Ernst Heinrichsohn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ernst Heinrichsohn
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Maire
Bürgstadt
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
GoldbachVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Autres informations
Parti politique
Membre de
Grade militaire
Condamné pour

Ernst Heinrichsohn est un policier allemand, membre de la Sipo pendant la Seconde Guerre mondiale, né le à Berlin et mort le à Goldbach.

Au sein de la police SS, il était sous-officier, avec le grade de SS-Unterscharführer[a]. Pour ses actions pendant la guerre, il a été jugé et condamné dans les années 1980.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre au parti nazi et travaille pour la Gestapo de Berlin en 1940, puis est à Paris l'adjoint de Theodor Dannecker, le chef de la Gestapo responsable du « traitement des juifs ». Il participe à la rafle du Vélodrome d'Hiver en , au cours de laquelle plus de douze mille Juifs français sont arrêtés puis déportés au camp d’extermination d'Auschwitz. En 1943, il est l'adjoint de Kurt Lischka.

Après la guerre, il est avocat et maire de la petite commune de Bürgstadt, dans le district de Miltenberg en Bavière.

Procès de Cologne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : procès de Cologne.

En 1979, Heinrichsohn, Kurt Lischka et Herbert Hagen sont les trois protagonistes du procès de Cologne. Les habitants de Bürgstadt, commune dont Heinrichsohn est maire, se cotisent durant l'instruction et paient les 200 000 DM de caution[1], pour qu'il puisse rester libre pendant l'instruction[2]. Heinrichsohn est cependant gardé en prison en raison du risque de fuite. Le , Heinrichsohn est condamné à six ans de prison (Lischka à dix ans, Hagen à douze ans).

Le , la Cour fédérale confirme le jugement.

L'ouverture et la tenue du procès ont été pour Serge et Beate Klarsfeld un succès car cela a récompensé leurs efforts en vue de traduire en justice les responsables allemands et français de la déportation des Juifs. Les peines relativement élevées qui ont été infligées ont constitué une nouveauté dans l'expression du droit allemand. Ernst Heinrichsohn est mort en 1994.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Équivalent en France de sergent

Références[modifier | modifier le code]

  1. Die Bürgschaft in: Die Zeit, 7 mars 1980.
  2. Judith Weißhaar: Lea Rosh erinnert sich an Bürgstadt, in: Anne Klein (Hrsg.): Der Lischka-Prozess : eine jüdisch-französisch-deutsche Erinnerungsgeschichte. Ein BilderLeseBuch. Berlin : Metropol 2013, pages 183–190

Liens externes[modifier | modifier le code]