Camp de Rieucros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Camp d'internement de Rieucros
RieucrosRocherSculpte.jpg
Rocher sculpté à proximité du camp
Présentation
Type Camp d'internement
Gestion
Date de création 21 janvier 1939
Date de fermeture 13 février 1942
Victimes
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Localité Mende (Lozère)
Coordonnées 44° 31′ 39,68″ nord, 3° 28′ 56,59″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Camp d'internement de Rieucros

Le camp d'internement de Rieucros, organisé dans les dépendances de l'ancien séminaire de Mende en Lozère accueillit des membres des Brigades internationales (dénommés étrangers indésirables) et des hommes ayant eu affaire à la justice avant d'être reconverti en camp d'internement de femmes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le camp a été créé par décret datant du 21 janvier 1939. Il est installé dans le verdoyant vallon du Rieucros, à proximité de la ville de Mende. Le terrain est une propriété de l'hôpital hospice de Mende, qui le loue à la préfecture pour qu'elle installe ce camp. Son but est d'interner les "indésirables", c'est-à-dire les opposants politiques, notamment ceux qui ne sont pas de nationalité française. C'est ainsi que l'on retrouve des anti-fascistes allemands, et des membres des Brigades internationales. Le 6 octobre 1939, ces hommes furent transférés au camp d'internement du Vernet en Ariège. Dès lors, le camp de Rieucros ne fut plus réservé qu'aux femmes sous le nom de "centre de rassemblement d'étrangères", puis "camp de concentration" en janvier 1941.

Au cours de l'automne 1939, des femmes espagnoles y furent internées[1], bientôt rejointes par une centaine d'Allemandes opposantes au nazisme, d'Italiennes, de juives en provenance des pays de l'Est. Une cinquantaine d'entre elles[2] furent d'abord incarcérées à la prison parisienne de la Petite Roquette. Des Polonaises "immigrées du travail" furent également internées à Rieucros[3]. Des Françaises aussi, souvent pour leurs convictions communistes ou anarchistes ou pour des questions de mœurs.

Les conditions étaient très éprouvantes - froid, faim, manque d'hygiène - en particulier pour les mères chargées de bébés et d'enfants en bas âge. Malgré tout, les internées montraient beaucoup de détermination et de solidarité et ne se laissaient pas abattre, organisant des cours de français et de langues étrangères et des activités diverses.

Le 13 février 1942, les internées (et leurs enfants) sont transférés au camp d'internement de Brens, à proximité de Gaillac, dans le département du Tarn[4]. Celui de Rieucros ferme définitivement ses portes au printemps 1942 (Ida Mett en sort avec son fils en avril 1941).

Les interné(e)s[modifier | modifier le code]

Parmi les internés on trouve :

Travail de mémoire[modifier | modifier le code]

Une association a été créée en 1992 pour garder en mémoire ce qui s'y est passé et aménager ce lieu pour les visiteurs[7].

Les vestiges du camp[modifier | modifier le code]

Il ne reste que peu de traces du camp d'internement dans le vallon du Rieucros aujourd'hui. Un panneau informatif indique sa position, mais les baraquements ont entièrement disparu. Deux maisons de pierre faisaient partie de l'ensemble, elles existent toujours et appartiennent à des propriétaires privés.

Le vestige le plus significatif reste un rocher sculpté, représentant un soldat tenant son fusil du bras droit. Deux dates le surmontent : 1789 et 1939, symbolisant les 150 ans de la Révolution française. Non loin de là, un nom est gravé : Gierke Walter. Ce Walter fait bien partie de la liste des internés du camp et pourrait être l'auteur de cette sculpture[8].

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Maëlle Maugendre, Les réfugiées espagnoles en France, 1939-1942, Tours, Presses universitaires François Rabelais, , 396 p.
  2. Michèle Descolonges, Un camp d'internement en Lozère. Rieucros 1938-1942, Toulouse, Presses universitaires du Midi, , 316 p., p. 95-97
  3. Michèle Descolonges, Un camp d'internement en Lozère. Rieucros 1938-1942, Toulouse, Presses universitaires du Midi, , 316 p., p. 107
  4. Camps de femmes sur canal-u.tv
  5. Les inrockuptibles, Numéros 145 à 157 Éditeur Éditions Indépendantes, 1998, p. 28
  6. L’étrange voyage de Teresa Noce à Rieucros Regards croisés sur l’enfermement et l’exclusion
  7. (fr) Article du quotidien Le Midi Libre du 18 juillet 2007 expliquant les projets
  8. (fr)(de) Plus d'information sur Gierke Walter

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]