École centrale de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ECL.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

École Centrale de Lyon
Image illustrative de l'article École centrale de Lyon
Informations
Fondation 1857
Type École d'ingénieurs (EPSCP)
Budget 20 283 000 euros
Localisation
Coordonnées 45° 46′ 59″ nord, 4° 46′ 10″ est
Ville Lyon
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Campus Écully
Direction
Président Christian Mari (ECL'1974)
Directeur Frank Debouck (ECL'1978)
Chiffres clés
Étudiants 1 500[1]
Doctorants 216[2]
Diplômés/an 279 (2010[2])
Divers
Affiliation Groupe Centrale
TIME (Top Industrial Managers for Europe)
Université de Lyon
CGE, AGERA]
Site web www.ec-lyon.fr

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
École Centrale de Lyon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École Centrale de Lyon
François Barthélemy Arlès-Dufour, cofondateur de l'ECL.

L'École Centrale de Lyon - fréquemment abrégée en « Centrale Lyon » - est l'une des 210 écoles d'ingénieurs françaises habilitées à délivrer un diplôme d'ingénieur.

Située à Écully près de Lyon, elle a été fondée en 1857. Elle est membre du Groupe Centrale et de la communauté d'établissements « Lyon Saint-Étienne », première de France avec 130 000 étudiants.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'École Centrale de Lyon est créée en 1857 sous le nom d'« École centrale lyonnaise pour l'industrie et le commerce » à l'initiative de François Barthélemy Arlès-Dufour[3], entrepreneur et humaniste lyonnais et de Désiré Girardon, professeur à l'école de la Martinière désireux de « former les meilleurs élèves de la Martinière à la chimie, la mécanique industrielle, la construction civile et le dessin industriel »[4].

Désiré Girardon devient le premier directeur de l'École. L'établissement privé s'installe au 19 quai Castellane sur un espace de 1 000 m2 et la rentrée des quatorze premiers élèves-ingénieurs a lieu le 3 novembre 1857. Parmi cette promotion, se trouve le fils cadet d'Arlès-Dufour - prénommé Armand - premier centralien diplômé et président fondateur de l'Association des anciens élèves aujourd'hui Association des centraliens de Lyon.

Grandes dates[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.   (novembre 2016).

Formation[modifier | modifier le code]

Études générales[modifier | modifier le code]

Véhicule écologique de compétition Colzer conçu en Projet d'Étude puis fabriqué en Projet d'Application sur 21 mois de scolarité par les élèves-ingénieurs de l'Écurie centralienne EPSA.

Centrale Lyon forme des ingénieurs dont la vocation est d'exercer dans les entreprises. L'admission au cycle Ingénieur ECL s'effectue principalement via le Concours Centrale-Supélec des filières MP, PSI, PC, PT, TSI des classes préparatoires.

Comme toute école centrale, la formation initiale se fait en deux temps :

Projets et stages[modifier | modifier le code]

Durant leur cursus et dans le cadre de leur formation au Management de projet, les élèves-ingénieurs réalisent trois projets :

  • un projet d'étude de neuf mois en première année ;
  • un projet d'application de neuf mois en deuxième année ;
  • un projet d'option de six mois en troisième année.

Les élèves-ingénieurs de l'École centrale de Lyon réalisent également trois stages au cours de leur formation :

  • un stage d'exécution (ou stage ouvrier) de un à deux mois en première année, dont le but est de se familiariser avec le monde de l'industrie ;
  • un stage d'application de trois à quatre mois en deuxième année, afin de participer activement à un projet d'ingénierie au sein d'une entreprise ;
  • un travail de fin d'études de trois à six mois en troisième année, correspondant à une première mission d'ingénieur débutant.

En plus des stages industriels obligatoires, tout élève peut décider d'effectuer durant sa formation une « année de césure » : il suspend alors sa scolarité pendant une année pour, à sa convenance :

  • soit effectuer un stage industriel de longue durée de neuf à quinze mois ;
  • soit étudier dans une autre école ou université sur un thème professionnel de son choix ;
  • soit réaliser un projet personnel contribuant à sa professionnalisation.

Formation en Mastère spécialisé[modifier | modifier le code]

Article connexe : Mastère spécialisé.

En partenariat avec EM Lyon Business School et l'ECAM, l'ECL forme également des élèves-mastériens généralement déjà diplômés et venant compléter leur formation en :

  • Management et Développement des Systèmes d'Information,
  • Maîtrise des Systèmes d'Information PME/PMO.
  • Programme IDEA, Innovation Design Entreprenariat & Art .

Treize autres masters sont proposés en co-habilitation, par exemple, le master Nanoscale Engineering, co-habilité avec l’INSA de Lyon et l’Université Claude-Bernard Lyon 1 qui propose un programme sur 2 ans autour des Nanosciences et Nanotechnologies. Ou encore, en partenariat ave l'École normale supérieure de Lyon et l'Institut Camille Jordan, le Master 2 Maths en Action: du concept à l'innovation a pour vocation de former à la recherche en mathématiques appliquées, en lien étroit avec l'industrie.

Formation doctorale[modifier | modifier le code]

L’École centrale de Lyon propose à des diplômés Bac+5, Centraliens ou non, de poursuivre leurs études par un Doctorat au sein de l'un des six laboratoires de recherche de l'École.

Formation continue[modifier | modifier le code]

L’École centrale de Lyon assure des formations professionnelles[8] de haut niveau technologique et managérial dans le cadre de sa mission relative à la formation continue. Les formateurs sont alors des ingénieurs, dirigeants, consultants et/ou enseignants expérimentés.

Recherche et innovation[modifier | modifier le code]

Tribomètre analytique sous ultra-vide + analyses XPS du laboratoire LTDS

Regroupés au sein de six laboratoires, plus de 300 personnes contribuent à des contrats industriels de R&D et d'innovation, à la rédaction de 500 publications scientifiques par an et au dépôt de douze brevets depuis cinq ans.

Laboratoires[modifier | modifier le code]

Six laboratoires majeurs conduisent - souvent en lien avec le CNRS et d'autres établissements de formation rhônalpins - les travaux de recherche et développement de l'École :

  • Ampère : Laboratoire de Génie électrique, Électromagnétisme, Automatique, Microbiologie environnementale et Applications ,
  • INL : Institut des Nanotechnologies de Lyon,
  • LMFA : Laboratoire de Mécanique des Fluides et Acoustique,
  • LTDS : Laboratoire de Tribologie et Dynamique des Systèmes ,
  • LIRIS : Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'Informations,
  • Institut Camille Jordan : Laboratoire de Mathématiques.

Sociétés de transfert et de développements industriels[modifier | modifier le code]

  • Centrale Innovation] (C-Innov) : fondée en 1993, cette société de droit privé dont les actionnaires majoritaires sont l'ECL et l'ECN assure des prestations de Recherche et Développement pour des clients industriels renommés : AIRBUS, ArcelorMittal, AREVA, Calor, EADS, EDF, Eurocopter, Hispano Suiza, Institut Français du Pétrole, L'Oréal, Onera, Plastic Omnium, Peugeot Citroën, Renault, Sanofi Pasteur, SNCF, Snecma, Total, Turbomeca, Valeo, IHI, Nippon Oil, Nissan, Schlumberger, Shell...
  • Start-up's : depuis sa création, ECL a donné naissance à une vingtaine de start-up's technologiques issues de ses laboratoires dont notamment CRMT, Metravib, Mecamaster, Kade-Tech, Scantec, Jet Metal Technology, Sillages Environnement, Touchlogy...

Ouverture internationale[modifier | modifier le code]

L'École centrale de Lyon est membre du réseau T.I.M.E. (Top Industrial Managers for Europe) qui regroupe plus de 50 universités de réputation mondiale. Pionnière sur l'ouverture internationale, l'École accueille 25 % d'élèves étrangers, notamment en provenance d'Europe, d'Afrique, de Chine, du Japon, du Canada ou du Brésil.

De nombreux élèves-ingénieurs passent leur dernière année d'études à l'étranger, en particulier grâce aux 65 accords de double diplôme avec des universités internationales. Depuis la réforme de 2009 de l'ECL, il est désormais obligatoire pour tous les élèves-ingénieurs d'effectuer un séjour d'une durée minimum de trois mois à l'étranger pendant leur cursus.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Association des élèves de l’École centrale de Lyon (AEECL)[modifier | modifier le code]

L’Association des Élèves de l’École centrale de Lyon (AEECL), créée en 1949, compte un millier de membres, quasiment tous les élèves de l’École.

L’association rassemble quatorze équipes : CAA (conseil d'administration), BDE, Trésoriers, WEI (Week-End d'Intégration), BI (Bureau International, qui accueille les étrangers), Gala, BDA (Bureau Des Arts), PH (Piston Hebdo, hebdomadaire des élèves), PAO, Anim, SDeC (Service des Cours), ECLAIR (réseau informatique des élèves), Pollene, etc., soit 130 membres dirigeants, ainsi que 50 clubs.

Association des centraliens de Lyon[modifier | modifier le code]

L'Association des centraliens de Lyon regroupe l’ensemble des élèves, des ingénieurs et des docteurs de l’École centrale de Lyon. Créée en 1866, l’Association a été reconnue d’utilité publique par décret du 13 août 1921.

En 2008, l'association a signé la nouvelle charte de la confédération des associations centraliennes pour renforcer les coopérations entre les anciens du groupe des écoles centrales.

La création du Lyon olympique universitaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lyon olympique universitaire.

En 1910, l'Association sportive de l'École centrale de Lyon fusionne avec le Lyon olympique pour former le Lyon olympique universitaire (LOU)[9], club de rugby à XV qui perdure jusqu'à aujourd'hui et évolue en Top 14. Les centraliens sont donc à l'origine de sa forte dimension universitaire.

Clubs et associations centraliens de Lyon[modifier | modifier le code]

Match de rugby du Challenge ECL devant le logo de l'École.

En plus de l'association des élèves - dont la mission est surtout de gérer l'animation du campus -, de nombreux autres clubs (dépendants de l'AEECL) ou associations (indépendantes de l'AEECL) proposent des activités aux élèves-ingénieurs de l'École.

Elles peuvent être liées à la pratique d'un loisir (Studio Rock, Piston Circus...) , à des services pour les élèves-ingénieurs (Service des Cours, ECLAIR, Bread in Bed...), au rapprochement entre des personnes et des cultures (Club Chine, Club Brésil...) ou à la réalisation de projets en commun (organisation du Forum Perspectives, Junior-Entreprise dénommée Centrale Conseil, associations humanitaires comme Solidari'Terre...).

Campus[modifier | modifier le code]

Le campus se compose de quatre résidences Paul Comparat (bâtiments U, V, T, X) et de trois résidences ADOMA (bâtiments A, B, C).

Quelques Centraliens de Lyon célèbres[modifier | modifier le code]

Louis Boisard, ECL 1867
Luc Court, ECL 1883

La date indique l'année de sortie de l'élève-ingénieur de l'École :

Directeurs de l’École[modifier | modifier le code]

  • Désiré Girardon (1857-1868) - Professeur à la Martinière.
  • Gustave Fortier (1868-1902)
  • Henri Rigollot (1902-1929)
  • Pierre Lemaire (1929-1949) - Docteur-Ingénieur - Maxime : « Fuyons l'abstraction chère aux paresseux. »[14],
  • Paul Comparat (1949-1976) - Centralien ECL'1935[15],
  • Auguste Moiroux (1976-1988) - Centralien ECL'1949.
  • Jacques Bordet (1988-1992) - Normalien,
  • Étienne Pascaud (1994-1999) - Polytechnicien X'1960,
  • Jean Dorey (1999-2005) - Centralien ECP'1974,
  • Patrick Bourgin (2005-2011) - Centralien ECL'1973,
  • Frank Debouck (2011-) - Centralien ECL'1978[16]

Professeurs connus[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche EC Lyon Ecully - L'Étudiant
  2. a et b École centrale - Lyon : L’École dans le palmarès l’Étudiant - L'Étudiant (voir archive)
  3. « Je vais réaliser mon vieux rêve d'une Martinière bourgeoise que j'appellerai probablement École centrale lyonnaise de l'industrie et du commerce », extrait de la lettre d' Arlès-Dufour du à son ami saint-simonien Barthélemy Prosper Enfantin.
  4. Marianne Thivend et Sylvie Schweitzer, LARHRA – UMR 5190, État des lieux des formations techniques et professionnelles dans l’agglomération lyonnaise du XIXe siècle aux années 1960, p. 14
  5. Décret no 70-276 du 20 mars 1970 modifiant l'appellation de l'école centrale lyonnaise
  6. Décret du 1er avril 1992
  7. Décret no 2007-386 du 21 mars 2007 portant création de l'établissement public de coopération scientifique Université de Lyon et Décret no 2015-127 du 5 février 2015 portant approbation des statuts de la communauté d’universités et établissements « Université de Lyon »
  8. ECL Pro - Formation continue - Site officiel
  9. Si le LOU m'était conté... - Lougdunums
  10. Jean-François Saffange, Le Père Boisard et l'Œuvre des Ateliers d'Apprentissage de la Guillotière, Collection sciences de l'éducation, Éditions Don Bosco, Paris, 2007 (ISBN 2-914547-56-0), 275 pages
  11. cf Prêtres et Ouvriers.
  12. , « Il faut comprendre avant d'apprendre. Faites faire d'abord, expliquez après ! » (Chanoine Louis Boisard, ECL'1867).
  13. Biographie de Hervé Renaudeau - EducPros
  14. Pierre Lemaire sur le site de l'école
  15. Paul Comparat sur le site de l'école
  16. Une brève histoire des cinquante dernières années
  17. Portrait du Professeur Pierre Lemaire - Jean Mathieu, Histoire de l'École centrale de Lyon
  18. Présentation Geneviève Comte-Bellot - Institut de France

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Textes réglementaires[modifier | modifier le code]