Sciences économiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les sciences économiques, font partie des sciences humaines et sociales qui étudient l'allocation des ressources rares à des fins alternatives. Autrement dit, selon l'économiste et homme politique Raymond Barre, « la science économique est la science de l'administration des ressources rares. Elle étudie les formes que prend le comportement humain dans l'aménagement de ces ressources ; elle analyse et explique les modalités selon lesquelles un individu ou une société affecte des moyens limités à la satisfaction de besoins nombreux et illimités » (Économie politique, Paris : PUF, 1959). En réalité, il n'existe pas une seule définition de l'économie, mais plusieurs définitions, chaque définition renvoyant à des réalités sous-jacentes différentes. En effet, la science économique peut s'appliquer à de nombreux domaines (économie financière, internationale, politique, industrielle, du travail et des ressources humaines, publique, de la santé, de l'environnement, de l'éducation, etc.) être appliquée de différentes manières (méthode économétrique, microéconomique, macroéconomique, etc.) et y rechercher des objectifs différents (efficience, égalité, etc.). Karl Polanyi distinguait par exemple deux sens du terme économique : le sens substantif (l'économie est une science empirique qui étudie des procès institutionnalisés) et le sens formel (l'économie est une science déductive qui étudie l'action rationnelle) ; ce dernier sens se rapproche beaucoup de la conception qu'en avait Ludwig von Mises.

Origine de la notion[modifier | modifier le code]

L'idée de science économique chez les auteurs grecs[modifier | modifier le code]

Économique est un mot grec qui apparaît comme titre de deux traités, l'un de Xénophon, l'autre d'Aristote, dont l'objet est la connaissance et la formulation des lois (« nomos ») permettant d'optimiser l'utilisation des biens d'une maison (« oikos »), considérée comme unité collective de production d'une famille élargie ou d'un clan. La richesse est considérée du point de vue de l'abondance des biens produits et de leur utilité, non de l'accumulation de monnaie par l'usure ou le négoce dont les procédés font l'objet d'une autre discipline qu'Aristote appelle chrématistique (de khréma (la richesse) et -atos (degré superlatif)) et qu'il considère comme des activités stériles, voire déshonorantes dans l'Éthique à Nicomaque). L'Économique est explicitement distingué de la Politique, laquelle fait l'objet d'un autre traité d'Aristote et vise à établir l'harmonie et la justice entre les différentes classes de personnes et de familles qui constituent la cité.

La naissance de la science économique moderne[modifier | modifier le code]

L'idée d'une science économique est présente dés 1768 dans un écrit du physiocrate Pierre Samuel du Pont de Nemours intitulé De l'Origine et des progrès d'une science nouvelle[1] et va de pair avec la volonté de découvrir des lois valables sous tous les climats et dans tous les pays.

John Ramsay McCulloch dans son livre Principles of Political Economy de 1825 voit la science économique aussi certaine que toutes sciences fondées sur les faits et l'expérience[2].

En 1917 Edwin Cannan sera très critique envers l'école anglaise d'économie politique d'avant Stanley Jevons et Alfred Marshall et soutiendra que seuls les outils issus de l'approche marginaliste (école néo-classique) ont permis à l'économie devenir une science [3]

Microéconomie et macro-économie[modifier | modifier le code]

Une définition microéconomique[modifier | modifier le code]

Les choix des acteurs sont réalisés en fonctions des coûts d'opportunité. Par coût d'opportunité, il faut entendre la valeur du renoncement. Comme énoncé plus haut, il est difficile de donner une définition rationnelle à certains concepts économiques, car il y a autant de définitions que d'auteurs. Mais, dans une approche définitionnelle, la microéconomie est la partie de l'économie qui étudie le comportement individuel des agents économiques, elle traite des questions telles que la richesse et donc le profit, l'énergie nécessaire pour une industrie, la pauvreté etc.

Par ailleurs, un agent économique désigne toute personne morale ou physique qui participe à une activité de consommation, de production ou d'épargne.

Une définition macroéconomique[modifier | modifier le code]

La macroéconomie est l'étude de l'économie envisagée dans sa globalité, sous forme d'agrégats. Elle étudie les choix des individus (tous et non un seul), des entreprises et des gouvernements sur l'économie nationale et mondiale.

L'analyse macroéconomique étudie en particulier les questions relatives à des indicateurs, représentatifs de la santé économique[4] : Produit Intérieur Brut et Revenu national brut, consommation globale, épargne, investissements, inflation, taux de chômage, indicateur de développement humain, seuil de pauvreté

Par la comptabilité nationale, elle est une partie de l'économie politique dans le vaste champ de la philosophie politique et de l'anthropologie. [Source ?]

L'économie internationale, qui étudie les relations économiques entre pays et certaines caractéristiques de la mondialisation économique, fait partie de la macroéconomie.

Science économique et société[modifier | modifier le code]

Rôle et responsabilité des économistes[modifier | modifier le code]

Le rôle des économistes est d'une part d'analyser comment la société humaine produit ses richesses et les répartit, et d'autre part de proposer des explications et des possibilités d'amélioration à certains dysfonctionnements économiques et sociaux. Ils peuvent aussi réaliser des études pour estimer les effets d'une loi ou d'un projet de loi. Les résultats de ces études (qui peuvent être contradictoires d'un modèle à l'autre) sont parfois utilisés par les gouvernements pour réguler l'activité économique.

L'économie a donc des liens avec la philosophie politique, et elle a un enjeu social considérable, en particulier en ce qui concerne la répartition des richesses dans la société.

À ce titre la responsabilité des économistes fait question : si leurs propositions sont si importantes pour la société, doivent-ils être tenus pour responsable en cas d'échec ?

Enjeux écologiques[modifier | modifier le code]

Depuis la fin du XXe siècle, l'économie a aussi un enjeu écologique. En effet, l'impact des activités humaines sur les ressources naturelles (déforestation, énergies fossiles, minerais) et sur l'équilibre de la planète (climat, biodiversité...) posent la question du développement durable. Réciproquement, l'écologie devient un enjeu économique, par l'activité qu'elle génère (recyclage, dépollution, etc).

Des réflexions sont en cours, dans le domaine de l'économie de l'environnement, pour intégrer la mesure des activités liées à ces enjeux dans les grands agrégats économiques (PIB, etc.), sous forme d'externalités.

La prise en compte des intérêts écologiques et des dégâts de l'activité économique sur l'environnement devient un enjeu majeur dans les choix d'investissements et la politique d'innovation et d'emploi à long terme. Les États qui s'engagent sur le plan multilatéral à réduire leurs émissions de CO2 mettent en place des réglementations pour encourager les entreprises et industries à investir dans les technologies non polluantes et se reconvertir dans des secteurs sobres en consommation d'énergies.

Épistémologie[modifier | modifier le code]

L'économie est-elle une science ?[modifier | modifier le code]

La question du statut scientifique de l'économie est problématique et conduit certains auteurs à remettre en cause la scientificité de l'économie[5].

La présentation de l'économie orthodoxe montre que les recommandations dépendent toutefois amplement des hypothèses utilisées pour construire le modèle. Et très souvent, il s'agit d'hypothèses fortes : transitivité, continuité des préférences individuelles, convexité des fonctions d'utilité, maximisation des fonctions de production, marché pur et parfait, etc. Ces hypothèses sont jugées par beaucoup d'économistes hétérodoxes, et par des scientifiques de diverses tendances, par exemple Benoît Mandelbrot, comme « irréalistes ». Il est vrai qu'elles n'ont jamais donné lieu à des confirmations empiriques très robustes, si bien que comme le faisait remarquer Karl Popper : « Le développement de l'économie réelle n'a rien à voir avec la science économique. Bien qu'on les enseigne comme s'il s'agissait de mathématiques, les théories économiques n'ont jamais eu la moindre utilité pratique »[réf. souhaitée].

En fait, même si comme Léon Walras, de nombreux économistes ont eu l'ambition de trouver une définition commune à tous les modèles économiques, et de découvrir des lois capables d'expliquer et de prévoir l'ensemble des comportements des acteurs économiques, l'économie ne peut être définie comme une science exacte (selon la définition de Karl Popper) en raison de son caractère fondamentalement autoréférentiel : la connaissance d'une loi modifie le comportement des acteurs économiques qu'elle est censée décrire[6].

Ainsi d'après Claude Mouchot : « l'économie ne sera jamais « science normale » au sens de T.S. Kuhn ; l’unification des théories économiques ne se réalisera jamais, au moins dans une société démocratique ; il faut abandonner la référence à la physique et déterminer à nouveau frais le statut épistémologique de notre discipline »[7].

Cherchant à rendre compte du mouvement des sciences au XXe siècle, l'historien Eric Hobsbawm avance : « Bien qu'elle soit soumise à des impératifs de cohérence et de logique, la science économique a été une forme de théologie florissante – sans doute dans le monde occidental, la branche la plus influente de la théologie séculière – parce qu'elle peut être formulée, et l'est habituellement, de manière à échapper à toute espèce de contrôle [...] On n'a aucune peine à montrer ce que les écoles de pensée et les caprices de la mode en économie doivent à l'air du temps et au débat idéologique »[8].

Jacques Sapir fait, lui, remarquer que ce n’est qu’en … s’acceptant comme des chercheurs en sciences sociales que les économistes peuvent mettre fin à la crise de leur discipline[9].

Quelle épistémologie pour l'économie ?[modifier | modifier le code]

L'importance de l'épistémologie pour l'économie, comme pour toute discipline qui se veut scientifique, n'est pas à démontrer. Ainsi pour Jacques Sapir[10] la question de la théorie de la connaissance sous-jacente à l'approche économique devient cruciale. Ce dernier souligne que la rupture avec le positivisme, (...) ce scientisme hérité du XIXe siècle, est bien le point d'achoppement principal en économie[11].

Claude Mouchot en appelle, quant à lui, à une véritable épistémologie de l'économie[12]. Il propose, dans son ouvrage Méthodologie économique[13], une approche constructiviste de l'économie. Claude Mouchot note finalement la nécessaire multiplicité des discours en économie et en appelle à un retour du politique.

Méthodologie économique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Méthodologie économique.

Comme la plupart des sciences humaines, l'économie peut aborder son objet de deux points de vue complémentaires : elle est dite

  • positive lorsqu'elle s'attache à expliquer les conséquences des différents choix et à décrire la réalité de son objet.
  • normative lorsqu'elle prescrit une action, une mesure ou une route à suivre.

On trouve d'autre part différentes méthodes utilisées par les économistes pour tester ou construire leurs théories. Les plus significatives sont sans doute :

L'économie fait depuis longtemps (depuis les physiocrates) un large usage de modèles mathématiques. Cette utilisation des modèles est, pour les économistes, rendue nécessaire par le grand nombre de données qu'ils ont à traiter, et par la volonté d'en tirer des lois générales. Les économistes pensent ainsi que les méthodes mathématiques encourageraient les chercheurs à se concentrer sur l'essentiel, et rendraient l'exposition moins sujette aux ambiguïtés.

À noter, les tenants de l'École autrichienne, pour des raisons épistémologiques, adoptent une démarche radicalement différente, de type axiomatico-déductive, et refusent de recourir à toute modélisation mathématique.

Étude[modifier | modifier le code]

Domaines d'étude de l'économie[modifier | modifier le code]

Certains aspects de l'économie requièrent une attention particulière : le commerce, l'allocation des ressources, la concurrence et la monnaie.

Plus généralement, l'économie est souvent divisée en deux grandes catégories :

Les tentatives de réunion de ces deux branches ont été l'un des principaux moteurs de la pensée économique contemporaine, durant les années 1970 et le début des années 1980. Aujourd'hui, un consensus semble s'être formé chez les économistes orthodoxes autour de l'idée que la microéconomie constitue le fondement de la macroéconomie. Cette idée est cependant très contestée. Par exemple, un certain nombre de spécialistes en épistémologie économique, comme Claude Mouchot par exemple, réfutent cette idée de façon catégorique.

Au sein de ces grandes divisions, on trouve des zones d'étude plus spécialisées, qui tentent de répondre aux questions du point de vue — plus large — de l'activité humaine.

Peu à peu, les théories économiques ont trouvé des applications dans des contextes beaucoup plus vastes. En effet, on peut considérer que dans tout domaine où les individus sont confrontés à des choix — l'éducation, le mariage, la vie publique, etc. —, on peut trouver un aspect économique. La théorie du choix public (public choice theory) étudie comment une analyse économique peut s'appliquer à des domaines traditionnellement considérés comme étrangers à ce domaine. Et, de fait, les domaines d'investigation de l'économie chevauchent ceux d'autres sciences sociales, telles que la psychologie sociale, la politique, ou la sociologie.

Ainsi, un aspect important de l'économie est l'étude de la manière dont des stimulants (les conséquences de différentes actions) peuvent affecter le comportement d'un individu ou d'un groupe. Les économistes pensent que les stimulants et les goûts personnels jouent un rôle important dans la préparation de la prise de décision. Ainsi, la psychologie, les sciences cognitives et la neurologie rejoignent l'économie et lui servent de matière à réflexion.

Les grandes questions auxquelles les théories économiques s'efforcent de répondre[modifier | modifier le code]

Développement de la pensée économique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la pensée économique.

La pensée économique trouve ses origines dans l'Antiquité, notamment en Grèce antique (voir économie de la Grèce antique). Ce paragraphe décrit les développements de la pensée économique à partir de la Renaissance.

Les développements au début de l'époque moderne (XVIesiècle - XVIIesiècle)[modifier | modifier le code]

Joseph Schumpeter, dans son Histoire de l'analyse économique (1954), a étudié la doctrine scolastique en général et l'espagnole en particulier. Il a fait l'éloge du haut niveau des sciences économiques en Espagne à la Renaissance. Selon lui l'école de Salamanque a été le groupe qui mérite le plus le titre de fondateurs des sciences économiques.

La pensée économique moderne s'est ensuite développée au XVIe et XVIIe siècles avec le mercantilisme. Cette doctrine économique prône le développement économique par l'enrichissement des nations et de l'État, ou de son souverain en particulier, au moyen du commerce extérieur (le mot vient du latin « mercatus » qui signifie « commerce, marché ») mais aussi de l'industrialisation. Elle se situe historiquement à la fin du Moyen Âge et marque aussi la fin de la prééminence des doctrines de l'Église dans l'organisation sociale. Elle repose sur la croyance que la richesse repose sur l'accumulation des métaux précieux ; elle préconise donc de développer l'activité industrielle et l'exportation pour obtenir l'or et l'argent qui représentent la richesse d'un pays. L'État doit donner l'exemple en créant de grandes activités, par exemple des manufactures. Notamment la France qui fait preuve d'un important interventionnisme étatique (contrôle de la production pour assurer la qualité des produits) dans le but d'exporter de nombreux produits de luxe. L'Espagne qui possède à l'époque une grande quantité d'or, contribue donc à l'enrichissement de la France.

Le mercantilisme français est représenté par des hommes tels que Jean Bodin (1530-1596), Antoine de Montchrestien (1575-1621) ou Jean-Baptiste Colbert (1619-1683).

Préclassiques et classiques (XVIIIesiècle - XIXesiècle)[modifier | modifier le code]

Le courant des physiocrates ne constitua qu'une brève étape de la pensée économique. Les physiocrates soutiennent qu'il existe un ordre naturel gouverné par des lois (physiocratie signifie gouvernement de la nature). Le rôle des économistes est de comprendre et de révéler les lois de la nature telles qu'elles opèrent dans la société et dans l'économie afin de montrer comment ces lois opèrent dans la formation et dans la distribution des richesses. Fondée sur l'idée que seules la terre et l'agriculture seraient créatrices de richesse, la physiocratie aura une existence assez brève, étant dès 1776 éclipsée par l'émergence de la pensée classique et la parution des Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations d'Adam Smith. Le Tableau Économique (1758) de François Quesnay, principal représentant de la Physiocratie aura cependant une large postérité, car pour la première fois l'économie est présentée sous forme de flux de biens et de services. Cette représentation sera reprise et détaillée par tous les mouvements économiques postérieurs.

Au XVIIIe siècle se développa surtout la pensée classique, autour tout d'abord de Daniel Bernoulli (créateur dès 1738 du concept fondamental d'utilité), puis de deux Britanniques, Adam Smith et David Ricardo. Les classiques anglais cherchent à comprendre la dynamique de la croissance dans le contexte de la révolution industrielle naissante : ils insistent à la fois sur le rôle du travail dans la création de la richesse (notion de « valeur travail ») tout en soulignant leur attachement au libéralisme économique et leur croyance dans la nécessité d'une forte accumulation du capital et d'une répartition des revenus judicieuse pour soutenir la croissance économique.

Au XIXe siècle, la pensée économique s'est notamment développée avec l'apport de Karl Marx. L'économie moderne est en fait avant tout un affinement de la pensée économique néoclassique (voir Histoire de la pensée économique pour un aperçu des précurseurs d'Adam Smith, ainsi que des différentes écoles qui lui ont succédé).

Diversification de la pensée (XXesiècle - XXIesiècle)[modifier | modifier le code]

John Maynard Keynes donna naissance à la macroéconomie dans les années 1930. De nombreux économistes utilisent un mélange de microéconomie néoclassique et de macroéconomie keynésienne. Cette combinaison, appelée parfois synthèse néoclassique, fut populaire dans l'enseignement et fut surtout largement appliquée en politique économique dans les pays occidentaux après la Seconde Guerre mondiale et jusqu'à la fin des années 1970. De même, de nombreux auteurs se réclament de la pensée de Karl Marx en niant être marxistes, au sens politique ou économique le plus courant. Cependant les théories keynésiennes présentent l'inconvénient d'être source d'inflation, en effet celle-ci tend à favoriser la demande.

À contre-courant des théories dominantes, on trouve la théorie du Crédit social de Clifford Hugh Douglas qui développa sa théorie dans les années 1930.

De nos jours, on note une grande diversification des courants économiques, notamment par l'application de nouvelles approches techniques :

Par ailleurs, l'essor des sciences de gestion (management, marketing, théorie des organisations, gestion des ressources humaines, technologies de l'information) a percolé en économie, aboutissant en particulier à l'économie de la connaissance, qui reconnaît le savoir, la compétence et l'information comme facteurs essentiels de production et de développement, en plus des trois facteurs « classiques » : ressources naturelles, travail et capital.

Présentation de l'économie orthodoxe[modifier | modifier le code]

L'économie est aujourd'hui construite autour d'un paradigme dominant. On parle pour désigner les travaux construits à l'intérieur de ce paradigme, d'économie orthodoxe. Ce paradigme part du principe fondamental suivant : les ressources sont en quantités limitées, et il faut donc choisir comment les employer au mieux. En situation de rareté, le choix d'une alternative implique en effet le renoncement aux autres alternatives possibles ; c'est ce que les économistes nomment le coût d'opportunité. De plus, des ressources limitées ne peuvent, à un moment donné et dans un contexte technologique donné, conduire qu'à une production limitée, ce qui pose le problème de la redistribution des produits.

En fonction de ce principe, il existe deux possibilités pour calculer l'utilité des ressources qui vont être employées.

Dans la tradition classique, l'économiste considère l'utilité cardinale d'une ressource. La consommation d'un bien dispense un certain niveau de satisfaction selon une certaine fonction d'utilité prédonnée, et l'agent choisit de consommer la ressource ou le niveau de ressources, qui lui donne le plus haut niveau de satisfaction.

La difficulté est toutefois de mesurer ce niveau de satisfaction, c'est pourquoi les économistes néo-classiques ont rejeté cette hypothèse et supposent désormais que le consommateur a seulement la possibilité de classer les différents biens en fonction de ses préférences. Suivant la structure des préférences de l'agent économique, ils construisent alors, lorsque c'est possible, une fonction d'utilité ordinale. Dans les modèles d'inspiration walrasienne, on cherche alors l'allocation des ressources, ou les allocations, telles qu'aucun individu ne puisse accroître sa satisfaction sans détériorer celle de quelqu'un d'autre. On dit alors qu'il s'agit d'allocations paréto-optimales, qui ne sont que des équilibres de Nash particuliers. La distinction est la suivante : par rapport à un état donné de l'économie, s'il est possible de trouver une allocation qui accroisse le niveau de satisfaction d'un acteur sans diminuer celui d'un autre, alors l'économie n'est pas dans une situation dite d'optimum de Pareto (du nom de Vilfredo Pareto, sociologue italien du XIXe ayant théorisé ce concept). En revanche, si une telle allocation n'est pas réalisable, l’allocation actuelle est optimale au sens de Pareto.

Il faut alors remarquer qu'une allocation paréto-optimale n'implique aucunement une distribution égalitaire des ressources. Une partie du rôle des économistes orthodoxes est donc de déterminer quelles sont les mesures à prendre pour que l'économie soit dans une situation paréto-optimale, sans forcément tenir compte de critères éthiques de redistribution qui relèvent du choix politique. En général, en fonction de la nature des préférences individuelles et en fonction de la nature des biens (public, privé), ils préconisent une décentralisation des décisions et de l'échange, et une indexation des biens par un système de prix. Une partie des recherches porte également sur la façon dont les situations oligopolistiques et monopolistiques écartent une économie de son état paréto-optimal, et comment il est possible de rétablir l'efficience. Ces modèles suffisent donc aux économistes néoclassiques pour tirer des conclusions sur les mesures économiques à prendre.

Citations[modifier | modifier le code]

« L'économie est la science qui étudie comment les ressources rares sont employées pour la satisfaction des besoins des hommes vivant en société ; elle s'intéresse, d'une part, aux opérations essentielles que sont la production, la distribution et la consommation des biens, d'autre part aux institutions et aux activités ayant pour objet de faciliter ces opérations. »

— Edmond Malinvaud

« L'économie est la science qui enseigne comment se forment, se distribuent et se consomment les richesses qui satisfont aux besoins des sociétés. »

— Jean-Baptiste Say, Traité d'économie politique, 1803

.

« L'économie politique ou économique est une étude de l'humanité dans les affaires ordinaires de la vie : elle examine la partie de la vie individuelle et sociale qui a le plus particulièrement trait à l'acquisition et à l'usage des choses matérielles, nécessaires au bien-être. Elle est donc d'un côté, une étude de la richesse, de l'autre et c'est le plus important, elle est une partie de l'étude de l'homme. »

— Alfred Marshall, Principes d'économie politique, 1890

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Goodwin 2008, p. 3
  2. Goodwin 2008, p. 5
  3. Goodwin 2008, p. 7
  4. Ces indicateurs ont été choisis dans une optique purement économique, sans nécessairement représenter le bonheur ou le bien-être. À titre d'exemple, la valeur monétaire de l'état environnemental de la planète, est un indicateur économique que l'on ne sait quantifier. Des indicateurs concernant l'environnement (externalités négatives,…) ou le bien-être ont été créés vers la fin du XXe siècle.
  5. Voir L’économie : science ou pseudo science ?, par Bernard Guerrien, La science économique n’aura pas lieu, par Daniel Duet
  6. Par exemple les banques centrales, depuis quelques décennies, ont appris à limiter l'impact des crises financières en intervenant rapidement sur les marchés financiers. Les investisseurs, mis en confiance, intègrent progressivement cette nouvelle donnée en prenant des risques supplémentaires, ce qui aboutit ainsi à une nouvelle instabilité financière
  7. Claude Mouchot, « Pour une véritable épistémologie de l’économie »
  8. Eric Hobsbawm, L’Âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle, 1914-1991, Complexe, 2003, p. 704.
  9. Les Trous noirs de la science économique : essai sur l'impossibilité de penser le temps et l'argent, éd. Points Économie, p. 39, voir aussi l'article d'André Orléan, Essentialisme monétaire et relativisme méthodologique
  10. Les Trous noirs de la science économique : essai sur l'impossibilité de penser le temps et l'argent, éd. Points Économie, p. 117
  11. Les Trous noirs de la science économique : essai sur l'impossibilité de penser le temps et l'argent, éd. Points Économie, p. 165
  12. Voir cet article
  13. Méthodologie économique,Seuil (Poche) 2003

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Craufurd D. Goodwin, « History of economic throught », The New Palgrave,‎ 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Aspects généraux[modifier | modifier le code]

Aspects particuliers[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]