Pierre Robert de Saint-Vincent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Officier général francais 4 etoiles.svg Pierre Robert de Saint Vincent
Pierre Robert de Saint-Vincent

Naissance
Saint-Léger-en-Bray
Décès
Forges-les-Bains
Allégeance Drapeau de la France France
Grade Général de corps d'armée
Années de service 1903-1942
Commandement 14e région militaire
Conflits Seconde Guerre mondiale
Distinctions Juste parmi les nations

Grand officier de la Légion d'Honneur

Autres fonctions Gouverneur militaire de Lyon (1941-1942)
Famille Famille Robert de Saint-Vincent

Louis Albert Pierre Robert de Saint Vincent, né le à Saint-Léger-en-Bray (Oise) et mort le à Forges-les-Bains, est un général français qui refusa d'obéir à un ordre de participation à la déportation de Juifs en 1942.

Il était commandant de la 14e région militaire et gouverneur militaire de Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille Robert de Saint Vincent[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille Robert de Saint-Vincent.

Il est issu d'une vieille famille de la noblesse française : Pierre-Augustin Robert de Saint Vincent (1725-1799), janséniste, membre du Parlement de Paris, rédige en 1787 une Réclamation du Parlement en faveur des protestants de France[1] et s'oppose aux emprunts demandés par Louis XVI : il est même arrêté le , avant d'émigrer durant la Révolution française[2],[3]. Son fils, Pierre-Antoine Robert de Saint Vincent (1756-1826), lui aussi conseiller au Parlement, suit son père en émigration. Il devient, sous Napoléon, proviseur du lycée de Caen durant deux ans, puis de celui de Versailles. Lors de la Restauration, il est réintégré comme conseiller à la Cour de cassation le et confirmé comme vicomte par Louis XVIII en 1817[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Pierre Robert de Saint Vincent étudie à l'École polytechnique, dont il sort diplômé en 1903. Pendant la Première Guerre mondiale, il est commandant d'une batterie au sein du 15e régiment d'artillerie divisionnaire.

Général de brigade en 1937, il reçoit au début de la Seconde Guerre Mondiale le commandement de la 64e division d'infanterie sur le front des Alpes qu'il conserve jusqu'à la fin des opérations. Après l'armistice du 22 juin 1940, il reste dans l'Armée de Vichy et prend alors le commandement d'une division d'infanterie à Grenoble.

En juillet 1941, il devient commandant de la 14e région militaire et gouverneur militaire de Lyon, à la suite du Général Frère, avec le grade de général de corps d'armée.

Refus de participer aux arrestations de juifs[modifier | modifier le code]

Le , à la suite de la grande rafle des Juifs en zone non occupée, il reçoit l'ordre de mettre des gendarmes à la disposition de l'intendant de police Marchais pour procéder au convoyage de 650 Juifs de la zone sud vers la zone nord. Il déclare alors : « Jamais je ne prêterai ma troupe pour une opération semblable ». Le surlendemain, il est relevé de ses fonctions[5] par le ministre de la Guerre du gouvernement de Vichy, le général Bridoux. Son limogeage est annoncé dans la presse sans que les raisons en soient données.

Le , le Times de Londres et le New York Times évoquent ce refus[6] :

  • d'après l'article du London Times intitulé « Military Governor of Lyons Dismissed, Refusal to Help in Arrests of Jews » : « General de St Vincent, Military Governor of Lyons, has been dismissed by Laval (states the Fighting French Press Service). On August 28 General de St. Vincent refused to obey Vichy’s order to cooperate in the mass arrests of Jews in the unoccupied zone. He refused to place at the disposal of the authorities for this purpose. He was immediately dismissed from the Army by Laval, and the decree to this effect has already been published in the Vichy official journal. General de St. Vincent was until recently second in command to General Frère. » ;
  • selon l'article de The New York Times intitulé « Catholics Shelter Children » : « General De St. Vincent, military governor of Lyon, was dismissed by M. Laval… because he refused to place his troops at the disposal of German autorities making mass arrests of Jews in the occupied zone. »
Plaque de l'esplanade Plaque Esplanade Général Pierre Robert de Saint-Vincent au Centre Berthelot à Lyon.

Membre fondateur de l'Amitié chrétienne à Lyon sous le haut patronage du cardinal Gerlier, du pasteur Boegner et de Georges Villiers, maire de Lyon, et faisant partie du groupe de résistants de l'Armée secrète, proche du général Frère, Pierre Robert de Saint Vincent refuse de dévoiler le lieu de refuge du général Giraud avant son départ pour l'Afrique du Nord.

Il est contraint de se cacher suite à l'invasion de la zone libre par les Allemands en novembre 1942.

A la fin de la guerre, il est rappelé au sein de l'armée pour quelques mois, et est fait grand officier de la Légion d'honneur en 1947.

En 1993, l'Etat d'Israël lui décerne le titre de Juste parmi les nations pour ses actions ayant permis le sauvetage de juifs en 1942.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Source : Les Justes de France, Mémorial de la Shoah, 2007, p. 190 (ISBN 2-9524409-4-8).
  1. Robert de Saint-Vincent, Réclamation du Parlement en faveur des protestants de France, 1787 [lire en ligne].
  2. Alphonse de Beauchamp et Étienne Psaume, Biographie moderne, ou, Galerie historique, civile, militaire…, vol. III, Paris, 1816 [lire en ligne].
  3. Amar, Biographie universelle classique, ou dictionnaire historique portatif…, Paris, Charles Gosselin, libraire-éditeur, 1829 [lire en ligne].
  4. Biographie nouvelle des Contemporains, vol. XVIII.
  5. Fred Kupferman (préf. Henry Rousso), Laval, Paris, Tallandier, , 2e éd. (1re éd. Balland, 1987), 654 p. (ISBN 978-284734-254-3), p. 418-419.
  6. Martin Gilbert, Les Justes – Les héros méconnus de la Shoah, Calmann-Lévy, 2004, p. 256 (ISBN 2-7021-3508-0).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]