Raymond Lindon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lindon.
Raymond Lindon
Defaut.svg
Fonctions
Conseiller général
Canton de Montivilliers
-
Maire d’Étretat (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 90 ans)
Paris, France
Pseudonyme
Valère CatoganVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfants
Jérôme Lindon
Laurent Lindon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Raymond Lindon (Paris 16e, Boulogne-Billancourt, )[1], est un magistrat et homme politique français.

Il est premier avocat général à la Cour de Cassation et maire d'Étretat de à mars 1959.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raymond Lindon est l'un des cinq fils d'Alfred Lindon (en) et de Fernande Citroën (1874-1963)[2], sœur aînée d'André Citroën.

De son union, en 1924, avec Thérèse Baur, il a quatre enfants :

Raymond Lindon est membre de l'Alliance israélite universelle et procureur dans les procès qui suivent la Libération de la France, après la défaite du Troisième Reich. Il requiert notamment la peine de mort contre Jean Luchaire et Henri Béraud.

Il est maire d'Étretat (Seine-Maritime) et, sous le pseudonyme de Valère Catogan (c'est une anagramme d'« avocat général »), auteur de l'essai-pastiche : Le Secret des rois de France ou la véritable identité d'Arsène Lupin (1949).

Il est aussi l'auteur d'un recueil d'anecdotes judiciaires : Quand la justice s'en mêle (éd.Robert Laffont 1965).

Il est l'ancien vice-président de l'association KKL France[3]

Distinction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. né Lindenbaum, rectifié en Lindon par jugement du tribunal civil de la Seine en date du (Arch. Paris, V4E 10078).
  2. voir : Jacques Wolgensinger, André Citroën, Flammarion, 1991 (ISBN 2-08-066484-0)
  3. voir :http://kkl.fr/media/802/ADAMA-56.pdf

Liens externes[modifier | modifier le code]