Charles Gottlieb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charles Gottlieb
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
Cagnes-sur-MerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Charles Gottlieb, né le à Nancy, et mort le à Cagnes-sur-Mer, est un résistant français, torturé, déporté et survivant de la Shoah.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abraham Charles Gottlieb, né le [1] à Nancy[2],[3].

Fils de juifs polonais, lorsqu'il est enfant, son père, ouvrier aux hauts-fourneaux près de Nancy, lui répète :

« Embrasse le sol de la France chaque jour mon fils, c'est ce pays qui nous a accueillis[4] »

Contraint de fuir la Lorraine, avec ses parents, son frère et sa sœur, il se réfugie à Lapalisse dans l'Allier avec ses parents, ils sont recueillis par une famille, M. et Mme Besson et en , ne pouvant plus retourner à Nancy, les Besson leur proposent de s'installer dans leur seconde maison au Giraud, près de Lapalisse[5].

Charles Gottlieb entre dans la résistance[6] à 16 ans, est arrêté par la Gestapo de Lyon, interrogé puis torturé par Klaus Barbie. Gottlieb est déporté à Auschwitz à l'âge de 19 ans, par le convoi no 78, en date du du camp de Drancy vers Auschwitz[7].

Dans la nuit du au , il part, avec les autres déportés, d’Auschwitz pour la marche de la mort, il marche 4 jours sans eau ni nourriture, il arrive jusqu’en Tchécoslovaquie et on le met sur des wagons plate-forme et il va jusqu’à Mauthausen vers le . Le matin du , les SS ne sont plus là et vers 11 h, il est libéré, à Ebensee par les américains, il pèse 38 kg.

Charles Gottlieb revient des camps de la mort, après un séjour de convalescence à Nice, il revient à Nancy. Il exerce différents métiers, chineur, prêt-à-porter, fabrication de robes de jersey. Il se marie avec Estelle, et à deux enfants, un garçon et une fille[5].

En 1980, il prend sa retraite et, avec son épouse, il part s'installer à Nice[5] où, à partir de 2004, il témoigne régulièrement les horreurs d'Auschwitz aux collégiens pour le devoir de mémoire.

Il accompagne aussi souvent des élèves à Auschwitz. Charles Gottlieb a reçu la distinction de "Personnalité de l'année 2014" par le Conseil général des Alpes-Maritimes et citoyen d'honneur de la ville de Nice.

Il meurt le [8],[6] à Cagnes-sur-Mer[6],[3], 70 ans après la victoire des alliés sur l'Allemagne nazie.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Charles Gottlieb est nommé officier de l'ordre national de la Légion d'honneur en 2010 et nommé citoyen d’honneur de la ville de Nice[5].

Publication[modifier | modifier le code]

Charles Gottlieb a écrit son expérience dans un livre intitulé ; Récit de vie, édité en 2011 par le Conseil Général des Alpes Maritimes[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Klarsfeld, 2012, il serait né le 1er janvier 1925.
  2. Catherine Lioult, « Le dernier voyage de Charles Gottlieb, rescapé d'Auschwitz-Birkenau », sur france3-regions.francetvinfo.fr, 9 mai 2015, mis à jour le 10 mai (consulté le 17 mai 2015).
  3. a et b « Fichier INSEE des décès - Charles Gottlieb », sur deces.matchid.io (consulté le 17 juillet 2020).
  4. « Charles Gottlieb, la mémoire à vif », sur leparisien.fr, (consulté le 17 mai 2015).
  5. a b c d et e >« Les rescapés de la Shoah », sur rescapesdelashoah.org (consulté le 17 juillet 2020).
  6. a b et c Benjamin Dumont, « Charles Gottlieb : Le héros national n’est plus », (consulté le 17 mai 2015).
  7. Voir, Klarsfeld, 2012.
  8. « Retiré à Nice, l'ancien résistant et déporté Charles Gottlieb est mort », sur nicematin.com, (consulté le 17 mai 2015).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]