Grandes écoles militaires en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les grandes écoles militaires françaises sont des établissements d'enseignement supérieur français placés sous la tutelle du ministère de la Défense, membres de la Conférence des grandes écoles, et comptant parmi les 210 écoles d'ingénieurs françaises habilitées à délivrer un diplôme d'ingénieur.

Les grandes écoles militaires[modifier | modifier le code]

Le ministère de la Défense dispose de plusieurs écoles destinées à former des officiers[1] :

Les établissements de l'École militaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : École militaire (France).
Le fronton de l'École militaire à Paris.

Dans une acception large du terme « grande école », l'École de guerre peut être ajoutée à la liste ci-avant. Ayant pour mission la formation des officiers supérieurs des armées françaises aux plus hautes fonctions dans la hiérarchie militaire, elle n'est accessible que sur concours interne au corps des officiers des trois armées. Autrement dit, elle est ouverte notamment aux diplômés des quatre grandes écoles précédemment listées.

Par ailleurs, la direction de l'Enseignement militaire supérieur supervise un institut de formation, l'Institut des hautes études de Défense nationale, ainsi qu'un centre de documentation, qui ne sont pas assimilables à des grandes écoles.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grande école.

Les premières grandes écoles ont été créées par l'État au milieu du XVIIIe siècle, dans le but de fournir les cadres techniques et militaires des grands corps de l'État : les armées, le corps des mines, des eaux et des forêts, de l'Administration centrale, des ponts et chaussées, de l'agriculture, des ports et arsenaux, de la science vétérinaire, de l'enseignement, etc. De fait, ce sont ces huit anciennes écoles supérieures réorganisées à partir de la Convention et dont les places étaient offertes au concours public, que l'on appelait traditionnellement grandes écoles : École polytechnique, École nationale des ponts et chaussées, École nationale supérieure des mines de Paris, École spéciale militaire de Saint-Cyr, École navale, École normale supérieure, Institut national agronomique, École royale vétérinaire de Lyon. À cette liste ont été ajoutées au cours du XIXe siècle des écoles publiques comme l'École d'arts et métiers, Télécom ParisTech, ou privées, comme l'École centrale des arts et manufactures. Le développement de l'aéronautique à partir du début du XXe siècle et notamment de l'aviation militaire au cours de la Première Guerre mondiale va conduire à la création de l'École de l'air en 1933.

Concours d'entrée[modifier | modifier le code]

Séminaire interarmées des grandes écoles militaires[modifier | modifier le code]

Traditions des grandes écoles militaires[modifier | modifier le code]

École polytechnique[modifier | modifier le code]

Ouverture du défilé militaire du 14 juillet 2013 par les Polytechniciens.

Les Polytechniciens défilent traditionnellement en tête des armées françaises lors du défilé militaire du 14 juillet, et ce depuis la présidence de Sadi Carnot en 1888. La rivalité avec les Saint-Cyriens s'est souvent manifestée, notamment au travers d'objets laissés sur la chaussée en vue de perturber la cadence des élèves des cyrards, défilant juste derrière.

Grand escalier de l'Opéra Garnier, où a régulièrement lieu le bal de l'X depuis 1925.

L'autre évènement traditionnel est le bal de l'X, organisé chaque printemps depuis 1879 dans un but caritatif. La première édition s'est déroulée dans les salons de l'hôtel de Brienne, alors ministère de la Guerre, puis dans les salons de l'ancien palais d'Orsay entre 1883 et 1889. Puis il se tient chaque année à l'Hôtel Continental, place Vendôme, jusqu'en 1914, à l'exception de 1894, à l'occasion du bal du centenaire de l'école qui a lieu le 19 mai au Palais du Trocadéro en présence du président de la République Sadi Carnot, et de 1905, où il se tient au Nouveau Théâtre.

Le bal de l'X n'est pas organisé pendant la Première Guerre mondiale, c'est-à-dire à partir du bal qui aurait dû avoir lieu en 1915, et n'est relancé qu'en 1921 en ne suscitant que peu d'engouement. Pour le bal 1925, le directeur du Théâtre national de l'Opéra, Jacques Rouché, offre pour la première fois le cadre prestigieux de l'Opéra Garnier ; le succès relance le Bal de l'X, qui y sera reconduit les années suivantes, avec un record d'affluence de 6623 participants en 1928. Pendant cette période (fin des années 1920), on peut y voir chaque année le président de la République Gaston Doumergue escorté des trois maréchaux polytechniciens Ferdinand Foch, Marie Émile Fayolle et Joseph Joffre.

Le bal n'a à nouveau pas lieu durant la Seconde Guerre mondiale, mais reprend immédiatement en 1946. Le bal a par la suite eu lieu chaque année à l'Opéra Garnier, excepté :

En 1991, sur l'impulsion de quelques élèves de la promotion 1979, le quadrille des lanciers, qui avait été pratiqué aux débuts du Bal de l'X, est pour la première fois dansé sous forme de spectacle au pied du grand escalier de l'Opéra Garnier. Il sera par la suite dansé par des élèves actuels de l'École puis, reconduit systématiquement chaque année, progressivement dansé à plusieurs reprises pendant la soirée. Depuis 2010, à l'initiative des élèves, le spectacle d'escrime artistique est également proposé aux participants.

Pendant les années 1990, apparaissent au Bal des tables d'entreprise, ainsi que des tables privilège auxquelles sont conviés les ambassadeurs des pays partenaires de l'École.

Saint-Cyr[modifier | modifier le code]

De nos jours, l'élève-officier de première année, reçoit une instruction de base à Coëtquidan, puis il part dans un régiment pour y servir six mois comme sous-officier. Juste avant, les sous-lieutenants du 1er bataillon lui remettent son képi. Cette cérémonie initiatique est appelée le « Petit Soir ».

En fin de première année de la scolarité, au 2e bataillon, il entre véritablement dans la communauté saint-cyrienne avec la remise du casoar, au début du mois de novembre. Il s'agit du « Grand Soir ». Et à l’été suivant, en même temps que le « Triomphe » des élèves-officiers diplômés, il vit le « Baptême » de sa propre promotion, instant du fameux : « À genou les hommes, debout les officiers ! »

Enfin, en juillet de la troisième année du stage, le sous-lieutenant, officier-élève du Premier bataillon de France, dit traditionnellement officier, connaît à son tour le « Triomphe ». Et c’est, quelques jours plus tard, le jour du départ de Saint-Cyr, appelé « le Pékin du Bahut ».

Par ailleurs, la promotion sortante organise chaque année un « Grand Gala », évènement mondain à Paris lui donnant l’occasion d’accueillir ses proches, les autorités militaires et de l'État, et souvent de très hautes personnalités politiques, parlementaires, dignitaires étrangers ou personnalités du monde de la culture et du spectacle.

Liste des dernières éditions du Grand Gala de Saint-Cyr

Date Promotion Lieu
19 avril 2008  Promotion capitaine Beaumont Hôtel de ville de Paris
25 avril 2009 Promotion chef de bataillon Segretain Hôtel national des Invalides
2010 Promotion lieutenant Carrelet de Loisy The Westin Paris - Vendôme
25 juin 2011 Promotion chef d'escadron Francoville Hôtel Salomon de Rothschild
30 juin 2012 Promotion capitaine de Cacqueray Hôtel de ville de Paris
29 juin 2013 Promotion chef de bataillon Bulle The Westin Paris - Vendôme
27 juin 2014 Promotion de Castelnau Automobile Club de France
20 juin 2015 Promotion lieutenants Thomazo Hôtel national des Invalides
18 juin 2016 Promotion capitaine Hervouët Le Grand Hôtel InterContinental

Les élèves officiers de deuxième année organise également un « Petit Gala » qui a traditionnellement lieu en province.

Liste des dernières éditions du Petit Gala de Saint-Cyr

Date Promotion Lieu
2 juin 2007 Promotion capitaine Beaumont Château de Cheverny
2009 Promotion lieutenant Carrelet de Loisy Château de Fontainebleau
18 juin 2011 Promotion capitaine de Cacqueray Hôtel de ville de Lyon
Inconnu Promotion chef de bataillon Bulle Inconnu
15 juin 2013 Promotion de Castelnau Château royal de Blois
31 mai 2014 Promotion lieutenants Thomazo Château de Chambord
2 juin 2015 Promotion capitaine Hervouët Palais de la Bourse de Bordeaux
11 juin 2016 Promotion chefs d'escadron de Neuchèze Château de Fontainebleau

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dix en 2012, voir : « Les écoles de formation initiale », sur defense.gouv.fr, (consulté le 8 octobre 2015). Il y a eu des fusions depuis.
  2. La direction de l'École polytechnique est civile (EPSCP), mais l'École constitue toujours un bataillon et les élèves français du cycle ingénieur ont le statut de militaires. Par ailleurs, à la sortie de l'École polytechnique, les futurs ingénieurs de l’armement — dits ingénieurs-élèves — complètent leur formation dans une école d’application. Ceux des élèves qui souhaitent entrer dans les Forces armées françaises rejoignent une école d’application de l'Armée de terre ou l'une des école énumérées ci-dessous selon l'armée qu'ils ont choisi d’incorporer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]