Camp de Nexon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Camp d'internement de Nexon
Présentation
Gestion
Date de création 1940
Créé par Le Régime de Vichy
Géré par Administration française
Date de fermeture 1945
Victimes
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Localité Nexon
Coordonnées 45° 40′ 35″ nord, 1° 11′ 19″ est
Géolocalisation sur la carte : Limousin
(Voir situation sur carte : Limousin)
Camp d'internement de Nexon
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Camp d'internement de Nexon

Le camp d'internement de Nexon est un ancien camp d'internement français situé sur le territoire de la commune de Nexon dans la Haute-Vienne.

Historique[modifier | modifier le code]

Le , le gouvernement Daladier publie un décret prévoyant la création de centres spéciaux pour l'internement des « étrangers indésirables ».

Un camp pour les prisonniers politiques[modifier | modifier le code]

Le centre de séjour surveillé de Nexon fut achevé dans le courant de 1940 et fonctionna jusqu'en 1945. Il fut tout d'abord destiné à accueillir des réfugiés espagnols. En , il interna des prisonniers politiques.

Il était composé de dix-sept baraques entourées de fils de fer barbelés et des chevaux de frise et surveillées par quatre miradors. Il pouvait accueillir jusque 1 600 prisonniers : opposants politiques (communistes, syndicalistes…), Juifs.

En , un certain nombre d'« indésirables » furent acheminés à Port-Vendres et de là en Afrique du Nord.

À la suite de la dissolution du camp de Gurs, en , les internés de ce camp furent transférés à Nexon.

Un camp d'internement pour les Juifs étrangers[modifier | modifier le code]

Les Juifs étrangers arrêtés dans la région de Limoges par la police et la gendarmerie française sur ordre du gouvernement de Vichy furent internés à Nexon. C'est de là qu'ils furent transférés au camp de Drancy, puis déportés vers les camps d'extermination, Auschwitz-Birkenau et Treblinka particulièrement.

Le , 450 Juifs dont 68 enfants de la région de Limoges furent arrêtés et internés à Nexon. Ils furent ensuite livrés aux Allemands et déportés à Auschwitz. Des Juifs âgés évacués du camp du Récébédou furent transférés au camp de Nexon.

Les conditions de vie au camp de Nexon étaient difficiles ; bon nombre d'internés souffrirent d'un manque d'hygiène et de malnutrition[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurette Alexis-Monet, Les miradors de Vichy, préf. Pierre Vidal-Naquet, Éd. de Paris, Paris, 1994 (ISBN 2905291206) (Camp de Nexon passim; Documents en annexe p. 205–211 ; plan du camp p. 64; descriptif du camp p. 65ss.; photos du camp p. 67–69, 73, 75, 178 (cénotaphe ; stèles, à gauche pour les juifs morts, inauguration le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le camp fantôme, Tessa Racine, documentaire, 52 min, France 3 Limousin, 2005, DVD et Blu-ray (ASIN B000NN9X0I).