Yvette Farnoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yvette Farnoux
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
VanvesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Yvette Jeannine BaumannVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
RésistanteVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Autres informations
Distinction

Yvette Farnoux, née Baumann le dans le 9e arrondissement de Paris et morte le à Vanves, est une résistante et déportée française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yvette Farnoux naît le dans le 9e arrondissement de Paris.

Elle étudie au lycée Molière de Paris[1].

Elle travaille au commissariat du chômage, dépendant du Secours national.

Dans la Résistance, elle est la collaboratrice puis successeur de Berty Albrecht comme chef national des services sociaux des mouvements unis de la Résistance après l'arrestation de Berty Albrecht. Arrêtée pour faits de résistance, elle est déportée par le Convoi No. 72, en date du [2], du Camp de Drancy vers Auschwitz[3] puis Ravensbrück[4], après avoir donné naissance à un enfant mort-né.

Elle est la présidente fondatrice de l'association Mémoire des déportés et des résistants d'Europe.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Yvette Farnoux est l'épouse de Jean-Guy Bernard (adjoint de Frenay, arrêté en même temps qu'Yvette et assassiné durant sa déportation), puis d'Abel Farnoux (1921-2008) dont elle a trois enfants[1].

Mort[modifier | modifier le code]

Yvette Farnoux meurt le à Vanves[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le , Yvette Farnoux est élevée à la dignité de grand-officier de la Légion d'honneur, puis à celle de grand-croix le . Elle est la neuvième femme à accéder à la plus haute dignité de la Légion d'honneur, notamment après deux autres déportées et résistantes, Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Germaine Tillion ainsi que l'universitaire Jacqueline de Romilly[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bulletin de l’Association amicale des anciennes et anciens élèves du lycée Molière, 2015, p. 10-12.
  2. Voir, Klarsfeld, 2012.
  3. [doc] "Qui sommes-nous"?, sur le site de Mémoire des déportés et des résistants d'Europe
  4. a et b (fr) « Yvette Farnoux, survivante d’Auschwitz, est morte », Le Monde.fr (consulté le 9 novembre 2015)
  5. Légion d'honneur du Nouvel An: Simone Veil, Zidane, scientifiques et showbiz, AFP, 1er janvier 2009

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]