138. a et b Éric Albert, « Louis Pouzin, pionnier de l'Internet », sur Le Monde,
  139. a b c et d Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 92-93
  140. (en) Ben Tarnoff, « How the internet was invented », sur The Guardian,
  141. Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 90-91
  142. a et b Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 94-95
  143. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 102-103
  144. a b c d e et f Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 108-109
  145. (en) « The document that officially put the World Wide Web into the public domain », sur cds.cern.ch,
  146. a b c d e f g h i j k et l Louis Pouzin, « Internet : le libéralisme au service de l'impérialisme », sur La Jaune et la Rouge,
  147. ICANN, « Bienvenue ! », sur ICANN
  148. a b c d et e Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 112-113
  149. a b c d et e Louis Pouzin, « Tout savoir (ou presque) sur les racines ouvertes », sur Open-Root
  150. a et b « Résolution d'Adresse IP », sur dCode
  151. Gerhard Schmid, « Rapport sur l'existence d'un système d'interception mondial des communications privées et économiques », sur COSIND,
  152. Claire Arsenault, « Les grandes oreilles de la [[National Security Agency|NSA]] ont largement espionné les Français », sur RFI
  153. a b c d e et f Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 124-125
  154. (en) « Edward Snowden : the whistleblower behind the NSA surveillance revelations », sur The Guardian
  155. a b c et d Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 120-121
  156. a et b « L'Atelier BNP Paribas fête ses 30 ans ! », sur BNP Paribas,
  157. Jean-Michel Billaut, « Vous avez dit e-administration pour la France ? »
  158. « Interview de Bruno Oudet », sur Internet Archive Wayback Machine
  159. (en) Bruno Oudet, « Building A French Virtual Community On Internet: The Example of Frognet », sur Internet Archive Wayback Machine
  160. « Les rencontres d'Autrans », sur Movilab
  161. a et b Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 110-111
  162. Christian Huitema, « Pour que l'individu puisse innover, l'Internet doit rester ouvert et transparent »,
  163. a et b SMSI, « Information de base à propos du SMSI », sur IUT
  164. a et b « L'implication d'Eurolinc », sur Eurolinc
  165. a et b « Déclaration d'Eurolinc à la préfecture des Yvelines »,
  166. « Biographie de Son Excellence M. Michel Piessik »,
  167. a b c et d Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 114-115
  168. Claudie Haigneré, « Déclaration sur l'engagement de la France dans la société de l'information », sur Vie-publique.fr,
  169. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 116-117
  170. AFNIC, « Position de l'AFNIC sur la racine internet unique faisant autorité », sur AFNIC,
  171. SMSI, « Sommet mondial sur la société de l'information », sur IUT
  172. SMSI, « Construire la société de l'information », sur IUT,
  173. Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 118-119
  174. (en) SMSI, « List of participants (WSIS) - Update 5 Dec 2005 », sur IUT
  175. a b c et d Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 122-123
  176. a et b SMSI, « Agenda de Tunis pour la société de l'information », sur IUT,
  177. SMSI, « Plan d'action de Genève », sur IUT
  178. SMSI, « Mise en oeuvre du SMSI par grande orientation », sur IUT
  179. (en) « WSIS Action Lines », sur WSIS Stocktaking Platform
  180. Jean Rognetta, « La Chine ouvre la guerre des standards », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  181. (en) Gordon Cook, « Is China Preparing to Go its Own Way with its Own Internet Root? », sur CircleID,
  182. Nicolas Sridi, « IPV9, ou comment la Chine crée son propre Internet », sur BFM Business,
  183. Anna ZYW MELO, « Le prodigieux développement d'Internet en Chine », sur Ina Global,
  184. a b et c Bruno Dondero, « ICANN : un monopole de fait sur internet », sur Le blog du professeur Bruno Dondero,
  185. a b c et d Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 126-127
  186. Vincent Mialon, « Comprendre Internet : les opérateurs », sur La Vie Numérique, .
  187. Louis Pouzin, « Hé oui, Google a son propre DNS », sur Open-Root
  188. Pierre Bellanger, « Comment Google a changé l'Internet sans vous le dire », sur Le Monde,
  189. « Règles de confidentialité et conditions d'utilisation », sur Google,
  190. Benoist Fechner, « Comment empêcher Google de vous pister en ligne ? », sur France Info,
  191. « Un lancement difficile », sur Open-Root
  192. (en) « Alternative Roots », sur ICANNWiki
  193. « Présentation de la société Savoir-Faire », sur SOCIETE [FR]
  194. Louis Pouzin, « Les racines ouvertes », sur Open-Root
  195. Charles de Laubier, « Oui, un Internet européen souverain est possible »,
  196. « Lancement officiel de l'Année internationale des langues autochtones 2019 », sur Unesco,
  197. « 2019, Année internationale des langues autochtones », sur ONU,
  198. « Conseil d'administration de la Société française de l'Internet », sur Société française de l'internet,
  199. a et b Emmanuel Paquette, « Louis Pouzin: "Internet est bâti sur un marécage" », sur L'Express,
  200. a et b Robert Mahl, « Louis Henri Pouzin », sur Annales des Mines
  201. Jacques Cheminat, « Légion d'Honneur : Louis Pouzin promu, le numérique distingué », sur CIO-online,
  202. a et b Décret du 31 décembre 2018 portant promotion et nomination
  203. a et b (en) « Imagining the Future Internet », sur Internet Society, 22-24 avril 2012
  204. a et b (en) « Louis Pouzin sur le Internet Hall of Fame ».
  205. Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 128-129
  206. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 130-131
  207. (en) John Day, « La « Pouzin Society» »
  208. Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 104-105
  209. Gendarmerie Nationale, « Cybercriminalité », sur Ministère de l'intérieur
  210. a b et c Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 132-133
  211. « Les objectifs du Forum International de la Cybersécurité », sur forum international de la cybersécurité
  212. « Contenu des interventions 2018 », sur forum international de la cybersécurité
  213. (en) Andy Greenberg, « Sandworm », sur Penguin Random House,
  214. (en) Andy Greenberg, « The untold story of notpetya, the most devastating cyberattack in history », sur Wired,
  215. Maryse Gros, « Saint-Gobain évalue à 250 M€ les dégâts liés à l'attaque NotPetya », sur Le Monde, .
  216. Hassan Meddah, « Au FIC, les entreprises en quête d'une cybersécurité plus efficace », sur L'Usine nouvelle,
  217. Marc Watin-Augouard, « : “Un transfert massif des phénomènes criminels du monde réel vers l'espace numérique va s'opérer” », sur Acteurs publics,
  218. [vidéo] FIC 2017 - Keynote de Louis Pouzin sur YouTube
  219. a et b « FIC 2017 « Tous responsables d'un futur numérique sécurisé » »
  220. « Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, à Rennes, Bruz et Lannion, lundi 12 décembre 2016 », sur Les services de l'État en Ille-et-Vilaine,
  221. a b c et d Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 134-135
  222. a et b (en) « Lovie Award 2015 Special Achievement »
  223. a et b (en) [vidéo] Louis Pouzin Lovie Awards Lifetime Achievement Tribute sur YouTube
  224. (en) Pramode K. Verma, « Proceedings of the Third International Conference on Computer Communication, Toronto, Canada, August 3-6, 1976. », sur DBLP (Computer Science Bibliography),
  225. a et b « Louis Pouzin reçoit le prix de l'homme numérique de l'année... en Arménie », sur Open-Root,
  226. Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 138-139
  227. « Next generation internet », sur Next generation internet
  228. « NGI4ALL », sur Next generation internet
  229. (en) « Who we are and where we want to go », sur i2Cat
  230. a et b Louis Pouzin : L'un des pères de l'internet, p. 140-141
  231. Martin Geddes, « The RINA revolution is ready to roll », sur GEDDS,
  232. Net Neutrality Compendium sur Google Livres
  233. Louis Pouzin, « Cyclades : les premières bases d'un réseau de réseaux », sur JRES 2013 Montpellier
  234. (en) « Holders of the IFIP Silver Core Award (1974 -2017) », sur IFIP
  235. (en) « Postel and Pouzin: 1997 SIGCOMM Award Winners »
  236. (en) « Laureate of 2016 Global Award of the President of the Republic of Armenia for Outstanding Contribution to Humanity through IT », sur Global IT Award
  237. « Vidéos de Louis Pouzin sur Youtube », sur Google
  238. « Vidéos de Louis Pouzin sur Dailymotion », sur Google