Alexandre Angeli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexandre Angeli
Fonctions
Préfet du Rhône
-
Préfet du Finistère
-
Charles Larquet (d)
Maurice George (d)
Préfet du Calvados
-
Louis de Peretti Della Rocca (d)
Préfet de l'Yonne
-
André Viguié (d)
Désiré Jouany (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Alexandre Benoît Joseph AngeliVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions
Archives conservées par
Archives nationales (F/1bI/711, F/1bI/943 et F/1bI/1037)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alexandre Angeli (, Piedicroce - , Marseille) est un haut fonctionnaire français.

Préfet de plusieurs départements durant sa carrière, il est surtout connu pour avoir été préfet du Rhône et de la région de Lyon durant le régime de Vichy à la Libération, il est jugé et condamné pour Collaboration.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandre Benoît Joseph Angeli est le fils d'un receveur des postes. Il monte à Paris pour étudier le droit et devient avocat de la Cour d'appel de Paris en 1907[1]. Il est docteur en droit[2].

Premiers postes[modifier | modifier le code]

Deux ans plus tard, en 1909, il s'engage dans la voie administrative et devient chef de cabinet du préfet du Gers, avant de rejoindre, au même poste, l'Aude, puis l'Aisne. En 1914, il devient sous-préfet de Boussac, dans la Creuse[1].

Durant la Première Guerre mondiale, il est mobilisé en tant que brigadier au 3e colonial. Il y reçoit la Croix de guerre[1].

En 1917, il reprend sa carrière administrative en devenant secrétaire général de la préfecture de Dordogne. Il est ensuite sous-préfet d'Issoudun puis de Charolles. En 1920, il intègre le cabinet du sous-secrétaire d'État à l'Intérieur[1].

En 1931, il est nommé préfet des Basses-Alpes, de l'Yonne en 1932, du Calvados en 1936, et du Finistère en 1937[1].

En 1932, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur[3].

Lors de la Bataille de France, alors qu'il est préfet du Finistère, il organise les préparatifs visant à accueillir le gouvernement français à Quimper dans le cadre du projet défensif de réduit breton[4].

Au tout début de l'occupation allemande, il déplaît aux envahisseurs en arrêtant des indépendantistes bretons pro-nazis. En , Pierre Laval le déplace à Lyon en remplacement d'Emile Bollaert[1].

Préfet du Rhône[modifier | modifier le code]

D'abord préfet du Rhône, puis préfet régional, il n'est apprécié ni des Allemands, ni des Résistants, et suit avec une grande complaisance l'ensemble des ordres du gouvernement. Ainsi, il travaille effectivement pour empêcher des prêtres de sauver des enfants juifs dès 1942. Dans un autre sens, il déplait aux occupants en protestant officiellement contre l'invasion de [1].

Alexandre Angeli à la cérémonie annuelle du cimetière de Chasselay

En , les autorités allemandes exigent son renvoi, qu'ils obtiennent peu après. Il est remplacé par Édouard Bonnefoy. Admis à la retraite le , il est nommé préfet honoraire le 22[5].

Parti à Aix-en-Provence, il est blessé par hasard lors de la Libération et est arrêté pour Collaboration[6].

Lors de son procès, il est accusé de Collaboration, d'arrestation politiques et de marché noir. Mais il obtient également des témoignages positifs, soulignant qu'il avait tenté de résister aux Allemands. Le procureur réclame néanmoins la peine de mort, ce à quoi il est condamné le , pour les chefs d'accusation de trahison et d'intelligence avec l'ennemi. Il est révoqué sans pension le et sa nomination comme préfet honoraire est annulée le [5].

Son jugement est cassé et il est rejugé à Paris le et condamné définitivement à quatre années de prison et à la privation des droits civiques[6].

Il a reçu l'ordre de la Francisque[7].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrice Béghain, Bruno Benoit, Gérard Corneloup et Bruno Thévenon (coord.), Dictionnaire historique de Lyon, Lyon, Stéphane Bachès, , 1054 p. (ISBN 9782915266658, notice BnF no FRBNF42001687)
  • René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets : septembre 1870-mai 1982, Paris, Archives nationales,
  • Marc-Olivier Baruch, Qui sont les préfets de Vichy ? Institut d'histoire du temps présent
  • Gérard Chauvy, Lyon des années bleues : Libération, Epuration, Paris, Plon, 1987, 259 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Béghain et al. 2009, p. 51.
  2. Bargeton, 1995, p. 54
  3. Dossier de nomination dans l'ordre de la Légion d'honneur. Archives nationales de France, 19800035/370
  4. « Finistère. En juin 1940, de Gaulle quitte le « réduit breton » », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Bargeton, 1995, p. 54.
  6. a et b Béghain et al. 2009, p. 52.
  7. Henry Coston (préf. Philippe Randa), L'Ordre de la Francisque et la révolution nationale, Paris, Déterna, coll. « Documents pour l'histoire », (ISBN 2-913044-47-6), p. 11 — première édition en 1987.