Pierre Gerlier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre-Marie Gerlier
Image illustrative de l’article Pierre Gerlier
Le cardinal Gerlier en février 1939.
Biographie
Nom de naissance Pierre Paul Marie Gerlier
Naissance
Versailles (France)
Ordination sacerdotale
Décès (à 85 ans)
5e arrondissement de Lyon
Cardinal de l'Église catholique
Créé
cardinal
par le
Pape Pie XI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de la Trinité-des-Monts
Évêque de l'Église catholique
Ordination épiscopale par le
card. Dubois
Dernier titre ou fonction Archevêque de Lyon
Archevêque de Lyon
(Primat des Gaules)
Évêque de Tarbes et Lourdes

Signature de Pierre-Marie Gerlier

« Ad Jesum per Mariam »
(« Vers Jésus, par Marie »)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Pierre Gerlier, né à Versailles le et mort à Lyon le , est un cardinal français, archevêque de Lyon de 1937 à 1965 et de ce fait, primat des Gaules.

Il a été reconnu, à titre posthume, Juste parmi les nations par l’État d’Israël.

Vocation tardive[modifier | modifier le code]

Il fut président de la Conférence Olivaint en 1903. Avocat au barreau de Paris, Pierre Gerlier défend gratuitement des syndicalistes. À cette époque, il est aussi président de l'ACJF[a] (1909-1913). Il préside plus tard l'Association amicale des secrétaires et anciens secrétaires de la conférence des avocats du barreau de Paris (1938-1945)[1].

Il a une vocation tardive. Après ses études au séminaire d'Issy-les-Moulineaux, il sert comme officier dans l'armée française au cours de la Première Guerre mondiale, pendant laquelle il est blessé, capturé et interné en Suisse où il poursuit ses études à Fribourg. Ordonné prêtre en 1921, à 41 ans, il exerce son ministère à Paris, où il dirige les œuvres sociales de l'archevêché. Il est nommé évêque de Tarbes et de Lourdes en 1929, faisant partie des membres de l'Action catholique qui correspondent à la vision de Pie XI.

Archevêque de Lyon et cardinal[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative de la naissance du cardinal au 14 de la rue Carnot à Versailles.

Il est nommé archevêque de Lyon le et créé cardinal lors du consistoire du avec le titre de cardinal-prêtre de la Trinité-des-Monts. Dès lors, le diocèse assume la floraison d'initiatives du catholicisme social lyonnais. En 1940 le cardinal charge la Chronique Sociale de coordonner les œuvres sociales du diocèse.

Selon Roger Darquenne, à cette époque « la ville de Lyon avec l'appui du cardinal Gerlier et de son Église était résolument pétainiste »[2]. Le , le cardinal Gerlier prononce, à la primatiale Saint-Jean de Lyon, en présence du maréchal Pétain une phrase qui lui sera plus tard reprochée : « Car Pétain, c'est la France et la France, aujourd'hui, c'est Pétain ! »[3],[4].

Le , il publie, en tant que primat des Gaules, une lettre qui est lue dans toutes les paroisses de son diocèse et la plupart de celles de France. Tout en continuant de défendre le respect de l'ordre, le discours, influencé par les interventions du pasteur Marc Boegner, marque cependant une évolution importante en plaçant le devoir de conscience au-dessus de la loi humaine : « La Providence a donné à la France un Chef autour duquel nous sommes fiers de nous grouper » mais « Les droits de l'État ont des limites... ». Il organise des filières de sauvetage pour les Juifs en danger, et aide ceux qui œuvrent dans ce sens, comme l'abbé Glasberg et l'OSE pour ouvrir des centres de refuge et des colonies de vacances en zone libre[5]. Il est aussi en lien avec Jacob Kaplan, grand rabbin de France et Bel Hadj El Maafi, l'imam de Lyon, tous deux résistants[6].

Ses actions lui permettent de sortir indemne de l'affaire Finaly[7].

Après guerre[modifier | modifier le code]

Il lance à la Libération un vaste plan pour la construction de 50 églises nouvelles. En 1948, il participe, avec le grand rabbin de Lyon, Salomon Poliakof et l'imam de Lyon, Bel Hadj El Maafi, à un pèlerinage sur le charnier du massacre de Bron[8], où 109 prisonniers, dont 72 Juifs, sont exécutés par les nazis[9].

En rapport avec l'évolution civile, il négocie à partir de avec Alexandre Caillot et le diocèse de Grenoble, le rattachement au diocèse de Lyon de paroisses de l'Est lyonnais. Un accord est trouvé rapidement. Après l’envoi à Rome le de la supplique de rattachement, l'accord du Vatican, transmis par le nonce apostolique, est lu le dans tout l’archiprêtré de Villeurbanne, avant d'être publié. Sont ainsi rattachées au diocèse de Lyon douze paroisses de Villeurbanne, Saint-Fons, Vaulx-en-Velin, Vénissieux, Bron.

Le , son ancien secrétaire Jean-Marie Villot est nommé son coadjuteur avec droit de succession, tandis que Marius Maziers est nommé évêque auxiliaire en résidence à Saint-Étienne, en préfiguration du futur diocèse de Saint-Étienne.

Le cardinal Gerlier meurt le dans sa résidence de Fourvière, âgé de 85 ans[10].

La médaille de Juste parmi les nations de Yad Vashem lui est décernée à titre posthume le [11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Barbier, Le Cardinal Gerlier, Éditions Horvath, Roanne, 1987.
  • Bernard Berthod et Régis Ladous, Le Cardinal Gerlier, Éditions Lugd, Lyon, 1995 (ISBN 2910979202).
  • Bernard Comte (dir.), Les Théologiens lyonnais et la persécution contre les Juifs : table ronde tenue le , en commémoration de la protestation du Cardinal Gerlier en , Associations des facultés catholiques de Lyon, Université catholique de Lyon, Lyon, 1994.
  • Collectif, Pierre-Marie Gerlier : Archevêque de Lyon : 1880-1965, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, Lyon, 1987
  • Germain Latour, Les Deux Orphelins : l'affaire Finaly 1945-1953, Éditions Fayard, 2006
  • Olivier Georges, « Pierre-Marie Gerlier et la guerre » dans Xavier Boniface (dir.) et Bruno Béthouart (dir.), Les Chrétiens, la Guerre et la Paix : de la paix de Dieu à la paix d'Assise, Rennes, PUR, 2012, p. 83-98.
  • Collectif et Dominique Saint-Pierre (dir.), Dictionnaire historique des Académiciens de Lyon : 1700-2016, éd. ASBLA de Lyon, , 1369 p. (ISBN 978-2-9559433-0-4, présentation en ligne), p. 575-580 (chap. Gerlier Pierre-Marie).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Où l'on se voulait "sociaux parce que catholiques" (Henri Bazire).
Références
  1. « L'Association Amicale des Secrétaires et Anciens Secrétaires de la Conférence des Avocats du Barreau de Paris », sur www.laconference.net (consulté le ).
  2. Darquenne Roger. "L'extermination douce. La mort de 40.000 malades mentaux dans les hôpitaux psychiatriques en France, sous le régime de Vichy. de Lafont (Max)", Revue belge de philologie et d'histoire, 1990, vol. 68, n° 4, pp. 1052-1054. [1] Consulté le 25 avril 2014.
  3. Jean-Louis Clément, Les Évêques au temps de Vichy – Loyalisme sans inféodation– Les relations entre l'Église et l'État de 1940 à 1944, Éditions Beauchesne, 1999, 279 p. (ISBN 2701013550 et 9782701013558), [lire en ligne], p. 37-38
  4. Claude Langlois, « Le régime de Vichy et le clergé d'après les Semaines religieuses des diocèses de la zone libre », Revue française de science politique, 1972, vol. 22, n° 4, p. 753. Consulté le 6 décembre 2014
  5. Eugène Martres, Les archives parlent – Auvergne, Bourbonnais 1949-1945, éditions De Borée.
  6. « Chronique histoire. 8 mai 1945 : la capitulation de l'Allemagne met fin aux persécutions religieuses des nazis », sur actu.fr, (consulté le )
  7. Résumé de l'affaire Finaly sur le site du Crif.
  8. Circonscription consistoriale israélite de Lyon Auteur du texte, « Bulletin mensuel de la Circonscription consistoriale israélite de Lyon », sur Gallica, (consulté le )
  9. « Bron (Rhône), terrain d'aviation, 17 - 21 août 1944 - Maitron », sur fusilles-40-44.maitron.fr (consulté le )
  10. Lumières sur Rhône-Alpes, « La mort du cardinal Gerlier », sur fresques.ina.fr
  11. « Pierre-Marie Gerlier », sur Comité Français pour Yad Vashem (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]