Le Chambon-sur-Lignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chambon.
Le Chambon-sur-Lignon
Mairie
Mairie
Blason de Le Chambon-sur-Lignon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Yssingeaux
Canton Mézenc
Intercommunalité Communauté de Communes du Haut-Lignon
Maire
Mandat
Éliane Wauquiez-Motte
2014-2020
Code postal 43400
Code commune 43051
Démographie
Population
municipale
2 553 hab. (2014)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 42″ nord, 4° 18′ 11″ est
Altitude Min. 874 m – Max. 1 139 m
Superficie 41,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de Haute-Loire
City locator 14.svg
Le Chambon-sur-Lignon

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de Haute-Loire
City locator 14.svg
Le Chambon-sur-Lignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Chambon-sur-Lignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Chambon-sur-Lignon
Cercle de silence sur la place, juin 2010

Le Chambon-sur-Lignon est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle s'est d'abord appelée Le Chambon puis Le Chambon-de-Tence avant de prendre son nom actuel en 1923.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Chambon-sur-Lignon est située dans les monts du Vivarais, à l'est du Velay, près de la limite administrative avec le département de l'Ardèche.

Ce bourg marque le début des Cévennes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Jeures Tence Rose des vents
Mazet-Saint-Voy N Devesset
O    Le Chambon-sur-Lignon    E
S
Les Vastres Mars (Ardèche) Saint-Agrève

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est située à proximité de l'axe Le Puy-en-VelayValence.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • 1893 : Le Chambon devient Le Chambon-de-Tence.
  • 1923 : Le Chambon-de-Tence prend le nom du Chambon-sur-Lignon.

Chambon est un toponyme d'origine celtique signifiant « courbe, méandre » [1].

La Montagne-refuge[modifier | modifier le code]

Située dans le Massif central, ville huguenote depuis la Réforme du XVIe siècle, la commune et sa région sont très tôt une station touristique et un centre d'accueil pour les enfants, avec le collège Cévenol, ou dans les années 1930 pour les réfugiés espagnols, grâce à certaines personnes comme Mme de Félice et le maire Charles Guillon[2].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Le Chambon et les communes voisines accueillent des réfractaires au STO et se rendent célèbres par l'action de leurs habitants pour aider les Juifs. L'historien François Boulet a forgé la notion de Montagne-refuge pour caractériser cet accueil singulier[3],[4], notion reprise par d'autres historiens[5].

À partir de 1940, le pasteur en titre de la paroisse André Trocmé et sa femme Magda, s'attachent à sauver des personnes juives, menacées de déportation vers les camps de concentration. Tous deux poussent les villageois (essentiellement des protestants dont la mémoire de leur propre persécution est encore vive) à les accueillir dans leurs maisons et dans les fermes des alentours, ainsi que dans des institutions publiques. Un autre pasteur, Édouard Theis, directeur du Collège Cévenol, accueille aussi bien des professeurs que des enfants juifs. À l'approche des patrouilles allemandes, les personnes hébergées partent se cacher dans la montagne. Après leur départ, les habitants vont dans les bois en chantant une certaine chanson pour prévenir les Juifs que le danger est écarté[6].

Au-delà de l'accueil, les habitants de cette région ont fourni de faux papiers d'identité, des cartes de rationnement et aidé au passage de la frontière avec la Suisse[7]. Cependant, certains habitants payèrent ce courage de leur vie et furent arrêtés et déportés, comme le cousin du pasteur Trocmé, Daniel Trocmé, qui mourut au camp de Majdanek. Le documentaire Les Armes de l'esprit avance le chiffre de 5 000 Juifs ayant trouvé refuge à un moment ou à un autre dans la région du Chambon-sur-Lignon, certains historiens[8] optent pour une évaluation beaucoup plus prudente d'environ un millier de juifs, principalement des enfants[9]. Étant donné l'absence de coordination centralisée de cette résistance spirituelle au nazisme et donc l'absence de source ou de méthode fiable, tous s'accordent à dire qu'il est illusoire de vouloir dénombrer précisément les survivants ayant résidé ou juste brièvement transité par Le Chambon dans le cadre d'une filière d'évasion. Il est à souligner que ce mouvement de résistance non violente s'est étendu au-delà des quelque 9 à 10 000 protestants de l'ensemble du plateau Vivarais-Lignon et que les minorités catholiques[Note 1] ont également contribué au sauvetage[9]. Des organisations juives ont également contribué à ce mouvement, notamment l'Œuvre de secours aux enfants, les Éclaireuses éclaireurs israélites de France et le service André, organisation de Résistance juive[9],[10].

Plaque commémorative du sauvetage des juifs au Chambon sur Lignon

En 1990, le gouvernement israélien reconnut toute la région et ses habitants comme « Justes parmi les nations » pour leur action humanitaire et leur bravoure face au danger. Un jardin et une stèle honorent la région du Chambon au mémorial de Yad Vashem à Jérusalem. C'est la seule collectivité, avec le village néerlandais de Nieuwlande, à avoir reçu cet honneur[11].

Parmi les nombreux juifs accueillis et cachés au Chambon figurent le futur mathématicien Alexandre Grothendieck, l'écrivain André Chouraqui, l'orientaliste Georges Vajda, le philosophe Jacob Gordin et les historiens Jules Isaac et Léon Poliakov. Albert Camus vint au Chambon en 1942-1943 pour soigner sa tuberculose, y écrivit Le Malentendu, et travailla à La Peste et à L'Homme révolté.

Le village a accueilli le président de la République Jacques Chirac le , journée au cours de laquelle il prononça un discours hommage, où, dans une sorte de réponse à son propre discours du Vel d'Hiv du , il opposa à « ceux qui commirent l'irréparable », « le choix de la tolérance, de la solidarité et de la fraternité » fait par les « villageois et paysans du Plateau, habitants du Chambon et des localités voisines, guidés par des pasteurs et des enseignants admirables[12] ».

Le , Le Chambon a accueilli le président de la Commission européenne José Manuel Durão Barroso, venu saluer l'équipe de rugby à XV du Portugal participant à la coupe du monde 2007 et qui avait été logée sur le plateau[13].

Le , la commune fut endeuillée par l'affaire Matthieu Moulinas, dans laquelle une élève du Collège Cévenol, est assassinée dans des conditions affreuses par un condisciple. Cette affaire porta le coup de grâce à l'établissement, établissement secondaire international fondé en 1938 par le pasteur André Trocmé, qui était déjà en proie à des difficultés de trésorerie depuis plusieurs années. Il ferma ses portes en juillet 2014[14].

Le fut inauguré un lieu de mémoire commémorant l'accueil et le sauvetage des juifs par les habitants du bourg pendant la Seconde Guerre mondiale[15].

En septembre 2016, Jacques Livchine rappelle dans une lettre ouverte au président de région Laurent Wauquiez l'histoire du village de Chambon-sur-Lignon en réponse à la pétition lancée par ce dernier contre l'accueil des réfugiés. Il lui rappelle entre autres que le village de Chambon-sur-Lignon a à lui seul accueilli 5 000 réfugiés et qu'il est le seul village à voir sa plaque des justes au mémorial Yad Vashem de Jérusalem[16]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Chaumière au Chambon-sur-Lignon.

Juste après la guerre, le Chambon-sur-Lignon a connu un fort attrait touristique. Certains disent qu'il y avait plus d'une centaine de pensions et hôtels. L'office du tourisme du Haut-Lignon est l'un des plus anciens de France (cent ans en 2012).

De nombreuses infrastructures ont été construites sous le mandat de Raymond Vincent afin de continuer à développer le tourisme (un golf 18 trous, tennis, etc.).

Le Chambon-sur-Lignon mise depuis quelques années sur les infrastructures sportives. De nombreuses équipes de sport professionnelles viennent chaque année en stage de préparation physique. En 2011, le village accueillit l'équipe de France de rugby (XV de France) pour un stage de préparation à la coupe du monde en Nouvelle-Zélande.

Depuis le , on peut visiter le lieu de mémoire du Chambon-sur-Lignon, un musée qui regroupe les traces de la désobéissance civile collective des habitants du plateau et de leur sauvetage des juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale. Tout en mentionnant les noms des quelque vingt-cinq personnes proclamées « justes » par le mémorial de la Shoah Yad Vashem, en commençant par les animateurs de la communauté que furent les pasteurs Trocmé et Theis, le maire Guillon et l'instituteur Roger Darcissac, le mémorial explique le contexte et précise bien que c'est l'ensemble du plateau, au-delà même de la commune du Chambon, qui fut impliqué dans ces actes d'héroïsme discrets.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1933 mars 1959 Charles Guillon   pasteur, président du conseil général de la Haute-Loire (1945-1948)
mars 1971 mars 2001 Raymond Vincent    
mars 2001 mars 2008 Francis Valla DVD  
mars 2008 en cours
(au 27 août 2014)
Éliane Wauquiez-Motte[17] UMP puis LR  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 2 553 habitants, en diminution de -5,09 % par rapport à 2009 (Haute-Loire : 1,52 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 730 1 557 1 976 1 740 2 400 2 270 2 319 2 280 2 329
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 231 2 211 2 048 2 155 2 170 2 195 2 333 2 327 2 490
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 670 2 693 2 642 2 391 2 593 2 543 2 721 3 202 3 163
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
3 096 2 846 2 811 2 791 2 854 2 642 2 662 2 570 2 553
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le temple protestant : en 1604, les protestants du Chambon édifièrent un premier temple au lieu-dit le Creux, en bas du village. Ce temple fut incendié et détruit en 1679, sur ordre de l'intendant D'Aguesseau. En 1810, après la publication des Articles organiques de 1802, les fidèles demandent l'édification d'un nouveau lieu de culte. Le temple est alors inauguré en 1821.
  • Le château du Pont de Mars : construits au Moyen Âge, le château et sa tour médiévale dominaient l'entrée du Velay en provenance du Vivarais via le Pont de Mars qui enjambe le Lignon. Abandonné en 1848, il tomba en ruine avant d'être reconstruit, avec les pierres d'origine, en 1928 par la famille de Chalendar, originaire de Saint-Agrève[22].
  • Collège-lycée Cévenol international (collège Cévenol) fondé par André Trocmé et Édouard Theis en 1938.
  • Lieu de mémoire inauguré en juin 2013 pour rappeler l'attitude des habitants du Chambon et des alentours dans l'accueil et le sauvetage des juifs pendant l'Occupation.
  • La commune est desservie par le train touristique Velay Express[23], qui emprunte une ligne historique ouverte en 1902[24].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Chambon-sur-Lignon (HauteLoire).svg

La commune du Chambon-sur-Lignon porte :

  • De gueules à un cerf contourné d'or, ramé d'azur, accompagné en pointe de deux palmes d'argent les tiges passées en sautoir, au chef cousu d'azur chargé de trois croissants aussi d'argent

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un exemple de sauvetage par des congrégations religieuses catholiques est celui de la commune de Chavagnes-en-Paillers.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, Errance, , 440 p. (ISBN 2-87772-237-6), p. 100
  2. François Boulet, « Étrangers et Juifs en Haute-Loire de 1936 à 1944 », Cahiers de la Haute-Loire,‎ , p. 301-350
  3. F. Boulet, Les Montagnes françaises 1940-1944 : des montagnes-refuges aux montagnes-maquis, 1997, notamment p. 338-373
  4. F. Boulet, Histoire de la Montagne-refuge, Polignac, Les Éditions du Roure, , 416 p. (ISBN 978-2906278-77-6)
  5. Patrick Cabanel, Philippe Joutard, Jacques Semelin, Annette Wieviorka, La Montagne refuge. Accueil et sauvetage des juifs autour du Chambon-sur-Lignon, Albin Michel, (ISBN 978-2-226-24547-2)
  6. Patrick Cabanel et Laurent Gervereau, La Deuxième Guerre mondiale, des terres de refuge aux musées, Actes du colloque de Chambon-sur-Lignon, , p. 213-216
  7. Pour une description de la vie au Chambon-sur-Lignon durant la Seconde Guerre mondiale : L'Auberge des musiciens, de Léon Poliakov (voir Bibliographie).
  8. François Boulet, « « Etrangers et Juifs en Haute-Loire de 1936 à 1944 » », Cahiers de la Haute-Loire,‎ , p. 301-350. Voir aussi Marc-André Charguéraud
  9. a, b et c Patrick Cabanel, Philippe Joutard, Jacques Semelin et Annette Wieviorka, La montagne refuge - Accueil et sauvetage des juifs autour du Chambon-sur-Lignon, Albin Michel, (ISBN 978-2-226-24547-2), p. 393
  10. Livre sur le réseau André, Site d'information des éditeurs Belin, De Boeck, La Découverte et Erès [1]
  11. « (…) communes du Chambon-sur-Lignon et du plateau Vivarais-Lignon à qui a été décernée, cas unique, une Médaille des Justes collective » (Introduction au dictionnaire des Justes de France, reproduite sur le site des juifs d'Alsace et de Lorraine) ; « La commission de Yad Vashem a cru devoir déroger à la loi qui n’autorise de décerner le titre de Juste qu’à des personnes nommément désignées, et l’a attribué dans ce cas unique à l’ensemble de la population (la seule autre dérogation concerne la commune néerlandaise de Nieuwlande) » (d'après le Dictionnaire des Justes de France cité ici) ; « Le village de Nieuwlande partage aujourd'hui avec les communes françaises de l'ancien consistoire protestant de la Montagne, autour du Chambon-sur-Lignon, le privilège d'avoir été honoré en tant que personne morale du titre de Juste » (Jacques Sémelin, Claire Andrieu, Sarah Gensburger, La Résistance aux génocides : de la pluralité des actes de sauvetage, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2008, page 457)
  12. http://www.jacqueschirac-asso.fr/fr/wp-content/uploads/2010/04/Chambon-sur-Lignon.pdf
  13. (en) RWC 2007 - Portugal get home advantage in France
  14. « Meurtre d'Agnès: Le collège Cévenol va fermer », sur lefigaro.fr,
  15. « Nouveau lieu de mémoire en juin », sur lefigaro.fr,
  16. [2] ffrancetvinfo 19/09/16
  17. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 27 août 2014).
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  22. Jean Montabonel, Du Chiniac au Mézenc, à l'aube des temps nouveaux, Polignac, Editions du Roure, , 224 p. (ISBN 2906278602), p. 98-100
  23. « Velay Express », sur velay-express.fr (consulté le 19 mars 2015).
  24. « Historique du réseau du CFD Vivarais », sur asso-vfv.net (consulté le 19 mars 2015).
  25. Mon parcours sur le Site de L. Wauquiez, consulté le 9 mai 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Abbé V. Manevy et Janik Rozo (illustrations) (préf. de l'abbé A. Fayard), Le Chambon-sur-Lignon en Haute-Loire - Regards sur son Histoire, Saint-Étienne, Éditions du Chevalier, (réédition 1980).
  • C. Maillebouis (préf. P. Cabanel), La Montagne protestante, Lyon, Éditions Olivétan,
  • Gérard Bollon, Le Chambon du Prieuré au XVIIe siècle, Cheyne,
  • Gérard Bollon, Le Chambon d'hier et d'aujourd'hui, Dolmazon,
  • Gérard Bollon, Les Villages sur la montagne, terres d'accueil et de refuges, Dolmazon, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • François Boulet, Histoire de la Montagne-refuge, Polignac, Éditions du Roure, 2008, 416 p.
  • Léon Poliakov, L'Auberge des musiciens (repris dans ses Mémoires).
  • Henry Patrick Gérard, La Montagne des Justes : Le Chambon-sur-Lignon, 1940-1944, Éditions Privat,
  • Lionel Chetwynd, Héros de l'ombre Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Sauvage, Les Armes de l'esprit, 1989, long-métrage documentaire (90 min.) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Philip Hallie (en), Lest Innocent Blood Be Shed: The Story of Le Chambon and How Goodness Happened There (« Le sang des innocents : Le Chambon-sur-Lignon village sauveur »), 1979 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Carol Matas, Greater Than Angels (« Plus grand que des anges »), collection jeunesse, 1998 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Caroline Moorehead. Village of Secrets. Defying the Nazis in Vichy France. Harper: New York, 2014. (ISBN 9780062202475)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]