Marcel Jungerman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marcel Jungerman
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Herszek Marcel JungiermanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité

Marcel Jungerman (né Herszek Marcel Jungierman le [1] à Wolbrom en Pologne et mort le dans le 12e arrondissement de Paris), est un français né en Pologne, déporté à 18 ans à Auschwitz, qui survit à la Shoah et devient un témoin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Herszek Marcel Jungierman[2],[3]naît le à Wolbrom en Pologne. Il fait partie d'une fratrie de 8 enfants. En 1930, son père immigre en France. Sa mère arrive plus tard[4],[5].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, La famille Jungerman cherche à s'installer près de Nice (Alpes-Maritimes). Elle est assignée à résidence à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes)[4].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Alpes-Maritimes ont été occupées par la IVe armée italienne le . Grâce à la sympathie des autorités italiennes, la zone d’occupation italienne est devenue un refuge pour des milliers de Juifs. Les Juifs avaient un minimum de sûreté et une résidence légale sous les autorités italiennes, qui en mars 1943 les ont transportés de la côte à l’intérieur, dans la zone de Saint-Martin-Vésubie.

La sympathie des autorités italiennes était due à l'absence d'antisémitisme de la majorité de l'armée (dont le maréchal Ugo Cavallero et le général Mario Vercellino) et à l’œuvre du banquier juif italien Angelo Donati qui habitait à Nice et les a convaincus, avec le Père Marie-Benoît, de protéger les Juifs de la persécution des Allemands.

Après l’armistice des Italiens en septembre 1943, et sous la menace directe des autorités allemandes, un millier de Juifs de Saint-Martin-Vésubie ont réussi à remonter la vieille route du sel vers la vallée du Gesso pour se sauver en Italie. Les Juifs qui sont restés à Saint-Martin-Vésubie ont été arrêtés et transportés à Auschwitz. Cet épisode apparait dans le livre Étoile errante de J. M. G. Le Clézio.

Résistance[modifier | modifier le code]

Marcel Jungerman participe à la Résistance avec Lucien Neuwirth, dans le groupe Espoir dirigé par Jean Nocher ((distributions de tracts, de journaux) jusqu'à son arrestation par des membres de la 2e division SS Das Reich[4].

Il est conduit à la prison de Borgo San Dalmazzo, dans le Piémont en Italie. Il y retrouve son frère Mejlock (Max) Jungierman (25 ans), né à Wolbrom en Pologne, sa belle-sœur, Chaja (Hélène) Jungierman (née Dab) (21 ans), née le à Lukow en Pologne et son neveu Albert Jungierman (2 ans) né le à Paris. Il essaie de s'évader mais échoue. Il en suit des interrogatoires violents[4],[6].

Auschwitz[modifier | modifier le code]

Marcel Jungerman est déporté par le convoi n° 64, en date du du Camp de Drancy vers Auschwitz. Il est âgé de 18 ans. Sa dernière adresse est à l'Hôtel Floréal à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes)[6]. Son frère Mejlock Jungierman (25 ans), sa belle-soeur, Chaja Jungierman (21 ans) et son neveu Albert Jungierman (2 ans) font partie du même convoi. Leur dernière adresse est: Chez Ralbaud à Saint-Martin-Vésubie (Alpes-Maritimes)[6]. Seuls les deux frères vont survivre, sa belle-sœur et son neveu sont acheminés directement vers la chambre à gas[4].

Marches de la mort[modifier | modifier le code]

En , Marcel Jungerman participe aux Marches de la Mort, jusqu’à Gleiwitz en (Silésie), (Pologne), puis atteint le Camp de concentration de Dora, en Allemagne, dans des wagons découverts. La quarantaine achevée, il est transféré à Bergen-Belsen, en Allemagne, où il est libéré par l'armée britannique le . Il doit être soigné dans un hôpital à Lunebourg, en Allemagne[4].

Retour en France[modifier | modifier le code]

Le 15 mai 1945, il est rapatrié à Paris. Le lendemain, il retrouve sa mère et ses frères Mejlock (Max) Jungierman et Arthur Jungierman quelques semaines plus tard.

En 1947, il épouse Thérèse Faradagka, fille de déporté, morte en 2019. Ils ont une fille et trois petits enfants[4].

Témoin[modifier | modifier le code]

À la demande de Serge Klarsfeld il accompagne des jeunes de la région Rhône-Alpes à Auschwitz[4].

Mort[modifier | modifier le code]

Marcel Jungerman meurt le dans le 12e arrondissement de Paris, à l'âge de 95 ans[4],[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Klarsfeld. Mémorial de la Déportation des Juifs de France, nouvelle édition, mise à jour, avec une liste alphabétique des noms, FFDJF, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]