École nationale supérieure des mines d'Albi-Carmaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École nationale supérieure des mines d'Albi-Carmaux
Mines Albi-Carmaux
École nationale supérieure des mines d'Albi-Carmaux
Informations
Fondation 1993
Type École d'ingénieurs interne de l'Institut Mines-Télécom
Localisation
Coordonnées 43° 55′ 20″ nord, 2° 10′ 40″ est
Ville Albi
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Campus Jarlard
Direction
Directeur Narendra Jussien
Chiffres clés
Étudiants 600
Doctorants 79
Diplômés/an 200
Divers
Affiliation Toulouse Tech, Université de Toulouse, CGE, CDEFI, Institut Mines-Télécom, Agrimip Innovation, Aerospace Valley
Site web mines-albi.fr

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École nationale supérieure des mines d'Albi-CarmauxMines Albi-Carmaux

L’École nationale supérieure des Mines d'Albi-Carmaux aussi connue sous le nom de Mines Albi-Carmaux, est l'une des 210 écoles d'ingénieurs françaises habilitées à délivrer un diplôme d'ingénieur.

Créée en 1993, placée sous la tutelle du ministère chargé de l’industrie, c'est la plus jeune des sept écoles des Mines. Mines Albi est fidèle au modèle Mines, combinant en un même lieu formation de haut niveau, recherche scientifique et innovations technologiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’école nationale supérieure des Mines d’Albi-Carmaux est créée en 1993 sous le nom officiel d’École nationale supérieure des techniques industrielles et des mines[1], dans le cadre d'une reconversion industrielle du bassin minier. En conservant le terme de mines dans sa dénomination, l’école rend ainsi hommage à la longue tradition des mines de charbon d’Albi-Carmaux. De surcroit, la dénomination officielle - d'école nationale supérieure des techniques industrielles et des mines - relie dès lors symboliquement cette nouvelle école des mines à l'ensemble pré-existant des trois écoles des mines d'Alès, de Douai et de Nantes. L’école est le symbole d’une nouvelle ère pour le département du Tarn, en respectant son passé et en implantant ses laboratoires et son établissement d’enseignement au cœur d’un territoire fort d’une histoire riche et passionnante.

En mars 2012, l'École devient un établissement public a caractère administratif rattaché à l'Institut Mines-Télécom[2] et en 2017, elle en devient une école interne[3].

En 20 ans, elle a ainsi diplômé 2 300 ingénieurs, formé 250 docteurs, et créé 18 entreprises via son incubateur. Elle compte plus de 1 000 entreprises partenaires au sein du monde industriel.

Directeurs[modifier | modifier le code]

Présidents du conseil d'administration[modifier | modifier le code]

L’école des Mines d’Albi est administrée par un conseil d’administration de 24 membres et d’un président. L’actuel président est Dominique Poiroux, vice-président Europe de l’Ouest de Nutricia (Danone Nutrition Médicale), depuis 2012.

  • 1993 - 1994 : Jacques Halfon, polytechnicien et inspecteur en chef des Mines
  • 1996 à 2000 : Yannick d’Escatha, polytechnicien et ingénieur du corps des Mines
  • 2000 à 2003 : Guy Paillotin, polytechnicien et ingénieur du corps des Mines
  • 2003 à 2012 : Jean-Yves Gilet, polytechnicien et ingénieur du corps des Mines
  • Depuis 2012 : Dominique Poiroux, vice-président Europe de l’Ouest de Nutricia (Danone Nutrition Médicale)

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L’école des Mines d’Albi propose trois voies d’accès pour un même diplôme d’ingénieur, un enseignement en formation initiale sous statut d'étudiant, en formation initiale sous statut d'apprenti, en formation continue.

En dernière année de leur cursus, les étudiants se spécialisent sur des thématiques particulières, là où la demande de compétences est forte : éco-activités et énergie ; bio-santé-ingénierie ; ingénierie des matériaux avancés et des structures ; génie industriel, processus et systèmes d’information.

Quatre options sont proposées à Mines Albi :

  • éco-activités et énergie ;
  • bio santé ingénierie ;
  • ingénierie des matériaux avancés et des structures ;
  • génie industriel, processus et systèmes d’information.

Pôle de recherche et innovation[modifier | modifier le code]

Les laboratoires[modifier | modifier le code]

Les trois centres de recherche de l’École sont les lieux où s’effectue la recherche scientifique et technologique. Ils sont dirigés par un directeur de centre, assisté d’une équipe d’enseignants-chercheurs, de post-doctorants, de doctorants, d’ingénieurs, de techniciens et d’administratifs :

  • RAPSODEE : Recherche d’Albi en génie des procédés des solides divisés, de l’énergie et de l’environnement[6] ;
  • ICA Albi : Institut Clément Ader Albi (FRE CNRS 3687)[7] ;
  • le centre de génie industriel[8].

En 2011, l’École a reçu pour la deuxième fois, la labellisation Institut Carnot.

Les plateformes d’innovation[modifier | modifier le code]

Trois plateformes de recherche et d’innovation unissant Mines Albi et les collectivités territoriales ont été créées pour favoriser le développement des industries de la région.

La plateforme GALA en Galénique Avancée est implantée depuis 2012 sur le site de Castres-Mazamet. Ce pôle mène des travaux au service des industries pharmaceutiques et cosmétiques.

Le pôle de Mise en œuvre de Matériaux Aéronautiques et Surveillance Active (MIMAUSA) situé sur la technopole d’Albi vise à soutenir l’innovation dans le domaine des matériaux et des procédés dans les secteurs de l’aéronautique et du spatial. Tests de nouveaux procédés et pièces en matériaux métalliques ou composites, équipements et dispositifs optiques sont au centre de son attention.

Le centre de Valorisation Thermique des Résidus de Transformation des Agro-ressources (VALTHERA), dont l’installation sur le site d’Albi est prévue en 2015, permettra de développer des procédés thermiques innovants pour la valorisation des résidus agro-forestiers et agro-alimentaires.

L’incubateur[modifier | modifier le code]

Créé en 1997, l’incubateur de l’école des Mines d’Albi donne la priorité à l’entrepreneuriat. Par ailleurs, l’école des Mines d’Albi propose des apprentis en alternance auprès d’entreprises pharmaceutiques, du bâtiment et de l’industrie mécanique pour des missions allant de la R&D jusqu’à la production de biens et services.

Le Forum entreprises, organisé par les élèves chaque année en octobre est une occasion pour être en prise directe avec l’industrie, nouer des relations et s'intéresser à leur domaine d’activité.

Enfin, le réseau des Anciens de l’école (Mines Albi Alumni ) est très actif en ce domaine, en lien avec l’École.

Vie associative et étudiante[modifier | modifier le code]

Les clubs et associations[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs associations au sein de l'Ecole, l'association centrale étant le BDE (Bureau des Élèves). On trouve également :

• Le BDA (Bureau des Arts)

• Le BDS (Bureau des Sports)

• Les 4L Dorados (Aide à la participation au 4L Trophy)

• I2D (Ingénieur pour un Développement Durable)


La plupart de ces associations sont subdivisées en plusieurs clubs, avec par exemple le SEMAC (Shell Eco Marathon Albi Club) pour le BDE, le Club Théatre pour le BDA, R'escapade (également appelé "Club Montagne") pour le BDS ... Ces associations et clubs sont intégralement gérés par les élèves, pour avoir la liste complète de ces clubs [9] L'école participe en allouant chaque année un montant destiné aux associations afin de permettre cette vie associative.

A noter la présence très appréciée d'une Responsable des Activités Extra-scolaires dont le rôle est d'aider les élèves à gérer leurs associations et clubs, et à servir de lien entre les élèves et la Direction des Etudes.

Notes et références[modifier | modifier le code]