Samy Stourdzé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Samy Stourdzé
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 25 ans)
AuschwitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion

Samy Raymond Stourdzé ([1], Boulogne-sur-Seine, Hauts-de-Seine - ?, Auschwitz) est un rabbin français, membre de la Résistance[2], déporté et mort à Auschwitz[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Samuel Stourdzé naît le à Boulogne-sur-Seine (Hauts-de-Seine) en 1918. Il est le fils du Grand-rabbin de Boulogne-Billancourt, Haïm Joël Stourdzé (1878-1934), né en Russie (ou en Pologne) et élevé en Palestine, qui entra au Séminaire israélite de France (SIF) en 1899 et de Sabine Perlmuter.

Samy Stourdzé fait ses études rabbiniques au Séminaire israélite de France (SIF) à Paris (retiré près de Clermont Ferrand en 1940)[4], de 1937 à 1942.

Peu de temps avant de recevoir son diplôme rabbinique, il est condamné à deux mois de prison pour distribution de tracts en faveur de la Résistance.

En 1941, il est responsable de la branche « Action » du groupe Combat étudiant fondé par Jean-Paul Cauchi à Clermont-Ferrand[5].

Le rabbin Samy Stourdzé est aumônier et éducateur auprès des Éclaireurs israélites de France (EIF) devenus plus tard les Éclaireuses éclaireurs israélites de France (EEIF).

Il prend part au premier passage des EIF vers l'Espagne, pour rejoindre les armées alliées. Il participe à la Résistance avec les EIF avec Jacques Feldbau (1914-1945)[6] et avec le futur Grand-rabbin de Lausanne, Georges Vadnaï[7].

Il habite au 1 rue Eugène Gilbert à Clermont-Ferrand[8].

Il est arrêté en gare de Bedous (Pyrénées-Atlantiques). Il s'apprêtait à rejoindre les Forces françaises libres. Il est incarcéré à la prison d'Orthez (Pyrénées-Atlantiques et ensuite au camp de concentration de Pichey-Beaudésert à Mérignac (Gironde)[9],[10].

Il est déporté par le convoi no 57 en date du vers Auschwitz où il est mort. Il avait 25 ans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir, Klarsfeld, 1978, où il est sous le nom de Stourdze, Raymond.
  2. Voir, Stourdze, Samy Raymond. Mémoire Espoirs de la Résistance
  3. Il a un frère, Marcel Stourdzé, né en 1913 et décédé en 2012, Résistant, ancien déporté et rescapé d'Auschwitz. Voir, Consistoire. La Lettre Des Communautés Juives. Juin 2012.
  4. Voir,Grand Rabbin Maurice Liber. De Pessa'h à Shavouoth. Sur La Torah Et Ceux Qui Sont Morts Pour Elle. Avril-Mai 1950.
  5. Association pour des études sur la Résistance intérieure des Alsaciens., « La Résistance des Alsaciens », Fondation de la Résistance, Département AERI, (ISBN 978-2-915742-32-9, consulté le 31 octobre 2020)
  6. Voir, Jacques Feldbau. Memoresist.
  7. Voir, Rabbin Georges. Memoresist.
  8. Klarsfeld, 2012.
  9. Voir, Camp de concentration de Mérignac-Beaudésert (Gironde). Bibliothèque nationale de France.
  10. Voir, Paul Levy. Le Rabbin Elie Bloch (Danbach-la-Ville 1909-Auschwitz 1943).
  11. Voir, Mémorial (Le-zekher-'olam).