Hersz Librach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hersz Librach
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
NancyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Hersz (Henri) Librach (né le à Varsovie, en Pologne et mort le à Nancy) est un juif français d'origine polonaise, tailleur, résistant et survivant de la Shoah, un des témoins pour la partie civile lors de l’affaire Papon, jugée à Bordeaux en 1998.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hersz Librach est né le à Varsovie, en Pologne[1]. Son père, Abraham Librach, est né le 2 avril 1890 à Łódź, en Pologne[2].

Arrivée en France[modifier | modifier le code]

La famille Librach immigre en France en 1929[3]. Le père travaille dans la confection[4].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le père de Hersz Librach s'enrôle comme engagé volontaire dans l'armée française lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate. Son cousin Léon Librach est mobilisé[4].

Son frère aîné, Benjamin Librach (20 ans), arrêté à Bordeaux, est déporté dans le convoi no 1, en date du , de Drancy/Compiègne vers Auschwitz.

Son père, Abraham Librach (52 ans) est déporté dans le convoi no 3, en date du , de Drancy vers Auschwitz.

Son cousin Léon Librach (26 ans) est déporté par le convoi no 34, en date du , de Drancy vers Auschwitz.

Rafle du Vélodrome d'Hiver[modifier | modifier le code]

Lors de la rafle du Vélodrome d'Hiver, le , la police vient chercher la famille Librach. Le concierge les prévient et ils s'échappent[4].

Son frère, Mendel Librach (16 ans), est déporté par le convoi no 11, en date du , de Drancy vers Auschwitz.

Lyon[modifier | modifier le code]

De la proche famille d'Henri Librach, seules sa mère et sa petite sœur ne sont pas déportées.

En 1942, Henri Librach vit à Lyon où il procure de faux papiers à de nombreuses familles juives[5].

Le Procès Papon[modifier | modifier le code]

Au cours du procès de Maurice Papon, accusé de crimes contre l'humanité, la cour d'assises de la Gironde entend, le , le témoignage d'Henri Librach[4].

En 1939, Son cousin, Léon Librach, vient d'être naturalisé. Il est mobilisé et rejoint le front. Il est arrêté à Libourne par les Allemands, en voulant franchir la ligne de démarcation. il porte sur lui son livret militaire et sa carte d'identité. Il est emprisonné à la prison du Fort du Hâ[3].

Il est transféré sur ordre de Maurice Papon, du camp de Mérignac (Gironde) à Drancy, le [5] au camp de Drancy avant d'être déporté à Auschwitz. Léon Librach avait tenté de franchir la ligne de démarcation. Il est arrêté par les Allemands. Son épouse, Edwige Librach, sans son étoile jaune va à Bordeaux, malgré l'interdiction de déplacement, pour essayer de le sauver mais ne réussit pas. "Au fort du Hâ, on lui dit : ``Vous ne pouvez pas le voir parce qu'il est juif``." [4].

Léon Librach (26 ans) est déporté par le convoi no 34, en date du , de Drancy vers Auschwitz.

Edwige Librach (née Haus) (27 ans), est née le 24 mars 1917 à Varsovie, en Pologne. Elle habitait avec son mari, Léon Librach, au 22 rue de Tlemcen dans le 20e arrondissement de Paris. Elle est déportée par le convoi no 74, en date du , de Drancy vers Auschwitz[2] mais survit. Elle est trop faible pour venir témoigner au procès Papon[3] mais est représentée par Henri Librach, son cousin par alliance. Comme il est partie civile pour Léon Librach, elle lui demande de l'être également pour elle[5].

Le témoignage de Hersz Librach, le tailleur à la retraite, au procès Papon est déterminant, car il invoque un document signé par Maurice Papon[6].

Mort[modifier | modifier le code]

Hersz Librach meurt le à Nancy[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chantal Aubry, « Procès Maurice Papon », La Croix,‎ (lire en ligne).
  2. a et b Klarsfeld 2012.
  3. a b et c Elizabeth Fleury, « La plaie ouverte d'Hersz Librach », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  4. a b c d et e Jean-Michel Dumay, « Henri Librach ou le "deuil perpétuel" des déportations », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. a b et c Bernadette Dubourg, « Condamné à la tristesse à perpétuité », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  6. Voir, (en) Adam Nossiter, The Algeria Hotel: France, Memory and the Second World War, 2001, p. 87-88.
  7. « Fichier INSEE des décès Hersz Librach », sur deces.matchid.io (consulté le 16 juillet 2020).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]