Université Jiao-tong de Shanghai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Université Jiao-tong de Shanghai
SJTU emblem.gif
Histoire et statut
Fondation
Type
Nom officiel
上海交通大学
Fondateur
Président
Zhang Jie
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de Shanghai
voir sur la carte de Shanghai
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Chine
voir sur la carte de Chine
Red pog.svg
Divers
Devise
饮水思源,爱国荣校Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Site web
Le portail d'entrée

L'université Jiao-tong de Shanghai (en chinois, 上海交通大学) est l'une des plus célèbres universités chinoises de Shanghai, fondée en 1896. Jiaotong ou Jiao Tong est la transcription du mot chinois 交通 (pinyin : Jiāotōng ; EFEO : Kiaot'ong). Ce mot difficile à traduire signifie « trafic », « transports » et « communications » (ce qui relie, connecte). Il est souvent utilisé dans les noms des universités chinoises et a été introduit en anglais.

Elle est célèbre pour avoir établi l'un des plus médiatiques classements académiques des universités mondiales, le classement dit de Shanghai.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne bibliothèque

L'université est fondée en 1896.

Le journal The New York Times impute les cyberattaques massives contre Google de décembre 2009 à cette université[1],[2].

ParisTech Shanghai Jiao Tong a été inaugurée par François Hollande en 2013. Cette école d'ingénieurs a été fondée par l'Université Jiao-tong, l'École polytechnique, Télécom ParisTech, Mines ParisTech et ENSTA ParisTech[3].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Enseignant[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chine: les cyberattaques massives contre Google lancées depuis deux écoles (AFP)
  2. « Cyber-attaques : Google victime de grandes écoles chinoises », La Tribune, 19/02/2010
  3. Présentation, École d'Ingénieur SJTU-ParisTech
  4. « Le Pr Montagnier recruté par la Chine », Le Figaro, 4 décembre 2010, consulté sur www.lefigaro.fr le 12 février 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]