Claude Vigée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vigée.
Claude Vigée
Nom de naissance Claude André Strauss
Naissance (96 ans)
Bischwiller
Distinctions
Grand prix de poésie de l'Académie française (1996)
Prix de l'Amitié judéo-chrétienne de France (2006)
Grand prix national de la poésie (2013)
Auteur
Langue d’écriture français et alsacien
Genres
Poésie, essai

Œuvres principales

La Lune d'hiver (1970)

Claude Vigée, né Claude André Strauss, le à Bischwiller, est un poète français, aux origines juives et alsaciennes. Son choix du nom Vigée renvoie, selon l'interprétation qu'il en donne, à « Vie j’ai »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours de vie[modifier | modifier le code]

Claude Vigée naît dans une famille juive alsacienne dans laquelle est pratiqué le dialecte alsacien[2], tandis qu'il apprend le français à l'école[3]. Il parle également le judéo-alsacien, ce qui lui fait dire qu'il est un « Juif alsacien, donc doublement juif et doublement alsacien»[4]. Il prépare le baccalauréat au lycée Fustel-de-Coulanges de Strasbourg, puis s'inscrit à l'université, mais ses études sont interrompues par la Seconde Guerre mondiale et l'évacuation des populations des territoires annexées. Il trouve d'abord refuge, à Toulouse, de 1940 à 1942, où il reprend ses études de médecine et rejoint l'Armée juive, un groupe de résistance toulousain. Il publie ses premiers poèmes dans la revue Poésie 1942 de Pierre Seghers, sous le nom de Claude Vigée, pseudonyme qu'il adopte comme patronyme après la guerre, puis il s'exile, avec sa mère, aux États-Unis au début 1943. Il y poursuit ses études, obtenant un doctorat de langue et littérature romane de l'université de l'Ohio à Colombus, se marie en 1947 avec Evelyne Meyer avec qui il a deux enfants, et enseigne la littérature française et comparée, notamment à l'université Brandeis, près de Boston, dont il dirige le département de français jusqu'en 1959. Il s'installe ensuite en Israël, en 1960, et obtient un poste de professeur de littérature française et comparée à l'université hébraïque de Jérusalem qu'il occupe jusqu'à sa retraite en 1983. Il revient en France en 2001. En 2006, Claude Vigée prononce une conférence de Carême à la cathédrale Notre-Dame de Paris[5].

Le poète[modifier | modifier le code]

Poète qui écrit en français et en alsacien, traducteur, essayiste, Claude Vigée compose dès 1940 des œuvres empreintes d'une grande spiritualité et d'une grande générosité. Il reçoit notamment le Grand prix de poésie de l'Académie française en 1996, et le Grand prix national de la poésie, en 2013. Il reçoit la distinction alsacienne, le Grand Bretzel d'or, en 1993.

Son premier livre de poèmes, La lutte avec l'ange, paraît en 1950, suivi en 1954 de La Corne du Grand Pardon, en 1957, de L'été indien, et en 1962, Le poème du retour.
Il publie en 1970 La Lune d'hiver, textes autobiographiques en prose écrits entre 1939 et 1961, puis en 1972, Le Soleil sous la mer : dix chants pour presque vivre, qui reprend l'intégralité des poèmes déjà édités (1939-1971). En 2008, Mon heure sur la terre, qui reprend l'intégralité de ses poèmes publiés, est récompensé par le prix Goncourt de la Poésie. Il publie également des textes autobiographiques, en 1994 et 1995, Un panier de houblon (Jean-Claude Lattès). Une anthologie de ses poèmes est publiée dans la collection Poètes d'aujourd'hui (éditions Seghers, 1978). De nouveaux textes, Le Passage du vivant, Dans le creuset du vent, Danser vers l’abîme, Être poète pour que les hommes vivent sont régulièrement publiés.

Claude Vigée s'est toujours soucié de la paix entre les cultures et dans cette perspective, a publié un poème sur la guerre du Liban intitulé La Voix des jeunes soldats morts, dans une anthologie de poèmes pacifistes juifs et arabes.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Textes[modifier | modifier le code]

  • La Lutte avec l'ange (1939-1949) Publication 1950. Réédition, Paris, L'Harmattan 2005, coll. Poètes des cinq continents.
  • La Corne du grand pardon , 1954.
  • La Lutte avec l'ange, Paris, Les Lettres, 1950. Nouvelle édition complète, Paris, L'Harmattan, 2005.
  • Avent, Paris, Les Lettres, 1951.
  • Aurore Souterraine, Paris, Seghers, 1952.
  • La Corne du Grand Pardon, Paris, Seghers, 1954.
  • L'Été indien,(poèmes, suivis du Journal de l'Été indien). Paris, Gallimard, 1957.
  • Les Artistes de la Faim, essais critiques, Paris, Calmann-Lévy, 1960.
  • Moisson de Canaan, Paris, Flammarion, 1967.
  • La Lune d'hiver, récit, essai, journal, Paris, Flammarion 1970.
  • Les Orties noires (1984) (en alsacien)
  • Le Feu d’une nuit d’hiver (1989) (en alsacien)
  • Le Poème du retour
  • Le Passage du vivant
  • Dans le creuset du vent
  • Danser vers l’abîme
  • Dans le silence de l'Aleph, Paris, Albin Michel, 1992.
  • Les Puits d'eau vive, Paris, Albin Michel, 1993.
  • Un panier de houblon
    • La verte enfance du monde (tome 1), 1994, Paris, JC Lattès, (ISBN 2-7096-1369-7).
    • L'Arrachement (tome 2), 1995 Paris, JC Lattès.
  • Treize inconnus de la Bible, 1996
  • « L'univers matériel halluciné de Jean Revol », revue Temporel, 2006
  • Être poète pour que les hommes vivent 2006
  • Chants de l'absence - Songs of Absence, Menard Press, London et Temporel, Paris
  • Mon heure sur la terre (poèmes complets), Paris, Éditions Galaade, coll. « Le Siècle des poètes », 2008
  • Mélancolie solaire, Orizons, 2008
  • Les Sentiers de velours sous les pas de la nuit, Les cahiers de Peut-être, 2010
  • Rêver d'écrire le temps, de la forma à l'informe, Orizons, 2011
  • L'homme naît grâce au cri : poèmes choisis (1950-2012), Paris, Le Seuil, 2013.

Entretien avec Claude Vigée[modifier | modifier le code]

  • « Claude Vigée, Le Soleil sous la mer », entretien avec André Bourin, 28 juillet 1972[6] [vidéo]

Claude Vigée a également traduit des poèmes

Distinctions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Une association des amis de l'œuvre de Claude Vigée est créée en 2006.
  • Un centre culturel Claude Vigée est inauguré le 18 mars 2000 à Bischwiller[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adrien Finck
  • Jean-Yves Lartichaux, Claude Vigée, Paris, Seghers, coll. « Poètes d'aujourd'hui », 1978.
  • Yves Leclair, « Claude Vigée : vers Canaan », L'École des lettres (II) no 12, éd. L'École des loisirs, 15 avril 1985.
  • Yves Leclair, « Vivre à Jérusalem : C. Vigée », L'École des lettres (II) no 3, éd. L'École des loisirs, 15 octobre 1985.
  • Yves Leclair, « Les campements de Claude Vigée », L'École des lettres (II) no 15, éd. L'École des loisirs, 15 juin 1988.
  • La Terre et le Souffle, Claude Vigée, actes du colloque de Cerisy, 1988, éd. Albin Michel, 1992.
  • Anne Mounic, La poésie de Claude Vigée. Danse vers l'abîme par joui-dire, Paris, L'Harmattan, 2005.
  • Anne Mounic, « Claude Vigée, l'Alsace et le judaïsme », Les Saisons d'Alsace, hiver 2015, p. 102-105

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site consacré à l’œuvre de Claude Vigée.
  2. La Faille du regard, Paris, Flammarion, 1987.
  3. Le Parfum et la Cendre, Paris, Grasset, 1984.
  4. Cf. Entretien avec Claude Vigée, 1972].
  5. Conférence de carême 2006, présentation des conférenciers.
  6. Vidéo, sur ina.fr.
  7. Claude Vigée, Grand prix national de la poésie (2013).
  8. Centre culturel Claude Vigée, Bischwiller.

Liens externes[modifier | modifier le code]