École spéciale militaire de Saint-Cyr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
École spéciale militaire de Saint-Cyr
ESM-insigne.png
Histoire et statut
Fondation
Type
Fondateur
Devise
« Ils s'instruisent pour vaincre »
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
150 (Promotion sortie en 2017)
Localisation
Campus
Ville
Pays
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Forêt de Paimpont
(Voir situation sur carte : Forêt de Paimpont)
Point carte.svg

L'École spéciale militaire de Saint-Cyr (ESM Saint-Cyr), plus souvent appelée simplement Saint-Cyr, est une école militaire française d'enseignement supérieur fondée en 1802 par Napoléon Ier, alors premier consul. Elle forme aujourd'hui des officiers de l'armée de terre et une partie des officiers de la gendarmerie.

Elle fait partie des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (ESCC), implantées dans la commune de Guer (Morbihan). Ses élèves et anciens élèves sont appelés « Saint-Cyriens » ou encore « Cyrards ». Elle a pour devise : « Ils s'instruisent pour vaincre ». En tant que grande école militaire elle est placée sous la tutelle du ministère des Armées. Résolument orientée vers l'international, elle accueille dans chaque promotion une moyenne de 20 % d'élèves-officiers étrangers. Elle bénéficie pour cela de nombreux accords d'échanges avec d'autres académies militaires comme l'Académie militaire de West Point (États-Unis), l'Institut militaire de Virginie (États-Unis) ou encore l'Académie royale militaire de Sandhurst (Royaume-Uni).

Saint-Cyr recrute aujourd'hui principalement sur concours des élèves issus des CPGE (Sciences, Lettres, Économie) et une minorité d’élèves ayant un niveau master 2 sur concours également.

C'est l'une des 205 écoles d'ingénieurs françaises accréditées au à délivrer un diplôme d'ingénieur[1] pour ses élèves recrutés en filière scientifique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Consulat et Empire[modifier | modifier le code]

L'École spéciale militaire est créée par la loi du 11 floréal an X () sur ordre du Premier consul Napoléon Bonaparte, qui l'installe d'abord au château de Fontainebleau (arrêté du 8 pluviôse an XI ()), le commandement est alors confié au général Bellavène (1770-1824). Le , l’école devient alors « École spéciale impériale militaire » (ESIM) car Napoléon Bonaparte est proclamé empereur (Napoléon 1er) par le sénat et sacré le . Le , le sous-lieutenant Lafforgue est le premier Saint-Cyrien tombé au champ d'honneur. Le de la même année se déroule la bataille d'Austerlitz où de nombreux Saint-Cyriens vont tomber au cours de ce qui restera l'une des plus éclatantes victoires napoléoniennes. Cette date est depuis restée dans la mémoire saint-cyrienne comme le "2S" (voir la section Traditions) et donne chaque année lieu à une reconstitution historique au sein de l'école.

En 1808, l'ESIM est transférée par décret à Saint-Cyr-l'École (Yvelines), dans les bâtiments de la maison royale de Saint-Louis, fondée par Madame de Maintenon en 1686 (seconde épouse de Louis XIV), et dont elle conserve le nom.

En 1685, le château et les terres marécageuses du sieur Saint-Cyr, sur l'actuelle commune de Saint-Cyr-l'École, sont rachetées par le roi Louis XIV pour y construire la maison royale de Saint-Louis, école destinée à donner une bonne éducation aux jeunes filles de la noblesse pauvre. La communauté de 250 jeunes filles s’installe en 1686 sous la houlette de Madame de Maintenon, seconde épouse du roi[2]. Cette maison d'éducation ferme lors de la Révolution française. Après avoir été hôpital, les locaux accueillent le Prytanée militaire tandis que l'École spéciale impériale militaire est installée à Fontainebleau.

La chambre «Sébastopol» à Saint-Cyr, photographié par Jules David en 1886.

Les 650 élèves que compte alors l'école quittent Fontainebleau le et entrent à Saint-Cyr le de la même année. L'anecdote veut que l'une des raisons de ce choix impérial est le caractère un peu trop agité des Saint-Cyriens pour Fontainebleau, alors lieu de résidence d'été de l'empereur[3]. À partir de 1818, les promotions sont numérotées, elles n'ont cependant pas encore de noms ; il faut attendre 1830 et la promotion « du Firmament » (1830-1832). Le , les Saint-Cyriens défilent devant le roi Louis XVIII à Saint-Cloud. Le roi s’adresse à eux et leur dit : « Il n’en est pas un dans vos rangs qui n’ait pas dans sa giberne le bâton de maréchal de France »[4].

En 1830, à la suite des Trois Glorieuses (27 au ), la chute du dernier des Bourbon Charles X et l’avènement de Louis-Philippe d’Orléans qui devient « roi des Français », le drapeau tricolore est définitivement adopté comme emblème national. L’école devient ESM Saint-Cyr et poursuit son œuvre de formation des officiers de France ; elle est d'ailleurs agrandie sous la Deuxième République. Cette dénomination ne dure pas ; en effet, en 1851, l'école redevient ESIM sous le Second Empire de Napoléon III. C'est pendant le Second Empire qu'est d'ailleurs adopté le casoar qui est devenu par la suite l’emblème de l'école. En effet, le , c'est lors d'un défilé militaire organisé en l'honneur de la reine Victoria, reine d’Angleterre en visite en France, que les Saint-Cyriens portent sur leur shako un plumet rouge et blanc, couleurs de la monarchie britannique.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1940[4], les écoles de Saint-Cyr et Saint-Maixent (école militaire de l'infanterie et des chars de combat) sont transférées à Aix-en-Provence, en zone libre. Leur mission prend alors une dimension politique et idéologique, dans un pays dirigé par le maréchal Pétain. Ainsi, « l’École devient l’un des vecteurs et des outils de la Révolution nationale »[5], en privilégiant les valeurs morales et sportives au détriment du rôle social de l'officier cher à Lyautey[5]. En , après l'occupation de la zone libre, les deux écoles sont dissoutes par l'occupant allemand[réf. souhaitée].

Plaque apposée cour Rivoli le pour marquer le début des travaux de reconstruction de l'école.

Certains élèves réussissent à quitter la France en passant par l'Espagne, et se réfugient à l'École militaire de Cherchell en Algérie française à l’époque de l’Empire colonial français. Parallèlement, depuis 1940, en Grande-Bretagne, des officiers sont formés par l'École militaire des cadets de la France libre[6], fondée par le général de Gaulle. En 1944, l'École militaire de Cherchell devient l'École militaire interarmes (EMIA), chargée de former tous les officiers de l'Armée de terre, aussi bien ceux issus du recrutement direct (Saint-Cyr) que ceux du recrutement interne (Saint-Maixent). C'est là l'idée d'amalgame du général de Lattre de Tassigny[4].

En 1945[7], l'ESM déménage provisoirement à Coëtquidan (Morbihan) où elle faisait des manœuvres avant guerre, les bâtiments de Saint-Cyr-l'École ayant été rendus inutilisables par des bombardements de la Royal Air Force[8], les et [9]. En 1947, l'EMIA devient l'école spéciale militaire interarmes, concession à l'ancien nom de Saint-Cyr. En 1957, le gouvernement décide la reconstruction de l'école en vue du retour de l'ESMIA à Saint-Cyr. Mais les temps ont changé, les élèves-officiers ne manœuvrent plus à pied ou à cheval mais au moyen d'engins motorisés. Le cadre de Saint-Cyr se prête mal à de telles manœuvres et en tous cas moins bien que la lande de « Coët ». En 1959, le général de Gaulle décide de renoncer au retour de l'école à Saint-Cyr et de créer à la place un lycée militaire. En 1961, la formation des officiers issus du recrutement direct et des anciens sous-officiers est éclatée en deux. L'ESM reprend son rôle, aux côtés de la nouvelle EMIA. En 1964, les travaux de restauration de l'école pour en faire un lycée militaire commencent. En 1977, une nouvelle école vient s'installer sur le site de Coëtquidan, c'est l'École militaire du corps technique et administratif (EMCTA).

Une nouvelle étape vient d'être franchie dans l'Europe de la défense. Pour renforcer la coopération entre la France et l'Allemagne, de jeunes Français peuvent intégrer le cursus de formation des cadres de la Bundeswehr et, sur le principe de la réciprocité, de jeunes Allemands peuvent intégrer l'École spéciale militaire de Saint-Cyr[10].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Lycée de la Défense de Saint-Cyr, siège de l'ESM de 1808 à 1940. Au centre la cour Napoléon ; à droite la cour Louis XIV et à gauche la cour Rivoli.
Lycée de la Défense de Saint-Cyr, siège de l'ESM de 1808 à 1940.
Défilé militaire du 14 Juillet : le colonel directeur des formations d'élèves (DFE).

L'école spéciale de cavalerie est créée à Saint-Germain-en-Laye en 1809. Le , les Saint-Cyriens défilent devant le roi Louis XVIII à Saint-Cloud. Le roi s’adresse à eux : « Il n’en est pas un dans vos rangs qui n’ait pas dans sa giberne le bâton de maréchal de France » et forge l'expression de « Premier bataillon de France »[4].

En 1830, à la suite des Trois Glorieuses (27 au ), lors de la chute du dernier des Bourbons, Charles X et l’avènement de Louis-Philippe d’Orléans, qui devient « roi des Français » le drapeau tricolore est définitivement adopté comme emblème national. L’école devient ESM Saint-Cyr[réf. souhaitée]. Sous Napoléon III, l’école redevient ESIM sous Napoléon III[réf. souhaitée]. Le , à l’occasion de la venue de la reine Victoria en France, les Saint-Cyriens portent le shako avec un plumet rouge et blanc. Il est baptisé Casoar et devient symbole de l’école[4].

En 1912, les futurs officiers de la promotion Montmirail effectuent un an comme simple soldat avant d'intégrer leur école. Selon la légende, en 1914, ils auraient chargé à la tête de leurs hommes en Casoar et gants blancs[11][source insuffisante]. Des 774 élèves de la promotion de 1914, La Grande Revanche 428 sont tombés au « champ d’honneur »[réf. souhaitée].

Le général Frère commandant de l’école de 1931 à 1935 anime un réseau de résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la défaite, Saint-Cyr et Saint-Maixent (école de formation des sous-officiers de l'Armée de terre) sont transférées à Aix-en-Provence, en zone libre.En après l'occupation de la zone libre, les deux écoles sont dissoutes. Certains élèves réussissent à quitter la France en passant par l'Espagne, et se réfugient à l'École militaire de Cherchell en Algérie française. Parallèlement, depuis 1940, en Grande-Bretagne, des officiers sont formés par l'École militaire des cadets de la France libre, fondée par le général de Gaulle.

L'école est entièrement détruite le lors d'un bombardement de la ville de Saint-Cyr par l'aviation anglo-américaine.

L'École militaire de Cherchell devient l'École militaire interarmes (EMIA) en 1944, chargée de former tous les officiers de l'Armée de terre, aussi bien ceux issus du recrutement direct (Saint-Cyr) que ceux du recrutement interne(semi-direct) (Saint-Maixent). C'est là l'idée d'amalgame du général de Lattre de Tassigny. Le [4] l’École militaire interarmes s’installe après la guerre à Coëtquidan, les bâtiments de Saint-Cyr-l'École ayant été rendus inutilisables.

L'école est reconstruite à partir de 1957. Une nouvelle école vient s'installer sur le site de Coëtquidan en 1977, l'école militaire du corps technique et administratif (EMCTA). La scolarité passe à trois ans en 1982, et l'école accueille pour la première fois des élèves-officiers féminins en 1983.

Drapeau[modifier | modifier le code]

La loi promulguant la création de Saint-Cyr date du . Ce n'est pourtant que le que l'école reçoit son drapeau à l'occasion d'une remise des aigles sur le champ de Mars. Il ne porte aucune inscription. Le , le ministre de la guerre ordonne d'y ajouter : « L'Empereur des Français aux élèves de l'École impériale militaire - Ils s'instruisent pour vaincre ».

Au début de 1820, l'École reçoit son deuxième drapeau, remis par Louis XVIII au sergent Dubreuil. Se tournant vers les élèves le roi leur dit : « Il est en de bonnes mains, j'en réponds ! ». Le drapeau de soie blanche parsemée de fleurs de lys est emporté par le duc de Broglie, commandant l'École lors de la chute du roi Charles X.

Les liens établis avec la monarchie de Juillet sont plus conflictuels. Le duc d'Orléans passe les premières revues dans un silence total, ce qui n'encourage pas le roi à donner un drapeau aux élèves. Le prince assistant pourtant à une cérémonie, accorde sa grâce à trois saint-cyriens renvoyés, et leur promet un drapeau, qu'il leur remet le . il est de soie frangée tricolore, avec une couronne royale aux quatre coins et porte la devise : « Honneur et Patrie ».

Le roi Louis-Philippe Ier abdique en 1848 et la deuxième République est vite remplacée par le Second Empire. L'École assiste le à la revue donnée en l'honneur de l'empereur Napoléon III. La manœuvre est impeccable et le général Alexandre félicite les élèves en disant : « c'est en maintenant le bon esprit militaire qu'ils méritent toujours le titre de Premier Bataillon de France ». Sur le drapeau réapparaît la devise : « Ils s'instruisent pour vaincre ».

Après la défaite de Sedan, un nouveau drapeau fort simple est donné à l'École ; y est porté la devise : « Ils s'instruisent pour défendre la patrie ».

Le , le président Jules Grévy remet à l'École un drapeau sur lequel est inscrit : « Honneur et Patrie - Premier bataillon de France ».

Aujourd'hui le drapeau porte sur un côté la mention « République Française - École Spéciale Militaire » et sur l'autre « Honneur et Patrie - Premier Bataillon de France - Ils s'instruisent pour vaincre »[réf. souhaitée].

Le drapeau est traditionnellement confié à la garde au drapeau du Premier Bataillon de France (la promotion sortante), composée de six sous-lieutenants[réf. souhaitée].

Décorations du drapeau[modifier | modifier le code]

La garde au drapeau de l'ESM Saint-Cyr lors du traditionnel défilé du 14 Juillet.
Legion Honneur Chevalier ribbon.svg
Croix de Guerre 1914-1918 ribbon.svg
Croix de Guerre 1939-1945 ribbon.svg
Croix de Guerre des Theatres d'Operations Exterieurs ribbon.svg

Le sacrifice des dix mille Saint-cyriens morts pour la France et la valeur des officiers issus de l'École depuis sa création ont valu à son drapeau d'être décoré successivement de la :

  • Légion d'honneur ()
  • Croix de Guerre 1914-1918 () : « L'École Spéciale Militaire, par la valeur et l'héroïsme des officiers qu'elle a formés, a consacré au cours de la Grande Guerre sa longue tradition de sacrifices à la Patrie et a justifié d'éclatante façon sa devise glorieuse : "Ils s'instruisent pour vaincre" ».
  • Croix de Guerre 1939-1945 () : « Fidèle à ses traditions de dévouement à la Patrie, de courage, de discipline et d'honneur, l'École Spéciale Militaire de Saint-Cyr a brillamment formé des officiers qui, alliant à leur compétence technique un sens du devoir poussé jusqu'au sacrifice de leur vie, ont répandu sans mesure leur sang sur les champs de bataille de Syrie, du Maroc, de la Deuxième Guerre mondiale et d'Indochine ; a donné à la France une pléiade de grands chefs qui ont su conduire la Nation à la Victoire. À ainsi hautement mérité de la reconnaissance du Pays ».
  • Croix de Guerre des Théâtres d'Opérations Extérieurs () : « L'École Spéciale Militaire Interarmes, fidèle à la tradition de dévouement absolu à la Patrie, n'a cessé de former depuis la Libération de jeunes promotions animées d'une foi ardente qui, aux côtés de leurs anciens ont servi et continuent à servir avec héroïsme sur les champs de bataille d'Extrême-Orient. Elle a ainsi contribué, au prix du sacrifice de près de huit cents des siens, à maintenir haut le prestige du Pays et à sceller l'Union Française par le plus éclatant des témoignages : celui du sang. Elle a bien mérité la reconnaissance de la Nation ».

Le drapeau porte ces décorations en cravate.

Insigne de béret de l'ESM.

Traditions[modifier | modifier le code]

Cérémonie de remise des sabres et casoars aux élèves officiers des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan en 2011.

L’École spéciale militaire de Saint-Cyr se caractérise par une identité forte et des traditions.

Bahutage[modifier | modifier le code]

Le bahutage est un bizutage organisé par les « fines », les élèves de 2e année, auprès des « bazars », élèves de 1e année. Bien que théoriquement interdit[12], le bizutage se poursuit depuis 1947. Ces épreuves qui durent six semaines sont censées jouer un rôle dans « la transmission des traditions » de l’armée de terre[13].

Elles sont encadrées à la fois par un document signé du général commandant l’école, et par un autre placé sous la responsabilité des élèves, appelé « le livre de marche » de la promotion. Ces documents promeuvent « la cohésion, le dépassement de soi vers le service du pays, l’exemplarité des anciens »[13].

La mort par noyade de Jallal Hami[14], « brillant élève-officier »[12] de 24 ans, en 2012 lors d’un exercice dit de « transmission des traditions » donne lieu à l'ouverture d'un procès à Rennes en ,[15],[16]. Sept militaires et ex-soldats comparaissent pour homicide involontaire. La durée longue de l'instruction s'explique, selon le quotidien Le Monde, par le fait que « l’institution Saint-Cyr, connue pour son conservatisme, voire ses valeurs rétrogrades, n’aime pas que l’on se mêle de sa vie interne », et serait en partie due « aux réticences de l’institution militaire et à la mauvaise volonté des prévenus qui ont longtemps caché la réalité des faits »[12].

Calendrier particulier[modifier | modifier le code]

Après la bataille d'Austerlitz les Saint-Cyriens décidèrent d'adopter leur propre calendrier commençant en l'an 1805 et dont les mois sont désignés par une lettre de mot "Austerlitz". Ainsi le mois d'octobre est désigné par la lettre A, novembre par la lettre U, décembre par la lettre "S", janvier par la lettre "T", février par la lettre "E", mars par la lettre "R", avril par la lettre "L", mai par la lettre "I", juin par la lettre "T" et juillet par la lettre "Z". Les mois d'août et de septembre étant des mois de permission, ils ne sont pas comptés. Le correspond donc au "1U 214". Le "2S" qui est aujourd'hui devenu la fête des Saint-Cyriens correspond donc au .

Chant de tradition : La galette[modifier | modifier le code]

L'origine de ce chant remonte à 1845 lors de la mise en place d'un nouvel uniforme à l'école et dans l'Armée de manière générale. À l'origine, la galette, épaulette sans franges, était uniquement portée par les élèves mal classés. Ces derniers tirèrent une réelle fierté de cet attribut, s'estimant "appelés à devenir de meilleurs officiers dans la troupe que les "forts en thème" de la tête du classement"[17]. Pour traduire ce mécontentement, la promotion d'Isly (1843 - 1845) alors présente à l'école marquera son désaccord en adoptant un chant de promotion faisant état de son mécontentement. Composé en 1845 par le lieutenant-colonel Pierre Léon Bouisset, membre de la promotion. Il a été composé sur la musique des Puritains de Vincenzo Bellini.

Ce chant de promotion est depuis devenu le chant de tradition par excellence des Saint-Cyriens, entonné à des multiples occasions pendant la scolarité et encore après[réf. nécessaire].

Recrutement[modifier | modifier le code]

Le recrutement se fait par Concours « Sciences », « Lettres » ou « Sciences économiques et sociales » au niveau bac + 2, Classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) (âge maximum : 22 ans) ; il est également possible sur admission sur titre bac + 5, après avis d'une commission de recrutement nationale (âge maximum : 25 ans), et par la voie EOFIA au niveau bac, bac + 1.

Les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan regroupent trois formations d'élèves, tous destinés à constituer les officiers de l'Armée de terre.

Outre les trois bataillons de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (au recrutement indiqué ci-dessus), deux autres filières de formation initiale d'officiers se trouvent sur le camp de Coëtquidan : le 4e bataillon de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (ESM4), formation qui est nettement distincte de celle des saint-cyriens, mais qui partage le même drapeau et hérite des traditions des EOR du 3e bataillon de l'ESM dont ils faisaient initialement partie. Cette formation regroupe en effet des formations d'officiers dites courtes (moins d'un an) : OSC (Officiers sous contrat), X (Polytechniciens en stage militaire au cours de leur première année de scolarité à l'École polytechnique, etc. La rivalité entre les deux écoles militaires "Napoléoniennes" est souvent remise au goût du jour à cette occasion); et l’École militaire interarmes ou (EMIA) chargée de former les élèves officiers issus du concours interne, fusionnée un temps avec Saint-Cyr de 1942 à 1961 ;

L'École d'administration militaire se trouvait également à Saint-Cyr avant la création de l'École des commissaires des armées en 2013 à Salon-de-Provence.

Femmes[modifier | modifier le code]

Saint-Cyr devient mixte en 1983. En 2012, le sociologue Claude Weber publie À genou les hommes. Debout les officiers. La socialisation des Saint-Cyriens (PUR, 2012), où il étudie la promotion 2005 de l'École, qui compte 16 % de jeunes femmes. Il montre que celles-ci sont généralement mal considérées par leurs camarades masculins, comme les élèves étrangers, au point que certaines sont poussées à partir, comme le raconte Marine Baron dans Lieutenante, être femme dans l'armée française (Denoël, 2009)[18].

Cursus[modifier | modifier le code]

La scolarité comporte trois piliers intégrés, une formation humaine, une formation académique (surnommée « pompe ») et une formation militaire (surnommée « mili »), dont le brevet parachutiste militairePau), des stages commando (à Penthièvre en Bretagne, et Mont-Louis, au Centre national d'entraînement commando) et des stages d'aguerrissement en milieu montagnardBarcelonnette, dans les Alpes, au Centre national d'aguerrissement en montagne à Briançon et à partir de 2009 au Groupement d'aguerrissement en montagne (GAM) de Modane) ou en forêt équatoriale (en Guyane française) ou encore la formation sportive (surnommée « crapahut »)[réf. nécessaire].

Le cursus dure six semestres (deux pour les bac+5), sanctionnés par l'obtention du diplôme de l'ESM, et pour les scientifiques, du diplôme d'ingénieur agréé par la commission nationale des titres d'ingénieur (CTI), ainsi que le grade de master.

Tous les élèves d'une année sont groupés en bataillons. En première année, les élèves font partie du 3e bataillon (celui des élèves-officiers), en deuxième année, du 2e bataillon (celui des aspirants), enfin en troisième année, du 1er bataillon de France (celui des sous-lieutenants).

À l'issue de leur scolarité, les élèves reçoivent le grade de lieutenant, sont classés et choisissent, selon l'ordre de classement, une fonction opérationnelle dans l'Armée de terre ou la Gendarmerie nationale pour laquelle ils accompliront un an en école d'application, dans l’aviation légère de l'Armée de terre (ALAT), Le Cannet-des-Maures-Dax ; ou dans l'arme blindée et cavalerie (Saumur) ; dans l'artillerie (Draguignan) ; dans la gendarmerie (Melun) (école des officiers de la Gendarmerie nationale) ; dans l’arme du génie (Angers) ; dans l’infanterie (Montpellier jusqu'en 2010 puis Draguignan) ; dans l’arme du matériel (Bourges) ; dans le train, École du train et de la logistique opérationnelle (ETLO) à Bourges depuis 2009 ; enfin dans les transmissions (Rennes).

Après cette année en école d'application, ils reçoivent leur affectation opérationnelle. Cette affectation détermine leur arme d'appartenance.

Les officiers sous contrat et les officiers de réserve (qui forment le « quatrième bataillon de Saint-Cyr ») suivent également une formation raccourcie à l'ESM.

Organigramme[modifier | modifier le code]

Promotions[modifier | modifier le code]

Saint-Cyriens défilant sur les Champs-Élysées pour le défilé militaire du 14 Juillet en 2007.
No 206 2019-2022 capitaine Anjot
No 205 2018-2021 compagnons de la Libération
No 204 2017-2020 général Fourcade
No 203 2016-2019 général Loustaunau-Lacau[19]
No 202 2015-2018 général Saint Hillier
No 201 2014-2017 chef d'escadrons de Neuchèze[20]
No 200 2013-2016 capitaine Hervouët
No 199 2012-2015 lieutenants Thomazo
No 198 2011-2014 de Castelnau
No 197 2010-2013 chef de bataillon Bulle
No 196 2009-2012 capitaine de Cacqueray
No 195 2008-2011 chef d'escadron Francoville

Quelques Saint-Cyriens célèbres[modifier | modifier le code]

De très nombreux élèves officiers de l'École poursuivent une carrière qui les conduit à la notoriété, comme par exemple Charles de Foucauld (1858-1916), officier, explorateur, géographe puis religieux ; Hubert Lyautey (1854-1934), maréchal de France, premier résident général du protectorat français au Maroc, ministre de la Guerre lors de la Première Guerre mondiale ; Philippe Pétain, maréchal de France, chef de l'État français ; Charles de Gaulle (1890-1970), général, chef de la France libre, homme politique, écrivain, « fondateur » de la Ve République en 1958 et président de la République de 1959 à 1969.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Pellissier, Saint-Cyr - Génération Indochine-Algérie, Édition Plon, 1992, 463 p. (ISBN 2-259-02491-2)
  • Jean-Joseph Milhiet, Saint-Cyr - Trois siècles d'histoire, Édition Christian, 1998, 475 p. (ISBN 2-86-496-075-3)
  • Général Benoît Royal, L'éthique du soldat français, Édition Economica, 2010, 240 p. (ISBN 2717859772)
  • Général Eric Bonnemaison, Toi, ce futur officier, Édition Economica, 2012, 336 p. (ISBN 2717861432)
  • Claude Weber, À genou les hommes, Debout les officiers : La socialisation des Saint-Cyriens, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, , 405 p. (ISBN 978-2-7535-2019-6, lire en ligne)
  • Charlotte Ficat, Les secrets de Saint-Cyr, Mémoire d'une ancienne élève, Édition La Boîte à Pandore, 2013, 273 p. (ISBN 978-2-8755-7023-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté du 28 janvier 2020 fixant la liste des Écoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé
  2. Film Saint-Cyr de Patricia Mazuy.
  3. « Fontainebleau : retour aux sources pour l’école de Saint-Cyr », leparisien.fr,‎ 2016-03-04cet19:24:02+01:00 (lire en ligne, consulté le 3 janvier 2018)
  4. a b c d e et f « Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan », sur www.defense.gouv.fr (consulté le 14 août 2020)
  5. a et b Manatea Taiarui, « L’École militaire de Saint-Cyr sous le régime de Vichy : Vie militaire, défilé et fidélité à Aix-en-Provence (1940-1942) », Guerres mondiales et conflits contemporains,‎ , p. 101 (lire en ligne)
  6. http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/1940-1944-la-seconde-guerre-mondiale/les-cadets-de-la-france-libre/analyses/l-ecole-militaire-des-cadets-de-la-france-libre.php
  7. Axel Augé, « La formation initiale des futures élites militaires à Saint-Cyr : un dispositif institutionnel en évolution », Education et sociétés, vol. 21, no 1,‎ , p. 81 (ISSN 1373-847X et 1782-1428, DOI 10.3917/es.021.0081, lire en ligne, consulté le 14 août 2020)
  8. « Un site lourdement bombardé en 1944 », sur leparisien.fr, (consulté le 14 août 2020)
  9. « Histoire et patrimoine de Saint Cyr l'Ecole », sur www.histoirepatrimoinestcyr78210.fr (consulté le 14 août 2020)
  10. www.st-cyr.terre.defense.gouv.fr Le journal de Saint-Cyr Coëtquidan
  11. Cette version des faits est contestée sur de nombreux sites consacrés à l'école et, à vrai dire, peu crédible. Voir : La Saint-Cyrienne.
  12. a b et c Christophe Ayad, « « Mourir sur un champ de bataille, oui, mais pas à l’école » : le parcours tragique de Jallal Hami, noyé lors d’un bizutage à Saint-Cyr », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2020)
  13. a et b Nathalie Guibert, « Les « traditions » de Saint-Cyr en accusation au procès de la mort de l’élève-officier Jallal Hami lors d’un bizutage », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2020)
  14. « Saint-Cyr : deux enquêtes ouvertes après la noyade d'un élève-officier », sur leparisien.fr, (consulté le 26 novembre 2020)
  15. Nathalie Guibert, « Etudiant mort à Saint-Cyr : ouverture du procès de sept militaires après le décès de Jallal Hami lors d’un bizutage », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2020)
  16. Alexandra Pichard, « Saint-Cyr : Jallal Hami, mort au nom d'une «transmission des traditions» », sur Libération.fr, (consulté le 27 novembre 2020)
  17. Saint-Cyr, L'Ecole spéciale militaire, Lavauzelle, , Tradition et traditions
  18. Odile Roynette, « La mixité : une révolution en danger ? », L'Histoire n°455, janvier 2019, p. 12-19.
  19. Le Figaro.fr, 17 novembre 2018, "L'armée débaptise une promo de Saint-Cyr", lepoint.fr, 18 novembre 2018, "Saint-Cyr : une promotion débaptisée par l'armée"
  20. [1].