Annie Kriegel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kriegel.
Annie Kriegel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Parti politique
Directeur de thèse

Annie Kriegel, née Annie Becker le à Paris (11e arrondissement) et morte le à Paris, est une historienne française.

Militante du PCF durant sa jeunesse, Annie Kriegel change progressivement d’orientation politique après les évènements de 1956. Devenue ensuite éditorialiste au Figaro, elle porte un regard de plus en plus critique sur le passé du communisme français.

Parcours[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille juive d'Alsace-Lorraine[1] installée à Paris depuis 1870, son père est représentant de commerce, ancien combattant de la Première Guerre mondiale et sa mère, ancienne institutrice, est devenue femme au foyer pour s'occuper de ses quatre enfants[2]. Son frère est l'historien Jean-Jacques Becker.

Engagement précoce dans la Résistance[modifier | modifier le code]

Annie Kriegel a 13 ans quand la Seconde Guerre mondiale éclate[2]. Échappant à la rafle du Vel' d'Hiv' le , sa famille et elle partent en zone sud et s’installent à Grenoble[3]. À seize ans, Annie Becker s'engage dans la Résistance en rejoignant la Jeunesse communiste de la Main d'œuvre immigrée (MOI). Comme c'est le lot de la plupart de ceux qui s'engagent à l'époque dans ce chemin, qui n'est pas sans risques quoiqu'ils les taisent[4], elle mène une double vie. Elle travaille le jour, enchaînant les petits boulots alimentaires de secrétariat dont l'expérience, qu'elle n'a pas reconnue dans les pages d'agonie que Simone Weil consacre à son stage ouvrier, écrit-elle[pas clair], lui permet d'accomplir ses tâches « résistantes » de « responsable technique »[5] la nuit.

Matérialisme militant[modifier | modifier le code]

En 1945, elle intègre l'Ecole normale supérieure de jeunes filles et dans le prolongement de ses choix de jeunesse, elle adhère à 19 ans au Parti communiste français (PCF) en octobre 1945[6] et prend part aux activités du mouvement de la jeunesse communiste au sein de l'Union de la jeunesse féminine de France (UJFF), section féminine de l'UJRF (Union de la jeunesse républicaine de France)[7]. Elle s'occupe de la revue Clarté, diffusée auprès des étudiants communistes parisiens[2].

Agrégée d'histoire en 1948, elle exerce peu en raison de sa vie familiale[8] et de son statut de permanente appointée à la fédération de la Seine du PCF[9].

Elle fait partie du comité de rédaction de l'organe éditorial s'adressant aux intellectuels, La Nouvelle critique, sous-titrée Revue du marxisme militant. Le nom d'Annie Besse y apparaît jusqu'à la fin de l'année 1957[10]. Elle y publie 15 articles « entre mars 1950 et novembre 1955 ». Dans ce secteur d'activité, elle déploie un militantisme stalinien certain[2], qu'elle ne cache pas dans l'ouvrage autobiographique qu'elle publie quarante ans plus tard, Ce que j'ai cru comprendre.

Elle prend ensuite ses distances, avant de quitter le parti en 1957, à la suite des révélations sur le stalinisme (déstalinisation). En novembre 1957, elle est exclue du comité de rédaction de La Nouvelle critique lors d'une séance où Laurent Casanova, responsable des « intellectuels » au sein de la direction du PCF, tient le rôle de l'excommunicateur[11]. Après s'être ralliée au général De Gaulle en mai 1958, elle est devenue dans les années 1970 chroniqueuse au Figaro.

Historienne universitaire[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté le PCF, elle commence une thèse qu'elle finira en 1964[2] sous la direction de Pierre Renouvin. Cette année-là, elle obtient le poste de maître-assistante au Collège littéraire et universitaire de Reims avant de partir à la faculté de Lettres de Reims diriger le département d'Histoire[2]. En 1969, elle est élue à la première chaire universitaire de sociologie politique de l'université de Nanterre où elle reste jusque sa retraite en 1992.

Elle consacre son travail à l'histoire du communisme, dont elle devient l'une des critiques les plus acerbes. Dans les années 1970, ses travaux sur la naissance du PCF font partie des premières recherches sur ce sujet délicat : ce segment de l'histoire devient un champ de recherche à part entière. En 1982, elle fonde avec Stéphane Courtois la revue Communisme.

Une « Association d'études et de recherches en sciences sociales Annie Kriegel » a été fondée après sa mort à l'initiative de l'historien Karel Bartošek. Les historiens Emmanuel Le Roy Ladurie (président), Stéphane Courtois (secrétaire général), Jean-Jacques Becker, Pascal Cauchy, Alain Besançon, ainsi que Patrick Guis et Arthur Kriegel en font notamment partie. Plusieurs colloques qui se sont tenus à l'université Paris X Nanterre, la Fondation Singer-Polignac et l'Institut d'études politiques de Paris, ont été publiés.

Son travail sur le communisme a été salué par ses pairs, dont l'historien Robert O. Paxton, qui déclare lors de la publication de la version anglaise de son ouvrage sur le Parti communiste : « C'est le travail le plus convaincant qui ait été écrit sur le parti communiste français et peut-être sur n'importe quel parti communiste occidental »[12].

En 1982, dans son ouvrage Israël est-il coupable ?, elle attribue les critiques qui s'attaquent à la politique israélienne à la suite du massacre de Sabra et Chatila à l'influence de l'Union soviétique et aux mouvements d'extrême gauche[13].

En 1990, elle combat fermement la loi Gayssot réintroduisant, selon elle, le délit d’opinion dans le droit français et fustige alors une « insupportable police juive de la pensée »[14].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Annie Kriegel épouse en premières noces le philosophe Guy Besse, puis Arthur Kriegel, frère de Maurice Kriegel-Valrimont, mariage duquel naissent deux fils (Maurice, Emmanuel) et trois filles (Danièle, Irène, Bérénice).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Le grand œuvre d'Annie Kriegel est son travail de thèse universitaire de Doctorat, mené sous la direction (très « libérale » écrit-elle dans la préface du livre) du professeur Ernest Labrousse. Débutée en 1955, cette thèse est achevée, soutenue et publiée en 1964 :

  • Aux origines du communisme français, 1914-1920, 2 volumes sous-titrés Contribution à l'histoire du mouvement ouvrier français, coédités par les Éditions Mouton et l'École pratique des hautes études-Sorbonne, 1964 (une édition abrégée: Paris, Flammarion, collection Science de l'histoire, 1969).

Ce travail fondateur de près de 1 000 pages est ensuite réparti en plusieurs ouvrages reprenant une partie de la recherche:

  • Le Congrès de Tours (1920). Naissance du Parti communiste français, Paris, Julliard, collection Archives, 1964 (en format « poche »);
  • La grève des Cheminots 1920, Paris, Armand Colin, 1988.

Une thèse complémentaire est publiée en 1966:

  • La croissance de la C.G.T. (1918-1921). Essai statistique, mêmes éditeurs que la thèse principale.

Cette double approche politique et syndicale du Mouvement ouvrier français lui permet de publier, en collaboration avec Jean-Jacques Becker, un autre ouvrage de format « poche » :

  • 1914 La guerre et le mouvement ouvrier français, Paris, Armand Colin, collection Kiosque, 1964.

Elle publie encore en 1964 un troisième opus de vulgarisation de ses travaux universitaires en format et prix accessibles pour les étudiants :

La suite de sa production bibliographique est constituée de quelques ouvrages et de nombreux articles dans des revues spécialisées.

Dans la première catégorie :

  • Le socialisme français et le pouvoir, Paris, E.D.I., 1966 (en collaboration avec Michelle Perrot).
  • Les communistes français. Essai d'ethnographie politique, Paris, Seuil, collection Politique, 1968 (2e éd. revue, augmentée et mise à jour 1970).
  • Le pain et les roses. Jalons pour une histoire des socialismes, Paris, PUF, 1968 (en "pocket": PUF, collection 10/18, 1973).
  • Les grands procès dans les systèmes communistes. La pédagogie infernale, Paris, Gallimard, collection Idées, 1972.
  • Communismes au miroir français, Paris, Gallimard, 1974.
  • Les Juifs et le monde moderne. Essai sur les logiques d'émancipation, Paris, Le Seuil, 1977.
  • Israël est-il coupable?, Paris, Robert Laffont, 1982.
  • Le système communiste mondial, Paris, PUF, 1984.
  • Réflexion sur les questions juives, Paris, Hachette, 1984.
  • Ce que j’ai cru comprendre (mémoires), Paris, Robert Laffont, 1991, 842 p.

Critiques[modifier | modifier le code]

Boris Souvarine, un des premiers communistes en France, précurseur de la soviétologie et de la critique du stalinisme, a vivement critiqué son ouvrage datant de 1964 sur le congrès de Tours, tout en critiquant son passé stalinien et en particulier son attitude en 1953 concernant l’affaire des Blouses Blanches : « […] une sorte de fourre-tout compilé par une stalinienne défroquée, mais moralement incurable, dont la compétence remonte à la dénonciation des « médecins terroristes » du Kremlin, complices du « sionisme » (janvier 1953), et approuvant l’emploi des tortures pour extorquer aux « assassins en blouse blanche » des aveux fantasmagoriques, prélude à une « solution finale » pogromiste[15]. »

L'historien et militant trotskiste Pierre Broué écrit : « En cherchant à humilier, plus encore que ne le fit Staline, la mémoire de Rakovsky, et à tourner en dérision le choix qui fit de lui un martyr, Annie Kriegel donne un témoignage cru de son parti pris. Pour elle, un communiste honnête et attirant ne serait-il pas, comme pour les bourgeois réactionnaires français de 1927, le pire des communistes, qu'il s'agit dans ce cas d'assassiner moralement si Staline n'y a pas suffi ? »[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annie Kriegel (1926-1995) et l'histoire du XXe siècle. Quelques jalons, Michelle-Irène Brudny, Archives Juives, 2005/1 (Vol. 38), p. 107-113
  2. a b c d e et f Burgière, André, Bernard, Vincent (dir.) et Lazar, Marc, Un siècle d'historienne, Paris, Des Femmes-Antoinette Fouque, (ISBN 978-2-7210-0634-9), « Annie Kriegel (1926-1995), une historienne engagée », p. 153-165
  3. Encyclopædia Universalis, « ANNIE KRIEGEL », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 27 mai 2018)
  4. Ce que j'ai cru comprendre, ouvrage autobiographique de référence.
  5. Ibid. page 210
  6. Ce que j'ai cru comprendre, page 317
  7. Sur l'UJRF, voir : Guillaume Quashie-Vauclin, L'Union de la Jeunesse Républicaine de France 1945-1956, éditions L'Harmattan, 2009.
  8. ibid. page 469-470?
  9. article du journal L'Humanité du 28 août 1995
  10. Selon son propre témoignage, dans Ce que j'ai cru comprendre, page 605, elle a fait partie du Comité de rédaction sur une période de 90 numéros « de décembre 1948 à novembre 1957 ».
  11. Le témoignage de l'intéressée se trouve assez flou, dans son livre autobiographique déjà cité, p. 612. pour qu'elle se réfère au journal Le Monde du 9 novembre 1957, annonçant « d'importantes modifications » à la direction de La Nouvelle Critique !
  12. Annie Kriegel, 68, Historian; French Expert on Communism
  13. Philippe Moreau Defarges, Annie Kriegel. Israël est-il coupable ?, Politique étrangère, année 1983, volume 48, numéro 1, p. 213-214
  14. « En confiant au pouvoir judiciaire la tâche détestable de paraître traquer le délit d'opinion et d'expression, en espérant de la concurrence entre organisations « antiracistes » une obsessionnelle chasse aux sorcières qui présente les mêmes excès que n'importe quelle chasse de cette nature, en s'abritant derrière des institutions juives inquiètes pour légitimer une insupportable police juive de la pensée, Michel Rocard devrait s'interroger en conscience s'il ne se prête pas à une assez répugnante instrumentalisation des concepts de racisme et d'antisémitisme en vue d'objectifs peu avouables », Le Figaro, 3 avril 1990
  15. Boris Souvarine, Autour du congrès de Tours, Champ libre, 1981, p. 56.
  16. Pierre Broué, Rakovsky ou La Révolution dans tous les pays, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59599-2), p. 390

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]