Institut national des sciences appliquées de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Histoire
Fondation
Statut
Type
Forme juridique
Établissement public national à caractère scientifique culturel et professionnel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateur
Directeur
Frédéric Fotiadu (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Devise
L'ingénieur humanisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
5 383 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif
1 960Voir et modifier les données sur Wikidata
Budget
162,3 millions d’euros ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Localisation
Carte

L’Institut national des sciences appliquées de Lyon ou INSA Lyon est une Grande école[1] faisant partie des 204 écoles d'ingénieurs françaises accréditées au à délivrer un diplôme d'ingénieur[2].

Il a été créé par Jean Capelle, alors recteur de l'université de Dakar, et par le philosophe Gaston Berger, en application de la loi de création du , et ouvert le .

L'école se situe sur le campus LyonTech - La Doua à Villeurbanne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative de la création de l'INSA.

Dans les années 1950, la France est en pleine expansion industrielle et manque d'ingénieurs et de techniciens. Au regard des États-Unis qui diplôment 29 000 ingénieurs en un an, la France, elle, n'en a formé que 4 500. Deux figures de la ville de Lyon vont imaginer un nouveau modèle de formation : le recteur Jean Capelle et le philosophe Gaston Berger sont à l’origine de l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA).

Dans la ligne du projet Joubin de 1917, reprenant une idée du Pr Longchambon[3], et sous la pression du Commissariat général du Plan souhaitant dynamiser les régions comme des élites lyonnaises [4], Gaston Berger, directeur général de l'enseignement supérieur, propose de rassembler l'enseignement supérieur scientifique et technique de Lyon sur le site de la Doua. "L’Insa" doit y former mille ingénieurs et mille techniciens par an, et les écoles lyonnaises en deviendront des départements spécialisés[5].

Cette volonté place l'École centrale de Lyon comme l'École Supérieure de Chimie Industrielle dans une position délicate. Un compromis est trouvé : le Pr Comparat (ECL) dirigera le département Mécanique, et le Pr Prettre (ESCIL) dirigera le département Chimie, en attendant la convergence des établissements.

À partir de , les cent hectares du terrain de la Doua sont progressivement libérés par les trois organismes qui se les partageaient : l’armée, sa locataire la Société Hippique de Lyon, et les PTT qui avaient là leur relais de radio-télécommunications. Pour la première rentrée en 1957, il fallut construire directement sur un terrain non encore transféré, sinon le futur Institut, du moins les bâtiments nécessaires à une première promotion de 300 élèves[6],[7].

La construction est donc éclair, les plans des bâtiments sont tracés presque à mesure qu’ils se construisent. L’architecte des bâtiments est Jacques Perrin-Fayolle, Premier Grand Prix de Rome.

L'établissement s'inspire de diverses universités techniques étrangères et de l'École polytechnique de Zurich. École d'ingénieurs fédérative, à vocation internationale, l'INSA regroupera à La Doua un premier cycle intégré, diverses options réparties entre les départements de physique, de mécanique et de chimie, un département des humanités et un internat. Le recrutement est particulièrement ouvert pour l'époque, aux bacheliers de l'enseignement général ou technique, ou autodidactes sur concours ; jeunes gens et jeunes filles ; français et étrangers. Les premiers étudiants sont accueillis à l'INSA dès , sept mois après la création.

Les INSA ont le statut d’établissement public à caractère administratif à partir de 1973[8] puis d’établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel de type « Écoles et instituts extérieurs aux universités » depuis 1990[9].

L’INSA Lyon devient membre fondateur de l'université de Lyon, pôle de recherche et d'enseignement supérieur créé en 2007 et devenu communauté d'universités et établissements en 2015[10],[11].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

En , les six INSA de France adoptent le même logotype.

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

L’établissement est constitué de 10 départements correspondant aux 9 spécialités de second cycle.

Son offre de formation comprend, outre la formation d'ingénieur d'une durée de cinq ans, deux masters recherche, neuf Mastères spécialisés, huit écoles doctorales et de nombreuses formations courtes (formation continue).

L’INSA Lyon propose un certain nombre de formations d’ingénieurs habilitées par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche après l’avis de la commission des titres d'ingénieur.

Admission[modifier | modifier le code]

La procédure d’admission est commune à tous les instituts nationaux des sciences appliquées. On pouvait intégrer l’école après le baccalauréat S, avant la réforme du Bac 2021. STI2D ou STL ou des diplômes équivalents d’autres pays[12]. Des procédures existent également pour intégrer l’école en seconde, troisième ou quatrième année[13].

Depuis la réforme du bac, il est possible de candidater via Parcoursup pour les INSA avec quelconques spécialités, bien qu'il soit fort probable que vous ne soyez pas admis(es) si vous n'avez pas fait spécialité mathématiques au lycée. Hormis les mathématiques, les jurys seront sensibles aux profils ayant retenu les spécialités physique-chimie, NSI (numérique et sciences informatiques), SI (Sciences de l'ingénieur) ou encore SVT (sciences de la vie et de la terre). Les options mathématiques expertes et mathématiques complémentaires sont aussi grandement appréciée[14].

Cycle préparatoire[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2018, le cycle préparatoire, anciennement nommé premier cycle change de nom et devient la formation initiale aux métiers d'ingénieur (FIMI). Depuis 1969, il est constitué de deux années d’enseignements fondamentaux (trois pour la filière Sport de Haut Niveau).

Chaque élève reçoit une formation générale, répartie de manière cohérente sur les deux années en FIMI, dans des domaines fondamentaux tels que les Mathématiques et l’Informatique, la Physique, la Chimie et la Physico-Chimie, la Mécanique, la Construction, la Fabrication et les Sciences Humaines (langues, communication management, etc). Cela leur permet ensuite de s’orienter vers une des 9 filières de second cycle. La première année de ce cycle est probatoire.

Les filières du département FIMI : la filière classique, 4 filières internationales[15] (EURINSA, AMERINSA, ASINSA[16], SCAN[17]), Formation Active en Sciences (FAS), Sport de Haut Niveau (SHN).

Cycle ingénieur[modifier | modifier le code]

Le second cycle, d'une durée de trois ans, s’ouvre sur 9 spécialités. D'après la CTI les titres des spécialités, en 2018, sont les suivantes[18] :

Titre de la spécialité du diplôme d'ingénieur Statut Accréditation Label
Biotechnologies et Bioinformatique Formation initiale sous statut d'étudiant Maximale EUR-ACE
Génie énergétique et environnement
Génie industriel
Matériaux
Génie civil et urbanisme
Génie électrique Formation initiale et continue sous statut d'étudiant

Formation initiale sous statut d'apprenti

Télécommunications Formation initiale sous statut étudiant et apprenti
Informatique
Génie mécanique

Cinq formations sont proposées par la voie de l'apprentissage[19] : Génie Mécanique Procédés Plasturgie (GMPPA), Génie Mécanique Conception et Innovation de Produits (GMCIPA), Génie Électrique (GEA), Télécommunications (TCA) et Informatique (IFA)[20].

Les trois anciens départements Génie Mécanique Conception (GMC), Génie Mécanique Développement (GMD) et Génie Mécanique Procédés Plasturgies (GMPP) ont fusionné à la rentrée 2016 et sont devenus des filières au sein du seul département Génie Mécanique (GM)[21]. Il est à noter que les filières Biochimie et Biotechnologie (BB) et BioInformatique et Modélisation (BIM) font partie du département Biosciences.

Sections artistiques et sportives[modifier | modifier le code]

En parallèle de la formation d'ingénieur, l'INSA Lyon propose 5 filières artistiques et 1 filière sportive :

  • Arts-plastiques études : accessible à partir de la 2e année, sans prérequis.
  • Cinéma-études : accessible à partir de la 2e année, sans prérequis.
  • Danse-études : accessible à partir de la 2e année, sans prérequis.
  • Musique-études : accessible à partir de la 1re année, avec comme prérequis indicatif la pratique d'un instrument et le suivi de cours de solfège depuis 5 ans.
  • Théâtre-études : accessible à partir de la 2e année, sans prérequis.
  • Sports-études : accessible à partir de la 1re année, avec comme prérequis l'inscription sur la liste ministérielle des sportifs de haut niveau[22].

Les filières artistiques permettent d'obtenir un Diplôme d'Etablissement Arts-études (DAE), en plus du diplôme d'ingénieur, à condition d'avoir validé 30 crédits ECTSs sur au minimum 5 semestres.

Recherche[modifier | modifier le code]

L’INSA Lyon compte treize unités de recherche en rattachement principal, et sept en rattachement secondaire ; ces unités sont pour la plupart des UMR avec le CNRS. L’INSA Lyon est l’établissement support de deux écoles doctorales, est cohabilitée pour six autres, et est associée à une dernière[23].

INSAVALOR, filiale de l’INSA Lyon, a pour mission principale le transfert et la valorisation des activités de recherche menées par les 23 laboratoires de recherche[source secondaire souhaitée].

22 laboratoires sont rattachés à l'INSA Lyon.

Classements[modifier | modifier le code]

Classements nationaux (classée en tant qu'INSA Lyon au titre de ses diplômes d'ingénieur)

Nom Année Rang
DAUR Rankings[24] 2021 33
L’Étudiant[25] 2021 10
L’Usine Nouvelle[26] 2021 14
Le Figaro[27] 2022 8

Classements internationaux (classée en tant qu'INSA Lyon)

Nom Année Rang (monde) Rang (France)
CWUR[28] 2021-2022 626 30
QS Top Universities[29] 2022 531-540 15
Shanghai Ranking[30] 2021 N.C. N.C.
Times Higher Education[31] 2022 601-800 22-27

Classement de Shanghai par domaine

Domaine 2021(Rang)[32] 2020 (Rang)[33] 2019 (Rang)[34]
Mathématiques 76 - 100 76 - 100 101- 150
Génie mécanique 51 - 75 51 - 75 50
Génie électrique et électronique 301 - 400 201 - 300 301-400
Génie biomédical 201 - 300 201 - 300 201 - 300
Génie énergétique et environnement 301 - 400 301 - 400 401 - 500

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

L'INSA Lyon a une capacité d'hébergement de 3 100 étudiants[35] dans ses onze résidences et dispose de services de restauration.

24 heures de l'INSA de Lyon[modifier | modifier le code]

L'école organise chaque année un festival étudiant, les 24 heures de l'INSA de Lyon, depuis 1972. C'est sur le campus de la Doua, à Villeurbanne. Ce festival comprend une journée de courses (vélo, course à pied et triathlon), des animations gratuites en journée et des concerts en soirée. Il attire environ 40 000 personnes cumulées sur les trois jours.

Personnalités liées à l'INSA[modifier | modifier le code]

Enseignants[modifier | modifier le code]

Étudiants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « INSA Lyon - CGE »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur CGE (consulté le ).
  2. Arrêté du 25 février 2021 fixant la liste des écoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé.
  3. Jean Capelle, L'éducation en Afrique noire à la veille des indépendances, 1946-1958, ouvrage posthume, préface de Léopold Sédar Senghor, Kartala-ACCT, Paris, 1990. (p.280)
  4. notamment Charles Mérieux, Xavier d'Hautuille, André Latreille
  5. « Création campus de la Doua », sur histoire.ec-lyon.fr.
  6. | Histoire de la construction de l'école| http://www.insa-lyon.fr
  7. Loi no 57-320 du 18 mars 1957 créant à Lyon un institut des sciences appliquées
  8. Décret no 73-271 du 2 mars 1971 portant statuts des instituts nationaux des sciences appliquées
  9. Décret no 90-219 du 9 mars 1990 relatif aux instituts nationaux des sciences appliquées devenu article D715-3 du code de l’éducation
  10. Décret no 2007-386 du 21 mars 2007 portant création de l'établissement public de coopération scientifique Université de Lyon sur Légifrance
  11. Décret no 2015-127 du 5 février 2015 portant approbation des statuts de la communauté d'universités et établissements « Université de Lyon » sur Légifrance
  12. « S’inscrire en première année », sur admission.groupe-insa.fr.
  13. « Service scolarité »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur INSA Lyon, (consulté le ).
  14. parcoursup, « rapport public d'examen des voeux parcoursup INSA » Accès libre [PDF], (consulté le ).
  15. « Premier cycle », sur insa-lyon.fr.
  16. « L'Année du Tigre | Association de la filière ASINSA », sur anneedutigre.insa-lyon.org (consulté le ).
  17. « Site de la filière internationale SCAN INSA de Lyon », sur scantheweb.fr.
  18. Avis CTI
  19. « Ingénieur par apprentissage », sur insa-lyon.fr.
  20. « Filière par apprentissage (IFA) », Département Informatique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. « Site du Génie Mécanique », sur insa-lyon.fr.
  22. « Mises en listes ministérielles », sur Ministère des sports et jeux olympiques et paralympiques.
  23. « Annuaire des formations doctorales et des unités de recherche », sur education.fr (consulté le ).
  24. « Le classement 2020 des écoles d'ingénieurs », sur daur-rankings.com.
  25. « Classement général des écoles d'ingénieurs »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur L’Étudiant.
  26. « Le classement 2020 des écoles d'ingénieurs », sur Usine Nouvelle.
  27. « Le classement 2022 des écoles d'ingénieurs », sur Le Figaro étudiant.
  28. « GLOBAL 2000 LIST BY THE CENTER FOR WORLD UNIVERSITY RANKINGS », sur CWUR.
  29. « QS World University Rankings 2022 », sur QS Top Universities.
  30. « 2021 Academic Ranking of World Universities », sur Shanghai Ranking.
  31. « World University Rankings 2022 », sur Times Higher Education.
  32. (en) « ShanghaiRanking-Univiersities », sur shanghairanking.com (consulté le ).
  33. (en) « ShanghaiRanking's Global Ranking of Academic Subjects », sur shanghairanking.com (consulté le ).
  34. (en) « ShanghaiRanking's Global Ranking of Academic Subjects », sur shanghairanking.com (consulté le ).
  35. Découvrir l'INSA de Lyon Insa Lyon
  36. « Le blues de l’après Kaamelott ? », sur Rue89Lyon, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]