Jacques Biot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Biot.
Jacques Biot
Jacques Biot - 2016.jpg
Jacques Biot en 2016.
Fonction
Président
École polytechnique
-
Éric Labaye (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

Jacques Biot, né le , est un ingénieur et entrepreneur français.

Il est notamment, de 2013 à 2018, le premier président exécutif de l'École polytechnique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Jacques Biot est ancien élève de l’École polytechnique (promotion 1971) et ingénieur du Corps des Mines.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il a effectué les premières années de sa carrière professionnelle au sein du Ministère de l'Industrie et de la Recherche. Il a ensuite été conseiller "Industrie et Technologie" au cabinet du Premier Ministre Laurent Fabius qu'il a quitté en 1985, juste avant que n'éclate l'Affaire du sang contaminé. Par la suite, il a occupé des fonctions exécutives au sein d'entreprises françaises de la biopharmacie, dont il a accompagné le développement sur le marché mondial (Roussel Uclaf puis Pasteur Mérieux Sérums et Vaccins, intégrées depuis au sein du groupe Sanofi).

Depuis 1992, il a mené une carrière d'homme d'affaire en assemblant, au sein du cabinet de conseil en stratégie JNB qu'il a créé et présidé jusqu'à mi-2012, une équipe pluridisciplinaire dédiée à l'évaluation et à la promotion de l'innovation dans les sciences de la vie et des technologies de santé [1].

En 2004, il est devenu un lobbyiste engagé par Lundbeck (multinationale pharmaceutique) pour faire pression sur la Commission de la Transparence de la Haute Autorité de santé en faveur de Seroplex, un antidépresseur dont la commercialisation en France et le remboursement par la Sécurité sociale sont depuis fortement suspectés d'être illégaux[2],[3]. Il a également occupé les fonctions d'administrateur indépendant et vice-président des Laboratoires Guerbet, entreprise de taille intermédiaire (ETI) familiale française cotée [4]. Il jouait également un rôle d'investisseur dans de jeunes pousses françaises du domaine de la santé.

Jacques Biot, 61 ans, est depuis 10 ans membre de la commission scientifique et technique du Corps des Mines qui supervise les travaux de thèse de jeunes ingénieurs optant pour la formation par la recherche [Quoi ?] [réf. nécessaire]. Il a par ailleurs activement participé, en tant que président de l’École des mines d'Alès (de 2002 à 2013), aux réflexions relatives à la stratégie des Écoles des Mines et notamment à la constitution de l'Institut Mines-Télécom[5].

Aux rencontres économiques d'Aix de juillet 2017, Jacques Biot présente sa vision du rôle des universités vis à vis des étudiants, à travers un contrat tacite, celui de permettre à tous les étudiants de trouver un emploi. Ce contrat repose selon Jacques Biot sur quatre critères essentiels : la sélection, en enseignement aux frontières de la connaissance adossé à la recherche, le mode de partage qui évolue avec les technologies numériques et le réseau qui fédère les anciens élèves et constitue un important levier de développement[6].

Président de l'École polytechnique (2013-2018)[modifier | modifier le code]

Il est nommé (Conseil des ministres du ) président exécutif de l’École polytechnique dans sa nouvelle gouvernance (loi de mars 2012)[7]. Sa nomination fut effective à compter du 1er juillet 2013, date à laquelle a pris fin le mandat de Marion Guillou, présidente du Conseil d’administration de l’École polytechnique depuis mars 2008[8],[9].

Son mandat échoit le [10] ; sa candidature à sa propre succession n'est pas retenue, et il voit Éric Labaye lui succéder.

Décorations[modifier | modifier le code]

Jacques Biot est officier de la Légion d'Honneur[11],[12] et de l'ordre national du Mérite[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Annuaire du Corps des mines, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :