Recherche scientifique en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La recherche scientifique française est la recherche scientifique qui se déroule en France. Elle se divise en recherche publique et recherche privée.

Concernant la recherche dans le secteur public, elle se déroule dans les universités et les organismes publics civils de recherche français, en particulier certains établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC), certains établissements publics à caractère administratif (EPA), et des établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST).

Les entreprises mènent également des activités de recherche.


Recherche publique en France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : [[Recherche publique (France)]].

Selon un rapport du Sénat de juin 2008, « les deux singularités de la recherche française [..] tiennent d'une part à l'existence du CNRS (établissement sans équivalent dans le monde), et, d’autre part, au statut de fonctionnaire de la grande majorité des chercheurs[1]. »

Organisation de la recherche publique[modifier | modifier le code]

Le ministère de tutelle est le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, dirigé par Frédérique Vidal depuis le 17 mai 2017.

Recherche privée en France[modifier | modifier le code]

Le secteur privé est également actif dans la recherche française. Les entreprises emploient 165 800 chercheurs en France en 2015, principalement dans des secteurs d'activité tels que l'informatique (12%), l'industrie automobile (11%), où encore la construction aéronautique et spatiale (10%). Ce chiffre représente 60% de l'ensemble des chercheurs en France [2].

L'étude "Global Innovation 1000" du cabinet d'audit PwC, produit en 2018, a établi un classement des entreprises en fonction de leur investissement dans la Recherche et développement, en milliards de dollars[3]. Dans ce classement, on retrouve les entreprises françaises suivantes:

  1. Sanofi (5,77 Mds€)
  2. Renault (2,73 Mds€)
  3. Groupe PSA (2,36 Mds€)
  4. Valeo (1,19 Mds€)
  5. Safran (1,01 Mds€)
  6. Schneider Electric (975 M€)
  7. L'Oréal (922,3 M€)
  8. Thales (843,3 M€)
  9. Total (799,3 M€)
  10. Ubisoft (746,6 M€)
  11. Orange (737,8 M€)
  12. Michelin (676,3 M€)
  13. Dassault Systèmes (606 M€)
  14. EDF (579,7 M€)
  15. Saint Gobain (474 M€)

Dépenses de recherche[modifier | modifier le code]

La part de la recherche publique et privée dans le produit intérieur brut se monte à 2,25 % en 2011 (contre 2,23 % en 2002)[4]. Le président de la République Jacques Chirac avait affiché un objectif de 3 %, conformément à la Stratégie de Lisbonne, fixée par l'Europe. Néanmoins, ces dépenses auront stagné durant la décennie 2000-2010 [5].

La France est le 10e pays au monde en matière de pourcentage du PIB consacré à la recherche scientifique, derrière notamment[4] :

Efficacité de la recherche[modifier | modifier le code]

La recherche est par définition extrêmement difficile à évaluer, puisqu'il s'agit de savoirs de pointe, dont les découvertes doivent s'apprécier dans la durée. Il existe néanmoins un certain nombre d'indicateurs qui permettent d'évaluer la production scientifique d'un pays (nombre de publications, de brevets[6]...), ou de chercheurs individuel (recours à la bibliométrie[7]). En France, les laboratoires sont évalués tous les quatre ans par l'Agence d'Évaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur (AERES)[8], depuis 2007.

Selon le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, la France s'est placée en 2015 au 7e rang mondial en termes de production de publications scientifiques (1 643 000 publications)[9]. Selon l'Institut National de la Propriété Intellectuelle, le nombre de dépôts de demandes de brevets s'est établi en 2018 à 16 222[10].

Politique française de la recherche[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recherche et innovation en France : surmonter nos handicaps au service de la croissance, p. 57
  2. http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid56385/ou-se-fait-la-recherche.html
  3. Chisato Goya, « Les 15 entreprises françaises qui investissent le plus dans la R&D », sur Capital.fr, (consulté le 7 avril 2019)
  4. a et b « Dépenses en recherche et développement (% du PIB) », sur Banque mondiale (consulté le 7 juillet 2014)
  5. http://www.senat.fr/rap/r07-392/r07-3924.html
  6. http://www.obs-ost.fr/fr/comprendre-les-indicateurs/presentation-detaillee.html
  7. http://cisad.adc.education.fr/reperes/telechar/rev/ef59/ef59fill.pdf
  8. http://www.aeres-evaluation.fr/
  9. « Chiffres clés de l'enseignement supérieur et de la recherche », sur L'état de l'Enseignement supérieur et de la Recherche en France n°10 - Avril 2017 (consulté le 7 avril 2019)
  10. « Propriété industrielle : chiffres-clés 2018 », sur INPI.fr, (consulté le 7 avril 2019)
  11. Antoine Prost, « Les origines des politiques de la recherche en France (1939-1958) », Cahiers pour l’histoire du CNRS 1939- 1989, 1 - 1988,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]