Rafle de Dijon (1944)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La rafle de Dijon (1944) est une rafle antisémite perpétrée sous l'autorité du régime de Vichy et qui prend place du 21 au à Dijon (Côte-d'Or).

87 personnes, hommes, femmes et enfants, sont arrêtées et déportées de Drancy vers Auschwitz. Il n'y a qu'une seule survivante, Paulette Lévy. L'école Jules-Ferry, située rue Docteur-Tarnier, porte le nom de Paulette Lévy depuis 2014.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première rafle de juifs étrangers réfugiés à Dijon a lieu les et . 21 personnes sont détenues pendant ces deux jours à l'Hôtel de ville de Dijon. De la Gare de Dijon-Ville, elles sont transférées au camp de Pithiviers, puis déportées à Auschwitz, par le Convoi no 6, en date du .

La rafle dite « rafle de Dijon » est donc la seconde[1] durant la Seconde Guerre mondiale. Elle a lieu du 21 au .

87 personnes, hommes, femmes et enfants, sont arrêtées et emmenées dans l'école Jules-Ferry, rue Jean Jaurès, à Dijon. Elles sont déportées par le Convoi no 69, en date du , de Drancy vers Auschwitz. Il n'y a qu'une seule survivante Paulette Lévy[2],[3],[4].

L'école Jules-Ferry, située rue du docteur Tarnier, porte le nom de Paulette Lévy depuis 2014[5],[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dijon (21) : photo de la plaque en souvenir des départs de trains de déportation au départ de la gare de Dijon (aujourd'hui gare Dijon-ville).
  2. « Hommage à Madame Paulette Leroy épouse de l’ancien vice-président du Consistoire israélite de Lyon ». Extrait du Bulletin Mémoire vive no 33 de juillet 2019.
  3. « Un Veld'hiv à Dijon », Le Bien public,‎ (lire en ligne)
  4. Anne-Françoise Bailly, « École Jules Ferry, l'histoire oubliée des martyrs juifs », Le Bien public,‎
  5. Manon Millet, « Dijon : l'histoire poignante de Paulette Lévy, Résistante et survivante du camp d'Auschwitz », sur france3-regions.francetvinfo.fr., (consulté le )
  6. « Le groupe scolaire Paulette-Lévy a rendu hommage à cette déportée dijonnaise », sur bienpublic.com, (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]