Albert Bendrihen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Albert Bendrihen
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 38 ans)
BuchenwaldVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Lieux de détention
Plaque en hommage au Docteur Bendrihem à Brégnier-Cordon.jpg
Plaque en hommage au Docteur Bendrihem à Brégnier-Cordon.

Albert Bendrihen (ou Albert Bendrihem[1]) (, Oran, Algérie-, Buchenwald) est un médecin français d'origine algérienne qui est le médecin des enfants d'Izieu. Il est arrêté par les Allemands le , à Brégnier-Cordon, dans l'Ain, et déporté du camp de Drancy vers Auschwitz par le Convoi n° 67, en date du . La rafle des Enfants d'Izieu a lieu le . D'Auschwitz, il est déporté à Buchenwald, où il meurt le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert[2],[3] Bendrhen Bendrihen est né le , à Oran (Algérie). Il est de nationalité française.

Il fait ses études de médecine à la Faculté de médecine de Lyon. Il est médecin à Carignan (Ardennes)[4].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le docteur Albert Bendrihen, âgé de 37 ans au moment de sa déportation, est un juif converti au catholicisme. Il a obtenu une dérogation pour conserver le droit d'exercer, les Juifs n'ayant alors plus le droit d'exercer la médecine en France[5],[6].

Durant la Seconde Guerre mondiale, il est le médecin de Sabine Zlatin, la directrice de la maison d'Izieu et de la colonie des enfants d'Izieu.

Le , le docteur Albert Bendrihen est arrêté à 16 heures, par les Allemands, à son domicile, situé à 3 kilomètres d'Izieu, au hameau voisin de Glandieu. Sabine Zlatin lui avait rendu visite le même jour, ainsi que 2 autres patients, selon son carnet de visites.

Il est déporté[7] par le convoi n° 67, en date du , du Camp de Drancy vers Auschwitz.

Sa dernière adresse est Brégnier-Cordon (Ain) [8].

Avant d'être amené à Drancy, il est passé par Lyon[2],[9].

Il est mort à Buchenwald le [4].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Une plaque commémorative à Brégnier-Cordon perpétue sa mémoire[10],[11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]