Régine Skorka-Jacubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Régine Skorka-Jacubert
Régine Skorka Jacubert le 8 mai 2005.jpg
Régine Skorka-Jacubert avec Laurent Hénart devant l'Arc de triomphe, le 8 mai 2005, lors des commémorations du 8 mai 1945, où elle reçoit la distinction de chevalier de la Légion d'honneur, remise par Jacques Chirac.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
Sépulture
Nationalité
Activité
Conjoint
Henri Jacubert (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Régine Skorka-Jacubert, Rivka Skorka ou Régine Skorka de son nom de jeune fille, née le à Zagórów et décédée le , est une résistante française, arrêtée par la Gestapo en juin 1944, déportée à Auschwitz et survivante de la Shoah[1]. Elle a témoigné au procès de Klaus Barbie avec son frère Jérôme[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Rivka Sorka est née le 24 janvier 1920 à Zagórów[4], en Pologne, au sein d’une famille juive. Elle a trois frères. Son père est rabbin, et sa mère est modiste. En 1929, son père rejoint la sœur de Slatka sa femme, installée en France, à Nancy, et il y trouve du travail en usine. Un an plus tard, le reste de la famille (la mère et les trois enfants, dont le plus jeune mourra enfant) le rejoint[5]. Rivka y prend le nom de Régine. La famille ayant été déclarée apatride par le gouvernement polonais en 1938, ils demandent la naturalisation française. Lorsque la Seconde Guerre mondiale commence, la procédure n'est pas terminée. En mai et juin 1940, la France est envahie par les troupes allemandes. La famille quitte la Lorraine et gagne la Gironde. Les parents tentent de trouver des emplois à Libourne puis Bordeaux, ou de vivre en travaillant sur les marchés[1],[5]. En septembre 1940, Régine revient sur Nancy. Ses proches sont arrêtés et internés au camp de la Lande de Monts en Indre-et-Loire. L'aîné de ses frères réussit à s'évader et Régine le récupère, grâce au concours de cheminots, à Dijon en octobre 1941[5].

Les parents et l'autre frère, Leib ensuite appelé Léon, sont déportés sur le camp d'Auschwitz en 1942[1],[5]. Léon Skorka, né le 6 juillet 1927 à Zagórów, est déporté par le Convoi No. 8, en date du 20 juillet 1942. Le père, Jacob Skorka, né le 21 septembre 1889, à Ozorkow, est déporté par le Convoi No. 31, en date du 11 septembre 1942. La mère, Slatka Skorka née Szejman, née le 11 décembre 1892 à Zagórów, est déportée par le même Convoi No. 31[6].

De son côté, Régine est condamnée pour exercice illégal de commerce par le tribunal de Nancy, du fait de la loi de Vichy interdisant aux Juifs de faire commerce. Par la suite, elle échappe, avec son frère Jérôme, qui l'a rejointe, à une rafle en juillet 1942, grâce à la divulgation du projet de rafle par des policiers français du bureau des étrangers[5]. Ils gagnent alors la zone libre, vont à Lyon, et s'engagent dans la résistance. Régine trouve par ailleurs un emploi de vendeuse de chaussures[1]. Le 22 juin 1944, son frère et elle sont arrêtés par la milice française conduite par un membre de la Gestapo. Elle se retrouve interrogée au siège de la Gestapo à Lyon, place Bellecour, par Klaus Barbie[5], qui n'arrive pas à obtenir son nom mais lui indique qu'elle ne reverra pas la France[7]. Identifiés comme étant juifs, l'un et l'autre sont envoyés à Auschwitz, par le convoi numéro 77[2], en date du 31 juillet 1944.

Régine survit et est libérée le 9 mai 1945. Elle arrive à Nancy un mois plus tard où elle retrouve son frère, qui a fait la marche de la mort. Plus tard, elle se marie avec Henri Jacubert, ancien résistant du maquis de la Drôme. Puis, à partir des années 1980, et jusqu'à sa mort, elle témoigne sur ce qu'elle a vécu dans sa jeunesse et sur la shoah dans les collèges et lycées[1]. En 1987, elle est témoin à charge au procès de Klaus Barbie à Lyon[7].

Elle décède le 1er décembre 2016[1],[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Régine Jacubert, figure de la résistance, est décédée - France 3 Lorraine », France 3 Lorraine,‎ (lire en ligne, consulté le 5 décembre 2016)
  2. a et b « SKORKA REGINE – Convoi 77 », sur www.convoi77.org (consulté le 5 décembre 2016)
  3. Il est inscrit avec le prénom Jérémie dans Klarsfeld, 2012.
  4. Selon Klarsfeld, 2012, elle est née à Metz. C'est sans doute une erreur, car son frère Jérémie, plus jeune, est né à Zagórów, toujours selon Klarsfeld.
  5. a b c d e f et g Philippe-Jean Catinchi, « Mort de Régine Skorka-Jacubert, résistante et témoin au procès de Klaus Barbie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. Voir, Klarsfeld, 2012.
  7. a et b « Le procès de Klaus Barbie à Lyon », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. « Ordre de la Légion d'honneur - Nominations, promotions et élévations du 14-04-2005 », sur www.france-phaleristique.com (consulté le 5 décembre 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :