Isaïe Schwartz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schwartz.
Isaïe Schwartz
Fonction
Grand-rabbin de France
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Isaïe Schwartz (Traenheim, - Paris, ) est un rabbin français des XIXe et XXe siècles, grand-rabbin de France de 1939 à 1952.

Formation[modifier | modifier le code]

Fils de M. Seligmann, commerçant à Traenheim en d'Alsace, le jeune Isaïe est envoyé à Paris pour entrer au Talmud Torah, puis au Séminaire Israélite de France ([SIF). Après dix ans d'étude, il exerce la fonction de rabbin intérimaire à Marseille. Son premier poste de rabbin est Bayonne. À Bordeaux, il occupe le poste de grand-rabbin jusqu'en 1919, mais le Consistoire israélite du Bas-Rhin lui demande de revenir en Alsace, redevenue française, pour prendre la tête du rabbinat alsacien.

À la mort d'Israël Lévi, le Consistoire central fait appel au grand-rabbin de Strasbourg pour lui confier, à l'heure du début de la Seconde Guerre mondiale, la haute charge de grand-rabbin de France[1].

Schwartz était aussi membre de l'Alliance israélite universelle.

Il est enterré au cimetière juif de Westhoffen.

Vichy[modifier | modifier le code]

Replié en 1940 avec le Consistoire central à Limoges sous la protection du Maréchal Pétain et du Régime de Vichy, il créa une caisse de secours à son nom. Il est intervenu à plusieurs reprises pour atténuer les mesures prises par Vichy et a aussi rencontré Pétain pour le convaincre d'arracher des aménagements à leurs rigueurs[2]. Hormis ses protestations, il tenta une voie conciliatrice (« molle » selon Léon Poliakov) comme en attestent ces propos adressés aux juifs : ... Quelle que soit votre amertume et sans rien accepter de ce qui vous a mis hors de la loi commune, subissez régulièrement les obligations qui vous sont faites par les lois, décrets, arrêtés et règlements du gouvernement français, en en appelant dans votre conscience de la France contrainte et meurtrie d'aujourd'hui, à la France généreuse et libre de toujours. Ne cachez pas votre qualité d'Israélites... Soyez renseignés et en règle avec les lois, ne vous cachez pas d'être ce que vous êtes. Soyez simples et modestes. Vous n'en serez que meilleurs Israélites et meilleurs Français ...[3].

Il envoie également à Pierre Laval, Pétain — entre autres — plusieurs lettres de protestation, cosignées avec Jacques Helbronner, président du Consistoire central. Ce dernier sera arrêté et déporté en 1943 par les Allemands, tandis que lui-même parvenait à échapper deux fois à ce terrible sort en se réfugiant à Vichy dans une clandestinité qui lui rendait impossible de continuer à exercer sa mission[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Nommé chevalier de la Légion d'honneur, en juillet 1925, puis promu officier, en janvier 1948.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Isaïe Schwartz est le premier auquel le titre de grand-rabbin de France est conféré à la suite d’une réforme des statuts du Consistoire central. Malgré une confusion courante, ses prédécesseurs portaient en effet le titre de grand-rabbin du Consistoire central. Voir « Le Grand Rabbin de France, histoire d’une fonction », Le Mouvement n° 59, été 1991, p. 5-13 ; Roger Berg, Histoire du rabbinat français, Paris, Cerf, 1992, 274 p.
  2. Maurice Moch : L'Étoile et la francisque : Les institutions juives sous Vichy, Editeur : Cerf, collection : Judaïsmes, 1990, (ISBN 2204041386)
  3. Maurice Rajfus : Des juifs dans la collaboration. L'UGIF, 1941-1944, éditeur : EDI; 1980, (ISBN 2851390570)
  4. Extrait de l'oraison funèbre de Jacob Kaplan, grand-rabbin de Paris, Isaïe Schwartz, grand-rabbin de France. Site du Judaïsme d'Alsace et de Lorraine

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]