Éditions Arfuyen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création 1975
Fondée par Gérard Pfister
Fiche d’identité
Forme juridique SARL
Siège social Orbey (Haut-Rhin)
Dirigée par Anne et Gérard Pfister
Spécialités Littérature, Spiritualités, Sciences humaines
Collections Ainsi parlait, Cahiers d’Arfuyen, Neige, Carnets spirituels, Ivoire, Ombre, Les Vies imaginaires, La faute à Voltaire
Langues de publication Français
Site web editionsarfuyen.com

Les éditions Arfuyen sont une maison d'édition française créée en 1975. Elles ont leur siège social au Lac Noir, à Orbey dans le Haut-Rhin (Alsace), et leurs bureaux à Paris.

Description[modifier | modifier le code]

Les éditions Arfuyen ont été créées par Gérard Pfister, rejoint plus tard à la direction par Anne Pfister. Ils sont entourés d'un comité d'édition dont certains membres, comme Philippe Delarbre, William et Marie-Hélène English et Alain Gouvret, ont participé à la fondation des éditions.

Les éditions Arfuyen ont commencé en publiant une revue[1]. Symboliquement, le frontispice du premier numéro de cette revue était signé de Jean Lurçat : La création du monde, et le texte d'ouverture de Yves Bonnefoy : Par expérience. Les Éditions Arfuyen avaient à cette époque leur siège à Malaucène (Vaucluse), dans une minuscule maison de berger située sur une petite montagne faisant face au Mont Ventoux. C’est cette montagne qui a donné son nom aux Éditions[2].

Le soutien amical de Philippe Jaccottet a été déterminant dans le démarrage et l'orientation première des éditions[3].

Les publications des éditions Arfuyen couvrent trois domaines :

  • littératures française et étrangère, avec les collections Les Cahiers d’Arfuyen[4], Neige[5] et Les Vies imaginaires[6] ;
  • spiritualités, avec les collections Les Carnets spirituels[7], Ivoire[8] et Ombre[9] ;
  • sciences humaines, avec les collections Ainsi parlait[10] et La faute à Voltaire[11].

Lignes éditoriales[modifier | modifier le code]

Les lignes éditoriales des différentes collections reflètent l'enracinement des éditions dans l'histoire et la culture de l'Alsace (comme en témoigne le lien établi dès sa création avec le Prix Nathan Katz du patrimoine[12]), mais aussi le lien familial qui les unit à Etty Hillesum[13].

La collection Les Cahiers d’Arfuyen[4] (créée en 1981, 250 titres publiés) a toujours été particulièrement attentive, en relation avec l'identité alsacienne des éditions, aux auteurs dont le français n'est pas la langue maternelle, comme François Cheng, Michael Edwards ou Anise Koltz. Elle a également toujours fait une place essentielle aux voix féminines, comme Marie-Claire Bancquart, Silvia Baron Supervielle ou Maximine. Elle privilégie enfin une écriture nourrie d'une interrogation philosophique et existentielle, dont sont représentatifs des auteurs comme Pierre Dhainaut, Henri Meschonnic, Roger Munier ou Alain Suied.

La collection Les Carnets spirituels [7](créée également en 2001, plus de 100 titres) est ouverte à toutes les formes de spiritualité, avec un accent particulier sur le judaïsme, le soufisme et l'hindouisme. Dans le domaine du christianisme, elle est centrée sur la mystique rhénane et la théologie négative, en particulier Maître Eckhart, Jean de Ruysbroeck ou Angelus Silesius. Un autre axe de la collection concerne l’École française de spiritualité, de Pierre de Bérulle et Benoît de Canfield à François de Fénelon et Madame Guyon.

La collection Ainsi parlait [10](crée en 2015, 30 titres) donne à lire les "dits et maximes de vie" des plus grandes personnalités de la littérature et de l'art, tant anciennes que modernes. Il peut s'agir d'auteurs de langue étrangère (présentés en ce cas en édition bilingue), de Léonard de Vinci et Emily Dickinson à Rilke et Yeats. Il s'agit aussi d'auteurs français, de Hugo et Péguy à Proust et Valéry.

Distinctions récentes[modifier | modifier le code]

En 2018, la poétesse Anise Koltz, éditée depuis 2007 par les éditions Arfuyen, a reçu le prix Goncourt de la poésie.

En 2020, le prix Clarens du Journal intime a été attribué à la première traduction française du journal en caractères latins, d'Ishikawa Takuboku, sous le titre Un printemps à Hongo.

En 202, le Jury du prix Écritures & Spiritualités, présidé par Sylvie Germain, a pour la première fois distingué une maison d'édition en attribuant une mention spéciale aux éditions Arfuyen : “Le jury a souhaité à l’unanimité récompenser la persévérance du travail d’un éditeur pour faire découvrir le trésor d’humanité que recèlent les plus grandes œuvres littéraires, philosophiques et spirituelles en attribuant cette mention spéciale[14]."

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L’aventure d’Arfuyen », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  2. « Sur la montagne d’Arfuyen », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  3. Blog des éditions, « Avril 2021 », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  4. a et b « Les Cahiers d’Arfuyen », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  5. « Neige », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  6. « Les Vies imaginaires », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  7. a et b « Les Carnets spirituels », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  8. « Ivoire », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  9. « Ombre », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  10. a et b « Ainsi parlait », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  11. « La Faute à Voltaire », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  12. Blog des éditions, « Avril 2019 », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  13. Blog des éditions, « Janvier 2020 », sur Éditions Arfuyen, (consulté le )
  14. Prix 2020, « Ecritures & Spiritualités » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]